Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mondialisation

  • Un récap nécronomique de l'année 2020

    Combien de fois par jour dans les démocraties de Marché une personne est-elle confrontée à la mort ? À la sienne et à celle de ses proches ? De façon peu fréquente à moins d’imprévus ou d’accidents. On a retenu de ce fait avéré que le rapport à la mort ne se vit pour nous qu’à distance. Le plus souvent dans l’actualité ou les produits culturels consommés. Et lorsqu’elle gagne en proximité, elle devient taboue ou problématique. 

    Mais, cette fois c’est différent, la mort n’est plus muselée par la machinerie méthodique des medias qui refusaient de la rencontrer.  La mort, autrefois apprivoisée par satellite sur les écrans plasmas des salles de rédaction et masquée d’un loup blême pour ne pas affoler le consommateur, devient omniprésente. Le lecteur de soixante millions de consommateurs se souvient qu’il est mortel. Ne dit-on pas que les hommes construisent des maisons pour oublier qu’ils le sont ? Tous les soirs, c’est la même litanie. Le bulletin des morts de la veille remplace le bulletin météo. Une mort au nom latin qui signifie virus à couronne vient défier, diviser et bouleverser le cycle travail, consommation et la fade éternité des démocraties de Marché. Cette mort auréolée nous rappelle qu’elle est la véritable impératrice.

    Jamais, dans l’histoire du capitalisme, une crise économique mondiale n’avait été décidée politiquement. Mi-avril, 57 % de la population mondiale, plus de 4,5 milliards de personnes étaient appelées ou contraintes à rester chez elles. Du jamais vu…Des pans entiers d’agents économiques apprenaient avec stupéfaction qu’ils étaient « non essentiels » à la vie. Autrement dit, relégués au rang de services superflus ou de gadgets. L’économie de doucereuse et banale était devenue belliqueuse et brutale. La population résignée et terrifiée se soumit plutôt bien au premier confinement. Puis vint la deuxième vague et le nouveau confinement.

    C’est alors qu’apparurent les hurlements de désespoir de tous ceux qui préféraient la mort à la mort économique. La mort économique devenait supérieure à la mort tout court, comme si, du jour au lendemain, le virtuel affirmait son primat et sa supériorité sur le réel. Une mort économique inédite… une odyssée nouvelle  tout comme la sonde pénétrant les espaces, rencontre queues de comètes et trous noirs, continuant d’émettre cependant, antennes, cameras et systèmes de régulation. Nous étions dans un État d’exception. Une période où il fallait selon les dires de politiques tout entier tournés vers le Verbe se contenter d’exister sans vivre. Le langage même est un virus écrivait William Burroughs. Nous étions intoxiqués d’injonctions qui colonisaient notre conscience et nous utilisaient comme véhicules pour se déplacer d’un corps à un autre. Tester, Alerter, Protéger. Le contrôle était désormais coproduit par les contrôlés à travers des applications comme STOP COVID ou son successeur TOUS ANTI COVID. Il prenait donc appui sur la responsabilité individuelle et le devoir citoyen dont il faisait ses carburants. Joli transfert d’impuissance étatique sur le citoyen désigné fautif de son malheur…

    Dans cette pandémie de peur dont on ignore encore si elle renforcera la santé des labos plus qu’elle ne fera de dégâts, chacun se rassure sur son infortune en espérant que le virus ne touche que les personnes à risque. Vieux, diabétiques, obèses, malades chroniques… Le premier Nobel d’économie français Gérald Debreu posait, en son temps, une question avec ses travaux sur l’équilibre général. Notre société repose sur un équilibre, celui de la durée de vie des très vieux. Fallait-il les débrancher plus tôt pour faire des économies de sécurité sociale ou les maintenir sous perfusion pour créer des emplois de jeteurs de couches usagées ? Travaux étonnants de modernité qui mettait en évidence la prédominance de la mort économique sur la mort.

    Car, tyrannique, l’économie était le tout ; la quête mythique qui régénère et désintègre ; l’acte de violence et la génuflexion, la splendeur et le simulacre, la transfiguration et le miracle…puis l’Apocalypse. Il n’est pas pire destin que celui qui consiste à s’appauvrir sur le lieu même de sa richesse nous hurlaient les chaines infos qui médiatisait la mort. « Les gens ne veulent pas d’argent, ils veulent travailler ».

    Les journaux télévisés sont devenus les produits dérivés de la mort. La voracité des chaînes les transforment en centres appliqués d’anthropologie et de nécrophilie. Les présentateurs devenus anesthésistes réanimateurs du peuple ânonnent ce qu’ils lisent sur leur prompteur funèbres. Les cadavres peuvent devenir source de profit.

    Devant l’effondrement inattendu, l’absence de masques, de tests et même de médicaments, tout le spectre politique droite et gauche est redevenu souverainiste. Les élites qui avaient voulu la mondialisation exhortent désormais les consommateurs à acheter français et à soutenir l’économie nationale au détriment des multinationales et des GAFAM. Sans se demander si les consommateurs en possèdent encore les moyens. L’achat français comme l’achat bio est couteux hors discount. Les équipages assoupis des agences de publicité et de marketing qui vantaient le consommActeur du nouveau monde à venir planchent sur leur nouveau pipoti pipota : le consommateur citoyen. Encore une façon de transférer la responsabilité sur le citoyen.

    Des décades auparavant, les mêmes élites nous vendaient un pacte faustien : gagner en tant que consommateur ce que nous allions perdre en tant que producteur. C’était l’époque des délocalisations. Le capitalisme, dès les années 70, avait compris qu’il y avait beaucoup plus d’argent à gagner de la propension des gens à acheter n’importe quoi qu’à les faire travailler plus. On nous parlait alors de société de loisirs qui reposait sur la consommation. Puis vint l’Euro et l’accélération de la mondialisation. La concurrence endiablée ne pouvait plus permettre d’augmenter les salaires pour cause de compétitivité. Qu’importe, les gains de pouvoir d’achat liés à la mondialisation rééquilibreraient le tout.

    Le virus que l’on présente comme un choc exogène pour exonérer le libre échangisme mondialisé de toute responsabilité, anéantit tout cela. Avec effroi, les élus qui n’ont pas tenu compte des votes du peuple découvrent que dans les démocraties de Marché l’acte d’achat est plus important que le droit de vote et que notre avenir commun se décide au centre commercial ! Achetez français, vieux slogan communiste devient le mot d’ordre des libéraux. De l’urne électorale à l’urne funéraire, la différence tient à la qualité de la crémation…

    Le Virus est l’agent invisible qui rend visible à tous et à toutes ce qui était caché aux yeux et à l’entendement. Le virus agit comme un puissant révélateur généralisé de tout ce qui était dissimulé, ou qui l’était encore. Les habitudes des gens, leur usage de l’internet et des réseaux sociaux, la misère, le prolétariat invisible, la réalité des moyens des hôpitaux, les vérités, mensonges et dénis, les turpitudes du pouvoir d’État et du capitalisme, industriel comme financier. Et aussi du vrai du faux, de l’articulation du réel, de la réalité et du symbolique, de la puissante réalité de l'irrationnel, de la vraie solidarité comme du repli sur soi… Cette fonction révélatrice du virus représente, que l'on en soit conscient ou non, un formidable bouleversement culturel, des savoirs, des prises de consciences des uns et des autres et des uns sur les autres. De nouvelles lignes de rapport de force, de ruptures,  d’alliances, d’associations se dessinent. C'est sans précédent. Surtout dans un monde de 7 milliards d’habitants. Bien sûr, on cherche des responsables, des coupables , dans toutes les strates de la société, des gens qui savaient et n’ont rien dit pour ne rien faire de couteux, des gens qui ne se sont pas donnés la peine, ou qui tout simplement, ne pouvaient chercher, des gens qui avaient l’intuition, mais n’en avaient pas la preuve, des gens qui ne savaient rien, mais avaient des avis sur tout, des gens qui avaient contribué à détruire les moyens dont nous manquons cruellement etc… Le virus se joue de tout cela. Les structures verticales hiérarchiques entrainées de longue date à prélever, exploiter et réduire les moyens se révèlent impuissantes. Dans ce contexte d’anomie, les individus séparés les uns des autres, ne sont plus reliés presque uniquement entre eux que par leur référence à la chaine de commandement des « gouvernances ». La destruction des liens sociaux horizontaux, incluant solidarités, conflictualités, amours, rivalités, amitiés, est la manifestation de l’aliénation sociale, de l’a-liénation, de l’absence du « relier ». Les individus sont dénudés de leur subjectivité qui se conjugue si bien sur le mode social (je, tu, il, elle, nous, vous, ils elles). Reste le « moi », nu et vulnérable, « narcissisé », prêt à être recouvert de la tutelle protectrice de la gouvernance algorithmique qui se substitue aux liens sociaux horizontaux dissous. La chaine hiérarchique qui relie tous ces « moi » aliénés car dénudés de leur subjectivité diffuse directement son emprise dans le corps social sans intermédiaires. Est-ce cela le biopolitique qui organise la traite du vivant aux dépens de l’existence ? Alors comment y croire encore, même juste un instant puisque l’instant présent est tout ce qui nous reste ? Comment y croire lorsque des gouvernants délégitimés par leurs mensonges nous apparaissent comme des prêtres pédophiles qui nous exhorteraient à croire ?

    Non au référendum, non au passeport santé, non à la bulle verte

    Une belle synthèse de mon ami André Bellon, une des rares bonnes rencontres que j'ai pu faire cette année dans le monde réel.

    https://www.pouruneconstituante.fr/spip.php?article1834

  • Le travail ou la vie...

    medef,bouzou,covid,coronavirus,retraité,chomeurs,rsistes,maldie economique,fin capitalisme,mondialisation,futur,no futur,

     

    Lorsqu’on écoute le MEDEF, Nicolas Bouzou ou BFM Business, on en arrive à la conclusion que le seul endroit où l’on ne risque pas d’attraper le COVID c’est au travail. Si vous vous contentez de travailler et de rentrer chez vous sans voir personne alors vous n’avez aucun risque. Par contre, si vous êtes inactif, chômeur ou Rsistes ou retraités, alors vous êtes plus que mal…

    Vous remarquez que dans ce raisonnement, on oublie les moyens de transport pour se rendre au travail mais peu importe. Bref, métro, boulot, dodo, plus aucun contact extérieur. L’État mondialisé sera donc sous peu un hôpital psychiatrique sur toute la surface de la planète. Un peuplement de malades garantit la paix sociale. L’immense majorité lobotomisée dès sa naissance jouira de ce bonheur ouaté. Les résistants seront soignés à coups d’amendes. L’euthanasie économique des inactifs sera généralisée par l’État hygiénique et soi-disant écologique. Seule bonne nouvelle, les séniors qui s’obstinent à rester vivants en consommant masse de médicaments pour voir leurs petites enfants, deviendront des passagers en partance de leur lassitude de vivre. La réforme des retraites est commencée. Dans le même temps, entre COVID et terrorisme, blouses blanches et bleues confondues au service de la puissance publique sont saisies d'effroi. Quand, après avoir si bien anticipé les désirs de leurs employeurs et travaillé avec ardeur, elle sont sont épurées à leur tour. Malheureuses bêtes de sommes, hagardes,  revenues à l'état de travailleurs ordinaires.Chômage précédant parfois une dépression et même nous le savons maintenant une décapitation.

    Education et Santé sont les deux budgets que l'on veut réduire au lieu de les revaloriser et tout cela parce que comme l'écrit Christopher Lash , les élites ne mettent plus leur enfants dans l'école publique (trop risqué) et ne se sont font plus soigner dans  les hôpitaux publics. Réveillons nous !!!!

     

     

     

  • Tout le monde à poil !!!

    laissez faire,liberalisme,economie administree,economie planifiée,mondialisation,futur,tres grande depression,mutation,repression,crise euro,covid,coronavirus

     

    Dans le cabaret de la mondialisation, l’État se livre à un strip-tease au terme duquel il ne conserve que le minimum indispensable : sa force de répression. Sa base matérielle détruite, sa souveraineté et son indépendance  annulées, sa classe politique effacée, l’État-nation devient un simple appareil de sécurité au service des méga-entreprises...

    Les nouveaux maîtres du monde n’ont pas besoin de gouverner directement. Les gouvernements nationaux se chargent d’administrer les affaires pour leur compte

     

    Il est évident que l’on n’attend plus de l’État, dans sa condition actuelle, qu’il accomplisse la plupart des fonctions qui étaient autrefois considérées comme leur raison d’être. Il y a cependant une fonction qui, plus que toutes les autres, a été visiblement abandonnée par l’État orthodoxe, ou qui lui a été arrachée, celle qui consiste à maintenir l’« équilibre dynamique » que Castoriadis décrit comme « l’égalité approximative des rythmes d’augmentation de la consommation et d’élévation de la productivité » — cette tâche qui a conduit régulièrement les États souverains à interdire certaines importations ou exportations, à imposer des barrières douanières, ou à stimuler la demande intérieure à la manière keynésienne. Dès que l’on évoque désormais une relance par la demande, des économistes se lèvent pour affirmer que les gens achèteront des produits étrangers et pas des produits français et que cela ne profitera pas à notre économie. Comme si nous étions responsables d’avoir abandonné des pans entiers de nos économies. De même lorsqu’on évoque les fameuses relocalisations, on évacue que pour des questions de coûts, ces nouvelles tâches relocalisées puissent être effectuées en toute légalité par des travailleurs détachés. Je précise que je n’ai rien contre les travailleurs détachés dans le 93 où je vis, nous en avons pléthores et ils n’ont pas une vie facile à vivre agglutinés dans des studios, loin de leurs proches. Dans tous les PMU du 93, vous trouverez une roumaine derrière le bar, car à 450 euros le salaire moyen en Roumanie, cela vaut le coup de faire un boulot aussi dur qu’aucune française n’accepterait de faire. Le contrôle d’un tel « équilibre dynamique » échappe aujourd’hui totalement aux moyens et même aux ambitions de l’écrasante majorité des États que l’on peut encore appeler souverains (du strict point de vue du maintien de l’ordre).

    En ce sens, la crise mondiale ne représente rien de nouveau. En même temps, l’intensité de la crise et la profondeur du fossé entre la richesse sociale produite, qui pourrait potentiellement servir à satisfaire l’ensemble des besoins humains, et l’appauvrissement de larges segments de la population marquent la fin de l’ère du libre marché ou du capitalisme libéral. Elles indiquent que  la forme économique présente est incapable d’utiliser, au profit de tous les membres de la société, les forces qu’elle développe. Parce que ce développement n’est pas historiquement contingent mais qu’il résulte de la dynamique même du capitalisme libéral, toute tentative de reconstituer une organisation sociale fondée sur les mécanismes de l’économie libérale se révèle vouée à l’échec. Tout indique qu’il est inutile de chercher à rétablir les conditions techniques, économiques et socio-psychologiques d’une économie de libre marché.

    Bien que le capitalisme libéral ne puisse pas être reconstitué, il a engendré la possibilité d’un nouvel ordre social qui pourrait résoudre les difficultés de l’ancien : la dialectique des forces productives et des rapports de production qui sous-tend le développement du capitalisme de libre marché a rendu possible l’économie planifiée. Cependant – et c’est le tournant décisif –, cette économie n’est pas socialiste. Le laissez-faire et le capitalisme ne sont pas nécessairement identiques et la situation économique peut être stabilisée dans le cadre même du capitalisme par l’intervention massive et permanente de l’État dans l’économie comme c’est aujourd’hui le cas avec le chômage partiel, les prêts garantis par l’État, les dédommagements et toute la farandole des aides pour les entreprises qui sera en finale bien insuffisante et ne servira qu’à gonfler le bilan de nos banques de créances douteuses et comme il sera impossible de les recapitaliser dans les conditions de Marché, il faudra une nouvelle fois comme dab les sauver.

    Nécronomiquement votre