Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

anarchie

  • JPC en forme

    Une petite intervention de dix minutes de JPC très énervé

    A l'initiative du Réseau laique social, j'ai crée l'ambiance. A mes cotés Jean Michel Toulouse du PARDEM et Anne Cécile Robert du Monde diplo

    Bon visionnage, bonne rigolade...

    Vincent va se marrer

    JP crépin - YouTube

     

  • Merci de votre soutien

    ‌Je ne résiste pas au plaisir de vous faire part de ce mail que j'ai reçu qui émane du Groupe Libertaire Germinal
    Une peite bouffée narcissique mais ça devient de plus en plus rare heureusement !
     
    En fait, l'économie, si l'on y intègre, comme dans l'économie capitaliste de marché: les jeux de la concurrence, les jeux actionnaires et maintenant obligataires, la propriété pour un petit nombre des outils d'extraction de matière première, de production et de distribution, et la concurrence de leurs Etats-nations ou blocs continentaux protecteurs, est une science très compliquée si l'on veut prévoir et agir. Elle repose sur nombre de données, aux quelles il a fallu rajouter, en interconnexion gouvernante et directrice, les données et lois de fonctionnement du capitalisme financier perfuser du vieux capitalisme. De quoi y perdre son latin, et de quoi ne plus rien comprendre à rien, même lorsqu'on a eu des cours d'éco (moi ça me manque je n'en ai jamais eu j'ai fait Bac C puis médecine....) (Mais heureusement tu es là, on ne peut avoir meilleur prof d'éco !!! ;-))
     
    Des types comme Macron y nagent comme des poissons dans l'eau !! Toi tu y plonge, comme un plongeur scaphandrier qui a tout exploré et compris de cet écosystème mondial.
     
    Ce qui te permet d'en décrypter les arcanes et les mouvements changeant avec précision, quitte à effrayer celles et ceux qui n'ont pas ton logiciel-processeur, mais qui en découvrent quelques attributs !! Effrayer bien sur par les conséquences sur eux-même d'avoir compris, que tout est en fait à leur portée, et qu'il ne suffit que de s'organiser,. Comme dans le chant l'internationale !
     
    Car derrière la complexité rendue complexe par les données changeantes inhérentes aux lois du capitalisme de marché, l'économie pourrait ^etre très simple, en calculs et mises en équation de données statistiques et de récoltes et traitement de données.
     
    Dans une économie mondiale solidaire, coopérative et égalitaire dans l'accès à la satisfaction des besoins fondamentaux humains.
    Il s'agira de valoriser comme producteur de monnaie à distribuer pour être consommée, les besoins fondamentaux en terme matériels, alimentaires et de service. C'est la satisfaction des besoins fondamentaux de tout un chacun qui génèrera l'émission monétaire.
     
    A partir des récoltes de données sur iles besoins fondamentaux, Il faudra rassembler autour de chaque projet planifié autour d'un besoin fondamental ou d'une catégorie de besoin fondamental de production, les envies, les savoirs faire, les savoirs faire en formation, les créativité, les idées, les capacités, les savoirs, pour extraire, transformer, distribuer.
    Je ne détaille pas ici, mais c'est une économie qui peut être mis en équations et en statistiques à usage de compréhension par toutes et tous, et à usage fonctionnel.
     
    Là, dans ces conditions, la science économique devient plus simple, et ses données accessibles au plus grand nombre.
    Bien sur dans une telle économie, il n'y a plus de propriété par un petit nombre, privé ou d'Etat-nation. Les locaux en devienne les dépositaires -responsables et non les propriétaires.
     
    Le droit par héritage mondial général (et non plus aristocratique ou bourgeois filial à travers les génération), à voir ses besoins fondamentaux satisfaits devient la norme et la mesure de toute chose. Les rapports sociaux changent de fait. La création se libère.
     
    Mais bien sur les classes privilégiées et dominantes, dans leur désir profond de reproduction, de transmission, et d'accroissement de leur profits,, organisent avec les moyens qu'ils contrôlent et instrumentalisme, comme le sont les Etats-nation, la politique de gouvernance sur les société, et dans l'économie. La complication rajoutée, avec la construction du capitalisme financier, a donné aux classes diminuantes capitaliste quelques décennies d'avance sur la compréhension de la dynamique.
     
    Ton processeur-logiciel, est justement l'outil qui rend possible la compréhension des arcanes de ce qui n'est qu'une fiction entretenue par les rapports de force de domination et d'aliénation. Et depuis longtemps.
    Dusy

  • Résumé nécro

    revolte des elites,revolution conservatrice,anarchie,pour la souverainete du peuple,ukraine,guerre,covid,anrnaque,money powerDepuis environ 1980, nous avons assisté à une répartition inégale croissante aux États-Unis, mais aussi dans de nombreux autres pays industrialisés. L’écart entre les riches et les pauvres, plus précisément, entre les riches et la classe moyenne ou les tranches de revenu inférieures s’est creusé. C’était aussi politiquement tout à fait intentionnel. La devise de la « révolution conservatrice » qui a commencé aux États-Unis et en Grande-Bretagne en 1980 était : Rendre les riches riches plus riches, alléger le fardeau des entreprises fiscalement, puis investir davantage et la croissance augmente. Cela a également fonctionné, mais avec l’acceptation de l’inégalité croissante, c’est-à-dire qu’une grande partie de la richesse matérielle croissante a coulé vers le haut, vers les déjà riches.Cependant, la production de masse n’est possible qu’avec une demande de masse et cela nécessite à son tour un pouvoir d’achat de masse. Mais c’est précisément le pouvoir d’achat de masse qui a très peu augmenté, car les salaires ont pris du retard. Alors, comment la forte croissance économique a-t-elle été possible? Qui a acheté tous les produits et services supplémentaires avec quel argent? Cela n’a fonctionné qu’en augmentant la dette. La dette mondiale s’élève actuellement à 296 000 milliards de dollars, soit l’équivalent de 353 % de la puissance économique mondiale, soit plus que jamais, et il est impossible de la rembourser.Que s’est-il donc passé de 1980 à nos jours ? L’argent et le capital supplémentaires sont devenus de plus en plus concentrés dans une petite classe supérieure. À partir de là, il a de nouveau été investi dans de nouveaux investissements afin de maximiser les rendements, pour lesquels la demande de masse manquait en fait. La demande de masse a ensuite été créée par des prêts supplémentaires. Il y a donc eu une croissance cancéreuse non organique, pas saine, mais malade.En 2007, un état insoutenable de ces développements a été atteint. La dette était devenue trop élevée et les marchés immobiliers en particulier – mais pas seulement – s’étaient développés de manière cancéreuse. Cela a conduit à la crise financière de 2007 à 2009, qui a amené le monde au bord de l’effondrement du système financier mondial. Le problème de la dette a été « résolu » en s’endettant de nouvelles dettes. Cela a été possible parce que les banques centrales de presque tous les pays industrialisés ont fixé des taux d’intérêt égaux ou proches de zéro et imprimé de l’argent frais à une échelle sans précédent – le terme technique pour cela est l’assouplissement quantitatif, l’assouplissement quantitatif ou l’expansion de la masse monétaire. Les États-Unis ont à peu près quintuplé la masse monétaire de la banque centrale depuis 2007, tandis que la Banque centrale européenne (BCE) a été multipliée par environ neuf. Ainsi, aujourd’hui, nous sommes confrontés non seulement à un problème de dette insoluble, mais aussi à une énorme bulle monétaire, qui sont tous deux le reflet financier du problème économique sous-jacent. La demande de masse est trop faible, les capacités de production sont beaucoup trop élevées par rapport aux revenus de masse, car la répartition inégale n’a cessé d’augmenter. Une grande partie de la croissance économique des 40 dernières années a été cancéreuse, malsaine, financée par la dette et donc insoutenable.

    La solution aux problèmes économiques

    Il devient déjà évident que le conflit ukrainien est un très bon moyen de détourner l’attention de ses propres problèmes et que Poutine peut facilement devenir le bouc émissaire de nombreux types de problèmes économiques et financiers dans l’économie mondiale. Il est déjà blâmé pour une inflation ou une stagflation à venir et non pour l’impression monétaire des banques centrales ou les excès de dette lucratifs des dernières décennies pour l’industrie financière ou la croissance explosive de la fortune des milliardaires.En temps de guerre, les lois d’urgence peuvent être utilisées pour intervenir sur les marchés et les prix administrativement relativement facilement et sans résistance significative de la population, de sorte que, par exemple, une décote de la dette pourrait en fait être provoquée relativement facilement par des processus d’inflation.La tolérance des gens à l’égard des interventions graves de l’État, de l’inflation ou des empiètements sur les actifs est beaucoup plus élevée en temps de guerre et compte tenu des images quotidiennes horribles de la guerre qu’en temps de paix. Si de grandes parties des installations de production en Europe centrale et orientale devaient être détruites par une guerre, même le problème sous-jacent initial de la surcapacité serait résolu – en faveur des pays sur les territoires desquels il n’y a pas de combats. Après cela, vous pouvez gagner de l’argent grâce à la reconstruction.