Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

macron

  • Fin de l'abondance Macron officialise la nécronomie

     Courtoisie de Vince

    clickonpictureIMG_5948.PNG

     

    L’Euro est tombé en dessous de la parité avec le dollar. Un autre problème pour un continent qui doit déjà faire face à un énorme problème énergétique : la facture de fournitures, en fait, est payée en dollars. Et les matières premières à acheter sur les marchés étrangers sont plus chères avec une monnaie aussi faible

    Nous devons mettre de l’ordre dans les budgets, avant de recommencer à imprimer et de maintenir en vie l’énorme casino mondial connu sous le nom de marché libre. Un oxymore. En fait. Car ce qui est libre dans un marché dont le seul moteur est l’activité de création monétaire des banques centrales semble décidément mystérieux. Fin de l'abondance, fin de l’insouciance déclare Macron...Encore une fois, il est conseillé au citoyen moyen de se serrer la ceinture sans se demander s’il existe encore un trou approprié dans la ceinture pour de telles personnes émaciées. Si les coûts mensuels d’électricité d’une personne au smic triplent, cela peut entraîner de graves problèmes; pour un ministre, un triplement ne signifie pas la moindre restriction notable, même s’il a des coûts nettement plus élevés en chiffres absolus en raison de l’espace de vie beaucoup plus grand à éclairer.

    Ce sentiment agréable d’être personnellement « du bon côté » peut également expliquer pourquoi les politiciens répandent leurs mauvaises nouvelles avec tant de pénétration et de calme devant la caméra.
    « Là-bas », dans les basses terres de la société qui ne sont plus visibles par les privilégiés, les gens sont alors autorisés à se battre pour un logement abordable, pour une place au chauffage ou l’un des sièges avant dans la file d’attente à la table. Ils sont surtout autorisés lorsque les gouvernants ont échoués à ce point sur tout comme le montre le désastre des fonctions régaliennes de l’État à être solidaire de la misère des autres avec la guerre sans guerre qui ne sert qu'à financer la transition écologique que les Élites ne veulent pas financer. Le sempiternel discours « on s'en sort mieux que les autres » ou alors moins poli « allez voir ailleurs si c'est mieux ».
  • Apocalypse Now

     

     

    En 1969, alors que la guerre du Vietnam faisait rage, l’économiste monétaire Milton Friedman a inventé pour la première fois le terme « monnaie hélicoptère », en référence à ce qui pourrait être fait pour stimuler la demande dans une économie. Cette parabole du simple fait de jeter de l’argent hors des hélicoptères a été relancée par Ben Bernanke en 2002. La plupart des gens pensaient que c’était une blague, même si l’assouplissement quantitatif a commencé en 2008. Mais personne ne rit maintenant.

    Le gouvernement américain ou la Réserve fédérale ne l’ont pas appelé monnaie hélicoptère, mais les chèques de relance, le koikilencoute, les prets garantis par l'Etat, chaque pays y est allé de sa sauce...En période de crise même les billets font la planche...

    La théorie quantitative de la monnaie émet l’hypothèse que plus il y a d’argent dans une économie, plus il y a de chances que les prix à la consommation s’accélèrent. En effet, le point que la plupart des gens oublient est que le terme inflation fait essentiellement référence à la croissance de la monnaie et du crédit dans une économie. Ce que font les prix est secondaire mais, comme le dit la théorie, ils ont de bonnes chances de suivre l’inflation monétaire.

    Faut-il donc s’étonner que nous en soyons là où nous en sommes aujourd’hui? Il y a, pour être juste, un certain nombre de « raisons » pour lesquelles les prix à la consommation se sont nettement accélérés au cours de la dernière année. Les problèmes de chaîne d’approvisionnement sont souvent cités, mais cela nous ramène à l’inflation monétaire. Si la masse monétaire n’avait pas explosé plus haut en 2020, peut-être que la demande aurait été freinée et que la pression sur l’offre n’aurait pas été aussi grande.’inflation des prix à la consommation était endémique bien avant le début de la guerre en Ukraine. Cela n’a à peu près rien à voir avec la guerre. C’est la masse monétaire. Et après la plus grande inflation monétaire de l’histoire, qu’est-ce qui nous attend ?

     

    La Déflation...le chatîment des neufs orifices....



  • Dégaze ou dégage !

    Mandrax.gif

    Les sanctions unilatérales ont rendu les dollars et les euros sans valeur pour la Russie. Le ministère des Affaires étrangères avait déjà averti que le refus de payer le gaz en roubles entraînerait une grave crise mondiale des non-paiements et des faillites en série au niveau mondial, une réaction en chaîne infernale de transactions bloquées, de gel des actifs collatéraux et de fermetures de lignes de crédit.

    Ce qui se passera ensuite est partiellement prévisible. Ceux qui disent « non » seront automatiquement exclus de la réception des expéditions directes de gaz russe – toutes conséquences politico-économiques incluses.

    Il y aura un compromis, bien sûr. Par exemple, un certain nombre de pays de l’UE (Hollande, Autriche...) accepteront d’utiliser des roubles et d’augmenter leurs acquisitions de gaz afin de pouvoir revendre le surplus à leurs voisins et réaliser un profit. Et certains peuvent également décider d’acheter du gaz en déplacement sur les bourses de l’énergie.

     La Douma envisage d’étendre le paiement en roubles à d’autres produits essentiels – tels que le pétrole, les métaux, le bois, le blé. Cela dépendra de la voracité collective des chihuahuas de l’UE. Tout le monde sait que leur hystérie incessante peut se traduire par une rupture colossale des chaînes d’approvisionnement à travers l’Occident.

    Le passage soudain des dollars / euros aux roubles était un judo nécronomique de niveau olympique. Poutine a incité l’Occident collectif à déclencher son attaque de sanction démentielle – et l’a retournée contre l’adversaire d’un seul geste rapide.

    Et ici, nous essayons tous maintenant d’absorber tant de développements synchronisés qui changent la donne suite à la militarisation des actifs en dollars : roupie-rouble avec l’Inde, le pétroyuan saoudien, les cartes Mir-UnionPay co-badgées émises par les banques russes, l’alternative SWIFT Russie-Iran, le projet EAEU (Eurasian Economy)-Chine d’un système monétaire / financier indépendant.

    Sans parler du coup d’État magistral de la Banque centrale russe, rattrapant 1 gramme d’or à 5 000 roubles – 

    Couplé avec Pas de roubles pas de gaz, ce que nous avons ici est de l’énergie de facto rattachée à l’or. Les Chihuahuas de l’UE et la colonie japonaise devront acheter beaucoup de roubles en or ou acheter beaucoup d’or pour avoir leur gaz.

     

    Le gel des réserves de change devait être prévu, notamment parce que la Banque centrale russe augmentait ses réserves de bons du Trésor américain depuis novembre de l’année dernière. Ensuite, il y a la possibilité sérieuse que Moscou puisse accéder à des réserves de change offshore « secrètes » – une matrice complexe construite avec l’aide d’initiés chinois.