Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Grèce la misère absolue

grèce,misère,bon d achat,rationnement,guerre economique,futur,austérité,couvre feu,covid,effondrement capitalismereçu ce jour cette information d'un ami nécronomiste grec

Une autre rumeur fausse concerne la pseudo bonne santé de l’économie grecque, au prétexte que l’État est en train de rembourser sa dette au FMI de façon anticipée (en l’occurrence 3,6 milliards de prêts qui devaient expirer en 2021 et 2022). Il lui restera encore à payer 1,2 milliards à l'instance internationale par la suite. Mais, en réalité, l’État grec n’a évidemment pas l’argent pour rembourser ce prêt : il ne fait qu’emprunter simultanément sur les marchés financiers auprès de créanciers moins exigeants que le FMI (qui a tendance à dicter la politique des pays où il intervient). C’est tout ! Idem pour les baisses d’impôts qui sont surtout des cadeaux aux patrons et aux actionnaires. L’essentiel des 1,2 milliards offerts se résume aux baisses des impôts sur les bénéfices des entreprises (de 28 à 24%) et de la taxation des dividendes (de 10 à 5%). Autrement dit, c’est une probable hausse de la TVA (l’impôt qui frappe tout le monde, surtout les pauvres puisqu’ils consomment une proportion plus forte de leur faible revenu) qui devra compenser ce nouveau cadeau aux riches. Mitsotakis, c’est Robin des Bois à l’envers. Pas étonnant qu’il soit copain avec Macron.

Parmi les autres chaises musicales entre les ministères, le très libéral Kostis Hadjidakis laisse le ministère de l’Environnement et de l’Énergie, au sein duquel il a déverrouillé l’exploitation des territoires sauvages et protégés, pour celui du Travail, avec pour mission d’utiliser le prétexte de la crise actuelle pour en finir avec les ruines du droit du Travail en Grèce. En août 2019, un nouveau projet de loi a déjà été adopté qui supprime la condition obligatoire pour justifier le licenciement d'un employé. Idem concernant la rémunération des heures supplémentaires qui n’est plus impérative. Tout ça à cause du virus, bien sûr ! Ben voyons !

Même chose pour les étudiants les plus pauvres qui vont voir disparaître 20.000 places dans les universités en 2021, au bénéfice des écoles privées. Les études sont donc réservées à ceux qui ont de l’argent grâce à leur famille. Les autres iront tout simplement au turbin, en bas de l’échelle sociale, comme leurs parents. La lutte des classes, il semble que ça existe encore, contrairement à ce que nous affirment les éditocrates ridicules. Et que dire du budget accordé à la santé qui va baissé de 17% en 2021, en pleine saturation des capacités hospitalières ?

 

Depuis deux mois, 5000 Grecs sont morts du covid19. Mais combien sont morts de la misère qui frappe de plus en plus fort ? Et combien vont mourir dans les prochains mois, directement ou indirectement, du fait des événements qui se produisent actuellement ? La crise sanitaire est l’arbre qui cache la forêt de la crise sociale qui va suivre et commence déjà. Et tout ça, non pas à cause du virus lui-même et de ses conséquences immédiates, mais du fait des choix politiques qui sont faits au même moment. Le pouvoir aime à profiter de toutes les opportunités, même avec les meilleures prétextes, pour accroître sa domination, nous domestiquer, nous soumettre, nous exploiter, nous presser comme des citrons.

Ensuite, il nous jette des miettes pour tenter de faire oublier tout ce qu’il nous prend. En Grèce, un tiers de la population vit sous le seuil de pauvreté (3,5 millions d’habitants) et la moitié des sans-abris d’Athènes survivent avec moins de 20 euros par mois. Mais la mairie d’Athènes (dirigée par le neveu du premier ministre) se complait à rendre public que, durant l’année 2019, elle a fait 2606 lavages de vêtements (8 par jour), distribué 5200 médicaments (11 par jour) et transmis 2900 bons d’achats de 50 euros en partenariat avec des supermarchés et le Lions Club de Kifissia. Des chiffres en réalité ridicules pour une immense commune avec un budget important face à une telle misère. Une aide grotesque de la part de dirigeants qui font partie des responsables de ladite misère

Commentaires

  • A une epoque j'allais voir régulièrement le blog greek crisis, c'était deja affolant ce qu'il se passait la bas.
    La grèce est le nouveau laboratoire du capitalisme comme au chili à l'époque de pinochet ?
    Honte de cette europe.
    L'année 2021 , on va rentrer dans le dur, ça va faire mal, j'appréhende le chatiement des 9 orifices...
    Au Japon les vieux préfèrent commettre des délis pour aller en prison, au moins ils ont chaud, un toit et de quoi manger.

  • Ça n’empêche pas l’armée de dépenser quelques petits sous-sous
    https://www.zonebourse.com/cours/action/DASSAULT-AVIATION-5215/actualite/Dassault-Aviation-Le-Parlement-grec-votera-cette-semaine-sur-l-achat-des-Rafale-32176501/

  • Malgré l la dette abyssale qui va bientôt atteindre les 200% du PIB (selon l'agence de notation Moody’s), l’État grec s’empresse d’acheter d’innombrables armes parmi lesquelles 18 Rafales au français Dassault pour 2,5 milliards d’euros (dont 1,5 milliards à régler l’an prochain). Kyriakos Mitsotakis a décidé de doubler son budget militaire dès l’année prochaine, alors qu’il est déjà l’un des plus élevés en Europe toutes proportions gardées. Parmi ses emplettes, il a également prévu de nouvelles frégates, des hélicoptères et des drones en veux-tu en voilà. Il va aussi embaucher 15.000 bidasses de plus.

    À cause d’Erdogan ? En apparence oui, mais en réalité, vu le recrutement massif également chez les flics, les nouveaux gadgets qui leur sont destinés, ainsi que pour renforcer la surveillance des opposants politiques, on peut supposer que ces armes peuvent servir à tout. L’Histoire l’a montré en maintes occasions. Ce ne sont pas seulement les tensions géopolitiques qui génèrent cette attitude du pouvoir, vu qu’elles durent depuis très longtemps avec les dirigeants turcs successifs, mais aussi les risques de troubles intérieurs en Grèce dans une période de plus en plus sombre

  • L achat de ces rafales entre autres est à mon avis un arrangement avec la france qui espère empêcher la Turquie de propecter le pétrole à proximité de Chypre dans les eaux grecques
    Total est derrière cela ?
    La guerre des matière première bas son plein malgré leur soit disant sauver la planète, la bonne marade.

  • Un nouveau remaniement a eu lieu la semaine dernière qui confirme ce cap particulièrement inquiétant. Le nouveau ministre de l’intérieur, premier flic du pays, est désormais l’une des figures historiques du fascisme en Grèce, après avoir longuement milité pour la libération du Colonel Papadopoulos et le rétablissement de la dictature. Il s’appelle Makis Voridis.
    Aux élections de 1984 et 1988, les discours de Voridis appelaient au rétablissement de la dictature. Son slogan était : « La libération du pays viendra de la prison de Korydallos » (où était enfermé le Colonel Papadopoulos).
    Quand il était étudiant, Voridis était surnommé « La hache » car il dirigeait un groupe fasciste qui poursuivait les étudiants gauchistes avec des battes de base-ball et sa fameuse hache, comme le montre cette photo prise en 1985 dans l’université de droit d’Athènes (à droite, l’une de ses victimes). Il a d’ailleurs été exclu de la fac cette année-là pour ses violentes attaques.
    Dans les années 1990, Makis Voridis participe à la structure pan-européenne mise en place par Bruno Gollnisch au nom du Front national. Ici, il célèbre le 30ème anniversaire du putsch des Colonels, sur un plateau de télévision le 21 avril 1997, avec son ami de l’époque : le néo-nazi Michaloliakos, futur chef d’Aube Dorée.
    Devenu très proche de Jean-Marie Le Pen, Makis Voridis vient célébrer le 36ème anniversaire du putsch des Colonels le 21 avril 2003 au congrès du Front National qui se déroule à Nice.
    En 2005, Voridis adhère à un nouveau parti nationaliste grec : le LAOS. Il continue de voyager au sein de l’extrême-droite européenne. Par exemple, il intervient le 8 novembre 2009 au congrès de fondation du Parti de la France, à l’invitation de son ami Carl Lang.

    C’est en 2012, après 30 ans de service au sein de l’extrême-droite grecque et européenne, qu’il rejoint opportunément l’aile droite du parti Nouvelle Démocratie en lorgnant une part de gâteau du pouvoir.

    Après avoir été nommé ministre de l’Agriculture du premier gouvernement Mitsotakis, c’est cet homme qui, la semaine dernière, a pris le contrôle du ministère de l’intérieur et qui va donner ses ordres à la police.

  • On est loin du revenu universel pour calmer la grogne sociale
    L Europe aurait elle abandonné le RU au profit de la matraque ?
    Tout ça se passe dans le pays qui a vu naître la vraie démocratie, tout un symbole
    Inquiétant

  • c'est effectivement très inquiétant, il y a en ce moment tout un discours ambiant style une bonne dictature pendant six mois le temps de remettre de l ordre dans le pays cela serait pas si mal...
    ce matin j ai eu des infos de la commission européenne qui demande à la Suède de durcir sa politique covid
    on va avoir droit à un autre vrai confinement. le gouvernement commence à laisser entendre qu'économiquement on peut le supporter. Magique pour un pays dans lequel il y a un peu plus d'un an il n y avait d'argent pour rien.

  • une chanson de mon epoque 1977 sur la bulle verte

    https://www.youtube.com/watch?v=v8yqik8sgRQ

  • Je suis allé à une enterrement. Même le curé s'en est lavé les mains ( au gel ). N'allez pas à l'hôpital, on y chope le virus ( comme dab ). Quitte à choisir, allez a jacta est.

  • Moi, j’ai pas besoin d’argent.
    Non.
    Les tickets de rationnement, alias biffetons, ça me débecte… Heureusement qu’avec la future carte VIcTuALlE…
    Mais, j’ai des pauvres… plutôt, des nécessiteux… et, la preuve, il faut bien qu’ils vivent : l’intermarché, le leclerc, le carrefour, etc.
    Sim, le chansonnier, n’aimait pas les rhododendrons ; moi, j’aime pas les digitales : 0,1, 01, 10, 11, 100, etc. Cette vie de micro-crédit, de micro-comptabilité me dégonfle…

    Sur Faceburk, avec ou sans appli maison, elle s’affichera bientôt, ma philanthropie… en live… toutes mes largesses… riquiqui… miettes de RSA… comme un relevé de compte bancaire… la liste de mes bienfaisances. Et, surtout à l’étranger!… C’est là qu’on surveille mon patriotisme… que j’achète français ! Je le jure ! Que des produits français… ou, sinon, en français : багет, шампан, chez Ашан, au pays de Vladimir; French fries aux States, etc. À la CAF, narquois, on me demande si l’Autriche, pourtant « made in E.U. and euro » ferait partie de la France ? France d’où j’aurais jamais dû sortir, ‘cause que « nul n’est censé ignorer la loi ». « Non. » J’avoue. Mais, à lire leurs étiquettes, aux fils d’Ostrogoths, ce serait-t-y pas le contraire ?… que la France ferait partie de l’Autriche : Friseur, Frikassee, Eau de Cologne, Croissant !
    Conclusion, en tout cas : exit le RSA !
    Quand au fisc, encore mieux ! Ils veulent pas croire que j’ai travaillé…
    Qui sait, peut-être parce que j’ai jamais été payé.

  • Mon cher Igor
    La politique d'Inaction Française s'impose d'autant plus que le danger d'un travail anti-humain nous menace de toutes parts. Travail robotisé, dataminé ,bigdaté, transhumanisé...

    La liberté est notre seule bien. L'Inaction est le plus sûr garant de sa plénitude et de sa force. Nous avons suffisamment de richesse intérieure pour n'en pas être réduits à dissimuler sous le travesti du travail, une vie à ceux qui ne cessent de s'oublier dans un boulot sans intérêts ou de calcul d'exploitation des bons et mauvais rendements; en quelque sorte la prostitution sous toutes formes dont nous exceptons la prostitution traditionnelle, la seule qui nous paraît digne d'être rangée au programme de l'Inaction Française. Récupérer dans la station couchée un argent arraché à des exploités du travail debout ne peut qu'enrichir les buts élevés que nous poursuivons.

    La Fontaine nous apprend que selon que nous serons puissants ou misérables, les jugements nous rendront blancs ou noirs. Voilà pourquoi nous sommes vêtus de noir. Nous n'en sommes pas honteux, nous en sommes fiers.

Écrire un commentaire

Optionnel