Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chronique du Ghetto

 A Jean-louis Costes

le-gasoil-est-trop-cher-cdr-2018.jpg

Hier, j’ai accompagné une copine qui voulait faire le test covid à un labo. Comme on n’a pas de labo dans le ghetto, on ‘est levé à six heures du mat pour se rendre dans le 19em et quand on est arrivé, il y avait déjà une queue d’enfer. Le mec devant nous était aussi un gaulois et cela lui a suffi pour nous adresser la parole pensant créer un réflexe communautaire. Il nous a raconté sa vie et l’admiration qu’il avait pour Zemmour et Pascal Praud. Il a commencé par nous dire que tout le monde était d’accord avec lui alors je l’ai appelé Monsieur Toutlemonde.

index.jpgMonsieur Toutlemonde est un mec classe moyenne qui gagne 3000 euros par mois. Le fisc lui pique ses économies nous a –il dit pour donner la CMU et l’AME (aide médicale aux étrangers) aux africains et aux maghrébins pour leur permettre de garder la forme pour braquer sa grand-mère. Une fois qu’il a payé ses impôts, il ne lui reste plus rien et ne pourrait même pas se payer un lit d’hôpital à 300 euros par jour. Devant y a un grand black qui a entendu ses propos et lui dit : « faites attention aux propos racistes ! »

Monsieur Toutlemonde se tourne vers nous, la main devant la bouche et nous dit : je connais ce mec c’est un dealer, il est arrivé en Mercédès et il est abonné à la sécu et aux allocs…c’est pour ça que je paye des impôts !

Il me demande où j’habite. Je lui dis. Il me répond que je suis fou d’habiter là…que c’est hyper dangereux. C’est vrai que cette semaine, il y a eu plusieurs morts dans le quartier mais tout le monde s’en fout.

 

 Sur ce, une laborantine sort dehors et annonce qu’ils ne prendront plus personne aujourd’hui. Au retour, nous passons boire un café chez un pote réalisateur spécialisé dans les reportages en immersion. Il vient de réaliser un doc qui sera projeter en novembre sur le COVID qu’il a réalisé en immersion dans un hosto et il nous parle de son nouveau projet : des portraits de jeunes filles qui se prostituent à la colline du Crack non loin de chez lui. Celle qui est dans le meilleur état qui est déjà un sale état est surnommé « Nini trou de secours ». Elle est surnommée ainsi car elle arrive encore à avoir des rapports sexuels avec des clients « normaux », des hommes mariés dit-elle avec fierté…L’autre fille qui est  vraiment dans un sale sale état n’a plus de rapports qu’avec les Crackers. Les mecs la surnomment affectueusement « Aïcha pue de la moule ». C’est une ancienne infirmière libérale. Elle dit qu’à la colline, ils ont tous le Covid mais tant qu’ils ne seront pas en manque, ils tiendront le coup. »

Nous sommes encore le matin mais j’ai l’impression d’être aux dernières lueurs du crépuscule. Je rentre chez moi retrouver mon pote Marcel la feignasse Président de l'Inaction française. Je me sens bien, l'avantage d'être nécronomiste...c'est quand on est entouré de tous les dangers qu'il faut n'en craindre aucun...

Nécronomiquement Votre

 

 

Écrire un commentaire

Optionnel