Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bulle verte

  • Les décombres

    ZZ.pngTout le monde semble attendre l'explosion sociale, alors que nous sommes en pleine implosion. je peux me tromper, mais j'ai l'impression qu'elle ne va pas exploser !! Les gens burn-outés et en post Covid, tentent plutôt de résister dans une résilience de la pauvreté et s'accrocher au moindre bon moments de plaisir et de partage que leur laisse la vie, pour se reconstituer ... Nous saurons bientôt, si nous sommes effectivement dans le moment !!!
    Il semble juste, psycho-sociologiquement, en tous cas en France, que le travail ne soit plus cette fois plus la centralité des préoccupations, et qu'il ne soit vu que comme quelque chose devant alimenter la vie. travailler pour vivre, et non vivre pour travailler. De façon a entrer en adéquation potentiellement antagoniste avec un monde de valeur de travail mort ...

    Docteur Benway

     

    Dans les démocraties de Marché, on ne subsistait plus que par l'idée d'un paradis perdu qui n'avait jamais existé.

    Nous y jouissions d’une liberté purement négative en attente de restrictions,d'austérité et de réformes dites structurelles donc qui font mal.

    Cela nous projetait donc dans la conscience continuelle des raisons insuffisantes de notre propre existence de consommateur zombie ou de producteur délocalisé dans notre propre pays. Les décombres gagnaient du terrain.

    Le tout baigné par les médias et les politiques qui avaient grande vision de ce qui ne s’est point passé et de ce qu'il aurait fallu faire pour éviter d'en arriver là.

    Comme disait Coluche " la situation est catastrophique mais c'est encore rien comparé à ce que cela aurait été si cela avait été pire...."

     

    Certes, les événements ne sont pas sans raisons : on peut toujours indiquer pourquoi tel ou tel événement se produit, ou pourquoi la vie prend telle ou telle forme. Toutefois chroniquer des événements qui ne se sont pas passés et qui aurait pu changer ce que l'on vit ne présente aucun intérêt. Laissons cela aux historiens ou au économistes qui ne savent finalement qu'expliquer après ce qui s'est passé avant. De même faire de l'écologisme une vision transcendantale, une cause supérieure à notre existence ne peut être satisfaisant.

    La résignation s’exprime dans le sentiment d’une existence sans véritable raison d’être, au sens où les événements qui font la vie du pays et ses caractéristiques sont sans véritable raison d’être. Nous venons encore de le vivre avec les factures d’électricité. Cette augmentation est principalement liée à l'envolée des prix du gaz, qui n'entre que pour une part très faible dans les coûts du système électrique. Sans les marchés, il n'y aurait donc pas eu de crise sur la facture électrique. Comme je le soulignais dans Crise et Mutation la crainte des dieux a été remplacée par la crainte du Marché. Ainsi va la vie de l'homo economicus.

    Comme vous tous, je suis et j'ai composé dans le système. J'ai seulement pris soin et ce blog en est la preuve de rester à la périphérie du cycle travail consommation mort et de choisir un entourage qui ne m'était pas imposé par ce cycle.

    Nécronomiquement votre

  • Pipoti pipota et impuissance ???



    Bon, je vais essayer de vous résumer la situation en tentant d'expliquer ce qui s'est réellement passé au sommet européen Vous le savez le modèle européen c'est le modèle africain en pire car d'un pays à l'autre personne n'est d'accord. Certains charge Orban et la Hongrie mais en vérité Orban a bon dos. C'est le méchant de service.

    La réalité parle d’un ministre autrichien de l’Énergie qui, avant même de s’asseoir à la table, avait dit non au plafonnement des prix contre Gazprom. Et avec les stocks de Vienne à seulement 65% et le service public desservant 2 millions d’utilisateurs dans la région de la capitale fraîchement sauvé des appels de marge,  il ne semble pas compliqué de comprendre pourquoi. Mais l’Allemagne s’est aussi immédiatement mise en travers du chemin, tout comme les Pays-Bas qui ont tout intérêt à protéger le marché à terme de l’énergie d’Amsterdam. Bref, l’UE habituelle. les pays membres se sont coupés les cheveux en quatre, afin de prendre plus de temps et de tout reporter au sommet des chefs d’État et de gouvernement du 6 octobre. En vérité tout le monde a les jetons d'un plafonnement trop bas qui marquerait la rupture totale avec la Russie

    Et voici une première indication de la volonté de négocier jusqu’au bout, même si elle est souterraine et officiellement niée. Car s’asseoir à la table avec une proposition de 200 euros par MWh comme celle avancée par la présidence tchèque revient à garantir à Gazprom une évaluation huit fois supérieure à celle de 2021. Bien sûr, infiniment inférieur aux 340 euros MWh atteints il y a deux semaines à la pointe de la spéculation mais toujours insoutenable déjà à moyen terme pour de nombreuses entreprises. Ensuite, il y a la question du public auquel appliquer le plafonnement des prix. S’il n’est utilisé que pour le gaz russe, il risque de pousser Moscou dos au mur et de déclencher une réaction de représailles qui, à la lumière de Nord Stream 1 déjà fermé, pourrait dangereusement aller au-delà de l’aspect diplomatique et commercial pour inonder celui de la dissuasion de guerre. Si, en revanche, imposé à tous les exportateurs de méthane, voici que des sujets comme la Norvège pourraient suivre la voie empruntée par Moscou et commencer à concurrencer le gaz russe vers d’autres marchés comme la Chine ou l’Inde. Bref, une belle idée sur le papier. Mais certainement à manipuler avec soin. Et, en fait, de Bruxelles est venue encore une autre fumée noire. Se contenter de petits pas à vendre à l’opinion publique, presque dans l’espoir que quelque chose de l’extérieur viendra enlever les châtaignes du feu. Mais attention, car beaucoup ont souligné que, malgré l’échec de facto du sommet, le prix du gaz à Amsterdam est resté presque impassible dans la zone des 200 En bref, l’espoir des prix à terme. Peut-être pour le 6 octobre comme un sommet décisif ? En partie, oui. Et en partie parce que, contrairement à la politique qu’il doit dissimuler, le marché sait que 200 euros MWh de plafonnement des prix est en fait un prix très élevé à payer pour le compromis. Donc, bien sûr, cela a fixé la barre implicite des contrats à ce niveau, générant en fait un fond qui serait dangereux à ce stade pour contester à la baisse. Mais il y a deux nouvelles que les médias ont définitivement snobé par rapport au sommet d’hier. Premièrement, la seule demande sur laquelle les ministres de l’énergie des 27 ont pleinement souscrit est celle de la Commission européenne pour travailler à la création de facilités d’approvisionnement immédiat en liquidités afin de garantir le risque d’insolvabilité des entreprises énergétiques, tant les producteurs que les services publics. En bref, les fondations de QEnergy ont été posées en dessous. Tout cela alors que la BCE vient de procéder à une hausse massive des taux de 75 points de base, promettant de nouvelles interventions drastiques lors des prochaines réunions pour ramener l’inflation à à l’objectif de 2% à moyen terme. Un objectif qui, selon les dernières projections de l’Eurotower elle-même, ne sera pas réalisable avant la mi-2024. D’autre part, il est apparu que la Banque centrale européenne a toujours tenu deux réunions confidentielles avec la direction des principales institutions bancaires européennes pour discuter de l’impact sur les comptes de l’arrêt total des flux de gaz de Gazprom. Des deux réunions, qui se sont tenues ces dernières semaines, est né un plan opérationnel qui prévoit la livraison par les établissements de crédit des résultats des tests de résistance à cet égard d’ici la mi-septembre après quoi la BCE les analysera et convoquera pour le début du mois d’octobre un cycle de ce qui est défini par les sources sous couvert d’anonymat. Mais en joignant les points de cette activité préventive et à huis clos de la BCE à l’unanimité obtenue à Bruxelles sur la demande à la Commission de mettre en place des véhicules pour l’apport de liquidités, le tableau est auto-esquissé. Bref, l’UE gonfle la poitrine et fléchit les muscles mais sait que le plafonnement des prix représente une épée à double tranchant à considérer 100 fois avant d’être utilisé. Surtout dans un contexte macro déjà ouvertement pré-récessif. D’autre part, la liquidité est nécessaire. Et maintenant. Malgré les interventions ponctuelles déjà effectuées par divers gouvernements, dont l’Autriche, la Suède, l’Allemagne et la Finlande.

    Bref, la Russie a un surplus qui lui garantit du temps dans cette guerre des nerfs. L’Europe avec les décisions prises par la BCE et le sommet de Bruxelles a implicitement confirmé le contraire. Et attention au risque supplémentaire, lié en l’occurrence à l’euro et à sa détention. Parce qu’une éventuelle offre de liquidités d’un milliard de dollars, un QEnergy qui naîtrait comme un nouveau plan de relance ou sous la forme - peut-être - d’adjudications spéciales de refinancement de la BCE pour lever des pare-feu bancaires contre les insolvabilités, générerait encore un cycle expansionniste en plein régime de hausse des taux. Un court-circuit monétaire qui pourrait coûter cher aux pays les plus exposés et les plus endettés. Suivez mon regard:Italie en premier, France en deux....

  • Les derniers temps

    Dunkerque Aluminium, premier producteur européen d’aluminium, commencera les opérations de réduction de la production à partir du 12 septembre, ce qui portera la production à -22% d’ici le 1er octobre par rapport au niveau normal en raison de la non-durabilité des coûts de l’énergie. En fait, un cinquième de la production a disparu. Et le PDG du groupe, Guillaume de Goys. il n’a pas mâché ses mots en décrivant l’impact de la décision, tant au niveau du marché que symboliquement : le secteur a déjà payé un prix très élevé à la crise énergétique. Et à la lumière de cette nouvelle réduction obligatoire, il faut clairement indiquer que de nouvelles réductions signifieraient la perte de souveraineté productive pour l’UE. Quelque chose de très négatifÀ cela s’ajoute la fermeture totale d’une fonderie en Slovaquie de Norsk Hydro ASA. La situation est littéralement CATASTROPHIQUE