Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

money power

  • LA MONEY POWER FLIPPE GRAVE

    Jamie Dimon invite tout le monde à attacher sa ceinture de sécurité et à se préparer à l’impact. Et avec l’effondrement du PIB américain, un nouveau signal belliciste sur les taux sera mortel. 

     

    Dimon a averti tout le monde de serrer sa ceinture de sécurité et de se préparer à l’impacttout comme le fait JP Morgan, qui devient extrêmement conservateur sur le bilan. Ce qui est devant nous, c’est un ouragan économique. Ce qui semblait être un ensemble de risques qui formaient une banque de nuages menaçants, s’est maintenant transformé en un véritable ouragan qui nous attend au bout du chemin. Il vient à notre rencontre. Une seule chose reste à comprendre : si elle sera mineure et pourra être rétrogradée en tempête tropicale ou si nous serons confrontés à une super-tempête comme Sandy.

     

    Heureusement Lemaire est pas inquiet

  • Résumé nécro

    revolte des elites,revolution conservatrice,anarchie,pour la souverainete du peuple,ukraine,guerre,covid,anrnaque,money powerDepuis environ 1980, nous avons assisté à une répartition inégale croissante aux États-Unis, mais aussi dans de nombreux autres pays industrialisés. L’écart entre les riches et les pauvres, plus précisément, entre les riches et la classe moyenne ou les tranches de revenu inférieures s’est creusé. C’était aussi politiquement tout à fait intentionnel. La devise de la « révolution conservatrice » qui a commencé aux États-Unis et en Grande-Bretagne en 1980 était : Rendre les riches riches plus riches, alléger le fardeau des entreprises fiscalement, puis investir davantage et la croissance augmente. Cela a également fonctionné, mais avec l’acceptation de l’inégalité croissante, c’est-à-dire qu’une grande partie de la richesse matérielle croissante a coulé vers le haut, vers les déjà riches.Cependant, la production de masse n’est possible qu’avec une demande de masse et cela nécessite à son tour un pouvoir d’achat de masse. Mais c’est précisément le pouvoir d’achat de masse qui a très peu augmenté, car les salaires ont pris du retard. Alors, comment la forte croissance économique a-t-elle été possible? Qui a acheté tous les produits et services supplémentaires avec quel argent? Cela n’a fonctionné qu’en augmentant la dette. La dette mondiale s’élève actuellement à 296 000 milliards de dollars, soit l’équivalent de 353 % de la puissance économique mondiale, soit plus que jamais, et il est impossible de la rembourser.Que s’est-il donc passé de 1980 à nos jours ? L’argent et le capital supplémentaires sont devenus de plus en plus concentrés dans une petite classe supérieure. À partir de là, il a de nouveau été investi dans de nouveaux investissements afin de maximiser les rendements, pour lesquels la demande de masse manquait en fait. La demande de masse a ensuite été créée par des prêts supplémentaires. Il y a donc eu une croissance cancéreuse non organique, pas saine, mais malade.En 2007, un état insoutenable de ces développements a été atteint. La dette était devenue trop élevée et les marchés immobiliers en particulier – mais pas seulement – s’étaient développés de manière cancéreuse. Cela a conduit à la crise financière de 2007 à 2009, qui a amené le monde au bord de l’effondrement du système financier mondial. Le problème de la dette a été « résolu » en s’endettant de nouvelles dettes. Cela a été possible parce que les banques centrales de presque tous les pays industrialisés ont fixé des taux d’intérêt égaux ou proches de zéro et imprimé de l’argent frais à une échelle sans précédent – le terme technique pour cela est l’assouplissement quantitatif, l’assouplissement quantitatif ou l’expansion de la masse monétaire. Les États-Unis ont à peu près quintuplé la masse monétaire de la banque centrale depuis 2007, tandis que la Banque centrale européenne (BCE) a été multipliée par environ neuf. Ainsi, aujourd’hui, nous sommes confrontés non seulement à un problème de dette insoluble, mais aussi à une énorme bulle monétaire, qui sont tous deux le reflet financier du problème économique sous-jacent. La demande de masse est trop faible, les capacités de production sont beaucoup trop élevées par rapport aux revenus de masse, car la répartition inégale n’a cessé d’augmenter. Une grande partie de la croissance économique des 40 dernières années a été cancéreuse, malsaine, financée par la dette et donc insoutenable.

    La solution aux problèmes économiques

    Il devient déjà évident que le conflit ukrainien est un très bon moyen de détourner l’attention de ses propres problèmes et que Poutine peut facilement devenir le bouc émissaire de nombreux types de problèmes économiques et financiers dans l’économie mondiale. Il est déjà blâmé pour une inflation ou une stagflation à venir et non pour l’impression monétaire des banques centrales ou les excès de dette lucratifs des dernières décennies pour l’industrie financière ou la croissance explosive de la fortune des milliardaires.En temps de guerre, les lois d’urgence peuvent être utilisées pour intervenir sur les marchés et les prix administrativement relativement facilement et sans résistance significative de la population, de sorte que, par exemple, une décote de la dette pourrait en fait être provoquée relativement facilement par des processus d’inflation.La tolérance des gens à l’égard des interventions graves de l’État, de l’inflation ou des empiètements sur les actifs est beaucoup plus élevée en temps de guerre et compte tenu des images quotidiennes horribles de la guerre qu’en temps de paix. Si de grandes parties des installations de production en Europe centrale et orientale devaient être détruites par une guerre, même le problème sous-jacent initial de la surcapacité serait résolu – en faveur des pays sur les territoires desquels il n’y a pas de combats. Après cela, vous pouvez gagner de l’argent grâce à la reconstruction.

  • Le Grand Reset : un petit récap...

    reset.jpg

    L’objectif de la Money Power est clair : il vise à réinitialiser l'économie mondiale. Ils veulent «renouveler» le «vieux» capitalisme catastrophe mondialisé qui a conduit la planète au bord de l'effondrement. L'objectif fondamental est de maintenir le système capitaliste dans les nouvelles conditions qui seront créées par la 4e révolution industrielle après la grande réinitialisation. Les États doivent être complètement soumis au contrôle de l'industrie financière internationale.

     

    La Money Power s'efforce de privatiser les États en les laissant sous le contrôle de l'industrie financière internationale à travers l'endettement total des États. Les entreprises en faillite, qui ont été au bord de la faillite par la crise de Corona, sont ensuite placées sous l'aile étatique par les gouvernements  du marché afin de garder à l'œil les coûts de restructuration que payeront les contribuables. L'endettement total des États est un moyen d'asservir l'humanité.
    On peut aussi s’interroger de savoir si la réduction de la population mondiale fait partie intégrante de la grande réinitialisation économique mondiale. Des milliards de personnes sont «superflues» pour la 4e révolution industrielle et l’intelligence artificielle. Laurent Alexandre qui fait figure de Pape en ce domaine le hurle sur toutes les chaînes de TV et même au Sénat.

     Le «nettoyage» de la population mondiale se fait par la destruction rampante des petites et moyennes entreprises ainsi que des chaînes d'approvisionnement mondiales comptant des centaines de millions d'employés. La partie des petites et moyennes entreprises qui est «utilisable» pour les stratèges internationaux en investissement sera évincée du travail indépendant vers le secteur dépendant à bas salaires, d'autres seront soumises aux sociétés numériques et aux plateformes et à leurs stratégies d'exploitation, et de grandes parties sombreront dans les oubliettes de l'économie et certains plongeront faute d'argent dans  le Grand Splaash la piscine des ténèbres de l'économie et s'y noieront.
    Selon l'Organisation internationale du travail, 1,6 milliard de personnes dans le secteur dit informel étaient déjà au chômage lors du premier verrouillage,
    En parallèle à cette révolution industrielle qui vise comme les précédentes à accroitre la productivité, on va nous vendre la bulle verte, la promesse du monde meilleur qui reste le prochain moteur d’accumulation du capital. Le Greenwashing, l’endroit où l’on stationne pour gagner des ronds en expliquant aux populations qu’elles doivent s 'appauvrir pour que leurs enfants puissent avoir une vie verte.

    Petit rappel nécronomique

    Dans le monde moderne, l'individu ne dispose de choix que parce que ceux-ci sont déjà faits  — Les « moyens » (techniques) n'en sont pas : ce sont des décisions déjà prises sur la vie de chacun, la preuve en étant qu'il n'y a pas des moyens isolés, mais un système d'objets dont chaque objet est un élément, une pièce, qui appelle l'ensemble —  — L'image ne peut expliquer le monde, mais seulement assommer le spectateur par des lambeaux qui cachent la logique réelle  — Du fait que production et vente d'objets industriels doivent sans cesse progresser, toute critique est un sabotage du « progrès » et qualifiée de réactionnaire ou d'utopie.