Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

stagflation

  • Casus Belli

    recession,depression,ukraine,guerre economique,tres grande depression,stagflation,stagnation seculaire,crash

    Il est des gouffres et des exils économiques dont on ne revient pas. Des descentes lentes où l'économie minée se perd en ses relégations, s'alourdit d'hypothèques, s'endette et sombre. Un enchaînement sans fin, un cercle vicieux si jamais il y a en a eut un ; une succession inéluctable d’événements ; le désordre primitif en crée un second qui ne fait qu'aggraver le premier et conduit à un troisième,un troisième qui rend inévitable le quatrième et ainsi de suite jusqu'à soit atteint le plus bas et cela n'est pas encore le fond. Alors vient, la torture inhumaine de tout recommencer...

    La Fed et la BCE se prépare à ce grand renversement. Tout ce qu’il faut, c’est un casus belli qui peut être pipoter à l’opinion publique et pas seulement pour les initiés. Quelque chose de si drastique et impressionnant qu’il envoie des alarmes sur l’inflation et le pouvoir d’achat à la cave. Peut-être, une belle récession. De celles qui ont des arcs. Un casus belli si drastique qu’il fait d’une pierre les deux coups : comprimer la demande, espérant ainsi dégonfler certaines dynamiques et nécessairement bloquer toute tentative de normalisation de la politique monétaire.

    En clair, forcer les gens à moins consommer hors bulle verte, recréer du chômage tout en continuant la planche à billet pour protéger les actifs des hyper-riches et les banques.

    La crise économique c'est fantastique, la récession c'est la bonne ambiance...

     

  • Les Narvalos

    Vous le savez, chers amis, j'ai une grande estime pour Varoufakis,  l'ancien ministre de l'économie grec.. D'ailleurs pour ceux qui ne l'ont pas vu je recommande le film  "Adults in the Room" : Costa-Gavras adapte le best-seller de Yánis Varoufákis sur la crise grecque (francetvinfo.fr)

     

    Voici donc quelques morceaux choisis de sa dernière analyse....

     

    Alors que la pandémie de coronavirus recule dans les économies avancées, leurs banques centrales ressemblent de plus en plus à l'âne proverbial qui, tout aussi affamé et assoiffé, succombe à la fois à la faim et à la soif car il ne pouvait pas choisir entre le foin et l'eau. Tiraillés entre la nervosité inflationniste et la peur de la déflation, les décideurs politiques adoptent une approche attentiste potentiellement coûteuse. Seule une refonte progressive de leurs outils et objectifs peut les aider à jouer un rôle post-pandémie socialement utile.Les banquiers centraux disposaient autrefois d'un seul levier politique : les taux d'intérêt. Pousser vers le bas pour revitaliser une économie en déclin  ; Pousser vers le haut pour freiner l'inflation (souvent au détriment du déclenchement d'une récession). Chronométrer ces mouvements et décider de combien déplacer le levier n'a jamais été facile, mais au moins il n'y avait qu'un seul mouvement à faire : pousser le levier vers le haut ou vers le bas. Aujourd'hui, le travail des banquiers centraux est deux fois plus compliqué, car, depuis 2009, ils ont deux leviers à manipuler.

    Suite à la crise financière mondiale de 2008, un deuxième levier est devenu nécessaire, car celui d'origine s'est bloqué : même s'il avait été poussé vers le bas, poussant les taux d'intérêt à zéro et les forçant souvent en territoire négatif, l'économie a continué de stagner. . Prenant une page de la Banque du Japon, les grandes banques centrales (menées par la Réserve fédérale américaine et la Banque d'Angleterre) ont créé un deuxième levier, connu sous le nom d'assouplissement quantitatif (QE). Le pousser vers le haut a créé de l'argent pour acheter des actifs en papier auprès des banques commerciales dans l'espoir que les banques injecteraient l'argent neuf directement dans l'économie réelle. Si l'inflation apparaissait, il leur suffisait d'appuyer sur le levier et de réduire les achats d'actifs.

    C'était la théorie. Maintenant que l'inflation est dans l'air, les banques centrales sont nerveuses. Devraient-ils resserrer la politique?

    S'ils ne le font pas, ils peuvent s'attendre à l'ignominie subie par leurs prédécesseurs des années 1970, qui ont permis à l'inflation de s'intégrer dans la dynamique prix-salaires. Mais s'ils suivent leur instinct et déplacent leurs deux leviers, en diminuant l'assouplissement quantitatif et en augmentant modestement les taux d'intérêt, ils courent le risque de déclencher deux crises à la fois  : , alors que les marchés et les entreprises, accros à l'argent QE gratuit et trop étendu, paniquent à la perspective d'un retrait. Le « taper tantrum » de 2013 qui s'est produit après que la Fed a simplement suggéré qu'elle freinerait le QE, serait dérisoire en comparaison.

    Les banques centrales ont peur de ce scénario car il rendrait leurs deux leviers inutiles. Même si les taux d'intérêt auraient augmenté, il y aurait encore peu de marge de manœuvre pour les réduire. Et des montants politiquement prohibitifs de QE seraient nécessaires pour relancer les marchés financiers submergés. Ainsi, les décideurs sont assis sur leurs mains, imitant le malheureux âne qui ne pouvait pas déterminer lequel de ses deux besoins était le plus important.Premièrement, parce qu'une restructuration sérieuse de la dette publique et privée est inévitable, les banques centrales devraient cesser d'essayer de l'éviter. Maintenir les taux d'intérêt en dessous de zéro pour prolonger à l'avenir la faillite d'entités insolvables (comme les États grecs et italiens et un grand nombre d'entreprises zombies), comme le font actuellement la Banque centrale européenne et la Fed, est un pari idiot.....

  • Quand le Docteur Doom parle, on l'écoute...

     

    Vous en entendez parler tous les jours et vous le constatez maintenant dans votre portefeuille. La crainte du moment c'est l'inflation et un retour aux années 70.
    Hausse vertigineuse des matières premières, de l'énergie, du fret. Pour les banquiers centraux ce ne sont que des hausses momentanées mais ce n'est pas l'avis de tout le monde. Certains pronostiquent déjà des hausses des salaires. Ce qui signifierait une inflation persistante donc une hausse des taux des banquiers centraux. Hausse qu'ils ne sont plus en mesure d'assumer sauf à provoquer un krack.
    En pareil contexte, voyons donc ce que le Docteur Doom pense :


    La reprise du premier semestre 2021 a fait place récemment à un ralentissement marqué de la croissance et à une flambée de l'inflation bien au-dessus de l'objectif de 2 % des banques centrales, en raison des effets de la variante Delta, des goulets d'étranglement de l'offre sur les marchés des biens et du travail, et pénuries de certains produits, intrants intermédiaires, produits finis et main-d'œuvre. Les rendements obligataires ont chuté au cours des derniers mois et la récente correction des marchés boursiers a été modeste jusqu'à présent, reflétant peut-être l'espoir que la légère stagflation se révélera temporaire.

    Les quatre scénarios dépendent de l'accélération ou du ralentissement de la croissance et du fait que l'inflation reste durablement plus élevée ou ralentit. Les analystes de Wall Street et la plupart des décideurs anticipent un scénario « Boucle d'or » de croissance plus forte et de modération de l'inflation conformément à l'objectif de 2 % des banques centrales. Selon ce point de vue, le récent épisode de stagflation est largement dû à l'impact de la variante Delta. Une fois qu'il s'estompera, les goulots d'étranglement de l'approvisionnement le seront également, à condition que de nouvelles variantes virulentes n'apparaissent pas. La croissance s'accélérerait alors tandis que l'inflation diminuerait. 
    Pour les marchés, cela représenterait une reprise des perspectives de « reflation commerciale » du début de l'année, alors qu'on espérait qu'une croissance plus forte soutiendrait des bénéfices plus élevés et des cours boursiers encore plus élevés. Dans ce scénario optimiste, l'inflation se calmerait, maintenant les anticipations d'inflation ancrées autour de 2%, les rendements obligataires augmenteraient progressivement parallèlement aux taux d'intérêt réels et les banques centrales seraient en mesure de réduire l'assouplissement quantitatif sans ébranler les marchés boursiers ou obligataires. Dans les actions, il y aurait une rotation des États-Unis vers les marchés étrangers (Europe, Japon et marchés émergents) et des valeurs de croissance, technologiques et défensives vers les valeurs cycliques et de valeur.

    Le deuxième scénario implique une « surchauffe ». Ici, la croissance s'accélérerait à mesure que les goulets d'étranglement de l'offre seraient levés, mais l'inflation resterait obstinément plus élevée, car ses causes ne seraient pas temporaires. L'épargne non dépensée et la demande refoulée étant déjà élevées, la poursuite de politiques monétaires et budgétaires ultra accommodantes stimulerait encore plus la demande globale. La croissance qui en résulterait serait associée à une inflation persistante au-dessus de l'objectif, réfutant la croyance des banques centrales selon laquelle les hausses de prix ne sont que temporaires.

    La réponse du marché à une telle surchauffe dépendrait alors de la réaction des banques centrales. Si les décideurs politiques restent en retrait, les marchés boursiers pourraient continuer à augmenter pendant un certain temps, car les rendements obligataires réels restent faibles. Mais l'augmentation des anticipations d'inflation qui s'ensuivrait finirait par doper les rendements obligataires nominaux et même réels, car les primes de risque d'inflation augmenteraient, forçant une correction des actions. Alternativement, si les banques centrales deviennent bellicistes et commencent à lutter contre l'inflation, les taux réels augmenteraient, faisant grimper les rendements obligataires et, encore une fois, forçant une plus grande correction des actions.
    Un troisième scénario est la stagflation continue, avec une inflation élevée et une croissance beaucoup plus lente à moyen terme. Dans ce cas, l'inflation continuerait d'être alimentée par des politiques monétaires, de crédit et budgétaires accommodantes. Les banques centrales, prises au piège de la dette par des ratios d'endettement publics et privés élevés, auraient du mal à normaliser les taux sans déclencher un krach des marchés financiers.

    De plus, une multitude de chocs d'offre négatifs persistants à moyen terme pourraient freiner la croissance au fil du temps et faire grimper les coûts de production, ce qui accroîtrait la pression inflationniste. Comme je l'ai noté précédemment, de tels chocs pourraient provenir de la démondialisation et de la montée du protectionnisme, de la balkanisation des chaînes d'approvisionnement mondiales, du vieillissement démographique dans les économies en développement et émergentes, des restrictions migratoires, du « découplage » sino-américain, des effets du changement climatique sur les prix des matières premières, les pandémies, la cyberguerre et la réaction contre les inégalités de revenus et de richesse.

    Dans ce scénario, les rendements obligataires nominaux augmenteraient beaucoup plus à mesure que les anticipations d'inflation perdraient leur ancrage. Et les rendements réels seraient également plus élevés (même si les banques centrales restaient en retrait), car une croissance rapide et volatile des prix augmenterait les primes de risque sur les obligations à plus long terme. Dans ces conditions, les marchés boursiers seraient prêts à subir une forte correction, potentiellement en territoire baissier (reflétant une baisse d'au moins 20 % par rapport à leur dernier sommet).

    Le dernier scénario serait celui d'un ralentissement de la croissance. L'affaiblissement de la demande globale s'avérerait non seulement une peur transitoire, mais un signe avant-coureur de la nouvelle normalité, en particulier si les mesures de relance monétaire et budgétaire sont retirées trop tôt. Dans ce cas, une demande globale plus faible et une croissance plus lente entraîneraient une baisse de l'inflation, les actions se corrigeraient pour refléter les perspectives de croissance plus faibles et les rendements obligataires continueraient de baisser (car les rendements réels et les anticipations d'inflation seraient plus faibles).
    Lequel de ces quatre scénarios est le plus probable ? Alors que la plupart des analystes de marché et des décideurs politiques ont poussé le scénario Boucle d'or, je crains que le scénario de surchauffe ne soit plus saillant. Compte tenu des politiques monétaires, fiscales et de crédit laxistes d'aujourd'hui, la décoloration de la variante Delta et les goulots d'étranglement de l'offre qui y sont associés entraîneront une surchauffe de la croissance et laisseront les banques centrales coincées entre le marteau et l'enclume. Confrontés à un piège de la dette et à une inflation constamment supérieure à l'objectif, ils vont presque certainement s'affaiblir et prendre du retard, même si les politiques budgétaires restent trop souples.
    Mais à moyen terme, alors que divers chocs d'offre négatifs persistants frappent l'économie mondiale, nous pourrions nous retrouver avec une stagflation ou une surchauffe bien pire qu'une légère stagflation : une stagflation totale avec une croissance beaucoup plus faible et une inflation plus élevée. La tentation de réduire la valeur réelle d'importants ratios d'endettement nominaux à taux fixe conduirait les banques centrales à s'adapter à l'inflation, plutôt que de la combattre et de risquer un krach économique et boursier.
    Mais les ratios d'endettement (tant privés que publics) d'aujourd'hui sont nettement plus élevés qu'ils ne l'étaient dans les années 1970, en période de stagflation. Les agents publics et privés avec trop de dettes et des revenus beaucoup plus faibles seront confrontés à l'insolvabilité une fois que les primes de risque d'inflation auront poussé les taux d'intérêt réels à la hausse, ouvrant la voie aux crises de la dette stagflationniste contre lesquelles j'ai mis en garde.

    Le scénario panglossien qui est actuellement intégré dans les marchés financiers pourrait éventuellement devenir une chimère. Plutôt que de se concentrer sur Boucle d'or, les observateurs économiques devraient se souvenir de Cassandra, dont les avertissements ont été ignorés jusqu'à ce qu'il soit trop tard.