Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

crise

  • Pandémie déflatonniste comme prévu (cachez ce désatre que je ne saurai voir)

     

    1701_Lagarde.pngLe taux d'inflation de la zone euro a affiché une tendance à la baisse, malgré les importants efforts de relance de la Banque centrale européenne.

     L'économie de la zone euro touchée par la pandémie a sombré dans son deuxième mois consécutif de déflation en septembre, intensifiant la pression sur la Banque centrale européenne pour qu'elle envisage d'injecter davantage de mesures de relance monétaire.

     

    L'inflation globale des prix à la consommation est tombée à un creux de quatre ans de moins 0,3% en septembre, en deçà des attentes des économistes interrogés par Reuters et en baisse de moins 0,2% en août.

     

    C'est la première fois que la zone euro connaît deux mois consécutifs de déflation depuis 2016, bien que la BCE ait ensuite lancé des programmes successifs d'achat d'obligations totalisant des billions d'euros et abaissant les taux d'intérêt en territoire négatif.

    L'inflation sous-jacente, qui élimine les prix plus volatils de l'énergie, des aliments et du tabac, a atteint un creux record de 0,2% en septembre, contre 0,4% en août et 1% le même mois l'an dernier. La plupart des catégories de prix ont baissé, y compris les services et les produits industriels. Une période prolongée de déflation est considérée comme malsaine (voir mes notes sur la trappe nigaud dans recherche) elle peut décourager les consommateurs de dépenser et les entreprises d'investir si elles pensent que les prix pourraient être plus bas à l'avenir, tout en transférant également la richesse des débiteurs aux créanciers.La reprise partielle de 2003 à 2007 a été anéantie lors de la crise financière de 2008. Depuis, la pompe à argent de la BCE  a fonctionné à un rythme effréné tout le temps. Le total des actifs de la banque centrale a été multiplié par six par rapport à 1999, dépassant les 6 000 milliards d'euros cette année. La Fed, la Banque d'Angleterre, la Banque centrale européenne et la Banque populaire de Chine ont offert des centaines de milliards de financements d'urgence de début février à mi-mars, fournissant des billions de dollars en opérations de liquidité et réduisant collectivement les intérêts taux sans précédent.Hier encore Lemaire a mis sous perfusion les TPE, les PME, les fleuristes, les bouquinistes. Plus personne ne parle de la destruction créatrice schumpétérienne, nous sommes dans l’économie totale administrée. Alors les libéraux ? on ne vous entend plus….vous êtes devenus communistes ?

  • Un pays qui se tient sage

    La servitude à laquelle étaient soumis les esclaves de Rome ne tarda pas à s’étendre aux Romains eux-mêmes. [...] Il n’y avait pas de moyen d’éviter la servitude, et ceux qui étaient appelés citoyens étaient prêts à se mettre à genoux avant d’avoir un patron. [...] Mais à Rome, ce n’était pas l’empereur en tant qu’homme, c’était devant l’Empire devant quoi tout pliait et la force de l’Empire était constituée par le mécanisme d une administration très centralisée, parfaitement bien organisée, par une armée permanente nombreuse et généralement disciplinée, par un système de contrôle qui s’étendait partout. En d’autres termes, l’État était la source du pouvoir, non le souverain. (NDLR État profond ?)

     

    Simone Weil,

    Quelques réflexions sur les origines

    de l’hitlérisme 1940

    Lire la suite

  • Idées zombies

    En lisant le dernier ouvrage de Paul Krugman, je me suis demandé un court instant si il lisait notre blog avec le discours récurrent sur les zombies.

    index.jpg

    Non, il n'en est rien les zombies sont partout et les idées zombies aussi.

    Quelle est la plus persistante de ces idées-zombies ? Croire que taxer les riches est destructeur pour l’économie, et qu’à l’inverse diminuer l’impôt sur les hauts revenus produira une croissance économique miraculeuse. Cette doctrine, que les faits ne cessent de démentir, a paradoxalement encore une emprise. Macron s’en est même fait le porte-parole avec le fameux ruissellement ou les premiers de cordées. Il vient encore en remettre une couche avec son concept de "cordées de la réussite". Il n'en démord pas.

    De même la croyance selon laquelle la France souffrirait d’un grave « déficit de compétences » est une mode : elle fait partie de ce que les Gens Très Sérieux répètent entre eux. C’est un excellent exemple d’idée-zombie – une idée increvable, qui ne cesse de se relever des coups qu’on lui porte. Cette croyance a provoqué beaucoup de dégâts.Prochainement vous n'allez entendre parler que de ça puisqu on va vous mettre sur le dos le chômage et la crise et cela sera de votre fait parce vous n'êtes comme moi qu'une bande d'incompétents fainéants.

    Que se passerait il s’il y avait vraiment une pénurie de compétences ? En toute logique, seuls les travailleurs avec les bonnes compétences devraient s’en sortir. Ce n’est pourtant pas ce qui se passe actuellement.

    Certes, les salariés très diplômés sont plus rarement au chômage que les autres ; mais c’est toujours le cas, peu importe la situation économique. Le point crucial est que le chômage reste beaucoup plus élevé qu’avant la crise financière, quel que soit le niveau d’éducation et quelle que soit la profession : dans toutes les grandes catégories, les travailleurs se portent moins bien qu’en 2007.

    Certains employeurs se plaignent de la difficulté à trouver des travailleurs possédant les compétences dont ils ont besoin. Mais sortez l’argent ! Si les employeurs réclament des qualifications spécifiques, ils doivent être prêts à offrir des salaires plus élevés pour attirer ceux qui les possèdent.

    Pareillement si les employeurs cherchent des commis boucher ou des serveurs "t'as qu'a traverser la rue et tu trouveras du boulot", des professions difficiles, là encore il ne sert à rien de pleurnicher, il faut simplement sortir l’argent !