Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

philosophie

  • Giorgio Agamben : un prophète

     

    "Les hommes se sont si bien habitués à vivre dans une condition de crise pérenne et de pérenne urgence qu’ils ne semblent pas même se rendre compte que leur vie a été réduite à une condition purement biologique et qu’elle a perdu toute dimension sociale et politique et même toute dimension humaine et affective. Une société qui vit dans un état d’urgence pérenne ne peut être une société libre. Et, de fait, nous vivons dans une société qui a sacrifié la liberté aux supposées « raisons de sécurité » et qui, pour cette raison même, s’est condamnée elle-même à vivre dans un état de peur et d’insécurité pérennes.

    Il n’est pas étonnant qu’on évoque la guerre à propos de ce virus. Les mesures d’urgence nous obligent en effet à vivre dans des conditions de couvre-feu. Mais une guerre livrée contre un ennemi invisible qui peut se loger dans le corps de chaque homme n’est-elle pas la plus absurde des guerres ? Il s’agit en vérité, d’une guerre civile. L’ennemi n’est pas à l’extérieur de nous. Il est à l’intérieur de chacun de nous.

    Ce qui inquiète, alors, ce n’est pas tant, ou pas seulement le présent, mais c’est ce qui va venir après. Ainsi, tout comme les guerres ont laissé en héritage à la paix une série de technologies néfastes, des fils barbelés aux centrales nucléaires, de la même manière il y a fort à parier que l’on tentera de poursuivre après l’urgence sanitaire les expérimentations que les gouvernements n’avaient pas réussi jusqu’ici à mener à bien : fermer les universités et les écoles et faire des leçons par internet, arrêter une bonne fois pour toutes de se réunir et de parler ensemble d’arguments politiques ou culturels, se contenter d’échanger des messages digitaux, et partout où c’est possible, faire en sorte que les machines remplacent enfin tout contact – toute contagion – entre les êtres humains."

  • Attention chef d oeuvre

    Pour la souveraineté du peuple

    Voilà mes Amis nécronomistes mon nouvel opus. C'est pour vous le moment de me soutenir et de soutenir ce blog qui existe maintenant depuis 2007

    Le livre est en format papier et numérique. Il est disponible sur toutes les plateformes au choix Amazon, FNAC, Cultura, Decitre, le Furet du Nord et évidemment chez l'Editeur, vous pouvez aussi le commandez chez votre libraire si vous en avez encore.

    https://www.editions-harmattan.fr/livre-pour_la_souverainete_du_peuple_nous_sommes_tous_des_constituants_andre_bellon_jean_pierre_crepin-9782343231815-69869.html

     

     

     

    Y a-t-il encore un peuple français ? Y a-t-il encore des citoyens ? Poser la question est déjà une réponse aux angoisses du moment historique que nous vivons. C’est surtout une révolte contre l’oppression qui s’est développée depuis maintenant 40 ans. Tout a été fait pour nous nier : en tant qu’êtres politiques, mais encore pis en tant qu’êtres pensants. Nous sommes entourés d’objurgations. Certes, beaucoup résultent de questions réelles et nouvelles, économiques, climatiques et maintenant sanitaires. Mais comment accepter qu’elles soient l’alibi de notre aliénation, que le pouvoir décide que nous sommes incapables d’en débattre, de proposer des solutions ? Retrouver le peuple français ? Il est des moments où l’Histoire hésite. On appelle cela des tournants historiques. Et qu’on ne dise pas qu’on ne peut rien faire seul. Ce discours ne sert qu’à faire accepter les aliénations générales. On est seul quand on ne veut pas assumer ses responsabilités. L’Histoire prouve qu’on n’est jamais seul quand on tient un discours universel." 

     

     

     

     

    FDP - POUR LA SOUVERAINETÉ DU PEUPLE.pdf

    Lire la suite

  • Message de l'ami Mehdi

    que j'ai propulsé ministre de la culture du Gouv et qui représente avec moi la tendance anarchiste

    https://legouv.fr/ministeres/culture/lettre-de-mehdi-belhaj-kacem-aux-artistes-et-aux-damnes-du-covid/