Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

crash

  • Pandémie déflatonniste comme prévu (cachez ce désatre que je ne saurai voir)

     

    1701_Lagarde.pngLe taux d'inflation de la zone euro a affiché une tendance à la baisse, malgré les importants efforts de relance de la Banque centrale européenne.

     L'économie de la zone euro touchée par la pandémie a sombré dans son deuxième mois consécutif de déflation en septembre, intensifiant la pression sur la Banque centrale européenne pour qu'elle envisage d'injecter davantage de mesures de relance monétaire.

     

    L'inflation globale des prix à la consommation est tombée à un creux de quatre ans de moins 0,3% en septembre, en deçà des attentes des économistes interrogés par Reuters et en baisse de moins 0,2% en août.

     

    C'est la première fois que la zone euro connaît deux mois consécutifs de déflation depuis 2016, bien que la BCE ait ensuite lancé des programmes successifs d'achat d'obligations totalisant des billions d'euros et abaissant les taux d'intérêt en territoire négatif.

    L'inflation sous-jacente, qui élimine les prix plus volatils de l'énergie, des aliments et du tabac, a atteint un creux record de 0,2% en septembre, contre 0,4% en août et 1% le même mois l'an dernier. La plupart des catégories de prix ont baissé, y compris les services et les produits industriels. Une période prolongée de déflation est considérée comme malsaine (voir mes notes sur la trappe nigaud dans recherche) elle peut décourager les consommateurs de dépenser et les entreprises d'investir si elles pensent que les prix pourraient être plus bas à l'avenir, tout en transférant également la richesse des débiteurs aux créanciers.La reprise partielle de 2003 à 2007 a été anéantie lors de la crise financière de 2008. Depuis, la pompe à argent de la BCE  a fonctionné à un rythme effréné tout le temps. Le total des actifs de la banque centrale a été multiplié par six par rapport à 1999, dépassant les 6 000 milliards d'euros cette année. La Fed, la Banque d'Angleterre, la Banque centrale européenne et la Banque populaire de Chine ont offert des centaines de milliards de financements d'urgence de début février à mi-mars, fournissant des billions de dollars en opérations de liquidité et réduisant collectivement les intérêts taux sans précédent.Hier encore Lemaire a mis sous perfusion les TPE, les PME, les fleuristes, les bouquinistes. Plus personne ne parle de la destruction créatrice schumpétérienne, nous sommes dans l’économie totale administrée. Alors les libéraux ? on ne vous entend plus….vous êtes devenus communistes ?

  • Le modèle Allemand

    CRASH.jpg

     

     

    Le traité de Maastricht initié par François Mitterrand était une façon pour le vieux souverain de faire don de son cancer à la France. A terme, l'Euro serait la nouvelle appellation du Mark. Le 20 septembre 1992 le OUI l'emporta pour quelques métastases de plus. La soumission à l'ordre teuton fût validée.

    Plutôt qu'une mort lente, j'aurai préféré puisqu'il s'agissait de faire partager une mort, celle qu'à proposé le jeune allemand de Suicid'Air à son équipage et à ses passagers en heurtant de plein fouet une montagne. Attitude d'autant plus admirable qu'il n'avait fait aucune déclaration sur les réseaux sociaux et n'avait laissé aucun écrit à commercialiser !

    Bafouer ainsi les lois du commerce est un crime contre l'humanité marchande. La seule qui vaille aux castrats du capital.

    Que cette évasion ait été accomplie par un citoyen du 4em Reich ajoute au plaisir

    Le fameux modèle allemand....

  • Krack déflationniste

     

    DEFLATION.jpgUn krach déflationniste se caractérise en partie par un déclin général persistant, soutenu et profond du désir et de la capacité des gens à prêter et à emprunter. Une dépression se caractérise en partie par une baisse générale persistante, soutenue et profonde de la production. Puisqu'une baisse du crédit réduit les nouveaux investissements dans l'activité économique, la déflation soutient la dépression. Étant donné qu'une baisse de la production réduit les moyens des débiteurs de rembourser et de rembourser la dette, une dépression favorise la déflation. Parce que le crédit et la production soutiennent les prix des actifs financiers, leurs prix tombent dans une dépression déflationniste. À mesure que les prix des actifs baissent, les gens perdent de la richesse, ce qui réduit leur capacité à offrir du crédit, à rembourser la dette et à soutenir la production.