Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

NECRONOMIE

  • Le covid tueur à gage nécronomique...

    covid,coronavirus,virus economique,recesssion,stradeflation,effondrement

    Euler Hermes l’assureur de crédit prévoit une récession de l’ordre de -9,8% en 2020, avant un rebond mesuré de +6,9% seulement en 2021. Le retour aux niveaux d’avant-crise pour le PIB français n’arrivera au mieux qu’au S2 2022. Déjà 715.000 emplois ont été supprimés au cours du T1 2020 et Euler Hermes estime qu’avec la suppression progressive des mesures de soutien aux entreprises, le nombre total d'emplois supprimés en France atteindra 1 million d’ici la fin de l’année. Le taux de chômage en France devrait ainsi grimper à 12,5% en 2021. Heureusement, le plan de relance français de 100 milliards d'euros (soit 4,3% du PIB) offrira à la croissance française un stimulus de l’ordre de 2,4 points de PIB entre 2020 et 2022. Ce plan étant axé sur l'offre, il devrait toutefois conduire à une reprise économique en décalé par rapport aux pays dont les plans se concentrent sur la demande (Allemagne, États-Unis et Chine notamment), et ses effets positifs prendront plus de temps à se matérialiser.

    Lire la suite

  • Charia du Marché et capitalisme mollahrisé

     

    "Ça m'a toujours choqué de rentrer dans un hypermarché et de voir qu'il y avait un rayon de telle cuisine communautaire et de telle autre à côté [...] C'est comme ça, que ça commence le communautarisme.

    Je n’ai pas un mot à retirer à mes propos. Pas un. Oui le capitalisme a aussi une responsabilité dans la société, tout ne peut pas faire objet d’argent. Merci d’écouter mes propos en entier. Ils sont éminemment républicains.

    Que veut prouver Darmanin ? Que le capitalisme moralisé est supérieur au capitalisme mollahrisé ? Que la charia du Marché (soldes toutes l’année, flexibilité des emplois) est supérieure à la charia ?

    Boirons nous la lie jusqu’à l’hallal ?

    Visiblement Darmanin n’a pas compris comment fonctionnait le capitalisme !

    Qu’ on le veuille ou non le communautarisme est le modèle américain dans lequel nous jouons (we play together we pay together). Qu’est-ce que la communauté ? La communauté est un groupe d’intérêt qui filtre les besoins. Macron d’ailleurs ne parle plus de communautarisme mais de séparatisme car il sait que le communautarisme est indissociable du capitalisme qu’il chérit tant.

    Dans le ghetto où je vis et où la république laïque a perdu, tout est communautaire. Les gens s’en sortent par la circulation au sein de la communauté. Le capitalisme moralisé que souhaite Darmanin n’existe pas et n’existera jamais. À moins qu’il souhaite mettre en place un conseil du culte de la consommation.cpitalisme mollahrisé,charia du Marché,darmanin,macron,communautarisme,liberalisme,capitalisme

  • Révélation : les pauvres épargnés par l'épargne !

    Pendant des mois, on a nous bassiné avec la fameuse épargne que les français avait mis de côté pendant le confinement. Le pouvoir exhortant les citoyens à se transformer en consommateurs. Je vous avais dit alors que ceux qui avaient épargnés étaient des CSP + ou des Upper class qui n'avaient pas besoin de consommer et que par conséquent l'argent épargné pendant le confinement ne reviendrait pas de si tôt dans la circulation. Le discours ambiant "tous les français ont épargné m'était insoutenable. Il me suffisait de regarder autour de moi mais visiblement les anésthésites réanimateurs de l'information ne fréquente plus le peuple (waaa c'est sale !). Malheureusement pour eux les chiffres viennent de tomber.

    La dernière note du Conseil d’analyse économique est très claire sur le sujet (http://www.cae-eco.fr/dynamiques-de-consommation-dans-la-crise-les-enseignements-en-temps-reel-des-donnees-bancaires), et apporte des éléments de réponse. Effectuée par huit économistes, parmi lesquels John Galbraith et Camille Landais (des économistes que j apprécie), l’étude note une forte concentration de l’épargne chez les personnes les plus aisées, à la suite d’une étude de 300 000 données bancaires.

    Les auteurs de l'étude estiment à 50 milliards d’euros le montant d'épargne supplémentaire accumulé par les Français par rapport à ce qu’ils auraient épargné en absence de crise. Cette somme est inégalement répartie entre les différents niveaux de revenus : "Sur ces 50 milliards, il y en a 32 épargné par les 20 % les plus riches, tandis que chez les plus modestes, on a assisté soit de la désépargne, soit à une absence totale d’épargne. Concernant les 10 % les plus aisés, l’épargne est très importante, autour de 6000 ou 7000 euros. Pendant le confinement, ces ménages n’ont pas pu consommer (et aller au restaurant, au cinéma ou en voyage). Ces dépenses non-effectuées ont donc été épargnées."

    Philippe Martin pointe en comparaison les conclusions très différentes observées sur les ménages les plus pauvres. "Les 10 % les plus modestes, non seulement n’ont pas pu épargner, mais se sont même endettés. Ils ont tiré sur leur compte d’épargne environ 300 euros sur la période étudiée.