Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bce

  • L'Europe décapitée des capitaux

    1701_Lagarde.pngLe nombre de faillites d’entreprises en Allemagne est sans précédent. En mars, l’augmentation mensuelle a été de 9 % pour un total de 1 297, alors que sur une base annuelle nous sommes même à +35 % et +30 % par rapport à la moyenne du troisième mois de l’année sur la période pré-Covid de trois ans 2016-2019. Je le répète , aMis nécros, nous parlons de l’Allemagne, l’ancienne locomotive de l’Europe

    En d’autres termes, l’Allemagne est devenue une économie totalement dépendante des subventions et des aides d’État. Le chef-d’œuvre de la Commission européenne et de la BCE est terminé. Les États-Unis leur en sont sincèrement reconnaissants.

    Prenez note de cette phrase du chef des industriels allemands : Les importations de gaz naturel liquéfié (en provenance des États-Unis) placent toujours nos entreprises dans une situation économique nettement désavantageuse par rapport à l’époque où elles pouvaient compter sur un flux garanti de gaz russe par voie terrestre et à des prix abordables. Aussitôt dit, aussitôt fait, ThyssenKrupp vient d’annoncer des réductions de production (et donc d’emplois) dans ses usines allemandes, précisément à cause des coûts de l’énergie qui ont fortement réduit les marges.

    Par coïncidence ??? Macron qui a ouvert la porte à Total Energies et en bon vassal n’avait qu’une seule priorité à répondre ces derniers mois d’atlantisme pro-ukrainien paroxystique : se voir garantir par les États-Unis une part du nouveau business énergétique rendu possible par le régime de sanctions imposé par l’UE. C’est-à-dire du gaz liquéfié. l' énergie dont le coût, selon Markus Krebber, fait que les entreprises teutoniques commencent à être handicapées. Comme les golfeurs. Ou un coureur d’un cent mètres forcé de courir avec des poids sur les chevilles.

    L'Europe des nations chère aux souverainistes est une utopie. Nous sommes tous des concurrents.

    Selon Christine Hagarde, « il est impératif d’agir rapidement et de faire avancer l’Union des marchés de capitaux », car la productivité décevante actuelle et la croissance plutôt faible sont également dues à son absence, entre autres. L’objectif est de fusionner toutes les bourses européennes en une seule, réduisant ainsi la fragmentation qui compte actuellement 22 groupes gérant 35 cotations et 41 marchés boursiers. 

    Elle reprend ansi l'idée de Napo Macro

     

  • TOP GUN DE LA PLANCHE A BILLETS

    bce,planche a billet,armement,exportation,ukraineBon les mecs, ayez quand même pas trop peur des gesticulations de Macron, la France étant le deuxième exportateur mondial d'armement, le consortium franco-allemand polonais pour produire des armes n'est juste qu'un moyen de réactiver la planche à la BCE avec Lagarde à vue et nous venir en secours puisque les seuls trucs que l'on sait exporter, c'est le luxe, le pinard et les armes....Thierry Breton a fait le job...

    Quel surfeur ce Macron

  • Hagarde à vue

    849644764.jpg

    Vous le savez dans les Démocraties de Marché, il n'y en à qu'un qui décide, c'est Powell le patron de la FED.

    Raison pour laquelle on a mis Hagarde à la BCE puisqu'elle est experte en natation synchronisée avec la FED.

    Avec 37 pour cent, le nombre d'entreprises américaines au bord de l'insolvabilité est le plus élevé depuis 50 ans.

    Cette analyse de la Fed conclut donc que les mesures de politique monétaire prises actuellement suffisent à elles seules à provoquer la plus grande récession depuis les années 1970.

    Bref, on a pas l'impression que cela soit un atterrissage en douceur (soft landing) mais plutôt en atterrissage en douleur (hard landing). On est pas vraiment dans la recession contrôlée destinée à faire baisser l'inflation.

    Y a plus que Lemaire du village global qui reste optimiste...

    The Fed - Distressed Firms and the Large Effects of Monetary Policy Tightenings (federalreserve.gov)