Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

NECRONOMIE - Page 2

  • SCOOP NECRO

     

    Il y  a qq mois, Un célèbre économiste me remerciant de lui avoir ouvert les yeux sur les marges arrières m avait appelé pour me proposer de bosser avec lui sur le programme de Marion Maréchal dans le cadre d une election future qui l opposera à Edouard Philippe. Vous vous doutez bien que cela a été une fin de non recevoir. Les mecs ne doutent de rien...et je me demande si ils m ont réellement lu...
     
    Marion avec comme premier ministre Zemmour, c'était cela le PLAN.
     
    Aujourd hui Edouard Philippe vient de monter son parti et vous constatez comme  moi l'ascension de zemmour sur le theme du decloisonnement des droites
    tout ceci n est que la répétition de 2027 puisque et le  RN et LR vont imploser. Cela sera alors un duel Edouard Philippe contre Marion Maréchal comme représentante des la droite décomplexée et décloisonnée.
    Ils y croient dur comme fer...
     
    Zemmour a été catapulté pour faire imploser des droites.
  • Recap Nécro

     

    necronomie,i,flation,hyperinflation,devaluation,cryptomonnaies,crise mondiale,coronevirus,covid19

    Les dommages économiques des mesures de lutte contre la pandémie - verrouillages, fermetures d'entreprises, interdictions d'événements, etc. - ont été et sont compensés ou du moins tentés par des politiciens avec des recettes fiscales. Cela se fait principalement par le biais d'aides gouvernementales sous la forme d'indemnités de chômage partiel, de prêts aux entreprises et de compensations pour les ventes perdues. 
    L'argent requis pour toutes ces mesures dépasse de loin les recettes fiscales de l'État. Pour cette raison, l'État contracte de nouvelles dettes et obtient de l'argent frais (monétisation de la dette) via des obligations d'État, dont la plupart sont achetées par les banques centrales. Cela augmente la masse monétaire sans être compensé par une augmentation de la production.
    Les investisseurs privés et institutionnels se concentrent de plus en plus sur des actifs tels que l'or, l'argent, l'immobilier et les actions des profiteurs de crise - Amazon, Apple, Microsoft, Tesla, etc. Leurs cours ne cessent d'augmenter ou se consolident à un niveau élevé après de brèves baisses, les bourses sont en plein essor. L'inflation a déjà créé des bulles dans ces domaines.
    Les secteurs tels que le tourisme, le commerce de détail et le secteur culturel ont été et sont les plus durement touchés par la baisse des ventes. Mais l'industrie a également enregistré une baisse globale de la demande en 2020. En outre, les chaînes d'approvisionnement interrompues ou instables pour les matières premières importantes et les produits intermédiaires - copeaux de semi-conducteurs, bois, caoutchouc, acier, produits chimiques, plastique - continuent de causer des difficultés de production. Faute de matériel, non seulement les constructeurs automobiles envoient leurs salariés en chômage partiel, mais aussi les couvreurs. Pendant ce temps, les entrepreneurs en construction sont aux prises avec des retards dans l'achèvement de leurs projets parce que les corps de métier ne peuvent pas effectuer leurs travaux dans les délais en raison d'un manque de matériaux. Les détaillants en ligne et les entreprises de logistique en particulier ont profité de la crise.
    Initialement, il n'y avait eu que des augmentations de prix pour les biens d'équipement, pas pour les biens de consommation. Au contraire, il y avait une tendance déflationniste  en 2020. La raison est simple : la demande et la vitesse de circulation de l'argent ne sont pas restées les mêmes pendant la crise corona, mais ont plutôt diminué. Une grande partie de l'argent frais n'a pas été consommée pendant longtemps. Il était soit stocké dans les comptes des citoyens et des entreprises en attente d'être émis, soit il était investi sur les marchés des capitaux.
    En raison des mesures corona, il y avait souvent un manque d'opportunités de consommation: les courses, les achats occasionnels ou les cadeaux pour des célébrations ou des visites ont été largement omis pendant les fermetures, et les courses n'étaient et ne sont possibles que dans une mesure limitée en raison de l'accès et de l'hygiène restrictions.
    En outre, l'incertitude économique accrue a conduit à la réticence des consommateurs à acheter et à la réticence des entreprises à investir. Lorsque les mesures ont été assouplies et partiellement levées à partir de juin, la demande a repris et les besoins refoulés des consommateurs ont été comblés. Des augmentations de prix en ont résulté.

    Ce qui menace maintenant, c'est une spirale inflationniste. Parce que les prix augmenteront d'autant plus, plus les difficultés de l'économie à répondre à une demande croissante seront grandes : parce que les produits intermédiaires sont plus difficiles à obtenir et plus chers ; parce que la production est devenue plus complexe en raison des règles d'hygiène renforcées ; parce que la demande a dépassé le niveau d'avant Corona ; ou parce que tout cela nécessite des travailleurs supplémentaires qui ne sont pas immédiatement disponibles. Si l'État continue de maintenir le robinet de l'argent ouvert dans cette situation afin de stimuler l'économie réelle et de maintenir les services de soutien de l'État à un niveau approprié, cela conduira à de nouvelles augmentations de prix. Ceux-ci augmenteront encore le besoin d'argent du gouvernement, ce qui à son tour augmentera encore l'inflation.Cela augmentera encore la perte de confiance dans la monnaie, ce qui peut finalement conduire à une hyperinflation.

    Si l'on cherche un moyen de briser cette spirale, on arrive à une autre particularité de la situation actuelle : les banques centrales n'entendent rien faire contre l'inflation. Au contraire, ils continuent d'acheter massivement des obligations d'État. Cependant, au moins la Banque du Canada et la Banque d'Angleterre prévoient une réduction significative de leurs achats d'obligations, et le département du Trésor américain a également annoncé qu'il s'endetterait moins dans les mois à venir que prévu initialement.

    Cependant, ni la Réserve fédérale (Fed) ni la Banque centrale européenne (BCE) n'envisagent actuellement de relever les taux d'intérêt, la façon habituelle de lutter contre l'inflation. Tous deux visent un objectif d'inflation de 2 % par an. La raison invoquée par la Fed est que l'économie devrait être stimulée à un point tel que les couches défavorisées de la population aient également à nouveau la possibilité de trouver de nouveaux emplois. Et : L'inflation est principalement due aux effets de rattrapage liés à la pandémie, car les prix ont augmenté en particulier pour les biens énergivores. Cela passera, et l'inflation aussi.

    Il en va de même pour la BCE. Selon la présidente de la BCE Christine Lagarde, le taux directeur ne devrait pas être modifié dans un avenir prévisible, même si le taux d'inflation dépasse 2%. Cependant, cette politique monétaire permissive devient problématique au plus tard lorsque la main-d'œuvre se fait encore plus rare avec le chômage et la faiblesse des salaires qui n'incitent pas à travailler. La trappe à pauvreté...et que dans le même temps la dette nationale continue d'augmenter et obligent ainsi à emprunter davantage pour assurer le service des taux d'intérêt.
    Les principaux facteurs de prix sont :
    l'augmentation des coûts de transport ainsi que l'insuffisance des capacités de transport, notamment dans le transport de conteneurs ; problèmes persistants de la chaîne d'approvisionnement et leur aggravation par des événements tels que le blocus du canal de Suez par le cargo Ever Given en mars ou les restrictions opérationnelles dans les ports à conteneurs chinois de Yantian en juin et Ningbo-Zhoushan en août en raison de mesures de verrouillage telles que à la suite de nouveaux cas individuels de corona.
    la hausse du prix du pétrole ;
    la pénurie et donc l'augmentation du prix des matières premières et des produits intermédiaires industriels ;
    le manque de produits finis qui prévaut chez de nombreux fabricants de biens industriels en raison des diverses difficultés de production (...) ;
    la hausse mondiale des prix des denrées alimentaires  due : aux mauvaises récoltes dues à des conditions climatiques défavorables ; baisse de la productivité et augmentation des coûts de production en raison des congés de maladie et des règles d'hygiène plus strictes pour les travailleurs agricoles ; la hausse des prix des aliments pour animaux en raison d'une forte augmentation de la demande chinoise de maïs, de blé et de soja ; la diminution de la taille des troupeaux parmi les éleveurs en raison de marges décroissantes ; Restrictions à l'exportation des grands exportateurs de produits alimentaires tels que la Russie.
    Un autre facteur de prix est la demande refoulée déjà mentionnée des consommateurs privés. Selon Stefan Kooths, directeur économique de l'Institut de Kiel pour l'économie mondiale, cela représente 230 milliards d'euros et donc 12% de la consommation intérieure annuelle.
    D'un point de vue humain, l'inflation est sur le point d'augmenter encore. Plus les restrictions à la production seront imposées par les futures mesures de lutte contre la pandémie, plus elle sera élevée. Les experts ne s'entendent pas sur la question de savoir si l'inflation va réellement se transformer en hyperinflation.
    il ne sera pas possible de continuer indéfiniment sur la voie de l'endettement car la masse monétaire ne peut pas être augmentée. indéfiniment. Elle trouve plutôt sa limite naturelle dans le montant du produit national brut (PNB) de sa zone monétaire, soit 11,3 billions d'euros dans la zone euro (à partir de 2020).
    La zone euro se dirige vers un taux d'endettement de 102% en 2021. Fin avril, la dette s'élevait déjà à 10 000 milliards d'euros.
    Une fois le seuil dépassé, la confiance dans la valeur de la monnaie s'affaiblira progressivement et une spirale de dévaluation monétaire s'enclenchera de plus en plus rapidement.
    Dans ce contexte Les banques centrales du monde entier préparent déjà des mesures pour rendre la hausse de l'inflation gérable. Cela inclut notamment la création de monnaies numériques, qui pourraient limiter l'accès des citoyens à leur argent, par exemple en n'autorisant à dépenser qu'un montant moyen à deux chiffres par jour.

    Ceci est activement travaillé en Chine, aux États-Unis et dans l'UE, entre autres. Si les espèces étaient interdites en même temps, la fuite de l'argent vers des actifs tels que l'immobilier ou les métaux précieux pourrait être ralentie et la baisse de la valeur de la monnaie stoppée. La mesure pourrait peu faire pour changer la perte de confiance dans la monnaie, mais elle permettrait de gagner du temps et d'éviter peut-être l'hyperinflation.
    Dans tous les cas, cela créerait un nouveau système monétaire qui offrirait beaucoup plus de contrôle sur tous les types de transactions financières que le système monétaire actuel.
    Nécronomiquement Votre
    JPC

     

    Lire la suite

  • Quand le Docteur Doom parle, on l'écoute...

     

    Vous en entendez parler tous les jours et vous le constatez maintenant dans votre portefeuille. La crainte du moment c'est l'inflation et un retour aux années 70.
    Hausse vertigineuse des matières premières, de l'énergie, du fret. Pour les banquiers centraux ce ne sont que des hausses momentanées mais ce n'est pas l'avis de tout le monde. Certains pronostiquent déjà des hausses des salaires. Ce qui signifierait une inflation persistante donc une hausse des taux des banquiers centraux. Hausse qu'ils ne sont plus en mesure d'assumer sauf à provoquer un krack.
    En pareil contexte, voyons donc ce que le Docteur Doom pense :


    La reprise du premier semestre 2021 a fait place récemment à un ralentissement marqué de la croissance et à une flambée de l'inflation bien au-dessus de l'objectif de 2 % des banques centrales, en raison des effets de la variante Delta, des goulets d'étranglement de l'offre sur les marchés des biens et du travail, et pénuries de certains produits, intrants intermédiaires, produits finis et main-d'œuvre. Les rendements obligataires ont chuté au cours des derniers mois et la récente correction des marchés boursiers a été modeste jusqu'à présent, reflétant peut-être l'espoir que la légère stagflation se révélera temporaire.

    Les quatre scénarios dépendent de l'accélération ou du ralentissement de la croissance et du fait que l'inflation reste durablement plus élevée ou ralentit. Les analystes de Wall Street et la plupart des décideurs anticipent un scénario « Boucle d'or » de croissance plus forte et de modération de l'inflation conformément à l'objectif de 2 % des banques centrales. Selon ce point de vue, le récent épisode de stagflation est largement dû à l'impact de la variante Delta. Une fois qu'il s'estompera, les goulots d'étranglement de l'approvisionnement le seront également, à condition que de nouvelles variantes virulentes n'apparaissent pas. La croissance s'accélérerait alors tandis que l'inflation diminuerait. 
    Pour les marchés, cela représenterait une reprise des perspectives de « reflation commerciale » du début de l'année, alors qu'on espérait qu'une croissance plus forte soutiendrait des bénéfices plus élevés et des cours boursiers encore plus élevés. Dans ce scénario optimiste, l'inflation se calmerait, maintenant les anticipations d'inflation ancrées autour de 2%, les rendements obligataires augmenteraient progressivement parallèlement aux taux d'intérêt réels et les banques centrales seraient en mesure de réduire l'assouplissement quantitatif sans ébranler les marchés boursiers ou obligataires. Dans les actions, il y aurait une rotation des États-Unis vers les marchés étrangers (Europe, Japon et marchés émergents) et des valeurs de croissance, technologiques et défensives vers les valeurs cycliques et de valeur.

    Le deuxième scénario implique une « surchauffe ». Ici, la croissance s'accélérerait à mesure que les goulets d'étranglement de l'offre seraient levés, mais l'inflation resterait obstinément plus élevée, car ses causes ne seraient pas temporaires. L'épargne non dépensée et la demande refoulée étant déjà élevées, la poursuite de politiques monétaires et budgétaires ultra accommodantes stimulerait encore plus la demande globale. La croissance qui en résulterait serait associée à une inflation persistante au-dessus de l'objectif, réfutant la croyance des banques centrales selon laquelle les hausses de prix ne sont que temporaires.

    La réponse du marché à une telle surchauffe dépendrait alors de la réaction des banques centrales. Si les décideurs politiques restent en retrait, les marchés boursiers pourraient continuer à augmenter pendant un certain temps, car les rendements obligataires réels restent faibles. Mais l'augmentation des anticipations d'inflation qui s'ensuivrait finirait par doper les rendements obligataires nominaux et même réels, car les primes de risque d'inflation augmenteraient, forçant une correction des actions. Alternativement, si les banques centrales deviennent bellicistes et commencent à lutter contre l'inflation, les taux réels augmenteraient, faisant grimper les rendements obligataires et, encore une fois, forçant une plus grande correction des actions.
    Un troisième scénario est la stagflation continue, avec une inflation élevée et une croissance beaucoup plus lente à moyen terme. Dans ce cas, l'inflation continuerait d'être alimentée par des politiques monétaires, de crédit et budgétaires accommodantes. Les banques centrales, prises au piège de la dette par des ratios d'endettement publics et privés élevés, auraient du mal à normaliser les taux sans déclencher un krach des marchés financiers.

    De plus, une multitude de chocs d'offre négatifs persistants à moyen terme pourraient freiner la croissance au fil du temps et faire grimper les coûts de production, ce qui accroîtrait la pression inflationniste. Comme je l'ai noté précédemment, de tels chocs pourraient provenir de la démondialisation et de la montée du protectionnisme, de la balkanisation des chaînes d'approvisionnement mondiales, du vieillissement démographique dans les économies en développement et émergentes, des restrictions migratoires, du « découplage » sino-américain, des effets du changement climatique sur les prix des matières premières, les pandémies, la cyberguerre et la réaction contre les inégalités de revenus et de richesse.

    Dans ce scénario, les rendements obligataires nominaux augmenteraient beaucoup plus à mesure que les anticipations d'inflation perdraient leur ancrage. Et les rendements réels seraient également plus élevés (même si les banques centrales restaient en retrait), car une croissance rapide et volatile des prix augmenterait les primes de risque sur les obligations à plus long terme. Dans ces conditions, les marchés boursiers seraient prêts à subir une forte correction, potentiellement en territoire baissier (reflétant une baisse d'au moins 20 % par rapport à leur dernier sommet).

    Le dernier scénario serait celui d'un ralentissement de la croissance. L'affaiblissement de la demande globale s'avérerait non seulement une peur transitoire, mais un signe avant-coureur de la nouvelle normalité, en particulier si les mesures de relance monétaire et budgétaire sont retirées trop tôt. Dans ce cas, une demande globale plus faible et une croissance plus lente entraîneraient une baisse de l'inflation, les actions se corrigeraient pour refléter les perspectives de croissance plus faibles et les rendements obligataires continueraient de baisser (car les rendements réels et les anticipations d'inflation seraient plus faibles).
    Lequel de ces quatre scénarios est le plus probable ? Alors que la plupart des analystes de marché et des décideurs politiques ont poussé le scénario Boucle d'or, je crains que le scénario de surchauffe ne soit plus saillant. Compte tenu des politiques monétaires, fiscales et de crédit laxistes d'aujourd'hui, la décoloration de la variante Delta et les goulots d'étranglement de l'offre qui y sont associés entraîneront une surchauffe de la croissance et laisseront les banques centrales coincées entre le marteau et l'enclume. Confrontés à un piège de la dette et à une inflation constamment supérieure à l'objectif, ils vont presque certainement s'affaiblir et prendre du retard, même si les politiques budgétaires restent trop souples.
    Mais à moyen terme, alors que divers chocs d'offre négatifs persistants frappent l'économie mondiale, nous pourrions nous retrouver avec une stagflation ou une surchauffe bien pire qu'une légère stagflation : une stagflation totale avec une croissance beaucoup plus faible et une inflation plus élevée. La tentation de réduire la valeur réelle d'importants ratios d'endettement nominaux à taux fixe conduirait les banques centrales à s'adapter à l'inflation, plutôt que de la combattre et de risquer un krach économique et boursier.
    Mais les ratios d'endettement (tant privés que publics) d'aujourd'hui sont nettement plus élevés qu'ils ne l'étaient dans les années 1970, en période de stagflation. Les agents publics et privés avec trop de dettes et des revenus beaucoup plus faibles seront confrontés à l'insolvabilité une fois que les primes de risque d'inflation auront poussé les taux d'intérêt réels à la hausse, ouvrant la voie aux crises de la dette stagflationniste contre lesquelles j'ai mis en garde.

    Le scénario panglossien qui est actuellement intégré dans les marchés financiers pourrait éventuellement devenir une chimère. Plutôt que de se concentrer sur Boucle d'or, les observateurs économiques devraient se souvenir de Cassandra, dont les avertissements ont été ignorés jusqu'à ce qu'il soit trop tard.