Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • le Gouv lance les comités citoyens

     

    Lire la suite

  • LE FUTUR ET LAGARDE A VUE (sous le règne des banquiers centraux non élus)

      bce,fed,cryptomonnaie,cdbc,avenir capitalisme,fin des banques,salire vital,planification         

    Nous le savons, les banques sont sous-capitalisées et n’ont toujours pas extrait de leur bilan les créances douteuses issues des subprimes et de la crise de 2008. Pourquoi le feraient-elles avec la manne de la BCE ?

    Ce faisant elles jouent contre elles-mêmes.

    Il ne fait toutefois  aucun doute que les banques centrales souhaitent accroître leur contrôle sur la monnaie et son utilisation, supprimant ainsi l'obstacle des banques commerciales qui produisent l'essentiel de la monnaie en circulation grâce à l'expansion du crédit bancaire. D'un point de vue étatiste, la banque commerciale est un dinosaure, un vestige dépassé de marchés libres, perpétuant un risque systémique inutile et remplacé par la technologie. Les réseaux d'agences disparaîtront avec l'argent liquide, modifiant à jamais les relations entre les banques et le grand public.

     En introduisant des comptes bancaires centraux directs pour les membres du public et toutes les entreprises, les banques commerciales deviennent superflues et peuvent être autorisées à mourir. Et si une personne fait faillite avant la fin des banques commerciales, la possibilité de transférer tous ses prêts et dépôts dans les livres d’une banque centrale existera alors. L'élimination du risque systémique par la suppression des banques commerciales est l'un des nombreux objectifs probables à long terme des CBDC (les banques centrales ne voulaient pas employer  le terme de cryptomonnaies donc on appelle ça des CDBC Central Bank Digital Currency). Les banques commerciales peuvent se retrouver avec le rôle des activités de banque d'investissement sur les marchés de capitaux.

    On peut imaginer que le développement des CBDC va encore plus loin que le simple remplacement du cash. La stimulation en déposant de l'argent sur des comptes personnels peut être utilisée pour cibler l'augmentation des dépenses des consommateurs, voire des groupes de consommateurs, triés par richesse, emplacement ou d'autres facteurs. 
    À terme, le financement de tous les projets d'investissement passera sous le contrôle direct de la banque centrale. Et les dépôts d'épargne, toujours perçus comme un frein à la consommation, peuvent être bannis. Des capitaux peuvent être mis à la disposition des régimes gouvernementaux et des entreprises favorisées sur la base de la décision de la banque centrale.

    Une future déclaration du gouvernement pourrait être publiée sur les lignes suivantes:

    «Votre gouvernement est heureux d'annoncer que le Bureau national d'audit a approuvé un certain nombre de projets d'infrastructure visant à améliorer les communications entre les centres administratifs. Cet investissement sur dix ans garantira environ 500 000 emplois. Le coût sur la durée de vie du projet est de XXX milliards d'unités monétaires. La Banque centrale a confirmé qu'elle mettra le financement de ces projets à la disposition de votre gouvernement et des entrepreneurs agréés du secteur privé. »

    Ce serait le paradis des planificateurs. En outre, l'argent de la CBDC peut être retenu ou gelé pour toute personne soupçonnée de crimes et d'évasion fiscale, les affamant en aveux de culpabilité. La justification est toujours qu’il est dans l’intérêt national de veiller à ce que les délits financiers et fiscaux soient éliminés - ce que les banques commerciales ont singulièrement omis de faire. Les paiements à l'étranger peuvent être acheminés via d'autres CBDC, ce qui permet au réseau de la banque centrale de contrôler le commerce mondial. Imaginez simplement que le commerce extérieur se fasse à travers une version plus grande du système de règlement TARGET2 de la zone euro!

     Dans les économies avancées, Covid-19 a presque éliminé les liquidités, qui sont sans aucun doute destinées à être entièrement remplacées par les CBDC. La fin de l'argent liquide et des dépôts bancaires permettra à la banque centrale de plafonner le montant d'argent liquide que tout le monde peut détenir et de s'assurer que chacun reçoit un «salaire vital». Déjà signalé, une autre intention est d'éliminer le fardeau des taux d'intérêt et en contrôlant où la masse
    monétaire est élargie, de gérer l'économie.

    La fin des monnaies fiduciaires viendra probablement tôt ou tard, à cause des conséquences de l’impression massive de monnaie d’aujourd’hui, en particulier de dollars. Déjà, les dépenses du gouvernement américain sont financées beaucoup plus par la dépréciation de la monnaie que par les impôts, une condition qui continuera presque certainement à se détériorer rapidement dans les mois à venir. En outre, le système bancaire mondial, qui est extrêmement faiblement capitalisé, fait face à un tsunami de créances douteuses qui ne peut conduire qu'à une défaillance systémique - très probablement dans la zone euro au départ, mais menaçant toutes les autres juridictions par des risques de contrepartie. Il arrive à un point critique et est susceptible de se produire bientôt, peut-être déclenché par la deuxième vague de covid.

    Bien avant les deux ou trois ans requis pour qu'une CBDC soit opérationnelle, la monnaie fiduciaire de réserve mondiale, le dollar américain, est déjà hyper-gonflée. Il y a des signes que les marchés commencent à comprendre cela. Le prix du Bitcoin a fortement augmenté, envoyant des signaux à tout le monde que le différentiel entre sa quantité finalement fixée et les taux d'accélération de la dégradation de la monnaie fiduciaire alimente considérablement le prix.

    Malgré la crise économique, les marchés boursiers sont poussés vers de nouveaux sommets, les clients non financiers jugeant les actions préférables aux dépôts bancaires. Cela n’a pas aidé la Fed à ramener les taux de dépôt à zéro en mars dernier, bien en deçà de la préférence temporelle de chacun. La Fed a également promis un QE infini afin de financer le déficit budgétaire. Par conséquent, il n'est pas surprenant que les particuliers et les entreprises passent de leurs soldes de trésorerie à des actifs financiers et autres, à l'exception notable des obligations à taux fixe. La hausse des prix des produits de base et des matières premières nous indique également que des dollars sont vendus sur ces marchés.

    Si tout ce qui est ici annoncé alors cela devait se produire, les planificateurs deviendraient les maîtres du monde et le libéralisme le plus exarcerbé aura enfanté une société de contrôle. Mais ça vous commencez à y être habitué.

     Nécronomiquement votre

    Lire la suite

  • Le grand Reset fait hurler (de rire) les loups de Wall Street

    le grand reset,hold up,schwab,covid,bulle verte,fin capitalisme,grand effondrement,societe de controle,futur,mensonge,syteme,anarchieLe spectacle de l’affrontement de deux mensonges rivaux (Le Grand Reset et Holdup) qui ne sont pas présentés comme mensongers, évidemment, mais comme la négation réciproque l’un de l’autre entraîne que si l’un est faux, l’autre doit nécessairement être vrai. Mais si il ne s’agissait que du spectacle d’une négation et non d’une négation réelle ; ils sont donc tous les deux faux, tous les deux mensonges.

     Cependant, quoique illusoire, cette présentation des événements réels devient réelle dans la mesure où elle contribue à ce que les populations se tiennent tranquilles, ce qui est bien un élément réel du cours du monde et surtout le but recherché par dessus tout. C’est le faux qui devient un moment réel par sa présentation de la réalité . Le réel paraît dans le faux et de ce fait il devient réellement agissant comme mensonge. Nous le constatons tous les jours dans l'histoire du coronavirus.

    Quand on parle un peu sérieusement avec les traders de Wall Street du Grand Reset, ils pissent de rire. Du coup, j ai lu le bouquin de Schwab le nouveau pape du capitalisme et le théoricien du Grand Reset et il est vrai que son histoire du capitalisme des parties prenantes est quand même assez burlesque. Le Grand Reset comme nous l’avons dit précédemment n’est pas un complot, juste l’idée d’un prochain moteur d’accumulation du capital.  Klaus Schwab est un homme intelligent. Il voit très clairement que le capitalisme prendra fin si les choses continuent comme avant. C'est pourquoi Schwab estime qu'après la phase de capitalisme d'État, qu'il voit dans le New Deal de Roosevelt et l'industrialisation de rattrapage de certains pays du tiers monde, et le radicalisme de marché qui s'ensuit, qu'il appelle simplement «libéralisme», c'est maintenant son tour au «capitalisme des parties prenantes»d être, contrairement au capitalisme actionnarial.

    Cela signifie que l'entrepreneur capitaliste n'est pas seulement obligé envers ses actionnaires. Il doit également emmener l'environnement avec lui. Cependant, il n'y a pas de place ici pour les coopératives et les entreprises de droit public. Le principe du profit doit imprégner toutes les couches de la société.

    À Wall Street, Schwab est considéré comme un utopiste comme Charles Fourier ou Auguste comte les idoles de Michel Houellebecq (voir son dernier livre Interventions). Je peux vous assurer qu’il ne terrorise personne. Il est pris simplement pour un penseur doux dingue qui attend avec impatience son heure de gloire à 82 ans. Toutefois si son pipoti pipota pouvait arriver à faire décoller la bulle verte qui tarde à prendre son envol, la Money Power pourra le remercier comme on remercie un idiot utile du système.

    C'est pourquoi le sommet économique mondial de Davos a pour devise: The Great Reset – La Grande réinitialisation. Peu de temps avant au mois d’avril, les jeunes acteurs des seniors de Davos se retrouvaient à la table des chats des vidéoconférences. Ils se sont ensuite connectés de tous les coins de ce globe. De jeunes talents du beau nouveau monde de la techno se sont rencontrés sur Internet sous le slogan «Reset Everything». Disciples euphoriques du nouveau monde du plastique artificiel. Il s'agissait de la 5G, du transhumanisme, de l'intelligence artificielle, de la crypto-monnaie, de nouveaux types de vaccinations et de la prolongation de la vie.

    Des super riches qui veulent aider le monde de manière désintéressée et prouver que le capitalisme peut être correct (lol)

    Alors maintenant, la grande réinitialisation. Cependant, elle n'est pas tout à fait tombée du ciel. L'ONU avait déjà adopté son Agenda 2030 en 2015, qui indique déjà des éléments essentiels de la réorganisation mondiale actuelle. Cela a été réaffirmé par un partenariat stratégique entre l'ONU et le Forum économique mondial en juin 2019. Le partenariat entre Bill Gates et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a ici son pendant dans la modélisation du futur monde artificiel.

    Et il est extrêmement révélateur de savoir qui était présent dans The Great Reset.

    On y retrouvait Jennifer Morgan de Greenpeace. Également le secrétaire général de la Confédération syndicale mondiale Sharan Burrow. Son Altesse Royale le Prince Charles, qui traîne ses mots en bois sur la protection de la nature. Puis le subordonné de Schwab, le secrétaire général de l'ONU António Guterres, avec son salut flegmatique. Nous trouvons Ingmar Rentzhog. Vous savez qui c’est ? Rentzhog est la jeune entrepreneuse suédoise qui a inventé l'icône de la pop climatique Greta Thunberg, et qui a ensuite levé des dizaines de millions avec son nom pour sa startup «Nous n'avons pas le temps».

    Alex Bates de Neocortex Ventures investit dans l'intelligence artificielle. Le club des jeunes entrepreneurs 500 startups fait également partie de la grande réinitialisation. Et aussi Webit.  À l'exception de cette année, Webit a organisé de gigantesques congrès au cours desquels des innovations passionnantes du beau monde des ordinateurs et d'Internet ont été présentées et récompensées. Jusqu'à 15 000 fanatiques de la technologie s'y retrouvent. Une attraction, par exemple, était la poupée parlante humanoïde Sophia.

    Le Nouveau Monde

    Dans une vidéo de la période de pré-réinitialisation, l'église Klaus Schwab nous explique le nouveau monde courageux de l'artificialité absolue. La bioéthicienne Nita Farahany pense à quel point il est fascinant que les gens puissent maintenant visualiser les pensées des gens sur l'écran et qu'il sera bientôt possible de déchiffrer la «boîte noire» des pensées les plus intimes des gens.

    Présent également Le neuro-éthicien Gustav Gründgens qui conseille également le gouvernement américain dans le comité appelé Brain Research en faisant progresser les neurotechnologies innovantes (BRAIN). Le gouvernement américain et le réseau de recherche de la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) du Pentagone aimeraient également se pencher directement sur nos cerveaux. Bien sûr, nous sommes rassurés, il s'agit de guérir la maladie d'Alzheimer et les maladies connexes. Comme ci comme ça. Et bien sûr, le contrôle neuronal des humains ne concerne que de manière désintéressée le fait que ceux qui sont confinés aux fauteuils roulants puissent à nouveau marcher heureux.

    Il y a beaucoup de super-riches qui veulent de manière désintéressée aider l'humanité. Nous sommes obligés de lutter avec Bill Gates et ses vaccins génétiquement modifiés.

    Mais Bill Gates veut aussi libérer les Africains du fléau du paludisme. C'est pourquoi son équipe travaille fébrilement pour changer les séquences génétiques des moustiques qui transmettent le paludisme afin qu'ils ne transmettent plus le gène qui cause l'altération . Et Bill Gates ne serait pas Bill Gates s'il ne voulait pas non plus sauver l'atmosphère terrestre.

    L'atmosphère est censée être préservée grâce à la pulvérisation de produits chimiques . Et Elon Musk, avec sa société spatiale SpaceX, est désormais un leader des voyages spatiaux, tandis que la NASA, qui lui est contractuellement associée, n'est que le partenaire junior et financier.

    Il est à noter que la République populaire de Chine est aussi impliquée dans la grande réinitialisation de Schwab . Comme je l'ai dit, Klaus Schwab est un homme intelligent. Il a reconnu que l'appareil d'État n'était pas entièrement indispensable au succès de son redémarrage mondial. La machine de pouvoir de la Chine avec ses stabilisateurs, l'Armée populaire, le Parti communiste et l'appareil d'État, s'harmonise parfaitement avec les ambitions de multi-milliardaires comme Jack Ma. Et avec quelle fluidité, rapidité et efficacité cette machine électrique chinoise a introduit le nouveau super réseau 5G, qui non seulement fait une impression sur l'Occident, qui est habitué à la victoire, mais aussi un peu de peur.

    Voilà donc ce monde nouveau qui comme je l’annonçais il y plus de dix ans dans Crise et Mutation marie l’écologie et les nouvelles techno.

     

     

    Lire la suite