Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pour la souverainete du peuple - Page 2

  • La nécronomie mène à tout....

    Même au MONDE DIPLO  du mois d'avril.....encore une chose que je ne pourrai plus dire...Necronomy PowerCouverture Livre 3-1.jpg

    télécharger.jpg

  • Résumé nécro

    revolte des elites,revolution conservatrice,anarchie,pour la souverainete du peuple,ukraine,guerre,covid,anrnaque,money powerDepuis environ 1980, nous avons assisté à une répartition inégale croissante aux États-Unis, mais aussi dans de nombreux autres pays industrialisés. L’écart entre les riches et les pauvres, plus précisément, entre les riches et la classe moyenne ou les tranches de revenu inférieures s’est creusé. C’était aussi politiquement tout à fait intentionnel. La devise de la « révolution conservatrice » qui a commencé aux États-Unis et en Grande-Bretagne en 1980 était : Rendre les riches riches plus riches, alléger le fardeau des entreprises fiscalement, puis investir davantage et la croissance augmente. Cela a également fonctionné, mais avec l’acceptation de l’inégalité croissante, c’est-à-dire qu’une grande partie de la richesse matérielle croissante a coulé vers le haut, vers les déjà riches.Cependant, la production de masse n’est possible qu’avec une demande de masse et cela nécessite à son tour un pouvoir d’achat de masse. Mais c’est précisément le pouvoir d’achat de masse qui a très peu augmenté, car les salaires ont pris du retard. Alors, comment la forte croissance économique a-t-elle été possible? Qui a acheté tous les produits et services supplémentaires avec quel argent? Cela n’a fonctionné qu’en augmentant la dette. La dette mondiale s’élève actuellement à 296 000 milliards de dollars, soit l’équivalent de 353 % de la puissance économique mondiale, soit plus que jamais, et il est impossible de la rembourser.Que s’est-il donc passé de 1980 à nos jours ? L’argent et le capital supplémentaires sont devenus de plus en plus concentrés dans une petite classe supérieure. À partir de là, il a de nouveau été investi dans de nouveaux investissements afin de maximiser les rendements, pour lesquels la demande de masse manquait en fait. La demande de masse a ensuite été créée par des prêts supplémentaires. Il y a donc eu une croissance cancéreuse non organique, pas saine, mais malade.En 2007, un état insoutenable de ces développements a été atteint. La dette était devenue trop élevée et les marchés immobiliers en particulier – mais pas seulement – s’étaient développés de manière cancéreuse. Cela a conduit à la crise financière de 2007 à 2009, qui a amené le monde au bord de l’effondrement du système financier mondial. Le problème de la dette a été « résolu » en s’endettant de nouvelles dettes. Cela a été possible parce que les banques centrales de presque tous les pays industrialisés ont fixé des taux d’intérêt égaux ou proches de zéro et imprimé de l’argent frais à une échelle sans précédent – le terme technique pour cela est l’assouplissement quantitatif, l’assouplissement quantitatif ou l’expansion de la masse monétaire. Les États-Unis ont à peu près quintuplé la masse monétaire de la banque centrale depuis 2007, tandis que la Banque centrale européenne (BCE) a été multipliée par environ neuf. Ainsi, aujourd’hui, nous sommes confrontés non seulement à un problème de dette insoluble, mais aussi à une énorme bulle monétaire, qui sont tous deux le reflet financier du problème économique sous-jacent. La demande de masse est trop faible, les capacités de production sont beaucoup trop élevées par rapport aux revenus de masse, car la répartition inégale n’a cessé d’augmenter. Une grande partie de la croissance économique des 40 dernières années a été cancéreuse, malsaine, financée par la dette et donc insoutenable.

    La solution aux problèmes économiques

    Il devient déjà évident que le conflit ukrainien est un très bon moyen de détourner l’attention de ses propres problèmes et que Poutine peut facilement devenir le bouc émissaire de nombreux types de problèmes économiques et financiers dans l’économie mondiale. Il est déjà blâmé pour une inflation ou une stagflation à venir et non pour l’impression monétaire des banques centrales ou les excès de dette lucratifs des dernières décennies pour l’industrie financière ou la croissance explosive de la fortune des milliardaires.En temps de guerre, les lois d’urgence peuvent être utilisées pour intervenir sur les marchés et les prix administrativement relativement facilement et sans résistance significative de la population, de sorte que, par exemple, une décote de la dette pourrait en fait être provoquée relativement facilement par des processus d’inflation.La tolérance des gens à l’égard des interventions graves de l’État, de l’inflation ou des empiètements sur les actifs est beaucoup plus élevée en temps de guerre et compte tenu des images quotidiennes horribles de la guerre qu’en temps de paix. Si de grandes parties des installations de production en Europe centrale et orientale devaient être détruites par une guerre, même le problème sous-jacent initial de la surcapacité serait résolu – en faveur des pays sur les territoires desquels il n’y a pas de combats. Après cela, vous pouvez gagner de l’argent grâce à la reconstruction.

  • Pour la souveraineté du peuple

    Apres Dany Lang, c'est maintenant Frédéric Farrah un autre économiste qui épouse ma these de la japanification et du châtiment des neufs orifices.

    Jeudi je fais le point avec André Bellon qui a été administrateur de l'INSEE pendant quarante ans et avec qui j'ai écrit mon dernier livre.

    Je vous invite à regarder son intervention sur le livre dans e cadre des universités populaires. J'interviens dans les cinq dernieres minutes car je n'arrivais pas à me connecter...mais je vous invite à regarder l'intégralité

    quant à mon intervention, vous allez vous marrer comme dab...

    Débat autour du livre d'André Bellon et Jean-Pierre Crépin - ASSOCIATION POUR UNE CONSTITUANTE