Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

docteur doom

  • REVOLUTION

     

    D'un point de vue général, ce qui faut retenir est que nous passons dans une nouvelle étape : le libéralisme autoritaire contre rempart contre le fascisme et l'islamisme.

    Pour le reste une lectrice m a envoyé une ITW du docteur Doom.

     

    vous connaissez tous l'immense respect que j 'ai pour le Docteur Doom, par conséquent, je ne rajoute rien à son analyse si ce n'est que je ne le suivrai pas sur le passage final du freudo-marxisme au nouveau testament...

    Comprenne qui pourave, ma pensée reste matérialité non burnouté

     

    [VF] Mégamenaces, un avenir sombre, des politiques dans le déni ? Nouriel Roubini [EN DIRECT] - YouTube

    lire la suite

    Lire la suite

  • Quand le Docteur Doom parle...

    docteur doom,crise,stagflation,deflation,resignation,grande moderation,chine,russieIl est pas optimiste le Docteur

    Morceaux choisis

     

    Au cours de l’ère d’hypermondialisation de l’après-guerre froide, la Chine, la Russie et d’autres économies de marché émergentes sont devenues plus intégrées dans l’économie mondiale, lui fournissant des biens, des services, de l’énergie et des produits de base à faible coût. La migration à grande échelle du Sud vers le Nord a permis de limiter les salaires dans les économies avancées, les innovations technologiques ont réduit les coûts de production de nombreux biens et services, et la stabilité géopolitique relative a permis une allocation efficace de la production aux endroits les moins coûteux sans se soucier de la sécurité des investissements.

    Mais la Grande Modération a commencé à craquer pendant la crise financière mondiale de 2008, puis pendant la récession de 2020 liée à la COVID-19. Dans les deux cas, l’inflation est d’abord restée faible en raison des chocs de la demande, et des politiques monétaires, budgétaires et de crédit souples ont empêché la déflation de s’installer. Mais maintenant, l’inflation est de retour, augmentant fortement, en particulier au cours de l’année écoulée, en raison d’un mélange de facteurs de demande et d’offre.

    Du côté de la demande, les politiques monétaires, budgétaires et de crédit souples et non conventionnelles sont devenues non pas un bug, mais plutôt une caractéristique du nouveau régime. Entre l’augmentation actuelle des stocks de dettes privées et publiques (en pourcentage du PIB) et les énormes passifs non capitalisés des systèmes de sécurité sociale et de santé par répartition, les secteurs privé et public sont confrontés à des risques financiers croissants. Les banques centrales sont donc enfermées dans un « piège de la dette » : toute tentative de normalisation de la politique monétaire entraînera une flambée du fardeau du service de la dette, entraînant des insolvabilités massives, des crises financières en cascade et des retombées dans l’économie réelle.

    Les gouvernements étant incapables de réduire les dettes et les déficits élevés en dépensant moins ou en augmentant leurs revenus, ceux qui peuvent emprunter dans leur propre monnaie auront de plus en plus recours à la « taxe sur l’inflation »: compter sur une croissance inattendue des prix pour effacer les passifs nominaux à long terme à taux fixesAinsi, comme dans les années 1970, des chocs d’offre négatifs persistants et répétés se combineront à des politiques monétaires, budgétaires et de crédit souples pour produire une stagflation. En outre, des ratios d’endettement élevés créeront les conditions d’une crise de la dette stagflationniste. Pendant la Grande Stagflation,  de tout portefeuille d’actifs traditionnel – obligations à long terme et actions américaines et mondiales – en souffrira, entraînant potentiellement des pertes massives.

  • Quand le Docteur Doom parle...on l'écoute...

    Les banques centrales devront continuer à jongler avec les objectifs incompatibles de maîtriser l’inflation tout en maintenant les taux à long terme (ou les écarts intra-zone euro) bas grâce à des politiques de maintien du bilan. Et pendant tout ce temps, les gouvernements continueront d’alimenter les pressions inflationnistes avec des mesures de relance budgétaire et des sanctions persistantes.

    Au fil du temps, le resserrement des politiques monétaires peut entraîner un ralentissement de la croissance ou une récession pure et simple. Mais un autre risque est que la politique monétaire soit contrainte par la menace d’un piège de la dette. Avec des niveaux d’endettement privé et public à des sommets historiques en pourcentage du PIB, les banquiers centraux ne peuvent prendre la normalisation de la politique que jusqu’à présent avant de risquer un krach financier sur les marchés de la dette et des actions.

    À ce stade, les gouvernements, sous la pression de citoyens mécontents, pourraient être tentés de venir à la rescousse avec des plafonds de prix et de salaires et des contrôles administratifs pour maîtriser l’inflation. Ces mesures se sont avérées infructueuses dans le passé (provoquant, par exemple, un rationnement) – notamment dans les années 1970 stagflationnistes – et il n’y a aucune raison de penser que cette fois serait différente. Au contraire, certains gouvernements aggraveraient encore les choses en réintroduisant, par exemple, des mécanismes d’indexation automatique des salaires et des pensions.

    Dans un tel scénario, tous les décideurs politiques se rendraient compte des limites de leurs propres outils. Les banques centrales verraient que leur capacité à contrôler l’inflation est limitée par la nécessité de continuer à monétiser les dettes publiques et privées. Et les gouvernements verraient que leur capacité à maintenir les sanctions contre la Russie est limitée par les impacts négatifs sur leurs propres économies (en termes d’activité globale et d’inflation).

    Il y a deux fins de partie possibles. Les décideurs politiques peuvent abandonner l’un de leurs objectifs, ce qui entraînera une hausse de l’inflation, une croissance plus faible, des taux d’intérêt à long terme plus élevés ou des sanctions plus souples – accompagnées peut-être d’une baisse des indices boursiers. Alternativement, les décideurs peuvent se contenter de n’atteindre que partiellement chaque objectif, ce qui conduit à un résultat macroéconomique sous-optimal d’une inflation plus élevée, d’une croissance plus faible, de taux à long terme plus élevés et de sanctions plus souples – avec des indices boursiers plus bas et des monnaies fiduciaires dégradées alors émergentes. Quoi qu’il en soit, les ménages et les consommateurs ressentiront le pincement, ce qui aura des implications politiques à l’avenir.