Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

crise et mutation

  • NIOUZES DU FRONT

     

    La Bundesbank a envoyé deux torpilles à la BCE en vue des prochains conseils. Si en effet les prix à la consommation (IPC) en août ont marqué un + 7,9% sur une base mensuelle contre des attentes de + 2,4%, voici que ceux à la production (IPP) ont même augmenté de 45,8% sur une base annuelle contre les attentes d’un + 36,8%, le chiffre le plus élevé depuis 1949.

    La Bundesbank affirme qu’il y a de plus en plus de signes de récession en Allemagne.

    Les signes d’une récession dans la plus grande  économie d’Europe deviennent de plus en plus évidents après une détérioration significative des conditions de l’offre, a déclaré la Bundesbank.

    Les livraisons d’énergie étranglées, en particulier en conséquence directe de la guerre de la Russie en Ukraine, entraînent une flambée des prix et une incertitude croissante en Allemagne, affectant à la fois les entreprises et les ménages, a déclaré lundi la banque centrale dans un rapport mensuel.









  • ENTRE QE ET PQ



    La réaction quasi nulle des marchés à la hausse de 75 points de base des taux de la BCE est logique : la BCE n’a pas eu voix au chapitre depuis longtemps. Elle peut parler ou se taire, la seule réaction est l’indifférence. Sans surprise, la détérioration des indices boursiers a été déclenchée par l’intervention de Jerome Powell. Comme pour dire, la Fed gouverne, partout.

    Le marché a non seulement intégré les 75 points de base de l’augmentation mais il est tout à fait conscient de la façon dont l’effet de levier énergétique est le moteur réel et le seul moteur du marché à examiner. L’historique des erreurs de politique à la BCE, en revanche, nous enseigne qu’il en faut peu pour revenir à la baisse des taux. Et peut-être à des politiques expansives. Mais ce qui est différent, c’est de donner des réponses à une spirale dépressive de l’économie réelle. Surtout dans un régime paradoxal d’augmentation du coût de l’argent

    Bref QE et planche à billets sont tapis dans l'ombre prêts à bondir, désormais ce n'est plus nos enfants mais nos petits enfants que nous endettons.

    Pour le reste, le papier cul de nouveau en pénurie en Allemagne «C’est un choc pour moi ! C’est le papier toilette qu’utilisait déjà ma grand-mère», confie Yvonne, une cliente d’un supermarché dans le centre de Berlin...

    Pénurie de papier toilette: les Allemands au bout du rouleau (msn.com)

  • Fin de l'abondance Macron officialise la nécronomie

     Courtoisie de Vince

    clickonpictureIMG_5948.PNG

     

    L’Euro est tombé en dessous de la parité avec le dollar. Un autre problème pour un continent qui doit déjà faire face à un énorme problème énergétique : la facture de fournitures, en fait, est payée en dollars. Et les matières premières à acheter sur les marchés étrangers sont plus chères avec une monnaie aussi faible

    Nous devons mettre de l’ordre dans les budgets, avant de recommencer à imprimer et de maintenir en vie l’énorme casino mondial connu sous le nom de marché libre. Un oxymore. En fait. Car ce qui est libre dans un marché dont le seul moteur est l’activité de création monétaire des banques centrales semble décidément mystérieux. Fin de l'abondance, fin de l’insouciance déclare Macron...Encore une fois, il est conseillé au citoyen moyen de se serrer la ceinture sans se demander s’il existe encore un trou approprié dans la ceinture pour de telles personnes émaciées. Si les coûts mensuels d’électricité d’une personne au smic triplent, cela peut entraîner de graves problèmes; pour un ministre, un triplement ne signifie pas la moindre restriction notable, même s’il a des coûts nettement plus élevés en chiffres absolus en raison de l’espace de vie beaucoup plus grand à éclairer.

    Ce sentiment agréable d’être personnellement « du bon côté » peut également expliquer pourquoi les politiciens répandent leurs mauvaises nouvelles avec tant de pénétration et de calme devant la caméra.
    « Là-bas », dans les basses terres de la société qui ne sont plus visibles par les privilégiés, les gens sont alors autorisés à se battre pour un logement abordable, pour une place au chauffage ou l’un des sièges avant dans la file d’attente à la table. Ils sont surtout autorisés lorsque les gouvernants ont échoués à ce point sur tout comme le montre le désastre des fonctions régaliennes de l’État à être solidaire de la misère des autres avec la guerre sans guerre qui ne sert qu'à financer la transition écologique que les Élites ne veulent pas financer. Le sempiternel discours « on s'en sort mieux que les autres » ou alors moins poli « allez voir ailleurs si c'est mieux ».