Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ecologie

  • Le luxe des nécronomistes

     

    crise,futur,transition,ecologie,decroissance,valeur travail,metiers ancestraux,mutation consommationNous le voyons avec l'histoire des retraites, les controverses politiciennes ne sont désormais plus que des variétés d'assaisonnements. Le châtiment proposé est a peu près le même. Les idéologies blanchies à la Money ne proposent plus que des aménagements à la marge de la servitude. Tous se disputent la meilleure manière de promouvoir une valeur travail que le capital ne reconnaît plus pour les métiers ancestraux. Tout ce qui n'est pas lié à la transition écologique, au digital et maintenant à l'armement. Crevard à vie...

    Le racisme le plus virulent est celui envers les pauvres. Il est exacerbé par les élites qui angoissent les classes moyennes inférieures qui ont peur de rejoindre les pauvres dans les bas fonds de la société. Il s'agit maintenant de les dresser contre les assistés qui aux yeux de certains ont trouvé l'eldorado du RSA.

    Imagine t'on les borgnes vouant aux gémonies les aveugles ? Les unijambistes insultant les cul de jattes ?

    La volaille caquette et se prend à rêver qu'elle échappera à la rôtissoire. Le propre des récréations étant de s'achever dans la tristesse, les rêvasseurs seront bientôt invités à regagner un enfer de moins en moins climatisé. La fantômisation demeure la dernière résistance envisageable. Restons à la périphérie...

  • ne vous lavez plus, gardez le même caleçon

    Le vice-président de la Commission européenne avait suggéré que les citoyens européens soutiennent les embargos de l’UE contre la Russie en se douchant moins et en aérant leurs vêtements au lieu de les laver. Pas facile quand on a un pote qui squatte chez vous comme Marcel la feignasse que l'on a finit par surnommer l'homme de l'atlantide en raison de son calbut jaune...lié à ses problèmes de prostate...

    Frans Timmermans, le vice-président néerlandais de l’organe exécutif de l’Union, avait fait ces remarques bizarres lors d’une réunion de la commission de l’environnement du Parlement européen.

    « Chauffez moins, faites du vélo et aérez vos vêtements au lieu de les laver »,



    Face à la crise énergétique actuelle, qui menace de mettre l’Europe à genoux au plus tard cet hiver, les restrictions ne peuvent manquer d’apparaître comme le moyen le plus « pratique » de réaliser des économies d’énergie à grande échelle. Les restrictions sociales permettent non seulement de maîtriser l’inflation, mais aussi de nous aider, nous les citoyens consciencieux, à « faire notre part » contre le changement climatique ainsi qu'une contribution à la guerre sans guerre et à la défense (la défonce) du monde libre.

    Les restrictions, les interdictions deviennent des outils de défense de la démocratie contre l'autocratie...Paradoxe non ???

    En alimentant la noble illusion qu’un « Green New Deal » sans filet – soutenu bien sûr par des chèques énergétiques ou des primes diverses en attendant le retour de la planche à billets (c’est-à-dire plus de dette) – déclenchera une nouvelle ère de croissance capitaliste. La bulle verte au secours de la démocratie flageolante.

    L’adoption de politiques de restrictions pourrait bien être le seul moyen pour le « capitalisme vert » de s’affirmer, car le système doit garder à la fois la spirale inflationniste et les masses appauvries sous contrôle. Le point clé ici est que la « croissance durable » grâce aux technologies vertes reste une pieuse illusion pour un système qui nécessite des niveaux croissants de production à forte intensité de main-d’œuvre pour générer une valeur économique réelle. Chaque saut dans l’innovation technologique postindustrielle impulsée par le capital, aussi verte ou souhaitable soit-elle, entraînera une augmentation du chômage et de la pauvreté, ainsi que l’imposition de mesures répressives généralisées à des populations entières.OIP.jpg

  • Les petits hommes verts

    A l'heure où l'on se scandalise du rire de Mbappé et de son entraîneur et où l'on s'aperçoit que l'on a plus le droit de rire du réchauffement climatique, Nécronomie est parti à l'aventure de la bulle verte.

    Pour celui qui veut se marrer sans dépenser d'argent, il est conseillé d'entrer dans un magasin bio bulle verte. Jamais chancre n'a a connu prolifération aussi rapide. Cette pandémie fait l’unanimité. Pouvoirs publics,association,syndicat, corps médical et médias sont à l'unisson pour vanter les vertus.

    Derrière une vitrine discrète où la poussière est préservée des agressions de produits chimiques, la boutique bio est éclairée à minima économie d'énergie oblige. Les clients circulent sans mot dire. Ils ne se conduiraient pas autrement dans un lieu de culte. A examiner les prix, pas de doute, ont est entre gens de bonne compagnie. Les prix dissuadent les gueules cassés et les sans dents d'entrer ici où l'on consomme « intelligent ». L'assurance de ne pas avoir à côtoyer des pauvres encourage les bobos à dépenser sans compter. Le confort intellectuel est le meilleur vaccin contre la mauvaise conscience. Dans les rues où triomphe la fameuse abondance, on ne sourit pas. Sinon on a une mauvaise note sociale...