Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fed

  • Quand le docteur Doom parle

    On l'écoute !

     

    La vraie question qui est posée est de savoir si les banquiers centraux renonceront au contrôle de l'inflation. Car pour cela, il faudrait appuyer sur le bouton de la hausse des taux en 2023. Va t on donc continuer à favoriser des bulles d'actifs actions et immobiliers ?
    Dans l'immobilier, comme j ai eu l'occasion de l'expliquer cela signifierait aussi une hausse des loyers aujourd'hui déjà deux tiers du budget des menages et l 'impossibilité pour les nouveaux entrants de devenir acquéreur.

    L'avis du Docteur Doom :

    Je préviens depuis plusieurs mois que la combinaison actuelle de politiques monétaires, de crédit et budgétaires toujours relâchées stimulera excessivement la demande globale et conduira à une surchauffe inflationniste. Pour aggraver le problème, les chocs d'offre négatifs à moyen terme réduiront la croissance potentielle et augmenteront les coûts de production. Combinées, ces dynamiques de l'offre et de la demande pourraient conduire à une stagflation à la manière des années 1970 (hausse de l'inflation en période de récession) et même à une grave crise de la dette.
    Jusqu'à récemment, je me concentrais davantage sur les risques à moyen terme. Mais maintenant, on peut faire valoir qu'une stagflation «légère» est déjà en cours. L'inflation augmente aux États-Unis et dans de nombreuses économies avancées, et la croissance ralentit fortement, malgré des mesures massives de relance monétaire, de crédit et budgétaire.

    Il existe désormais un consensus sur le fait que le ralentissement de la croissance aux États-Unis, en Chine, en Europe et dans d'autres grandes économies est le résultat de goulots d'étranglement de l'offre sur les marchés du travail et des biens. La tournure optimiste des analystes et des décideurs de Wall Street est que cette légère stagflation sera temporaire et ne durera qu'aussi longtemps que les goulots d'étranglement de l'offre.

    En fait, plusieurs facteurs expliquent la mini-stagflation de cet été. Pour commencer, le variant Delta augmente temporairement les coûts de production, réduit la croissance de la production et limite l'offre de main-d'œuvre. Les travailleurs, dont beaucoup reçoivent toujours les allocations de chômage améliorées qui expireront en septembre, hésitent à retourner sur le lieu de travail, surtout maintenant que Delta fait rage. Et ceux qui ont des enfants peuvent devoir rester à la maison, en raison des fermetures d'écoles et du manque de services de garde abordables.

    Du côté de la production, Delta perturbe la réouverture de nombreux secteurs de services et jette une clé à molette dans les chaînes d'approvisionnement mondiales, les ports et les systèmes logistiques. Les pénuries d'intrants clés tels que les semi-conducteurs entravent davantage la production de voitures, de produits électroniques et d'autres biens de consommation durables, augmentant ainsi l'inflation.

    Pourtant, les optimistes insistent sur le fait que tout cela est temporaire. Une fois que Delta s'estompera et que les prestations expireront, les travailleurs retourneront sur le marché du travail, les goulots d'étranglement de la production seront résolus, la croissance de la production s'accélérera et l'inflation sous-jacente – qui avoisine désormais les 4% aux États-Unis – retombera vers les 2% de la Réserve fédérale américaine. cible d'ici l'année prochaine.

    Du côté de la demande, on suppose que la Réserve fédérale américaine et d'autres banques centrales commenceront à assouplir leurs politiques monétaires non conventionnelles. Combiné à un certain frein budgétaire l'année prochaine (lorsque les déficits pourraient être plus faibles), cela réduira supposément les risques de surchauffe et maintiendra l'inflation à distance. La légère stagflation d'aujourd'hui cédera ensuite la place à un heureux résultat de boucle d'or - une croissance plus forte et une inflation plus faible - d'ici l'année prochaine.

    Mais que se passe-t-il si cette vision optimiste est erronée et que la pression stagflationniste persiste au-delà de cette année ? Il convient de noter que diverses mesures de l'inflation sont non seulement bien au-dessus de l'objectif, mais aussi de plus en plus persistantes. Par exemple, aux États-Unis, l'inflation sous-jacente, qui exclut les prix volatils des aliments et de l'énergie, devrait toujours avoisiner les 4 % d'ici la fin de l'année. Les politiques macroéconomiques devraient également rester souples, à en juger par les plans de relance de l'administration Biden et la probabilité que les économies faibles de la zone euro enregistrent d'importants déficits budgétaires même en 2022. Et la Banque centrale européenne et de nombreuses autres banques centrales des économies avancées restent pleinement engagées. à poursuivre des politiques non conventionnelles pendant beaucoup plus longtemps.

    Bien que la Fed envisage de réduire son assouplissement quantitatif (QE), elle restera probablement accommodante et en retard sur la courbe dans l'ensemble. Comme la plupart des banques centrales, elle a été attirée dans un « piège de la dette » par la flambée des engagements privés et publics (en pourcentage du PIB) ces dernières années. Même si l'inflation reste supérieure à l'objectif, une sortie prématurée du QE pourrait provoquer un crash des marchés obligataires, du crédit et des actions. Cela soumettrait l'économie à un atterrissage brutal, forçant potentiellement la Fed à faire marche arrière et à reprendre le QE.

    Après tout, c'est ce qui s'est passé entre le quatrième trimestre de 2018 et le premier trimestre de 2019, à la suite de la précédente tentative de la Fed de relever les taux et de réduire le QE. Les marchés du crédit et des actions se sont effondrés et la Fed a dûment arrêté son resserrement politique. Puis, lorsque l'économie américaine a subi un ralentissement causé par la guerre commerciale et une légère saisie du marché des pensions quelques mois plus tard, la Fed est revenue pleinement à la baisse des taux et à la poursuite du QE (par la porte dérobée).

    Tout cela s'est produit une année complète avant que COVID-19 ne bouleverse l'économie et pousse la Fed et d'autres banques centrales à s'engager dans des politiques monétaires non conventionnelles sans précédent, tandis que les gouvernements ont créé les plus gros déficits budgétaires depuis la Grande Dépression. Le véritable test du courage de la Fed viendra lorsque les marchés subiront un choc dans un contexte de ralentissement économique et d'inflation élevée. Très probablement, la Fed va s'évanouir et cligner des yeux.

    Comme je l'ai déjà dit, les chocs d'offre négatifs sont susceptibles de persister à moyen et long terme. On en distingue déjà au moins neuf.


    Pour commencer, il y a la tendance à la démondialisation et à la montée du protectionnisme, la balkanisation et la relocalisation des chaînes d'approvisionnement éloignées, et le vieillissement démographique des économies avancées et des principaux marchés émergents. Des restrictions d'immigration plus strictes entravent la migration des pays du Sud les plus pauvres vers le Nord plus riche. La guerre froide sino-américaine ne fait que commencer, menaçant de fragmenter l'économie mondiale. Et le changement climatique perturbe déjà l'agriculture et provoque des flambées des prix des denrées alimentaires.

    De plus, les pandémies mondiales persistantes conduiront inévitablement à une plus grande autonomie nationale et à des contrôles à l'exportation pour les biens et matériaux clés. La cyberguerre perturbe de plus en plus la production, mais reste très coûteuse à contrôler. Et la réaction politique contre les inégalités de revenus et de richesse incite les autorités fiscales et réglementaires à mettre en œuvre des politiques renforçant le pouvoir des travailleurs et des syndicats, ouvrant la voie à une croissance accélérée des salaires.

    Alors que ces chocs d'offre négatifs persistants menacent de réduire la croissance potentielle, la poursuite de politiques monétaires et budgétaires accommodantes pourrait déclencher un désancrage des anticipations d'inflation. La spirale salaires-prix qui en résulterait inaugurerait alors un environnement de stagflation à moyen terme pire que celui des années 1970 – lorsque les ratios dette/PIB étaient inférieurs à ce qu'ils sont actuellement. C'est pourquoi le risque d'une crise de la dette stagflationniste continuera de planer à moyen terme.

     

     

  • Renverse moi chérie

     Couverture Livre 3-1.jpg

    Le reverse repo fait partie intégrante du système financier et son marché est désormais au centre de l'attention. Je te donne, tu me redonnes et je te redonne. Au foot on appelle ça un double retourné…Dans les films porno on appelle ça le jte prends jte retourne jte retourne tu me prends….

     

     

    L'utilisation de la facilité de prise en pension de la Réserve fédérale a augmenté au cours des deux dernières semaines. Cela signifie que les banques et les institutions financières placent leurs soldes de trésorerie à la Fed du jour au lendemain en échange d'obligations du Trésor. Le lendemain, c'est l'inverse qui se produit lorsque la Fed rachète (repo) les obligations et restitue l'argent aux banques. L'utilisation quotidienne de la facilité de prise en pension a atteint 450 milliards de dollars cette semaine, le niveau le plus élevé depuis 2017, et inhabituel en ce sens que la hausse ne se produit pas sur une date de fin d'année ou de trimestre lorsque les pics précédents sont apparus. Pourquoi est-ce important?

     

    Ce que cela nous dit, c'est que le système financier se noie maintenant dans des liquidités, avec tellement de liquidités qu'il a du mal à en trouver une utilité. La seule option pour les banques et les institutions est de rendre l'argent à la Fed. Ce flux d'argent revenant à la Fed a réduit le taux effectif des fonds fédéraux à seulement 0,06 %, dans une fourchette cible de 0 % à 0,25 %. Si cela continue, le taux effectif des fonds fédéraux deviendra négatif.

     

    C'est très certainement un signal du système financier que l'impression monétaire de la Fed a atteint sa limite. C'est une situation folle dans laquelle la Fed achète des obligations tous les mois, l'argent contrefait étant mis sur le marché, mais doit ensuite vendre les obligations en prise en pension parce que l'argent n'a nulle part où aller.

     Ce qui est sûr c'est qu'il ne va pas dans nos poches. C'est beau le capitalisme sans risques...

  • LE FUTUR ET LAGARDE A VUE (sous le règne des banquiers centraux non élus)

      bce,fed,cryptomonnaie,cdbc,avenir capitalisme,fin des banques,salire vital,planification         

    Nous le savons, les banques sont sous-capitalisées et n’ont toujours pas extrait de leur bilan les créances douteuses issues des subprimes et de la crise de 2008. Pourquoi le feraient-elles avec la manne de la BCE ?

    Ce faisant elles jouent contre elles-mêmes.

    Il ne fait toutefois  aucun doute que les banques centrales souhaitent accroître leur contrôle sur la monnaie et son utilisation, supprimant ainsi l'obstacle des banques commerciales qui produisent l'essentiel de la monnaie en circulation grâce à l'expansion du crédit bancaire. D'un point de vue étatiste, la banque commerciale est un dinosaure, un vestige dépassé de marchés libres, perpétuant un risque systémique inutile et remplacé par la technologie. Les réseaux d'agences disparaîtront avec l'argent liquide, modifiant à jamais les relations entre les banques et le grand public.

     En introduisant des comptes bancaires centraux directs pour les membres du public et toutes les entreprises, les banques commerciales deviennent superflues et peuvent être autorisées à mourir. Et si une personne fait faillite avant la fin des banques commerciales, la possibilité de transférer tous ses prêts et dépôts dans les livres d’une banque centrale existera alors. L'élimination du risque systémique par la suppression des banques commerciales est l'un des nombreux objectifs probables à long terme des CBDC (les banques centrales ne voulaient pas employer  le terme de cryptomonnaies donc on appelle ça des CDBC Central Bank Digital Currency). Les banques commerciales peuvent se retrouver avec le rôle des activités de banque d'investissement sur les marchés de capitaux.

    On peut imaginer que le développement des CBDC va encore plus loin que le simple remplacement du cash. La stimulation en déposant de l'argent sur des comptes personnels peut être utilisée pour cibler l'augmentation des dépenses des consommateurs, voire des groupes de consommateurs, triés par richesse, emplacement ou d'autres facteurs. 
    À terme, le financement de tous les projets d'investissement passera sous le contrôle direct de la banque centrale. Et les dépôts d'épargne, toujours perçus comme un frein à la consommation, peuvent être bannis. Des capitaux peuvent être mis à la disposition des régimes gouvernementaux et des entreprises favorisées sur la base de la décision de la banque centrale.

    Une future déclaration du gouvernement pourrait être publiée sur les lignes suivantes:

    «Votre gouvernement est heureux d'annoncer que le Bureau national d'audit a approuvé un certain nombre de projets d'infrastructure visant à améliorer les communications entre les centres administratifs. Cet investissement sur dix ans garantira environ 500 000 emplois. Le coût sur la durée de vie du projet est de XXX milliards d'unités monétaires. La Banque centrale a confirmé qu'elle mettra le financement de ces projets à la disposition de votre gouvernement et des entrepreneurs agréés du secteur privé. »

    Ce serait le paradis des planificateurs. En outre, l'argent de la CBDC peut être retenu ou gelé pour toute personne soupçonnée de crimes et d'évasion fiscale, les affamant en aveux de culpabilité. La justification est toujours qu’il est dans l’intérêt national de veiller à ce que les délits financiers et fiscaux soient éliminés - ce que les banques commerciales ont singulièrement omis de faire. Les paiements à l'étranger peuvent être acheminés via d'autres CBDC, ce qui permet au réseau de la banque centrale de contrôler le commerce mondial. Imaginez simplement que le commerce extérieur se fasse à travers une version plus grande du système de règlement TARGET2 de la zone euro!

     Dans les économies avancées, Covid-19 a presque éliminé les liquidités, qui sont sans aucun doute destinées à être entièrement remplacées par les CBDC. La fin de l'argent liquide et des dépôts bancaires permettra à la banque centrale de plafonner le montant d'argent liquide que tout le monde peut détenir et de s'assurer que chacun reçoit un «salaire vital». Déjà signalé, une autre intention est d'éliminer le fardeau des taux d'intérêt et en contrôlant où la masse
    monétaire est élargie, de gérer l'économie.

    La fin des monnaies fiduciaires viendra probablement tôt ou tard, à cause des conséquences de l’impression massive de monnaie d’aujourd’hui, en particulier de dollars. Déjà, les dépenses du gouvernement américain sont financées beaucoup plus par la dépréciation de la monnaie que par les impôts, une condition qui continuera presque certainement à se détériorer rapidement dans les mois à venir. En outre, le système bancaire mondial, qui est extrêmement faiblement capitalisé, fait face à un tsunami de créances douteuses qui ne peut conduire qu'à une défaillance systémique - très probablement dans la zone euro au départ, mais menaçant toutes les autres juridictions par des risques de contrepartie. Il arrive à un point critique et est susceptible de se produire bientôt, peut-être déclenché par la deuxième vague de covid.

    Bien avant les deux ou trois ans requis pour qu'une CBDC soit opérationnelle, la monnaie fiduciaire de réserve mondiale, le dollar américain, est déjà hyper-gonflée. Il y a des signes que les marchés commencent à comprendre cela. Le prix du Bitcoin a fortement augmenté, envoyant des signaux à tout le monde que le différentiel entre sa quantité finalement fixée et les taux d'accélération de la dégradation de la monnaie fiduciaire alimente considérablement le prix.

    Malgré la crise économique, les marchés boursiers sont poussés vers de nouveaux sommets, les clients non financiers jugeant les actions préférables aux dépôts bancaires. Cela n’a pas aidé la Fed à ramener les taux de dépôt à zéro en mars dernier, bien en deçà de la préférence temporelle de chacun. La Fed a également promis un QE infini afin de financer le déficit budgétaire. Par conséquent, il n'est pas surprenant que les particuliers et les entreprises passent de leurs soldes de trésorerie à des actifs financiers et autres, à l'exception notable des obligations à taux fixe. La hausse des prix des produits de base et des matières premières nous indique également que des dollars sont vendus sur ces marchés.

    Si tout ce qui est ici annoncé alors cela devait se produire, les planificateurs deviendraient les maîtres du monde et le libéralisme le plus exarcerbé aura enfanté une société de contrôle. Mais ça vous commencez à y être habitué.

     Nécronomiquement votre

    Lire la suite