Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

NECRONOMIE - Page 2

  • Tout le monde à poil !!!

    laissez faire,liberalisme,economie administree,economie planifiée,mondialisation,futur,tres grande depression,mutation,repression,crise euro,covid,coronavirus

     

    Dans le cabaret de la mondialisation, l’État se livre à un strip-tease au terme duquel il ne conserve que le minimum indispensable : sa force de répression. Sa base matérielle détruite, sa souveraineté et son indépendance  annulées, sa classe politique effacée, l’État-nation devient un simple appareil de sécurité au service des méga-entreprises...

    Les nouveaux maîtres du monde n’ont pas besoin de gouverner directement. Les gouvernements nationaux se chargent d’administrer les affaires pour leur compte

     

    Il est évident que l’on n’attend plus de l’État, dans sa condition actuelle, qu’il accomplisse la plupart des fonctions qui étaient autrefois considérées comme leur raison d’être. Il y a cependant une fonction qui, plus que toutes les autres, a été visiblement abandonnée par l’État orthodoxe, ou qui lui a été arrachée, celle qui consiste à maintenir l’« équilibre dynamique » que Castoriadis décrit comme « l’égalité approximative des rythmes d’augmentation de la consommation et d’élévation de la productivité » — cette tâche qui a conduit régulièrement les États souverains à interdire certaines importations ou exportations, à imposer des barrières douanières, ou à stimuler la demande intérieure à la manière keynésienne. Dès que l’on évoque désormais une relance par la demande, des économistes se lèvent pour affirmer que les gens achèteront des produits étrangers et pas des produits français et que cela ne profitera pas à notre économie. Comme si nous étions responsables d’avoir abandonné des pans entiers de nos économies. De même lorsqu’on évoque les fameuses relocalisations, on évacue que pour des questions de coûts, ces nouvelles tâches relocalisées puissent être effectuées en toute légalité par des travailleurs détachés. Je précise que je n’ai rien contre les travailleurs détachés dans le 93 où je vis, nous en avons pléthores et ils n’ont pas une vie facile à vivre agglutinés dans des studios, loin de leurs proches. Dans tous les PMU du 93, vous trouverez une roumaine derrière le bar, car à 450 euros le salaire moyen en Roumanie, cela vaut le coup de faire un boulot aussi dur qu’aucune française n’accepterait de faire. Le contrôle d’un tel « équilibre dynamique » échappe aujourd’hui totalement aux moyens et même aux ambitions de l’écrasante majorité des États que l’on peut encore appeler souverains (du strict point de vue du maintien de l’ordre).

    En ce sens, la crise mondiale ne représente rien de nouveau. En même temps, l’intensité de la crise et la profondeur du fossé entre la richesse sociale produite, qui pourrait potentiellement servir à satisfaire l’ensemble des besoins humains, et l’appauvrissement de larges segments de la population marquent la fin de l’ère du libre marché ou du capitalisme libéral. Elles indiquent que  la forme économique présente est incapable d’utiliser, au profit de tous les membres de la société, les forces qu’elle développe. Parce que ce développement n’est pas historiquement contingent mais qu’il résulte de la dynamique même du capitalisme libéral, toute tentative de reconstituer une organisation sociale fondée sur les mécanismes de l’économie libérale se révèle vouée à l’échec. Tout indique qu’il est inutile de chercher à rétablir les conditions techniques, économiques et socio-psychologiques d’une économie de libre marché.

    Bien que le capitalisme libéral ne puisse pas être reconstitué, il a engendré la possibilité d’un nouvel ordre social qui pourrait résoudre les difficultés de l’ancien : la dialectique des forces productives et des rapports de production qui sous-tend le développement du capitalisme de libre marché a rendu possible l’économie planifiée. Cependant – et c’est le tournant décisif –, cette économie n’est pas socialiste. Le laissez-faire et le capitalisme ne sont pas nécessairement identiques et la situation économique peut être stabilisée dans le cadre même du capitalisme par l’intervention massive et permanente de l’État dans l’économie comme c’est aujourd’hui le cas avec le chômage partiel, les prêts garantis par l’État, les dédommagements et toute la farandole des aides pour les entreprises qui sera en finale bien insuffisante et ne servira qu’à gonfler le bilan de nos banques de créances douteuses et comme il sera impossible de les recapitaliser dans les conditions de Marché, il faudra une nouvelle fois comme dab les sauver.

    Nécronomiquement votre

  • Muter ou Mourir ? La Grande Illusion du Grand Reset

    index.jpg 

    Nous en sommes à un stade où les gens terrorisés sont favorables au couvre-feu. En clair l’autonomie qui nous était gracieusement accordée, notamment par les systèmes de communication de masse, n’est qu’un des « trucs » utilisés par une instance de contrôle pour faire en sorte que nous croyons notre des désirs qui sont en réalité les siens. Les mots portés par cette instance sont des mots d’ordre dont le programme d’action est simple : contagion et dépendance à un système qui s’effondre. Comme le dit ce bon docteur Benway le psychiatre des Démocraties de Marché : Le langage même est un virus. Nous sommes intoxiqués d’injonctions qui colonisent notre conscience et nous utilisent comme véhicules pour se déplacer d’un corps à un autre. Tester, Alerter, Protéger. Le contrôle est désormais co-produit par les contrôlés à travers des application comme STOP COVID ou son successeur TOUS ANTI COVID. Il prend donc appui sur la responsabilité individuelle et le devoir citoyen dont il fait ses carburants. Il est remarquable que la grammaire des virus ait le même ordre inaltérable que les commandements du capitalisme. Voici le cycle d’action d’un virus de la grippe ou du COVID : exposition – ATCHOUM – ::: sujet susceptible ::: accrochement du virus à la couverture de la cellule ::: réplication à l’intérieur de la cellule ::: réplication à l’intérieur des autres cellules ::: décharge des autres cellules ::: décharge du sujet pour s’attaquer à un autre sujet susceptible. Toute modification ou permutation de cet ordre fait perdre l’intention : l’infection n’a pas lieu ou s’arrête 

    La crapule capitaliste qui vous dit d’« atteindre & de toucher quelqu’un » avec un téléphone ou d’« être là » à 21 heures chez vous seul en face d’une satanée télévision ??) – ces pompeurs essayent de vous transformer en un pathétique petit pantin, fait de chair et de sang, disloqué & écrasé au sein de la machine ! Un pantin surendetté et malléable auquel il sera facile de vendre les mesures les plus impopulaires.

    Le FMI vient d’annoncer qu’une vaccination mondiale rapporterait 9000 Milliards de dollars. Un beau plan de relance pour éviter un Grand Effondrement !

    Depuis le début des verrouillages en mars 2020, peu ont contesté la justification du gouvernement pour imploser volontairement leurs économies et détruire des communautés et des sociétés - sur la base d'une supposition que le coronavirus pourrait tuer des dizaines de millions de citoyens.
    L'hystérie pandémique COVID-19 est utilisée comme cheval de Troie pour un agenda mondialiste issu du Forum économique mondial de Davos. Il s’appelle The Great Reset, et il a été conçu par des milliardaires d’élite censés provoquer un «changement social et économique».

    Le jeu final de créer l'illusion d'une urgence pandémique mondiale est d'inaugurer rapidement l'introduction d'une politique de 'Green New Deal' - où les milliardaires cherchent à restructurer notre système capitaliste en une nouvelle économie verte - promettant un monde meilleur pour nos enfants.

    Il s’agit en vérité tout simplement de faire décoller une nouvelle bulle et un nouveau moteur d’accumulation du capital.

    La fameuse bulle verte dont je vous parlais dans Crise et Mutation.Car, comme je le dis souvent, une mutation ne s'opère que contraint et forcé mais jamais de manière spontanée.Nous ne disposons que des choix qui ont été programmés pour nous.

    Nécronomiquement Votre

  • Chronique du Ghetto

     A Jean-louis Costes

    le-gasoil-est-trop-cher-cdr-2018.jpg

    Hier, j’ai accompagné une copine qui voulait faire le test covid à un labo. Comme on n’a pas de labo dans le ghetto, on ‘est levé à six heures du mat pour se rendre dans le 19em et quand on est arrivé, il y avait déjà une queue d’enfer. Le mec devant nous était aussi un gaulois et cela lui a suffi pour nous adresser la parole pensant créer un réflexe communautaire. Il nous a raconté sa vie et l’admiration qu’il avait pour Zemmour et Pascal Praud. Il a commencé par nous dire que tout le monde était d’accord avec lui alors je l’ai appelé Monsieur Toutlemonde.

    Lire la suite