Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

crise sans fin - Page 2

  • Les Narvalos

    Vous le savez, chers amis, j'ai une grande estime pour Varoufakis,  l'ancien ministre de l'économie grec.. D'ailleurs pour ceux qui ne l'ont pas vu je recommande le film  "Adults in the Room" : Costa-Gavras adapte le best-seller de Yánis Varoufákis sur la crise grecque (francetvinfo.fr)

     

    Voici donc quelques morceaux choisis de sa dernière analyse....

     

    Alors que la pandémie de coronavirus recule dans les économies avancées, leurs banques centrales ressemblent de plus en plus à l'âne proverbial qui, tout aussi affamé et assoiffé, succombe à la fois à la faim et à la soif car il ne pouvait pas choisir entre le foin et l'eau. Tiraillés entre la nervosité inflationniste et la peur de la déflation, les décideurs politiques adoptent une approche attentiste potentiellement coûteuse. Seule une refonte progressive de leurs outils et objectifs peut les aider à jouer un rôle post-pandémie socialement utile.Les banquiers centraux disposaient autrefois d'un seul levier politique : les taux d'intérêt. Pousser vers le bas pour revitaliser une économie en déclin  ; Pousser vers le haut pour freiner l'inflation (souvent au détriment du déclenchement d'une récession). Chronométrer ces mouvements et décider de combien déplacer le levier n'a jamais été facile, mais au moins il n'y avait qu'un seul mouvement à faire : pousser le levier vers le haut ou vers le bas. Aujourd'hui, le travail des banquiers centraux est deux fois plus compliqué, car, depuis 2009, ils ont deux leviers à manipuler.

    Suite à la crise financière mondiale de 2008, un deuxième levier est devenu nécessaire, car celui d'origine s'est bloqué : même s'il avait été poussé vers le bas, poussant les taux d'intérêt à zéro et les forçant souvent en territoire négatif, l'économie a continué de stagner. . Prenant une page de la Banque du Japon, les grandes banques centrales (menées par la Réserve fédérale américaine et la Banque d'Angleterre) ont créé un deuxième levier, connu sous le nom d'assouplissement quantitatif (QE). Le pousser vers le haut a créé de l'argent pour acheter des actifs en papier auprès des banques commerciales dans l'espoir que les banques injecteraient l'argent neuf directement dans l'économie réelle. Si l'inflation apparaissait, il leur suffisait d'appuyer sur le levier et de réduire les achats d'actifs.

    C'était la théorie. Maintenant que l'inflation est dans l'air, les banques centrales sont nerveuses. Devraient-ils resserrer la politique?

    S'ils ne le font pas, ils peuvent s'attendre à l'ignominie subie par leurs prédécesseurs des années 1970, qui ont permis à l'inflation de s'intégrer dans la dynamique prix-salaires. Mais s'ils suivent leur instinct et déplacent leurs deux leviers, en diminuant l'assouplissement quantitatif et en augmentant modestement les taux d'intérêt, ils courent le risque de déclencher deux crises à la fois  : , alors que les marchés et les entreprises, accros à l'argent QE gratuit et trop étendu, paniquent à la perspective d'un retrait. Le « taper tantrum » de 2013 qui s'est produit après que la Fed a simplement suggéré qu'elle freinerait le QE, serait dérisoire en comparaison.

    Les banques centrales ont peur de ce scénario car il rendrait leurs deux leviers inutiles. Même si les taux d'intérêt auraient augmenté, il y aurait encore peu de marge de manœuvre pour les réduire. Et des montants politiquement prohibitifs de QE seraient nécessaires pour relancer les marchés financiers submergés. Ainsi, les décideurs sont assis sur leurs mains, imitant le malheureux âne qui ne pouvait pas déterminer lequel de ses deux besoins était le plus important.Premièrement, parce qu'une restructuration sérieuse de la dette publique et privée est inévitable, les banques centrales devraient cesser d'essayer de l'éviter. Maintenir les taux d'intérêt en dessous de zéro pour prolonger à l'avenir la faillite d'entités insolvables (comme les États grecs et italiens et un grand nombre d'entreprises zombies), comme le font actuellement la Banque centrale européenne et la Fed, est un pari idiot.....

  • Chef d oeuvre en vue

    BELLON.jpgjpc.jpg                  MEHDI.jpg                                                            

       

     

     

    Mes Chers amis nécronomistes

     

    Je peux vous l’annoncer car c’est signé. Onze ans après le premier opus « Crise et Mutation ». Je vais sortir prochainement un nouvel opus.

    Un livre dialogue que j’ai écrit avec André Bellon et préfacé par mon ami le philosophe Mehdi Belhaj Kacem.

    Je vous tiendrai au courant bien évidemment car je vous le promets, j’y suis allé à fond et développé toutes nos thèses. Ce livre répond aux questions que tout le monde se pose sur le virus révélateur, l’Europe, la démocratie, la victimisation, la biopolitique, le transhumanisme…J’en suis très fier et content du résultat.

    En préambule à ce livre, je vais ouvrir le bal avec un live ce dimanche avec les Gilets Jaunes constituants et le syndicat des GJ.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_Bellon

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Mehdi_Belhaj_Kacem

     

    Préparez-vous à un livre choc dans la droite ligne de la Nécronomie.

    Que de chemin parcouru...

     

                                                        

     

     

     

  • Les scénarios possibles

    crise et mutation,plus grande grise,fin capitalisme,avenir capitalisme,changement,évolution, révolution,insurrection,populisme,clolere,anarchie,futur;stagflation,deflation


    1- Youpi c’est reparti

    Le scénario rêvé par les gouvernements, les médias, BFM Business et les Néo-libéraux : Tout va aller très bien Madame la Marquise, dormez tranquille braves gens, les mesures prises sont suffisantes, il n’y aura pas de déflation, le chômage revient à ses plus bas historiques. Le virus disparaît et les chaînes d’approvisionnement se rétablissent comme avant. La guerre commerciale entre les USA et la Chine disparait comme le virus

    2- Une glorieuse stagflation pendant longtemps.
    Pénurie dans certains secteurs, prix de détails qui montent dans l’alimentaire et pour certains produits fabriqués par des entreprises qui ont relocalisé leur production. inflation des produits vendus par des entreprises qui perdent de la productivité.Le chômage demeure élevé

    3- le scénario nécronomiste : l’endettement public et privé et l’incapacité de maintenir des budgets équilibrés ou de rembourser pour les entreprises et les ménages transforme la récession mondiale en dépression mondiale. L’économie rentre dans un processus de déflation par la dette. Ayant peur d’euthanasier les rentiers avec des taux fortement négatifs, les banquiers centraux arrêtent les taux négatifs et entreprennent une politique de normalisation monétaire. Les gouvernements repartent dans l’austérité comme avant la crise. C’est la cata….le chômage reste à 20% pendant plusieurs années.

    NDLR :

    Question : Pourquoi banquiers centraux auraient-ils peur d’euthanasier les rentiers ?
    Réponse : Parce qu’à terme cela représente la mort du capitalisme comme Keynes l’expliquait ;

    On euthanasie les rentiers en éliminant le rapport de force favorable au prêteur en cessant de le récompenser, car «… s’il existe parfois des raisons intrinsèques à la rareté de la terre, il n’y a aucune raison intrinsèque à la rareté du capital », ajoutait Keynes.
    La mort du capitalisme serait donc rendue inéluctable par des taux d’intérêt très bas, ne comprenant plus que « le coût de l’usure et de l’obsolescence, et une marge modeste couvrant le risque et rémunérant l’exercice du talent et du bon jugement », expliquait-il encore.
    Les Allemands gueulent à cause de ça…et la cour de Karlsruhe vient de le rappeler.

    En conclusion chers amis nécronomistes, dans tous les cas de figure hors scénario Youpi, on est mal ou très mal…