Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

NECRONOMIE - Page 2

  • THEATRE GRATOS CE SOIR POUR LES NECRONOMISTES

    En tournée au 20 Heures ce soir, Bruno Lemaire du village global, Sinistre de l'économie de la petite maison dans la grande prairie, va revêtir sa tenue de magicien des sphincters façon préparation H

    Quel talent, quel acteur, c'est vraiment comme dans son livre "en posture d'offrande, l'anus frétillant."

    A ne louper sous aucun prétexte

    c'est l'immortel jour historique de l'officialisation des décombres

     

     

     

     

     

    Dans ce contexte, La Tribune affirme que l’exécutif exclut d’augmenter les impôts. Ceci, pour ne pas trahir la promesse d’Emmanuel Macron. Selon L’Opinion, l’idée serait plutôt de mettre à contribution l’ensemble des ministères, même les régaliens, avec un « coup de rabot général sur les crédits. » Quant à la procédure, le gouvernement pourrait opter pour la voie réglementaire et s’économiser un passage au Parlement où plane le spectre du 49.3

  • Le chat est mort

    Le rebond de chat mort est un terme utilisé pour décrire une reprise temporaire du prix d'un stock qui a connu une baisse significative.Ce phénomène se produit lorsque les investisseurs pensent que l'action a atteint le fond des rochers et recommencer à l'acheter.Cependant, cette reprise temporaire est souvent de courte durée, et la valeur de l'action continuera de baisser après le rebond du chat mort.Cela peut entraîner des pertes importantes pour les investisseurs qui ont acheté le stock pendant le rebond.

     

     

    En attendant d’évaluer le rebond du chat mort garanti à l’action de New York Community Bancorp par la nomination du nouveau PDG, rendu nécessaire par la rétrogradation en junk opérée par Moody’s, voici – comme l’a dit sans ambages l’article de Bloomberg publié mercredi – que la contagion de l’immobilier commercial américain se déplace désormais vers l’Europe. C’est-à-dire que la crise immobilière américaine 2.0 commence à faire des victimes sur le Vieux Continent également, après avoir fait la première victime au Japon avec le bruit sourd d’Aozora Bank.

    La Fed a donc une crédibilité résiduelle à protéger. Et l’occupant de la Maison-Blanche est une élection à essayer de gagner. Pariez-vous que l’idée de base, la surprise du printemps, sera de faire payer la facture à la vieille Europe et à ses banques, un peu comme ce qui est arrivé aux factures d’énergie avec les sanctions contre la Russie ? L’Allemagne est un test de résistance. Depuis des mois.

    Les banques espagnoles augmentent leur crédit de +9 pb en raison de l’effondrement de New York Community Bancorp contre +27 pb pour les banques allemandes | Le Coin (thecorner.eu)

     

     

  • Quand le Docteur Doom parle

    Le docteur Doom sait de quoi il parle, il était à Davos pour prévenir de la crise financière. Personne ne l'avait cru....

     

     Partout dans le monde, l’augmentation des inégalités de revenus et de richesses, en partie due à l’hypermondialisation et aux technologies permettant d’économiser de la main-d’œuvre, a déclenché une réaction violente contre la démocratie libérale, créant des opportunités pour les mouvements politiques populistes, autocratiques et violents.

    Des niveaux insoutenables d’endettement privé et public menacent de précipiter les crises de la dette et les crises financières, et nous pourrions encore assister à un retour de l’inflation et à des chocs d’offre agrégés négatifs stagflationnistes. La tendance générale à l’échelle mondiale est au protectionnisme, à la démondialisation, au découplage et à la dédollarisation.

    Aveuglés par l’éblouissement de l’IA, les participants de Davos ne se sont pas concentrés sur la plupart de ces mégamenaces. Ce n’est pas une surprise. D’après mon expérience, l’air du temps du WEF Davos est un contre-indicateur de la direction que prend réellement le monde. Les décideurs politiques et les chefs d’entreprise sont là pour faire la promo de leurs livres et cracher des platitudes. Ils représentent la sagesse conventionnelle, qui est souvent basée sur une vue d’ensemble des développements mondiaux et macroéconomiques.