Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

liberalisme

  • ARMES ET COCAÏNE

     

     

    HYPE.png

    La période faste que certains d'entre nous ont vécu facilitait l’assentiment aux mythes fondateurs du libéralisme mondialisé ; en ces temps de narcissisme orgueilleux – si lointains aujourd’hui –, les difficultés et les guerres des autres, dommages collatéraux de l’économie de marché prospère et productive qui se passaient dan les autres pays n’étaient que des mélodrames divertissants pour le feuilleton sentimental du journal télévisé animé par les bimbos de 'info. Je me souviens encore quand Reagan pour faire peur aux russes avait lancé son programme de guerre des étoiles. A cette époque tout le monde y a cru, la guerre allait se passer dans l'espace....Celui qui va tomber de haut, c'est Zelensky. Comme je l'écrivais à l'époque pour tempérer l'optimisme général « que ceux qui croient que l'Ukraine va gagner éteignent la play station...

     

    La pensée nécronomiste du jour :

     

    Dans le travail conçu comme valeur morale en soi, le travail lui-même justifie le produit (le résultat), au sujet duquel toute interrogation devient superflue : la production du pire est encore de la production, donc sacro-sainte.

  • COMMENT LE CAPITALISME FINANCIER VA SURVIVRE AUX HOMMES

    REPUBLICATION DE MA NOTE DU 28 OCT 2020 tellement j'en suis content

    Croire que ce que nous vivons enterre le capitalisme financiarisé est une vue de l’esprit. Jamais au contraire, le grand rêve de la finance de marché de reporter les risques sur les autres agents, et notamment sur les personnes et de s’immuniser contre les aléas de l’économie réelle n’a atteint un tel degré. Si l’on voulait avoir une preuve, il suffit de regarder les cours de bourse, et tout ce qui a été mis en œuvre pour obtenir un résultat aussi improbable. Cette immunité a été conquise d’étape en étape, crise après crise.Depuis sa première conquête des années 80-90 qui a vu la naissance du capitalisme financier planche de salut d’un capitalisme jusqu'à aujourd'hui, la finance n'a cessé de se renforcer. Le capitalisme financier a vu le jour car le capitalisme n'arrivait plus à extraire la plus-value de l'économie réelle.

    C’est ainsi que les hedge funds - soutenus par la politique et les banques centrales – ont imposés un nouveau système adapté à l'élite financière et à ses besoins.

    Afin de comprendre le contexte de ce bouleversement historique, il est important de se débarrasser de l'erreur actuellement la plus répandue et la plus fortement promue par les médias selon laquelle tout cela a quelque chose à voir avec le nouveau coronavirus. Le fait est que les problèmes du secteur financier existaient bien avant la pandémie et auraient eu des conséquences désastreuses même sans eux. Nous l’avons constaté lors de la crise de 2008. Le virus ne sert que d'aide bienvenue à ceux qui dirigent le secteur financier. Il attire l'attention de tous depuis quelques semaines maintenant, permettant à l'élite financière de poursuivre son propre programme en grande partie sans être dérangé.

    Pour comprendre ce programme, il faut se pencher sur les développements récents de notre système financier. Tout a commencé par la déréglementation, c'est-à-dire la suppression progressive des restrictions légales pour les banques. Au cours de cette déréglementation, des hedge funds ont été agréés, c'est-à-dire des sociétés de gestion d'actifs dont la clientèle est presque exclusivement constituée de «particuliers fortunés» - les ultra-riches de ce monde. Ces hedge funds sont autorisés à fonctionner comme des banques, mais ne sont pas soumis à leurs restrictions légales. Son approbation a été un cadeau historique pour le secteur bancaire, car elle a permis aux banques de créer elles-mêmes des fonds spéculatifs, contournant ainsi toutes les restrictions légales qui leur étaient imposées. Ce que l’on appelle le Shadow banking, la finance de l’ombre.

    Le public international n'apprend presque rien sur tout cela. Au lieu de cela, les médias et la politique dirigent l'attention des gens exclusivement sur la pandémie corona, donnant aux fonds spéculatifs la possibilité d'utiliser la crise actuelle à leur propre avantage, malgré d'énormes pertes, et de piller le système en ruine avec le soutien actif des banques centrales. Comment expliquer autrement :

    • que les fonds spéculatifs qui sont dans une situation désespérée à cause de la spéculation effrénée sont soutenus par les banques centrales avec des milliards et des billions de milliards de milliards?
    • que la Réserve fédérale et la BCE ont engagé un hedge fund - à savoir BlackRock - pour conseiller et organiser cette distribution?
    • que de grandes parties de la classe moyenne sont délibérément ruinées par la fermeture et ont la possibilité de déposer le bilan ou de rejoindre des sociétés de plate-forme soutenues par de grands fonds spéculatifs?
    • que les grandes entreprises soutenues par des fonds spéculatifs comme Amazon peuvent continuer à travailler malgré la fermeture, faire de nouvelles embauches et faire d'énormes profits, tandis que les propriétaires de petites entreprises n'ont pas le droit d'exercer leur profession?
    • que les entreprises, qui dans le passé ont fait grimper le cours de leurs actions par des rachats d'actions et ont ainsi rapporté d'énormes sommes d'argent pour les hedge funds, reçoivent maintenant des milliards d'aide de l'argent des contribuables?

    La liste pourrait s'allonger encore et encore et aboutir à la même conclusion: aucune de ces mesures ne sert la majorité des travailleurs et aucune ne contribue à stabiliser le système actuel. Au contraire, les mesures accéléreront sa disparition et aideront ceux qui le pillent actuellement à être aux premières lignes lors du redémarrage.

    Mais comme ce nouveau départ entraînera certainement un chômage de masse, la fin d'une grande partie de la classe moyenne, une baisse drastique du niveau de vie de la majorité de la population et une nouvelle explosion des inégalités sociales, il faut s'attendre à une résistance de la part des personnes touchées et une réponse - du côté politique avec des mesures répressives.

     

  • Charia du Marché et capitalisme mollahrisé

     

    "Ça m'a toujours choqué de rentrer dans un hypermarché et de voir qu'il y avait un rayon de telle cuisine communautaire et de telle autre à côté [...] C'est comme ça, que ça commence le communautarisme.

    Je n’ai pas un mot à retirer à mes propos. Pas un. Oui le capitalisme a aussi une responsabilité dans la société, tout ne peut pas faire objet d’argent. Merci d’écouter mes propos en entier. Ils sont éminemment républicains.

    Que veut prouver Darmanin ? Que le capitalisme moralisé est supérieur au capitalisme mollahrisé ? Que la charia du Marché (soldes toutes l’année, flexibilité des emplois) est supérieure à la charia ?

    Boirons nous la lie jusqu’à l’hallal ?

    Visiblement Darmanin n’a pas compris comment fonctionnait le capitalisme !

    Qu’ on le veuille ou non le communautarisme est le modèle américain dans lequel nous jouons (we play together we pay together). Qu’est-ce que la communauté ? La communauté est un groupe d’intérêt qui filtre les besoins. Macron d’ailleurs ne parle plus de communautarisme mais de séparatisme car il sait que le communautarisme est indissociable du capitalisme qu’il chérit tant.

    Dans le ghetto où je vis et où la république laïque a perdu, tout est communautaire. Les gens s’en sortent par la circulation au sein de la communauté. Le capitalisme moralisé que souhaite Darmanin n’existe pas et n’existera jamais. À moins qu’il souhaite mettre en place un conseil du culte de la consommation.cpitalisme mollahrisé,charia du Marché,darmanin,macron,communautarisme,liberalisme,capitalisme