Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chine

  • La main invisible du capitalisme

    L’administration Biden travaille déjà sur un ensemble de sanctions préventives contre la Chine afin de mettre immédiatement en place un mur de dissuasion économique au projet d’invasion de Taiwan. Et non seulement la stratégie serait si avancée que les responsables de Taipei seraient invités à Washington pour travailler sur le projet, mais il s’avère que l’Union européenne serait déjà sur la bonne voie pour adopter les mêmes mesures d’interdiction et de restriction contre Pékin. Bref, alors qu’elle commence seulement à accepter douloureusement le coût énergétique des sanctions contre la Russie, Bruxelles se préparerait à en adopter de nouvelles contre la Chine.

    EXCLUSIF Taïwan accueille des dizaines de législateurs étrangers à Washington pour imposer des sanctions | Reuters

    Et le silence qui a accompagné cette nouvelle semble décidément étrange, compte tenu des rivières d’indignation pour la spéculation en cours sur le gaz à la Bourse d’Amsterdam. Si l’indiscrétion était confirmée, en fait, nul autre que la présidence américaine opérerait comme une main visible sur un marché financiarisé et géopolitiquement stratégique comme celui du pétrole brut,

    l’objectif ultime: réduire mortellement la taille de l’économie européenne, en frappant au cœur de sa locomotive, déjà fortement affaiblie par l’énergie coûteuse. Et le tableau d’ensemble semble décidément sans prétention à l’interprétation : les États-Unis n’ont subi aucun impact direct de la crise énergétique actuelle au niveau du PIB, tandis que l’Allemagne, l’Espagne, la Grèce et l’Italie paient un prix infiniment plus élevé que celui imposé par que celui imposé par les crises énergétiques de 1974 et 1979.

  • Dédollarisation

     

    Selon les données des douanes suisses, les importations chinoises d’or en provenance de la Confédération suisse ont atteint 80 tonnes en juillet, soit plus de deux fois plus qu’en juin et huit fois plus qu’en mai. D’un autre côté, si vous savez que vous allez envahir Taïwan et que cela entraînera des sanctions, il est normal de se débarrasser de la dette américaine - comme Pékin le fait depuis sept mois d’affilée - et d’acheter des actifs qui pourraient garantir la nouvelle monnaie des BRICS.

  • Quand le Docteur Doom parle...

    docteur doom,crise,stagflation,deflation,resignation,grande moderation,chine,russieIl est pas optimiste le Docteur

    Morceaux choisis

     

    Au cours de l’ère d’hypermondialisation de l’après-guerre froide, la Chine, la Russie et d’autres économies de marché émergentes sont devenues plus intégrées dans l’économie mondiale, lui fournissant des biens, des services, de l’énergie et des produits de base à faible coût. La migration à grande échelle du Sud vers le Nord a permis de limiter les salaires dans les économies avancées, les innovations technologiques ont réduit les coûts de production de nombreux biens et services, et la stabilité géopolitique relative a permis une allocation efficace de la production aux endroits les moins coûteux sans se soucier de la sécurité des investissements.

    Mais la Grande Modération a commencé à craquer pendant la crise financière mondiale de 2008, puis pendant la récession de 2020 liée à la COVID-19. Dans les deux cas, l’inflation est d’abord restée faible en raison des chocs de la demande, et des politiques monétaires, budgétaires et de crédit souples ont empêché la déflation de s’installer. Mais maintenant, l’inflation est de retour, augmentant fortement, en particulier au cours de l’année écoulée, en raison d’un mélange de facteurs de demande et d’offre.

    Du côté de la demande, les politiques monétaires, budgétaires et de crédit souples et non conventionnelles sont devenues non pas un bug, mais plutôt une caractéristique du nouveau régime. Entre l’augmentation actuelle des stocks de dettes privées et publiques (en pourcentage du PIB) et les énormes passifs non capitalisés des systèmes de sécurité sociale et de santé par répartition, les secteurs privé et public sont confrontés à des risques financiers croissants. Les banques centrales sont donc enfermées dans un « piège de la dette » : toute tentative de normalisation de la politique monétaire entraînera une flambée du fardeau du service de la dette, entraînant des insolvabilités massives, des crises financières en cascade et des retombées dans l’économie réelle.

    Les gouvernements étant incapables de réduire les dettes et les déficits élevés en dépensant moins ou en augmentant leurs revenus, ceux qui peuvent emprunter dans leur propre monnaie auront de plus en plus recours à la « taxe sur l’inflation »: compter sur une croissance inattendue des prix pour effacer les passifs nominaux à long terme à taux fixesAinsi, comme dans les années 1970, des chocs d’offre négatifs persistants et répétés se combineront à des politiques monétaires, budgétaires et de crédit souples pour produire une stagflation. En outre, des ratios d’endettement élevés créeront les conditions d’une crise de la dette stagflationniste. Pendant la Grande Stagflation,  de tout portefeuille d’actifs traditionnel – obligations à long terme et actions américaines et mondiales – en souffrira, entraînant potentiellement des pertes massives.