Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

rsa - Page 4

  • Marketing migratoire

    On a longtemps considéré en France, les cafés, hôtels restaurant, comme un électorat de droite.
    Mais même à droite, on arrive à se rendre à l'évidence... Ainsi, interviewé sur RTL, le président de l’union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH), André Daguin, a appelé le gouvernement à régulariser au moins 100 000 travailleurs sans papier sous danger de mettre en péril des tas de restaurants et de tuer une partie du tourisme »
    ce qui est à mettre en parallèle avec l'objectif chiffré du gouvernement de 25 000 expulsions (dont d'ailleurs la plupart dans les DOM-TOM)

    Il serait donc bon d'en finir une fois pour toute avec l'hypocrisie, la plupart des maisons sont construites par des salariés sans papiers.
    il suffit de se rendre porte de chatillon à Paris, le long du périph, pour voir la queue des travailleurs sans papiers que les camionnettes embarquent tous les matins pour des chantiers.

    500 000 emplois sont aujourd'hui vacants dans la restauration et le bâtiment et même si le gouvernement dans ses fantasmes souhaite former des nouveaux candidats avec l'obligation pour les chômeurs d'accepter un emploi non voulu, seuls des gens échappant à la misère sont susceptibles d'être intéressé par ce type d'emploi à moins bien sûr l'on supprime le RMI pour laisser uniquement place au RSA.

    Nécronomiquement votre

    PS : Faut-il avoir peur de ceux qui font la cuisine, la plonge et qui construisent nos maisons ?
    Le plongeur africain fait-il plus peur que le plombier polonais ???

  • RSA trop couteux...

    Le Revenu de solidarité active (RSA) ne sera pas généralisé début 2009, le Premier ministre l'ayant jugé mardi "trop coûteux" en l'état et critiquant un aspect du projet qui nuirait selon lui à des bénéficiaires actuels de la prime pour l'emploi.

    En d'autres termes, une prime à la misère coûte moins chère qu'une revendication d'emploi.

    Nécronomiquement votre