Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ecologie - Page 6

  • Das Model

    thJFUYW8M6.jpgVdragi.pngshinzo.jpg

                   

    Janet, Mario et Shinzo

    Les nuits merveilleuses des banques centrales

    Quel tocard ce Guillaume Tell, il a visé la pomme plutôt que l'enfant...

    A Paris où tout est si délicieusement extravagant, on mange des pizzas à 15 euros et les sorbets deux boules sont à huit euros dans les restos. C'est ainsi dans les grandes métropoles occidentales. Normal, tous les prix des actifs : actions, immobiliers etc, ont été inflatés artificiellement par des années de taux zéro des banques centrales. Conséquence les prix ne veulent plus rien dire et les gens ne se rendent plus compte des prix surtout quand ils sont indexés sur le prix du mètre carré (sentiment de richesse).

    Recyclage du capitalisme et Bulle verte

    Dans quel WC, allez vous prendre ce qui ne vous appartient pas pour vendre la terre sous les pieds de ceux qui ne sont pas encore nés ?

    La Money Power est créative, la bulle verte et les voitures moins polluantes, on a vu ce que ça donnait avec VW. Cela fait des années que nous répétons que ceux qui nous ont vendu du jetable veulent nous faire croire qu'ils vont nous vendre du durable. Seul le salarié et ses congés payés sont jetable dans la société uberisée

    L'économie de partage, on a vu avec Huffington post et ses medias collaboratifs revendu 315 millions de dollars à AOL. C'est beau l'économie de partage, ce sont les lecteurs qui travaillent gratos pour un mec qui  empoche tout le cash. Bref on partage le travail pas l'argent, c'est ça le capitalisme 3.0

    Pour le reste, le Japon retourne en déflation, et les USA reparte en plein emploi avec 60 millions de personnes qui ne sont plus dans aucune statistique et 100 millions de personnes en âge de travailler qui ne travaillent pas. Peut être devrait on regarder le taux d'emploi ?

    Séquence musicale du Week

    Das Model écidemment

     

    https://www.youtube.com/watch?v=J0QlPfTmwcw

     

     

  • Séquence cult-urelle nécronomique

     

    L’avantage d’être un héraut des bistrots, c’est qu’on finit immanquablement par y créer des salons littéraires.

    J’ai donc croisé ce jour l’amie Ingrid Naour Le bar des menteurs et son compagnon Pierre Drachline dont le dernier ouvrage vient de sortir. Nous avons disserté des reproches habituels que l’on nous fait sytématiquement : A savoir ne pas être des solutionnistes...

    Vous remarquerez au passage que cela soit sur la bulle verte ou le reste, nous avons beaucoup de points communs.

     

    Pour en finir avec l'espèce humaine et en partculier les français.

     

    Pour en finir avec l'espèce humaine, Pierre Drachline (Cherche-midi 5 septembre 2013) - Sophie Galabru

     

     

     

     

    Ci dessous critique parue dans Les Echos.

     

     

    Il y a de tout dans ce pamphlet du romancier Pierre Drachline. Un style jubilatoire, mis au service d'une férocité sans limite. Un sens aigu de l'observation qui aiguise votre propre regard sur la société française. Un goût prononcé, surtout, pour la posture libertaire, réjouissante certes sur le papier, mais n'apportant au final aucune solution aux problèmes qu'il évoque. Qu'importe. On se régale devant ses charges contre « les "indignés", ces ravis de la crèche découvrant la nocivité du capitalisme ». On se surprend à acquiescer quand il dénonce le goût de plus en plus prononcé de nos concitoyens pour la réglementation, réprimant à peine son mépris « pour ce troupeau nourri au principe de précaution, qui a le goût de l'abattoir ». On opine, encore, lorsque l'auteur s'en prend aux « écologistes vendant des peurs collectives après les religions ». Sarcasme, misanthropie, désenchantement forment la musique de ce livre sans concession. A lire, en guise de défoulement.

     

     

     

  • France 2025

     

    "Cette stratégie" passe, a  poursuivi M. Hollande, par cinq "objectifs" : "utiliser pleinement notre avantage démographique" ; "gagner la bataille de la mondialisation" ; "réussir la transition énergétique et écologique" ; "faire de notre territoire un levier de développement" et "inclure tous les citoyens dans la République".

     

     

    Voilà, chers amis nécronomistes,  l’avion vient de décoller, il ne reste plus qu’à voler encagé idéologiquement jusqu’à 2025 le sommet de la fameuse bulle verte de la consommation durable, la seule qui permette encore d’évoluer vers un avenir progressiste et éviter de revenir au c’était mieux avant et à la montée du nationalisme version fait en France not made in France/

    Le salut ne pouvait plus exister qu’entre féerie d’orgueils d’hommes politiques prisonniers de leur historique et trous noirs pour le commun des mortels.

    Il fallait donc faire partager la drogue de l’ivresse des hauteurs. Celle que les consommateurs zombis  aspirent et empirent  comme autant de coups donnés  aux raisonnements de fin de moi(s), au surendettement, à  Taxman et à Assedic park.

    Lorsqu’on ne peut agir sur le présent,  on met  en scène un futur idéalisé.

    Il s’agissait  de se ravager sciemment pour honorer la promesse d’un monde  meilleur qui allait réconcilier les générations puisque les enfants allaient reconstruire tous ce que leurs parents avaient détruits dans une France réconciliée.

    La pédagogie allait passer par des emplois aidés, des emplois francs (pourquoi les autres ne l’étaient pas ???), des emplois d’avenir et de l’apprentissage dès  14 ans pour ceux qui ne pouvaient pas être médiateur des eaux et forêts. Version rurale de ce que l’on fait pour les garçons urbains sans urbanité dans les cités.

     

    Qu’importe le but était merveilleux : United colors of bulle verte in Market Democracies.