Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bulle verte

  • Négatif en guise d'apéritif

    Je vous avais parlé du port de Shanghai le plus grand centre commercial du monde Et fermer Shanghai en tant que plaque tournante commerciale équivaut à fermer la moitié du monde.



    Nous nous attendons à un impact beaucoup plus important que l’année dernière. Négatif de manière dramatique et destiné à durer tout au long de 2022.

    Interview accordée à Bloomberg par Jacques Vandermeiren, CEO du port d’Anvers, deuxième hub en volume de trafic de conteneurs. En bref, la combinaison dans laquelle nous vivons est le marché boursier maintenant dans le domaine du flirt avec un marché baissier généralisé, des rendements qui explosent, une croissance en stagnation générale et une inflation au plus haut depuis les années quatre-vingt.

    Bref, nous nous dirigeons tout droit vers le Grand Splaaash la piscine des ténèbres de l'économie.

  • VLAD MAD ???

    Les sanctions draconiennes imposées par les dirigeants occidentaux qui parlent dur – principalement le gel des avoirs et l’exclusion des banques russes du système de paiement mondial SWIFT – sont censées nuire à Poutine et à ses « oligarques » soudainement répréhensibles. Cependant, il est loin d’être certain que cet objectif soit réalisable ou même souhaitable. Les États-Unis et l’UE, dont les grandes banques d’investissement sont exposées à la dette russe, peuvent-ils vraiment se permettre le jeu financier du poulet avec la Russie ? Et pourquoi JP Morgan contredirait-elle le récit officiel sur l’implosion économique de l’ennemi en conseillant à  ses clients d’augmenter leurs positions dans une partie de la dette des entreprises russes ? De facto, la mégabanque américaine parie sur la reprise rapide de la Russie.

    De plus, la Russie est le plus grand producteur mondial de presque toutes les matières premières, et avec les niveaux actuels d’inflation croissante à travers le monde, il semble presque impossible, ou suicidaire, de se passer de ses approvisionnements. Est-ce la raison pour laquelle l’abandon progressif du gaz russe par l’Europe a conduit à l’importation de charbon... de Russie? Les médias prédisent que les sanctions provoqueront l’effondrement du rouble, et donc la fin du règne de Poutine. Cependant, Poutine a fait des provisions en réserves de change (devises étrangères) et en particulier en or. Si l’économie russe s’effondre, il pourrait émettre des obligations et couvrir leur valeur avec des stocks de pétrole, d’or et de gaz. Bref, il semble avoir plus d’influence que nos médias voudraient nous le faire croire. Sortir la Russie du système SWIFT libellé en USD donnerait également à Poutine plus d’incitations à chercher d’autres marchés et devises pour commercer (en particulier la Chine), ce qui à son tour saperait davantage l’USD et donc à peu près tout le reste. La dédollarisation tant redoutée de l’économie pourrait rapidement devenir réalité. Par conséquent, que se passe-t-il si les sanctions sont un leurre?

    Tout en intensifiant les mesures restrictives vendues au public comme des actes héroïques, les dirigeants de l’UE et des États-Unis ont dès le début pris soin d’éviter de couper certains poids lourds financiers russes, tels que Sberbank (dont l’Allemagne s’oppose maintenant à la sanction) et surtout Gazprombank – pourquoi ? Sberbank est le plus grand prêteur et détenteur d’actifs de Russie, de sorte qu’un embargo complet impliquerait des dommages collatéraux substantiels pour les banques occidentales. Le véritable éléphant dans la pièce, cependant, est Gazprombank, car elle gère les paiements pour le pétrole et le gaz russes dont les pays de l’UE dépendent et achètent toujours. Seulement environ un quart du secteur bancaire russe est actuellement sous le coup de sanctions – est-ce vraiment destiné à arrêter Poutine ?

    Wolfgang Munchau (ancienne autorité du Financial Times) a résumé l’hypocrisie de l’UE (et des États-Unis) avec une simplicité désarmante : « L’UE encourage le côté ukrainien à une distance de sécurité, regardant depuis des salons chauds, chauffés par le gaz russe. » Dans la mesure où la Russie est un partenaire commercial clé pour l’Europe (près de la moitié du gaz européen provient de Russie), mais aussi pour les États-Unis (importateur de pétrole russe), il est peu probable que les sanctions se matérialisent dans la réalité comme elles le font dans les nouvelles. Auquel cas le « bazooka des sanctions » s’avèrera être un pistolet à eau, ou un boomerang, 

  • Synthèse Nécro (la Nécro c trop)

    mutation,bulle verte,grand reset,bulle,deflation par la dette,covdi,coronavirus,futur


    Qui après l'épisode COVID pourra nier que les biotechnologies représentent le point le point culminant du triomphe du capital sur la nature ? L'irruption de la raison économique à l'intérieur du corps organique.
    Avec elles, la possibilité de reprogrammer génétiquement l"Etre humain, de supprimer les différences en faveur de la normalité dominante. Avec en ligne de mire pour les milliardaires, la promesse de santé et de vie éternelle portée par la vision transhumaniste.
    Bien évidemment, pour accomplir ce chemin la Money Power et son bras armé la Gouvernance algorithmique va devoir faire preuve de créativité. Nous le vivons au quotidien avec le Pass Sanitaire.
    le biopouvoir – horizon de l’hybridation du naturel et de l’artificiel, des besoins et des machines, du désir et de l’organisation collective de l’économique et du social – doit continuellement se régénérer afin d’exister. 
    Concrètement, cela veut dire qu'il faut créer une nouvelle bulle, un nouveau moteur d'accumulation du Capital. En 2007, puis dans mon Premer livre Crise et Mutation, j'appelais cela la Bulle verte. Les milieux financier appelait cela le greenwashing. Je notais toutefois que cette bulle qui mixait nouvelle technologie (intelligence artificielle) et produits verts (bio) n'était pas sûr d'avoir l'adhésion des consommateurs. Quatorze ans après, cette bulle est désormais markétée sous l'appellation du Grand Reset et entourée de normes ESG ( Environment,Social,Gouvernance) destinées soi-disant à flécher les investissements vers les entreprises les plus durables. Comme je le soulignais à l'époque, ceux qui n'ont eu de cesse de vouloir nous vendre du jetable, veulent maintenant du vendre du durable !
    Le COVID virus issu des sciences économiques les plus modernes aura permis de donner un fantastique coup d'accélérateur à cette nouvelle bulle. Il ne s'agit plus d'attendre l'adhésion des consommateurs puisqu'on peut désormais les contraindre.
     Existe-t-il sur cette planète une zone franche, un lieu encore non contaminé par le Biocapitalisme ? Par malheur, le monde est Un et il est entièrement sous la domination des banquiers centraux non élus. Dans son intérieur n’est permis aucune alternative substantielle. Tout au plus est-il concédé de renoncer à notre existence, ce qui équivaut à nous étouffer, en nous adaptant à son ordre – la vie calme de la résignation. Tout au plus est-il possible de survivre sans trop de casse, en nous calant sur la compréhension de cette bulle. Certains vieux lecteurs que je salue l'on fait . en surfant sur ces analyses.
     Voilà pourquoi celui qui désire vivre, c’est-à-dire déterminer par lui-même le contenu et la forme de ses jours sur cette terre, n’a qu’une carte à jouer. 
    L'an prochain, les milliards du plan de relance européen seront déversés auxquels s'ajouteront les milliards de dépenses budgétaires de la reconstruction du pays. Les dettes seront laissées de coté puisque qu'il est acté qu'il n'y aura pas de hausses des taux avant 2023 sauf inflation galopante qui ne fait pas partie du scénario des banquiers centraux. Certains, prétendent même que les banquiers centraux mettront dix ans à remonter progressivement les taux. Ce qui contribuerait encore à gonfler les bulles d'actifs immobiliers et action. Ce n'est pas mon avis.
     "Ce n'est qu'à marée basse que l'on découvre qui a nagé nu."
    Cette citation célèbre attribuée à Warren Buffett concernant l'effet de levier sur les marchés financiers. En d'autres termes, ce n'est que lorsque les prix des actifs commencent à baisser que vous découvrez qui a financé ses positions avec de l'argent emprunté. Je sais que beaucoup essaient de vivre dans un monde de conte de fées, mais l'argent emprunté, en fin de compte, doit être remboursé ou faire défaut. Lorsque l'argent emprunté a été utilisé pour financer des achats d'actifs et que ces actifs commencent à perdre de la valeur, c'est alors que la véritable spirale de déflation de la dette commence. Vous devez vendre des actifs pour rembourser la dette, la valeur des actifs perd encore plus de valeur, vous devez donc vendre encore plus d'actifs, et ainsi de suite.
    Bien sûr, cela ne signifie pas nécessairement que les prix des actifs vont baisser, mais, ayant agi comme carburant pour le rallye, une réduction de l'effet de levier devrait nous faire prendre conscience. Si, comme nous l'anticipons, les prix des actifs commencent à baisser, nous nous attendons pleinement à ce que la dette sur marge s'effondre à mesure que la déflation de la dette s'installe.
    En résumé, il y a deux choses à guetter, celle ci et celle de l'helicopter monnaie qui surviendra après l'échec du plan de relance. Le jour où comme cela s'est passé aux USA, la BCE nous donnera de l'argent gratuitement sans contrepartie autre qu'acheter des produits français, cela voudra dire que nous sommes à la porte de la cave et plus très loin du Grand Splaaaash la piscine des ténèbres de l'économie.

    Nécronomiquement votre