Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

crise et mutation

  • Flash back Nécro...la Nécro c trop....

    "

    Comme dit l'ami Huzun du blog, un Grand Reset ça se fait sur dix ans, là ils y sont allés un peu vite. Huzun sait de quoi il parle, il le vit quotidiennement en nettoyant le milieu bancaire.
    Là même les économistes comme Artus commencent à flipper.Mes les experts de BFM disent que la mutation est trop rapide. Ils auraient dû lire mon premier livre sort il y a douze ans où j'expliquai tout ça et la suite.....

    Et je préfère prévenir ces experts que l'accueil va être musclé. Tout le monde le sait le plus dur dans la chute c'est l'atterrissage.

    Faire financer la transition écologiques par les plus pauvres en réduisant leur pouvoir d'achat et les prestations sociales, il fallait y penser....le tout dans un contexte de conflits d'argent entre les salariés et les entreprises...

    Pour ceux qui ne l'avaient pas vu et qui veulent se marrer revoir l'interview. J'y annonçais le châtiment des neufs orifices....

    ITV CH. ANTONI & J-P. CREPIN - CRISE ET MUTATION.m4v - YouTube

  • Le METAVERS est dans le fruit

    Alors que les débats publics sont réduits au silence par la censure et l’intimidation, nous sommes escortés vers une dystopie bio-techno-capitaliste dont le caractère infernal risque de se manifester pleinement avec la prochaine crise mondiale. Cela justifierait le déploiement des monnaies numériques des banques centrales (CBDC), qui, selon les mots d’Agustin Carstens (directeur général de la Banque des règlements internationaux), accorderont « un contrôle absolu sur les règles et règlements qui détermineront l’utilisation de cette responsabilité de la banque centrale [c’est-à-dire l’argent], et nous aurons la technologie pour l’appliquer ». L’argent numérique lié à l’identité numérique est un raccourci pour le servage monétaire de haute technologie, qui sera étendu aux chômeurs d’abord (par exemple, les bénéficiaires du RSA), et potentiellement à la plupart d’entre nous. Quand Larry Fink (PDG de BlackRock) dit que « les marchés préfèrent les gouvernements totalitaires aux démocraties », nous devrions mieux le croire.

  • La Techno-féodalisation Bonne Année 2022 à tous les nécronomistes


    1701_Lagarde.png

    img_0195.jpg

    C'est ainsi que le capitalisme se termine : pas avec un bang révolutionnaire, mais avec un gémissement évolutionniste. De même qu'il a déplacé le féodalisme progressivement, subrepticement, jusqu'au jour où l'essentiel des relations humaines était basé sur le marché et que le féodalisme a été balayé, de même le capitalisme d'aujourd'hui est renversé par un nouveau mode économique : le techno-féodalisme.

    Les indices sont visibles depuis un moment. Les cours des obligations et des actions, qui devraient évoluer dans des directions très opposées, ont grimpé en flèche à l'unisson, baissant parfois mais toujours au même rythme. De même, le coût du capital (le rendement exigé pour posséder un titre) devrait baisser avec la volatilité ; au lieu de cela, il a augmenté à mesure que les rendements futurs deviennent plus incertains.

    Peut-être que le signe le plus clair que quelque chose de grave se prépare est apparu le 12 août de l'année dernière. Ce jour-là, nous avons appris qu'au cours des sept premiers mois de 2020, le revenu national du Royaume-Uni avait chuté de plus de 20 %, bien au-dessus des prévisions les plus sombres. Quelques minutes plus tard, la Bourse de Londres bondit de plus de 2%. Rien de comparable ne s'était jamais produit. La finance était devenue totalement découplée de l'économie réelle.

    Oui, le capitalisme a subi des transformations extrêmes au moins deux fois depuis la fin du XIXe siècle. Sa première transformation majeure, de son apparence concurrentielle à l'oligopole, s'est produite avec la deuxième révolution industrielle, lorsque l'électromagnétisme a inauguré les grandes entreprises en réseau et les mégabanques nécessaires pour les financer. Ford, Edison et Krupp ont remplacé le boulanger, le brasseur et le boucher d'Adam Smith en tant que principaux moteurs de l'histoire. Le cycle tumultueux qui a suivi de méga-dettes et de méga-rendements a finalement conduit au krach de 1929, au New Deal et, après la Seconde Guerre mondiale, au système de Bretton Woods – qui, avec toutes ses contraintes financières, a fourni une rare période de stabilité.

    La fin de Bretton Woods en 1971 a déclenché la seconde transformation du capitalisme. Alors que le déficit commercial croissant des États-Unis devenait le fournisseur mondial de la demande globale - aspirant les exportations nettes de l'Allemagne, du Japon et, plus tard, de la Chine - la phase de mondialisation la plus énergique du capitalisme américain, avec un flux constant d'allemands, de japonais et, plus tard, , les bénéfices chinois qui reviennent à Wall Street pour tout financer.

    Pour jouer leur rôle, cependant, les fonctionnaires de Wall Street ont exigé l'émancipation de toutes les contraintes du New Deal et de Bretton Woods. Avec la déréglementation, le capitalisme oligopolistique s'est transformé en capitalisme financiarisé. Tout comme Ford, Edison et Krupp avaient remplacé le boulanger, le brasseur et le boucher de Smith, les nouveaux protagonistes du capitalisme étaient Goldman Sachs, JP Morgan et Lehman Brothers.

    Bien que ces transformations radicales aient eu des répercussions importantes (la Grande Dépression, la Seconde Guerre mondiale, la Grande Récession et la longue stagnation après 2009), elles n'ont pas modifié la caractéristique principale du capitalisme : un système alimenté par le profit privé et les rentes extraites par le biais d'un certain marché.

    Oui, la transition du capitalisme smithien au capitalisme oligopolistique a augmenté les profits de manière démesurée et a permis aux conglomérats d'utiliser leur énorme pouvoir de marché (c'est-à-dire leur nouvelle liberté de la concurrence) pour extraire des rentes importantes aux consommateurs. Oui, Wall Street a extrait des rentes de la société par des formes de vol à la lumière du jour basées sur le marché. Néanmoins, l'oligopole et le capitalisme financiarisé étaient tous deux tirés par les profits privés stimulés par les rentes extraites sur certains marchés - un marché acculé, par exemple, par General Electric ou Coca-Cola, ou évoqué par Goldman Sachs.

    Puis, après 2008, tout a changé. Depuis que les banques centrales du G7 se sont unies en avril 2009 pour utiliser leur capacité d'impression monétaire pour relancer la finance mondiale, une profonde discontinuité est apparue. Aujourd'hui, l'économie mondiale est alimentée par la génération constante de monnaie de banque centrale, et non par le profit privé. Pendant ce temps, l'extraction de valeur s'est de plus en plus déplacée des marchés vers des plateformes numériques, comme Facebook et Amazon, qui ne fonctionnent plus comme des entreprises oligopolistiques, mais plutôt comme des fiefs ou des domaines privés.

    Le fait que les bilans des banques centrales, et non les bénéfices, alimentent le système économique explique ce qui s'est passé le 12 août 2020. En entendant la sombre nouvelle, les financiers ont pensé : « Génial ! La Banque d'Angleterre, paniquée, imprimera encore plus de livres et nous les canalisera. Il est temps d'acheter des actions !» Partout en Occident, les banques centrales impriment de la monnaie que les financiers prêtent aux entreprises, qui l'utilisent ensuite pour racheter leurs actions (dont les prix se sont découplés des profits). Pendant ce temps, les plateformes numériques ont remplacé les marchés en tant que lieu d'extraction de la richesse privée. Pour la première fois dans l'histoire, presque tout le monde produit gratuitement le capital social des grandes entreprises. C'est ce que signifie télécharger des trucs sur Facebook ou se déplacer tout en étant lié à Google Maps.

    Brefs des entreprises qui s'autorachètent leurs actions découplés de leurs résultats et des travailleurs non payés qui produisent gratuitement pour qu'on les transforment en consommateurs zombies.

    Ce n'est pas, bien sûr, que les secteurs capitalistes traditionnels ont disparu. Au début du XIXe siècle, de nombreuses relations féodales restaient intactes, mais les relations capitalistes avaient commencé à dominer. Aujourd'hui, les relations capitalistes restent intactes, mais les relations techno-féodalistes ont commencé à les rattraper.

    Si j'ai raison, tout programme de relance est forcément à la fois trop grand et trop petit. Aucun taux d'intérêt ne sera jamais compatible avec le plein emploi sans précipiter des faillites d'entreprises successives. Et la politique de classe dans laquelle les partis favorisant le capital rivalisent avec les partis plus proches du travail est terminée.

    Nous entrons dans l'ère de la domination du travail mort

    Bonne Année 2022  crise et mutation,la grande deconnexion,pour la souveraineté du peuple;andre bellon,jean pierre crepin,crise sans fin,futur