Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

necronomie

  • Recap Nécro

     

    necronomie,i,flation,hyperinflation,devaluation,cryptomonnaies,crise mondiale,coronevirus,covid19

    Les dommages économiques des mesures de lutte contre la pandémie - verrouillages, fermetures d'entreprises, interdictions d'événements, etc. - ont été et sont compensés ou du moins tentés par des politiciens avec des recettes fiscales. Cela se fait principalement par le biais d'aides gouvernementales sous la forme d'indemnités de chômage partiel, de prêts aux entreprises et de compensations pour les ventes perdues. 
    L'argent requis pour toutes ces mesures dépasse de loin les recettes fiscales de l'État. Pour cette raison, l'État contracte de nouvelles dettes et obtient de l'argent frais (monétisation de la dette) via des obligations d'État, dont la plupart sont achetées par les banques centrales. Cela augmente la masse monétaire sans être compensé par une augmentation de la production.
    Les investisseurs privés et institutionnels se concentrent de plus en plus sur des actifs tels que l'or, l'argent, l'immobilier et les actions des profiteurs de crise - Amazon, Apple, Microsoft, Tesla, etc. Leurs cours ne cessent d'augmenter ou se consolident à un niveau élevé après de brèves baisses, les bourses sont en plein essor. L'inflation a déjà créé des bulles dans ces domaines.
    Les secteurs tels que le tourisme, le commerce de détail et le secteur culturel ont été et sont les plus durement touchés par la baisse des ventes. Mais l'industrie a également enregistré une baisse globale de la demande en 2020. En outre, les chaînes d'approvisionnement interrompues ou instables pour les matières premières importantes et les produits intermédiaires - copeaux de semi-conducteurs, bois, caoutchouc, acier, produits chimiques, plastique - continuent de causer des difficultés de production. Faute de matériel, non seulement les constructeurs automobiles envoient leurs salariés en chômage partiel, mais aussi les couvreurs. Pendant ce temps, les entrepreneurs en construction sont aux prises avec des retards dans l'achèvement de leurs projets parce que les corps de métier ne peuvent pas effectuer leurs travaux dans les délais en raison d'un manque de matériaux. Les détaillants en ligne et les entreprises de logistique en particulier ont profité de la crise.
    Initialement, il n'y avait eu que des augmentations de prix pour les biens d'équipement, pas pour les biens de consommation. Au contraire, il y avait une tendance déflationniste  en 2020. La raison est simple : la demande et la vitesse de circulation de l'argent ne sont pas restées les mêmes pendant la crise corona, mais ont plutôt diminué. Une grande partie de l'argent frais n'a pas été consommée pendant longtemps. Il était soit stocké dans les comptes des citoyens et des entreprises en attente d'être émis, soit il était investi sur les marchés des capitaux.
    En raison des mesures corona, il y avait souvent un manque d'opportunités de consommation: les courses, les achats occasionnels ou les cadeaux pour des célébrations ou des visites ont été largement omis pendant les fermetures, et les courses n'étaient et ne sont possibles que dans une mesure limitée en raison de l'accès et de l'hygiène restrictions.
    En outre, l'incertitude économique accrue a conduit à la réticence des consommateurs à acheter et à la réticence des entreprises à investir. Lorsque les mesures ont été assouplies et partiellement levées à partir de juin, la demande a repris et les besoins refoulés des consommateurs ont été comblés. Des augmentations de prix en ont résulté.

    Ce qui menace maintenant, c'est une spirale inflationniste. Parce que les prix augmenteront d'autant plus, plus les difficultés de l'économie à répondre à une demande croissante seront grandes : parce que les produits intermédiaires sont plus difficiles à obtenir et plus chers ; parce que la production est devenue plus complexe en raison des règles d'hygiène renforcées ; parce que la demande a dépassé le niveau d'avant Corona ; ou parce que tout cela nécessite des travailleurs supplémentaires qui ne sont pas immédiatement disponibles. Si l'État continue de maintenir le robinet de l'argent ouvert dans cette situation afin de stimuler l'économie réelle et de maintenir les services de soutien de l'État à un niveau approprié, cela conduira à de nouvelles augmentations de prix. Ceux-ci augmenteront encore le besoin d'argent du gouvernement, ce qui à son tour augmentera encore l'inflation.Cela augmentera encore la perte de confiance dans la monnaie, ce qui peut finalement conduire à une hyperinflation.

    Si l'on cherche un moyen de briser cette spirale, on arrive à une autre particularité de la situation actuelle : les banques centrales n'entendent rien faire contre l'inflation. Au contraire, ils continuent d'acheter massivement des obligations d'État. Cependant, au moins la Banque du Canada et la Banque d'Angleterre prévoient une réduction significative de leurs achats d'obligations, et le département du Trésor américain a également annoncé qu'il s'endetterait moins dans les mois à venir que prévu initialement.

    Cependant, ni la Réserve fédérale (Fed) ni la Banque centrale européenne (BCE) n'envisagent actuellement de relever les taux d'intérêt, la façon habituelle de lutter contre l'inflation. Tous deux visent un objectif d'inflation de 2 % par an. La raison invoquée par la Fed est que l'économie devrait être stimulée à un point tel que les couches défavorisées de la population aient également à nouveau la possibilité de trouver de nouveaux emplois. Et : L'inflation est principalement due aux effets de rattrapage liés à la pandémie, car les prix ont augmenté en particulier pour les biens énergivores. Cela passera, et l'inflation aussi.

    Il en va de même pour la BCE. Selon la présidente de la BCE Christine Lagarde, le taux directeur ne devrait pas être modifié dans un avenir prévisible, même si le taux d'inflation dépasse 2%. Cependant, cette politique monétaire permissive devient problématique au plus tard lorsque la main-d'œuvre se fait encore plus rare avec le chômage et la faiblesse des salaires qui n'incitent pas à travailler. La trappe à pauvreté...et que dans le même temps la dette nationale continue d'augmenter et obligent ainsi à emprunter davantage pour assurer le service des taux d'intérêt.
    Les principaux facteurs de prix sont :
    l'augmentation des coûts de transport ainsi que l'insuffisance des capacités de transport, notamment dans le transport de conteneurs ; problèmes persistants de la chaîne d'approvisionnement et leur aggravation par des événements tels que le blocus du canal de Suez par le cargo Ever Given en mars ou les restrictions opérationnelles dans les ports à conteneurs chinois de Yantian en juin et Ningbo-Zhoushan en août en raison de mesures de verrouillage telles que à la suite de nouveaux cas individuels de corona.
    la hausse du prix du pétrole ;
    la pénurie et donc l'augmentation du prix des matières premières et des produits intermédiaires industriels ;
    le manque de produits finis qui prévaut chez de nombreux fabricants de biens industriels en raison des diverses difficultés de production (...) ;
    la hausse mondiale des prix des denrées alimentaires  due : aux mauvaises récoltes dues à des conditions climatiques défavorables ; baisse de la productivité et augmentation des coûts de production en raison des congés de maladie et des règles d'hygiène plus strictes pour les travailleurs agricoles ; la hausse des prix des aliments pour animaux en raison d'une forte augmentation de la demande chinoise de maïs, de blé et de soja ; la diminution de la taille des troupeaux parmi les éleveurs en raison de marges décroissantes ; Restrictions à l'exportation des grands exportateurs de produits alimentaires tels que la Russie.
    Un autre facteur de prix est la demande refoulée déjà mentionnée des consommateurs privés. Selon Stefan Kooths, directeur économique de l'Institut de Kiel pour l'économie mondiale, cela représente 230 milliards d'euros et donc 12% de la consommation intérieure annuelle.
    D'un point de vue humain, l'inflation est sur le point d'augmenter encore. Plus les restrictions à la production seront imposées par les futures mesures de lutte contre la pandémie, plus elle sera élevée. Les experts ne s'entendent pas sur la question de savoir si l'inflation va réellement se transformer en hyperinflation.
    il ne sera pas possible de continuer indéfiniment sur la voie de l'endettement car la masse monétaire ne peut pas être augmentée. indéfiniment. Elle trouve plutôt sa limite naturelle dans le montant du produit national brut (PNB) de sa zone monétaire, soit 11,3 billions d'euros dans la zone euro (à partir de 2020).
    La zone euro se dirige vers un taux d'endettement de 102% en 2021. Fin avril, la dette s'élevait déjà à 10 000 milliards d'euros.
    Une fois le seuil dépassé, la confiance dans la valeur de la monnaie s'affaiblira progressivement et une spirale de dévaluation monétaire s'enclenchera de plus en plus rapidement.
    Dans ce contexte Les banques centrales du monde entier préparent déjà des mesures pour rendre la hausse de l'inflation gérable. Cela inclut notamment la création de monnaies numériques, qui pourraient limiter l'accès des citoyens à leur argent, par exemple en n'autorisant à dépenser qu'un montant moyen à deux chiffres par jour.

    Ceci est activement travaillé en Chine, aux États-Unis et dans l'UE, entre autres. Si les espèces étaient interdites en même temps, la fuite de l'argent vers des actifs tels que l'immobilier ou les métaux précieux pourrait être ralentie et la baisse de la valeur de la monnaie stoppée. La mesure pourrait peu faire pour changer la perte de confiance dans la monnaie, mais elle permettrait de gagner du temps et d'éviter peut-être l'hyperinflation.
    Dans tous les cas, cela créerait un nouveau système monétaire qui offrirait beaucoup plus de contrôle sur tous les types de transactions financières que le système monétaire actuel.
    Nécronomiquement Votre
    JPC

     

    Lire la suite

  • le mot qui fait peur : tapering

     lagarde,bce,tapering,inflation,deflation,crise,covid,necronomie,crise systemique

     

    Résumé nécro

    Pendant les crises financières de 2008 et de 2020 la Réserve fédérale américaine et d'autres banques centrales ont réduit les taux d'intérêt pour faire entrer davantage d'argent et de crédit dans le système.

    Abaisser les taux d'intérêt à zéro n'était pas suffisant. Elles se sont donc tournées vers l'achat d'actifs financiers (principalement leurs propres obligations souveraines) pour faire baisser les taux d'intérêt à long terme.

    Dame Christine a donc bien précisé que ce n'était pas un tapering ( processus par lequel une banque centrale réduit sa propriété d'actifs financier) mais un rééquilibrage. Pour inventer cela, elle nous a sort l'argument des deux caisses. Une caisse pour le covid où était stockées les dettes Covid et une autre caisse pour les dettes normales.


    Il semble maintenant que la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, veuille s'ériger en nouvelle Dame de fer,  Répondant à une question sur la décision de la BCE de réduire le montant d'obligations qu'elle achète dans le cadre de son programme d'achat d'actifs qui gonfle la monnaie (Pandemic Emergency Purchase Program, PEPP), elle a déclaré que les achats ne diminuait pas mais qu'il s'agissait d'une réequilibrage.

     Les banques centrales sont maintenant si pleinement engagées dans la vie sur leur propre planète omnipotente qu'elles pensent qu'elles peuvent faire une chose mais en même temps disent qu'elles ne le font pas. En clair, la BCE réduit clairement le montant des obligations qu'elle achète. Mais nous ne devons pas le considérer comme une réduction du programme, juste un recalibrage.

    Très bien, je comprends. Madame Lagarde veut que nous y voyions ce qui pourrait être, ou non, une réduction temporaire des achats d'obligations. Elle veut que le marché comprenne que la BCE pourrait facilement revenir à acheter plus d'obligations. C'est une indication aussi claire que possible que la BCE considère que l'impression monétaire est là pour rester. Après tout, c'est vraiment la seule chose qui reste dans son casier de politique monétaire.
    En 1980, l'inflation des prix à la consommation dans une grande partie de l'Europe était endémique et la Dame de fer originale était déterminée à la faire baisser. Quatre décennies plus tard, la nouvelle Dame de fer insiste sur son engagement envers l'inflation monétaire, car la plus grande crainte est désormais la déflation. 

  • Soutenez moi (et Marcel)

    https://www.editions-harmattan.fr/livre-pour_la_souverainete_du_peuple_nous_sommes_tous_des_constituants_andre_bellon_jean_pierre_crepin-9782343231815-69869.html

     

    Soutenez ce blog pour qu il reste sans pub je compte sur vous 10 Euros en telechargement...