Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ecologie

  • Résumé d'été (être ou avoir été ?)

    La société contemporaine légitime l’universalité d’une vision unique de la vie, en l’imposant aux sens et à la conscience de tous, via une sphère de manifestations audio-visuelles, bureaucratiques, politiques et économiques, toutes solidaires les unes des autres.

    Guy Debord



    Les journalistes ne comprennent plus du tout l'info pas plus que les éco non nécro

    Tout le monde s'affole sur Uber en disant que Uber ce n'est pas si rentable que cela. Visiblement aucun d'entre eux n'a lu ou compris le business model d'Uber.

    Ce qui fait la valorisation d'Uber c'est que la part du travail dans la valorisation n'est pas importante et le sera de moins en moins comme annoncée. Une plate forme logicielle qui n'emploie que des indépendants flexibles et qui a terme pilotera des voitures autonomes.

    Nous sommes donc précisément dans le cœur de la nécronomie à savoir la Domination du travail mort.

    Depuis les années 80, le capital ne se valorise plus par le travail ou très peu.

    Tout ceux qui ne travaillent pas dans des sociétés où le processus est valorisé par la biais du capital fictif resteront crevards toute leur vie.C'est la raison pour laquelle les gens ne veulent plus travailler dans certains secteurs notamment éducation nationale et Santé qui ont été les premières victimes de la révolte des Élites qui ne veulent plus financer ces sujets qui seront laissés au privé. Les néo-libéraux se battront jusqu'à la dernière parcelle de privatisation. Quant aux commun des mortels, ils loueront....

    En vérité, nous nous rapprochons doucement et cela va s'accentuer avec la mutation du modèle des pays en voie de développement ce que l'on appelle le dualisme productif avec en haut des gens avec des métiers high tech (digital, transition éco) et d'autres en bas des métiers ancestraux C'était le rôle autrefois de l'industrie de stabiliser l'enemble mais bon on en a plus beaucoup d'où le pipoti pipota de la Réindus(heureusement il y a findus) qui sera pour l'essentiel de l'automatisation et de la robotisation donc du travail mort histoire d'être concurrentiel dans l'hypermondialisation à moins que le consommacteur accepte de payer cinq fois plus cher le produit parce qu'il a un autocollant vert ou made in France.

    La « pandémie » était un canot de sauvetage lancé vers une économie en train de se noyer. À proprement parler, il s’agit d’un événement monétaire visant à prolonger la durée de vie de notre mode de production axé sur la finance et en phase terminale. Avec l’aide du virus et maintenant de la guerre sans guerre, le capitalisme tente de se reproduire en simulant des conditions qui ne sont plus disponibles.

    En faisant appel à notre sentiment personnel de culpabilité pour avoir « détruit la planète », les confinements climatiques à venir sont la continuation idéale des restrictions Covid. Si Virus était l’apéritif effrayant, une généreuse portion de l’idéologie de l’empreinte carbone mélangée à la rareté de l’énergie est déjà servie comme repas principal. Un par un, nous sommes persuadés que notre impact négatif sur la planète mérite d’être puni ( le châtiment des neufs orifices). D’abord terrifiés et enrégimentés par le virus et maintenant honteux d’avoir nui à la Terre Mère, nous avons déjà intériorisé le commandement environnemental : notre droit naturel à la vie doit être gagné par le respect des diktats écologiques imposés par le Fonds monétaire international ou la Banque mondiale, et ratifié par les gouvernements technocratiques avec leur police. C’est le réalisme capitaliste dans ce qu’il a de plus cynique.

  • GUERRE SANS GUERRE ET TRANSITION NECROLOGIQUE

     l’Union européenne a dû jeter l’éponge sur le sixième paquet de sanctions, celui qui était également censé inclure le pétrole russe. Ursula Von der Leyen, après avoir quantifié en six mois la période de temps nécessaire à la mise en œuvre concrète de l’interdiction du pétrole brut, a jeté le masque, parlant de la volonté d’aller vite mais aussi de la nécessité de discussions qui durent encore quelques jours. Parce que non seulement le front de l’UE est apparu désuni et faible après l’accord forcé à l’exemption jusqu’à la fin de 2024 pour la Hongrie et la Slovaquie et jusqu’au 30 juin pour la République tchèque, mais, même, Viktor Orban a soulevé les enjeux et a clairement dit comment une interdiction énergétique russe serait justifiée comme  une bombe atomique sur l’économie hongroise.

    Cela dit, Prague a trouvé le courage et a à son tour demandé une prolongation de l’opt-out jusqu’à l’achèvement des travaux des pipelines alternatifs qui garantiraient des flux ’énergie plus importants. Durée estimée, entre 3 et 5 ansImpasse et Ursula Von der Leyen forcées de mettre un bon visage au mauvais jeu: Nous avons besoin de plus de jours de discussion mais nous sommes confiants quant au succès

    En résumé la guerre sans guerre c'est bien mais qui paye ??? Nous aussi on veut bien muter mais va falloir faire tomber la badoit...et pas que de la badoit si vous voulez que l'on vienne s'agglutiner dans votre prochaine bulle verte du monde meilleur...

  • Comme dirait Greta

     

    Ainsi JPC avait cryptographié son nom et décidé pour un temps de s'isoler hors la compagnie choisie de ceux qui étaient revenus de toute morale obscurantiste ou moderniste, de toute mortification ou mollesse, de tout simulacre de repentir ou succédané d'espoir.

    Ce qui laissait peu de monde à l'arrivée. Le monde devenait métanoïaque, raison pour laquelle Facebook changeait de nom.

    Comme l'avait prophétisé l'ami Vincent Directeur du protocole en exil de ce blog « le virtuel sera supérieur au réel »

    Comment en aurait il pu être autrement ?

    Alors que dans le passé, la création de capital fictif servait principalement à accompagner et à soutenir le processus de valorisation capitaliste – comme par exemple le financement préliminaire à de grands investissements –, aujourd’hui, avec l’effondrement des fondements de ce processus, son rôle a changé. L’accumulation du capital a commencé à se fonder principalement non pas sur l’exploitation de la main d’œuvre dans la production de biens, mais sur l’émission massive de titres financiers tels que des actions, des obligations ou des dérivés. Ainsi, le capital fictif s’est transformé en moteur de l’accumulation du capital tandis que la production de biens pour les marchés concrets s’est dégradée en variable dépendante.

    Sa base n’est pas l’exploitation réelle du travail dans la production de biens, mais l’attente de bénéfices futurs dans l’économie réelle, qui devraient en fin de compte découler de l’exploitation de la main d’œuvre supplémentaire. Mais dans la mesure où cette attente, face au développement des forces productives, ne peut être satisfaite, les droits doivent être constamment renouvelés, et le recours anticipé à la valeur future doit être de plus en plus repoussé dans l’avenir. La conséquence en est que la masse des titres financiers est soumise à une contrainte de croissance exponentiellement accrue. C’est pour cette raison que, depuis des décennies, le capital sous forme de titres financiers dépasse largement la valeur des biens immobiliers produits et vendus. L’opinion publique identifie les marchés financiers comme cause de la crise, mais la réalité est qu’une fois les bases d’évaluation dissoutes, l’accumulation de capital ne peut que se poursuivre de cette manière.

    Comme je le dis souvent le modèle des États est devenu celui des entreprises cotées au Nasdaq : Une valorisation basée sur du travail non consommé et des ventes futures.

    Le virtuel est devenu supérieur au réel tout comme le capital fictif est devenu supérieur au capital.

    Dans ce contexte, il n'y a juste qu'a étudier les positions des banquiers centraux et des agences de notation. Le reste c'est du blabla comme dirait Greta !

    X13X