Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

crise mondiale

  • Un récap nécronomique de l'année 2020

    Combien de fois par jour dans les démocraties de Marché une personne est-elle confrontée à la mort ? À la sienne et à celle de ses proches ? De façon peu fréquente à moins d’imprévus ou d’accidents. On a retenu de ce fait avéré que le rapport à la mort ne se vit pour nous qu’à distance. Le plus souvent dans l’actualité ou les produits culturels consommés. Et lorsqu’elle gagne en proximité, elle devient taboue ou problématique. 

    Mais, cette fois c’est différent, la mort n’est plus muselée par la machinerie méthodique des medias qui refusaient de la rencontrer.  La mort, autrefois apprivoisée par satellite sur les écrans plasmas des salles de rédaction et masquée d’un loup blême pour ne pas affoler le consommateur, devient omniprésente. Le lecteur de soixante millions de consommateurs se souvient qu’il est mortel. Ne dit-on pas que les hommes construisent des maisons pour oublier qu’ils le sont ? Tous les soirs, c’est la même litanie. Le bulletin des morts de la veille remplace le bulletin météo. Une mort au nom latin qui signifie virus à couronne vient défier, diviser et bouleverser le cycle travail, consommation et la fade éternité des démocraties de Marché. Cette mort auréolée nous rappelle qu’elle est la véritable impératrice.

    Jamais, dans l’histoire du capitalisme, une crise économique mondiale n’avait été décidée politiquement. Mi-avril, 57 % de la population mondiale, plus de 4,5 milliards de personnes étaient appelées ou contraintes à rester chez elles. Du jamais vu…Des pans entiers d’agents économiques apprenaient avec stupéfaction qu’ils étaient « non essentiels » à la vie. Autrement dit, relégués au rang de services superflus ou de gadgets. L’économie de doucereuse et banale était devenue belliqueuse et brutale. La population résignée et terrifiée se soumit plutôt bien au premier confinement. Puis vint la deuxième vague et le nouveau confinement.

    C’est alors qu’apparurent les hurlements de désespoir de tous ceux qui préféraient la mort à la mort économique. La mort économique devenait supérieure à la mort tout court, comme si, du jour au lendemain, le virtuel affirmait son primat et sa supériorité sur le réel. Une mort économique inédite… une odyssée nouvelle  tout comme la sonde pénétrant les espaces, rencontre queues de comètes et trous noirs, continuant d’émettre cependant, antennes, cameras et systèmes de régulation. Nous étions dans un État d’exception. Une période où il fallait selon les dires de politiques tout entier tournés vers le Verbe se contenter d’exister sans vivre. Le langage même est un virus écrivait William Burroughs. Nous étions intoxiqués d’injonctions qui colonisaient notre conscience et nous utilisaient comme véhicules pour se déplacer d’un corps à un autre. Tester, Alerter, Protéger. Le contrôle était désormais coproduit par les contrôlés à travers des applications comme STOP COVID ou son successeur TOUS ANTI COVID. Il prenait donc appui sur la responsabilité individuelle et le devoir citoyen dont il faisait ses carburants. Joli transfert d’impuissance étatique sur le citoyen désigné fautif de son malheur…

    Dans cette pandémie de peur dont on ignore encore si elle renforcera la santé des labos plus qu’elle ne fera de dégâts, chacun se rassure sur son infortune en espérant que le virus ne touche que les personnes à risque. Vieux, diabétiques, obèses, malades chroniques… Le premier Nobel d’économie français Gérald Debreu posait, en son temps, une question avec ses travaux sur l’équilibre général. Notre société repose sur un équilibre, celui de la durée de vie des très vieux. Fallait-il les débrancher plus tôt pour faire des économies de sécurité sociale ou les maintenir sous perfusion pour créer des emplois de jeteurs de couches usagées ? Travaux étonnants de modernité qui mettait en évidence la prédominance de la mort économique sur la mort.

    Car, tyrannique, l’économie était le tout ; la quête mythique qui régénère et désintègre ; l’acte de violence et la génuflexion, la splendeur et le simulacre, la transfiguration et le miracle…puis l’Apocalypse. Il n’est pas pire destin que celui qui consiste à s’appauvrir sur le lieu même de sa richesse nous hurlaient les chaines infos qui médiatisait la mort. « Les gens ne veulent pas d’argent, ils veulent travailler ».

    Les journaux télévisés sont devenus les produits dérivés de la mort. La voracité des chaînes les transforment en centres appliqués d’anthropologie et de nécrophilie. Les présentateurs devenus anesthésistes réanimateurs du peuple ânonnent ce qu’ils lisent sur leur prompteur funèbres. Les cadavres peuvent devenir source de profit.

    Devant l’effondrement inattendu, l’absence de masques, de tests et même de médicaments, tout le spectre politique droite et gauche est redevenu souverainiste. Les élites qui avaient voulu la mondialisation exhortent désormais les consommateurs à acheter français et à soutenir l’économie nationale au détriment des multinationales et des GAFAM. Sans se demander si les consommateurs en possèdent encore les moyens. L’achat français comme l’achat bio est couteux hors discount. Les équipages assoupis des agences de publicité et de marketing qui vantaient le consommActeur du nouveau monde à venir planchent sur leur nouveau pipoti pipota : le consommateur citoyen. Encore une façon de transférer la responsabilité sur le citoyen.

    Des décades auparavant, les mêmes élites nous vendaient un pacte faustien : gagner en tant que consommateur ce que nous allions perdre en tant que producteur. C’était l’époque des délocalisations. Le capitalisme, dès les années 70, avait compris qu’il y avait beaucoup plus d’argent à gagner de la propension des gens à acheter n’importe quoi qu’à les faire travailler plus. On nous parlait alors de société de loisirs qui reposait sur la consommation. Puis vint l’Euro et l’accélération de la mondialisation. La concurrence endiablée ne pouvait plus permettre d’augmenter les salaires pour cause de compétitivité. Qu’importe, les gains de pouvoir d’achat liés à la mondialisation rééquilibreraient le tout.

    Le virus que l’on présente comme un choc exogène pour exonérer le libre échangisme mondialisé de toute responsabilité, anéantit tout cela. Avec effroi, les élus qui n’ont pas tenu compte des votes du peuple découvrent que dans les démocraties de Marché l’acte d’achat est plus important que le droit de vote et que notre avenir commun se décide au centre commercial ! Achetez français, vieux slogan communiste devient le mot d’ordre des libéraux. De l’urne électorale à l’urne funéraire, la différence tient à la qualité de la crémation…

    Le Virus est l’agent invisible qui rend visible à tous et à toutes ce qui était caché aux yeux et à l’entendement. Le virus agit comme un puissant révélateur généralisé de tout ce qui était dissimulé, ou qui l’était encore. Les habitudes des gens, leur usage de l’internet et des réseaux sociaux, la misère, le prolétariat invisible, la réalité des moyens des hôpitaux, les vérités, mensonges et dénis, les turpitudes du pouvoir d’État et du capitalisme, industriel comme financier. Et aussi du vrai du faux, de l’articulation du réel, de la réalité et du symbolique, de la puissante réalité de l'irrationnel, de la vraie solidarité comme du repli sur soi… Cette fonction révélatrice du virus représente, que l'on en soit conscient ou non, un formidable bouleversement culturel, des savoirs, des prises de consciences des uns et des autres et des uns sur les autres. De nouvelles lignes de rapport de force, de ruptures,  d’alliances, d’associations se dessinent. C'est sans précédent. Surtout dans un monde de 7 milliards d’habitants. Bien sûr, on cherche des responsables, des coupables , dans toutes les strates de la société, des gens qui savaient et n’ont rien dit pour ne rien faire de couteux, des gens qui ne se sont pas donnés la peine, ou qui tout simplement, ne pouvaient chercher, des gens qui avaient l’intuition, mais n’en avaient pas la preuve, des gens qui ne savaient rien, mais avaient des avis sur tout, des gens qui avaient contribué à détruire les moyens dont nous manquons cruellement etc… Le virus se joue de tout cela. Les structures verticales hiérarchiques entrainées de longue date à prélever, exploiter et réduire les moyens se révèlent impuissantes. Dans ce contexte d’anomie, les individus séparés les uns des autres, ne sont plus reliés presque uniquement entre eux que par leur référence à la chaine de commandement des « gouvernances ». La destruction des liens sociaux horizontaux, incluant solidarités, conflictualités, amours, rivalités, amitiés, est la manifestation de l’aliénation sociale, de l’a-liénation, de l’absence du « relier ». Les individus sont dénudés de leur subjectivité qui se conjugue si bien sur le mode social (je, tu, il, elle, nous, vous, ils elles). Reste le « moi », nu et vulnérable, « narcissisé », prêt à être recouvert de la tutelle protectrice de la gouvernance algorithmique qui se substitue aux liens sociaux horizontaux dissous. La chaine hiérarchique qui relie tous ces « moi » aliénés car dénudés de leur subjectivité diffuse directement son emprise dans le corps social sans intermédiaires. Est-ce cela le biopolitique qui organise la traite du vivant aux dépens de l’existence ? Alors comment y croire encore, même juste un instant puisque l’instant présent est tout ce qui nous reste ? Comment y croire lorsque des gouvernants délégitimés par leurs mensonges nous apparaissent comme des prêtres pédophiles qui nous exhorteraient à croire ?

    Non au référendum, non au passeport santé, non à la bulle verte

    Une belle synthèse de mon ami André Bellon, une des rares bonnes rencontres que j'ai pu faire cette année dans le monde réel.

    https://www.pouruneconstituante.fr/spip.php?article1834

  • Vive l'insécurité

    thumbnail.jpgPersonnellement je n'irai pas manifester, je préfère vivre dans l'insécurité que voir mon loyer augmenter parce que les bobos arrivent...

    Ainsi va la vie dans les ghettos du 93

     

  • Une analyse du king de la nécronomie

    On ne présente plus Nouriel Roubini le roi de la nécronomie, le Docteur Doom, l'homme qui avait prévu la crise de 2008. Il revient et est très en forme confirmant par là toutes nos hypothèses :


    NEW YORK - Après la crise financière de 2007-2009, les déséquilibres et les risques qui imprègnent l’économie mondiale ont été exacerbés par des erreurs politiques. Ainsi, plutôt que de s’attaquer aux problèmes structurels que l’effondrement financier et la récession qui a suivi ont révélé, les gouvernements ont surtout lancé la boîte sur la route, créant des risques à la baisse majeurs qui ont rendu une autre crise inévitable. Et maintenant que c' est arrivé, les risques sont de plus en plus aigus. Malheureusement, même si la Grande Récession entraîne une reprise terne en forme de U cette année, une « Grande Dépression » en forme de L suivra plus tard dans cette décennie, en raison de dix tendances inquiétantes et risquées.
    La première tendance concerne les déficits et leurs risques corollaires : dettes et défauts de paiement. La réponse politique à la crise du COVID-19 entraîne une augmentation massive des déficits budgétaires - de l’ordre de 10 % du PIB ou plus - à une époque où les niveaux d’endettement public dans de nombreux pays étaient déjà élevés, voire insoutenables.
    Pire encore, la perte de revenus de nombreux ménages et entreprises signifie que les niveaux d’endettement du secteur privé deviendront insoutenables, ce qui pourrait entraîner des défauts de paiement et des faillites de masse. Avec l’envolée de la dette publique, tout cela assure une reprise plus anémique que celle qui a suivi la Grande Récession il y a dix ans.
    Un deuxième facteur est la bombe à retardement démographique dans les économies avancées. La crise du COVID-19 montre que beaucoup plus de dépenses publiques doivent être allouées aux systèmes de santé, et que les soins de santé universels et autres biens publics pertinents sont des nécessités, et non des luxes. Pourtant, comme la plupart des pays développés ont des sociétés vieillissantes, le financement de ces dépenses à l’avenir rendra encore plus grandes les dettes implicites des systèmes de santé et de sécurité sociale non financés d’aujourd’hui.
    Un troisième problème est le risque croissant de déflation. En plus de provoquer une profonde récession, la crise crée également un ralentissement massif des biens (machines et capacités inutilisées) et des marchés du travail (chômage de masse), ainsi que l’effondrement des prix des produits de base tels que le pétrole et les métaux industriels. Cela rend la déflation de la dette probable, augmentant le risque d’insolvabilité.
    Un quatrième facteur (connexe) sera la dégradation des devises. Alors que les banques centrales tentent de lutter contre la déflation et de réduire le risque d’une flambée des taux d’intérêt (suite à l’accumulation massive de la dette), les politiques monétaires deviendront encore plus non conventionnelles et de grande portée. À court terme, les gouvernements devront gérer des déficits budgétaires monétisés pour éviter la dépression et la déflation. Pourtant, au fil du temps, les chocs négatifs permanents de l’offre de la démondialisation accélérée et du protectionnisme renouvelé rendront la stagflation presque inévitable.
    Un cinquième problème est la perturbation numérique plus large de l’économie. Avec des millions de personnes qui perdent leur emploi ou qui travaillent et gagnent moins, les écarts de revenu et de richesse de l’économie du XXIe siècle s’élargiront davantage. Pour se prémunir contre les futurs chocs de la chaîne d’approvisionnement, les entreprises des économies avancées re-riveront la production des régions à faible coût vers des marchés intérieurs plus coûteux. Mais plutôt que d’aider les travailleurs à la maison, cette tendance va accélérer le rythme de l’automatisation, en exerçant une pression à la baisse sur les salaires et en attisant davantage les flammes du populisme, du nationalisme et de la xénophobie.
    Cela indique le sixième facteur majeur : la démondialisation. La pandémie accélère les tendances à la balkanisation et à la fragmentation qui étaient déjà bien entamées. Les États-Unis et la Chine se découpleront plus rapidement, et la plupart des pays réagiront en adoptant encore plus de politiques protectionnistes pour protéger les entreprises et les travailleurs nationaux contre les perturbations mondiales. Le monde post-pandémique sera marqué par des restrictions plus strictes à la circulation des biens, des services, des capitaux, de la main-d’œuvre, de la technologie, des données et de l’information. C’est déjà le cas dans les secteurs pharmaceutique, médical et alimentaire, où les gouvernements imposent des restrictions à l’exportation et d’autres mesures protectionnistes en réponse à la crise.
    La réaction contre la démocratie renforcera cette tendance. Les dirigeants populistes bénéficient souvent de la faiblesse économique, du chômage de masse et de l’augmentation des inégalités. Dans des conditions d’insécurité économique accrue, il y aura une forte impulsion pour bouc émissaire des étrangers pour la crise. Les cols bleus et les larges cohortes de la classe moyenne deviendront plus sensibles à la rhétorique populiste, en particulier les propositions visant à restreindre la migration et le commerce.
    Cela indique un huitième facteur : l’impasse géostratégique entre les États-Unis et la Chine. Alors que l’administration Trump fait tout son possible pour blâmer la Chine pour la pandémie, le régime du président chinois Xi Jinping va doubler sa prétention que les États-Unis conspirent pour empêcher la montée pacifique de la Chine. Le découplage sino-américain des accords commerciaux, technologiques, d’investissement, de données et monétaires s’intensifiera.
    Pire encore, cette rupture diplomatique ouvrira la voie à une nouvelle guerre froide entre les États-Unis et leurs rivaux, non seulement en Chine, mais aussi en Russie, en Iran et en Corée du Nord. À l’approche d’une élection présidentielle américaine, il y a toutes les raisons de s’attendre à une augmentation de la cyberguerre clandestine, ce qui pourrait mener même à des affrontements militaires conventionnels. . Et parce que la technologie est l’arme clé dans la lutte pour le contrôle des industries de l’avenir et dans la lutte contre les pandémies, le secteur technologique privé américain va devenir de plus en plus intégré dans le complexe national-sécurité-industrielle.
    Un dernier risque qui ne peut être ignoré est la perturbation de l’environnement, qui, comme l’a montré la crise du COVID-19, peut faire beaucoup plus de ravages économiques qu’une crise financière. Les épidémies récurrentes (VIH depuis les années 1980, SRAS en 2003, grippe H1N1 en 2009, MERS en 2011, Ebola en 2014-2016) sont, comme le changement climatique, essentiellement des catastrophes d’origine humaine, nées de mauvaises normes sanitaires et sanitaires, de l’abus des systèmes naturels et de l’interconnectivité croissante d’un monde mondialisé. Les pandémies et les nombreux symptômes morbides du changement climatique deviendront plus fréquents, graves et coûteux dans les années à venir.
    Ces dix risques, déjà importants avant que le COVID-19 ne frappe, menacent maintenant d’alimenter une tempête parfaite qui balaie toute l’économie mondiale en une décennie de désespoir. D’ici les années 2030, la technologie et un leadership politique plus compétent pourraient être en mesure de réduire, de résoudre ou de minimiser bon nombre de ces problèmes, ce qui donnerait lieu à un ordre international plus inclusif, coopératif et plus stable. Toute fin heureuse suppose que nous trouvons un moyen de survivre à la prochaine Grande Dépression.