Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

stagflation

  • Quand le Docteur Doom parle, on l'écoute...

     

    Vous en entendez parler tous les jours et vous le constatez maintenant dans votre portefeuille. La crainte du moment c'est l'inflation et un retour aux années 70.
    Hausse vertigineuse des matières premières, de l'énergie, du fret. Pour les banquiers centraux ce ne sont que des hausses momentanées mais ce n'est pas l'avis de tout le monde. Certains pronostiquent déjà des hausses des salaires. Ce qui signifierait une inflation persistante donc une hausse des taux des banquiers centraux. Hausse qu'ils ne sont plus en mesure d'assumer sauf à provoquer un krack.
    En pareil contexte, voyons donc ce que le Docteur Doom pense :


    La reprise du premier semestre 2021 a fait place récemment à un ralentissement marqué de la croissance et à une flambée de l'inflation bien au-dessus de l'objectif de 2 % des banques centrales, en raison des effets de la variante Delta, des goulets d'étranglement de l'offre sur les marchés des biens et du travail, et pénuries de certains produits, intrants intermédiaires, produits finis et main-d'œuvre. Les rendements obligataires ont chuté au cours des derniers mois et la récente correction des marchés boursiers a été modeste jusqu'à présent, reflétant peut-être l'espoir que la légère stagflation se révélera temporaire.

    Les quatre scénarios dépendent de l'accélération ou du ralentissement de la croissance et du fait que l'inflation reste durablement plus élevée ou ralentit. Les analystes de Wall Street et la plupart des décideurs anticipent un scénario « Boucle d'or » de croissance plus forte et de modération de l'inflation conformément à l'objectif de 2 % des banques centrales. Selon ce point de vue, le récent épisode de stagflation est largement dû à l'impact de la variante Delta. Une fois qu'il s'estompera, les goulots d'étranglement de l'approvisionnement le seront également, à condition que de nouvelles variantes virulentes n'apparaissent pas. La croissance s'accélérerait alors tandis que l'inflation diminuerait. 
    Pour les marchés, cela représenterait une reprise des perspectives de « reflation commerciale » du début de l'année, alors qu'on espérait qu'une croissance plus forte soutiendrait des bénéfices plus élevés et des cours boursiers encore plus élevés. Dans ce scénario optimiste, l'inflation se calmerait, maintenant les anticipations d'inflation ancrées autour de 2%, les rendements obligataires augmenteraient progressivement parallèlement aux taux d'intérêt réels et les banques centrales seraient en mesure de réduire l'assouplissement quantitatif sans ébranler les marchés boursiers ou obligataires. Dans les actions, il y aurait une rotation des États-Unis vers les marchés étrangers (Europe, Japon et marchés émergents) et des valeurs de croissance, technologiques et défensives vers les valeurs cycliques et de valeur.

    Le deuxième scénario implique une « surchauffe ». Ici, la croissance s'accélérerait à mesure que les goulets d'étranglement de l'offre seraient levés, mais l'inflation resterait obstinément plus élevée, car ses causes ne seraient pas temporaires. L'épargne non dépensée et la demande refoulée étant déjà élevées, la poursuite de politiques monétaires et budgétaires ultra accommodantes stimulerait encore plus la demande globale. La croissance qui en résulterait serait associée à une inflation persistante au-dessus de l'objectif, réfutant la croyance des banques centrales selon laquelle les hausses de prix ne sont que temporaires.

    La réponse du marché à une telle surchauffe dépendrait alors de la réaction des banques centrales. Si les décideurs politiques restent en retrait, les marchés boursiers pourraient continuer à augmenter pendant un certain temps, car les rendements obligataires réels restent faibles. Mais l'augmentation des anticipations d'inflation qui s'ensuivrait finirait par doper les rendements obligataires nominaux et même réels, car les primes de risque d'inflation augmenteraient, forçant une correction des actions. Alternativement, si les banques centrales deviennent bellicistes et commencent à lutter contre l'inflation, les taux réels augmenteraient, faisant grimper les rendements obligataires et, encore une fois, forçant une plus grande correction des actions.
    Un troisième scénario est la stagflation continue, avec une inflation élevée et une croissance beaucoup plus lente à moyen terme. Dans ce cas, l'inflation continuerait d'être alimentée par des politiques monétaires, de crédit et budgétaires accommodantes. Les banques centrales, prises au piège de la dette par des ratios d'endettement publics et privés élevés, auraient du mal à normaliser les taux sans déclencher un krach des marchés financiers.

    De plus, une multitude de chocs d'offre négatifs persistants à moyen terme pourraient freiner la croissance au fil du temps et faire grimper les coûts de production, ce qui accroîtrait la pression inflationniste. Comme je l'ai noté précédemment, de tels chocs pourraient provenir de la démondialisation et de la montée du protectionnisme, de la balkanisation des chaînes d'approvisionnement mondiales, du vieillissement démographique dans les économies en développement et émergentes, des restrictions migratoires, du « découplage » sino-américain, des effets du changement climatique sur les prix des matières premières, les pandémies, la cyberguerre et la réaction contre les inégalités de revenus et de richesse.

    Dans ce scénario, les rendements obligataires nominaux augmenteraient beaucoup plus à mesure que les anticipations d'inflation perdraient leur ancrage. Et les rendements réels seraient également plus élevés (même si les banques centrales restaient en retrait), car une croissance rapide et volatile des prix augmenterait les primes de risque sur les obligations à plus long terme. Dans ces conditions, les marchés boursiers seraient prêts à subir une forte correction, potentiellement en territoire baissier (reflétant une baisse d'au moins 20 % par rapport à leur dernier sommet).

    Le dernier scénario serait celui d'un ralentissement de la croissance. L'affaiblissement de la demande globale s'avérerait non seulement une peur transitoire, mais un signe avant-coureur de la nouvelle normalité, en particulier si les mesures de relance monétaire et budgétaire sont retirées trop tôt. Dans ce cas, une demande globale plus faible et une croissance plus lente entraîneraient une baisse de l'inflation, les actions se corrigeraient pour refléter les perspectives de croissance plus faibles et les rendements obligataires continueraient de baisser (car les rendements réels et les anticipations d'inflation seraient plus faibles).
    Lequel de ces quatre scénarios est le plus probable ? Alors que la plupart des analystes de marché et des décideurs politiques ont poussé le scénario Boucle d'or, je crains que le scénario de surchauffe ne soit plus saillant. Compte tenu des politiques monétaires, fiscales et de crédit laxistes d'aujourd'hui, la décoloration de la variante Delta et les goulots d'étranglement de l'offre qui y sont associés entraîneront une surchauffe de la croissance et laisseront les banques centrales coincées entre le marteau et l'enclume. Confrontés à un piège de la dette et à une inflation constamment supérieure à l'objectif, ils vont presque certainement s'affaiblir et prendre du retard, même si les politiques budgétaires restent trop souples.
    Mais à moyen terme, alors que divers chocs d'offre négatifs persistants frappent l'économie mondiale, nous pourrions nous retrouver avec une stagflation ou une surchauffe bien pire qu'une légère stagflation : une stagflation totale avec une croissance beaucoup plus faible et une inflation plus élevée. La tentation de réduire la valeur réelle d'importants ratios d'endettement nominaux à taux fixe conduirait les banques centrales à s'adapter à l'inflation, plutôt que de la combattre et de risquer un krach économique et boursier.
    Mais les ratios d'endettement (tant privés que publics) d'aujourd'hui sont nettement plus élevés qu'ils ne l'étaient dans les années 1970, en période de stagflation. Les agents publics et privés avec trop de dettes et des revenus beaucoup plus faibles seront confrontés à l'insolvabilité une fois que les primes de risque d'inflation auront poussé les taux d'intérêt réels à la hausse, ouvrant la voie aux crises de la dette stagflationniste contre lesquelles j'ai mis en garde.

    Le scénario panglossien qui est actuellement intégré dans les marchés financiers pourrait éventuellement devenir une chimère. Plutôt que de se concentrer sur Boucle d'or, les observateurs économiques devraient se souvenir de Cassandra, dont les avertissements ont été ignorés jusqu'à ce qu'il soit trop tard.

     

  • Le Grand Effondrement

      On parle de plus en plus de la perspective d’une stagflation - une situation de croissance économique stagnante accompagnée d’une forte inflation des prix à la consommation, le souvenir emblématique étant les années 1970. L'argument est que le choc économique du côté de la demande via la perte de revenus et de production ainsi qu'un chômage structurellement plus élevé se traduiront par une croissance économique stagnante conduisant à moins de biens et de services. De plus, le niveau sans précédent de création de monnaie signifie qu'il y aura inévitablement un cas classique de «trop d'argent chassant trop peu de biens» et cela conduira à une hausse des prix à la consommation.Dans un article pour Mises.org, le responsable de la recherche chez Goldmoney affirme que: «La distribution de l’argent de l’État se fera de plus en plus sous forme d’aide sociale aux chômeurs, ce qui orientera les dépenses vers les éléments essentiels de la vie. Inévitablement, dans une économie avec une activité modérée qui ne répond pas assez rapidement pour produire les volumes de produits souhaités, les prix, principalement des articles essentiels, augmenteront fortement. » 

    En d'autres termes, les prix des denrées alimentaires et de l'énergie augmenteront. Pour cette raison, selon l'article, les personnes qui examinent les mesures des prix à la consommation qui suppriment la nourriture et l'énergie seront en retard pour comprendre ce qui se passe.

    Cela semble être un argument plausible, mais il repose sur le fait que l'argent de la banque centrale nouvellement crée est entre les mains du public en premier lieu. Ce qui n’est pas du tout le cas et on reparlera dans ce cas là du fameux effet Cantillon du nom de son découvreur.

    C’est le principe de l’effet Cantillon. L’inflation n’est pas l’augmentation générale des prix. Les prix augmentent au point d’entrée de la monnaie. Il se produit une distorsion des prix. L’inflation se diffuse, mais elle ne devient pas forcément générale. Certains prix peuvent ne pas augmenter. Aujourd’hui, ce sont les banques qui créent de la monnaie, par le crédit. La création monétaire est pilotée par les banques centrales. Cette création monétaire provoque de l’inflation, mais qui n’est pas forcément considéré comme telle par la plupart des économistes. En effet, quand il y a une augmentation des prix de l’immobilier, ou des actifs financiers, on parle de bulle : bulle immobilière, bulle boursière, etc. Mais pas d’inflation. Pour l’école autrichienne, c’est un effet de la création monétaire, et donc de l’inflation. Les prix augmentent là où la monnaie est introduite.

     Cet effet Cantillon est bien illustré par la crise de 2008. Les prix de l’immobilier ont considérablement augmenté, et tout le secteur est devenu hypertrophié. Or, c’est dans l’immobilier que s’est déversée la création monétaire, à travers le crédit immobilier. Par contre, l’inflation officielle restait mesurée. Mais elle ne prenait pas en compte la bulle immobilière.

    En clair l’inflation va bénéficier aux plus riches sur les actifs actions et immobiliers mais pour le reste, nous serons et je le maintiens dans la déflation donc une baisse des prix avant que le Grand Effondrement touche à son tour les marchés actions et immobiliers que l’on ne parvient qu’à stabiliser avec ce déversement massif de money. Tout ceci n’est plus qu’une question de moi(s).

    2021...

  • Notre avenir

    Le Japon ça va toujours pas mieux depuis 1990 mais eux au moins ils sont habitués

     

    Les craintes de déflation ne sont pas nouvelles pour les autorités financières japonaises.

    Les efforts passés pour lutter contre la déflation comprennent des programmes de relance massifs et même la participation au marché boursier du pays.

    L'extrait suivant est tiré du théoricien des vagues d'Elliott de juin 2019:

    La Banque du Japon a été la première banque centrale à acheter directement des actions. En 2002-2004 et de nouveau en 2009-2010, il a acheté des quantités relativement faibles d'actions, en particulier des actions détenues par des banques japonaises en difficulté. Incroyablement, c'était un léger vendeur net d'actions en 2008, tout comme le reste de la foule pendant le marché baissier de cette année. Ensuite, la BOJ a pris la décision douteuse que l'achat et la détention d'actions étaient une sorte de politique anti-déflation, favorable à l'économie et d'assouplissement monétaire. En conséquence, il achète sans interruption des actions et des dérivés liés aux marchés boursiers depuis 2010. Un article du Financial Times d'août rapporte: «Selon un calcul de courtage, la BoJ est devenue l'un des 10 principaux actionnaires dans environ 70% des actions de la première section de la Bourse de Tokyo. " La banque a acheté pour une valeur record de 6000 milliards de yens de fonds indiciels cotés en bourse (ETF) en 2018 et s'est engagée à continuer de les acheter à ce rythme. À la fin de l'année, elle détenait près de 30 000 milliards de yens de fonds négociés en bourse.

    Pourtant, malgré les efforts anti-déflation, les inquiétudes persistent.

    Voici un extrait d'un article du Japan Times du 24 juin:

    Certains décideurs politiques de la Banque du Japon ont exprimé leur inquiétude lors d'une réunion la semaine dernière que la pandémie de coronavirus pourrait faire basculer le pays dans la déflation, a révélé un résumé des opinions publiées mercredi.

    Un retour à la déflation serait "un obstacle considérable" pour finalement atteindre l'objectif de stabilité des prix de 2% de la banque centrale, a déclaré l'un des neuf membres du Policy Board lors de la réunion des 15 et 16 juin.

    "Ainsi, compte tenu de ce risque, il est nécessaire de procéder à un assouplissement supplémentaire à ce stade", a déclaré le député.

    La banque centrale a maintenu sa politique monétaire inchangée lors de la réunion, maintenant les taux d'intérêt à court terme à moins 0,1 pour cent tout en guidant les taux à long terme à environ zéro pour cent.

    Un autre décideur était également préoccupé par l'inflation tiède du pays, déclarant: "Dans la conduite des mesures économiques, il faut tout d'abord minimiser le risque de déflation qui s'installe".

    Les prix à la consommation au Japon ont baissé pour un deuxième mois consécutif en mai, en baisse de 0,2% par rapport à l'année précédente, la propagation mondiale du COVID-19 ayant fait baisser le coût de l'énergie et de l'hébergement, a annoncé vendredi le ministère des Affaires intérieures et des Communications.

    "Le nombre croissant de faillites d'entreprises ainsi que la suspension et la fermeture d'entreprises peuvent avoir un impact négatif sur l'emploi, les prix et les finances", a déclaré un responsable politique, ajoutant "qu'il faut être vigilant pour que l'économie ne tombe pas en déflation". encore."
    Nouvelles
    Un avertissement que la reprise économique est menacée par la déflation
    Bob Stokes • 24 juin 2020

    https://www.deflation.com/