Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fin capitalisme

  • De bon élève à bonnet d'âne

    L'Allemagne encore traumatisée par l'hyperinflation de la Wehrmacht

    CLICK ON

    PICTURE

    titanic.jpg

    Comme je le répète souvent une mutation n'est pas seulement un changement des habitudes de consommation mais aussi un changement de l'appareil de production.

    L’ancienne députée SPD de la circonscription de Hanovre, Yasmin Fahimi, affirme dans une interview accordée à Bild am Sonntag qu’en raison des goulets d’étranglement générés par la crise des prix du gaz, des industries entières courent un risque permanent d’effondrement total: l’aluminium, le verre et les produits chimiques en particulier. Un effondrement de cette ampleur aurait des répercussions immédiates sur l’emploi et sur l’ensemble de la résilience de l’économie allemande

     Pour la première fois depuis 1991, la balance commerciale allemande a marqué en mai une lecture négative de 1 milliard d’euros. En clair, les exportations allemandes – un moteur infatigable, souvent dopé et dopant – souffrent de manière dévastatrice de la crise énergétique et des retombées des sanctions. Et si l’effondrement d’Uniper a forcé l’Etat à intervenir avec des promesses de garanties sur les lignes de crédit, voici même que l’exécutif dirigé par Olaf Scholz a présenté un paquet anti-crise qui, en fait, envisage l’entrée de l’Etat dans les services publics de l’énergie qui devrait mettre en péril l’approvisionnement de l’économie et des familles .

    Sovietisation de l'économie...ça pue chez les ordolibéraux...

  • LE CHÂTIMENT DES NEUFS ORIFICES

    Les crises successives que nous traversons sont le déclencheur de la mutation qui ne survient que contraint et forcé. En premier lieu, il s’agit de prendre en charge l’exposition financière potentiellement cataclysmique de la gestion de l’inflation qui y est associée. Depuis 2008, la planche à billet tourne à fond car vous le savez en période de crise même les billets font la planche (règle nécro). Très peu est allé dans l'économie réelle où les gens travaillent réellement.Sans quoi, nous serions logiquement dans l'hyperinflation. Mais le whateveritakes de Draghi puis le Koikilencoute de Macron et maintenant le plan de résilience mes fesses sans parler du financement de la transition écologique nous ont fait définitivement basculer.

    Tout cela avec le gigantesque endettement public et privé fait qu'il ne peut y avoir de machine arrière.


    Il suffit de noter que les banquiers centraux ne parviennent pas à augmenter les taux d’intérêt à 2%, alors que dans les années 1970, ils ont été portés à 20% pour lutter contre l’inflation. Je me souviens parfaitement de cette période puisque c'est celle qui m'a projeté à la rue car les loyers comme les denrées avaient augmenté. Christine Hagarde vient d'ailleurs d'annoncer qu'il n'y aurait pas d'augmentation des taux d’intérêts avant la quatrième trimestre.

    Cependant, comme le Covid puis la guerre nous le rappelle, les acrobaties financières de l’ampleur actuelle ne fonctionnent que sous couverture d’urgence : blocages, confinements, restrictions, etc. Le but de la dissimulation est double:

    1 Dissimuler le naufrage du Titanic (société du travail axée sur la finance).

    2. Coordonner la mise en œuvre d’une réinitialisation monétaire colossale basée sur la dépression économique et le contrôle centralisé de la vie des gens.

    Les conséquences du capitalisme d’urgence sont résolument biopolitiques. Elles concernent l’administration d’un surplus humain qui devient superflu pour un modèle de reproduction largement automatisé, hautement financiarisé et implosif. Les masses dépossédées et redondantes, ainsi que les non-conformes, sont les premières à être disciplinées par des systèmes de gestion de la pauvreté numérisés directement supervisés par le capital monopoliste. Le plan est de tokeniser le comportement humain et de le placer sur des registres blockchain gérés par des algorithmes. Et la propagation de la peur mondiale est le bâton idéologique parfait pour nous rassembler vers ce résultat.

    Allez une petite chanson pour finir des vieux poteaux punks les Stranglers. Ca s'appelle Nuclear Device

    The Stranglers - Nuclear device - YouTube

     

  • Le triomphe du capital fictif

    Une brillante analyse de l'ami Varoufakis à laquelle je souscris :

     

    img_0195.jpgLe signe le plus clair que quelque chose de grave se prépare est peut-être apparu le 12 août de l'année dernière. Ce jour-là, nous avons appris qu'au cours des sept premiers mois de 2020, le revenu national du Royaume-Uni avait chuté de plus de 20 %, bien au-dessus des prévisions les plus sombres. Quelques minutes plus tard, la Bourse de Londres bondit de plus de 2%. Rien de comparable ne s'était jamais produit. La finance s'était complètement découplée de l'économie réelle.

    Depuis 2008, tout a changé. Les banques centrales du G7 se sont unies en avril 2009 pour utiliser leur capacité d'impression monétaire pour relancer la finance mondiale, une profonde discontinuité est apparue. Aujourd'hui, l'économie mondiale est alimentée par la génération constante de monnaie de banque centrale, et non par le profit privé. Pendant ce temps, l'extraction de valeur s'est de plus en plus déplacée des marchés vers des plateformes numériques, comme Facebook et Amazon, qui ne fonctionnent plus comme des entreprises oligopolistiques, mais plutôt comme des fiefs ou des domaines privés. Que les bilans des banques centrales, et non les profits, alimentent le système économique explique ce qui s'est passé le 12 août 2020. En entendant la sombre nouvelle, les financiers ont pensé : « Super ! La Banque d'Angleterre, paniquée, imprimera encore plus de livres et nous les canalisera. Il est temps d'acheter des actions ! » Partout en Occident, les banques centrales impriment de l'argent que les financiers prêtent aux entreprises, qui l'utilisent ensuite pour racheter leurs actions (dont les prix se sont découplés des profits). Pendant ce temps, les plateformes numériques ont remplacé les marchés en tant que lieu d'extraction de la richesse privée. Pour la première fois dans l'histoire, presque tout le monde produit gratuitement le capital social des grandes entreprises. C'est ce que signifie télécharger des choses sur Facebook ou se déplacer tout en étant lié à Google Maps.

    Ce n'est pas, bien sûr, que les secteurs capitalistes traditionnels ont disparu. Au début du XIXe siècle, de nombreuses relations féodales restaient intactes, mais les relations capitalistes avaient commencé à dominer. Aujourd'hui, les relations capitalistes restent intactes, mais les relations techno-féodalistes des plateformes avec leurs employés ont commencé à les dépasser. Si j'ai raison, tout programme de relance est forcément à la fois trop grand et trop petit. Aucun taux d'intérêt ne sera jamais compatible avec le plein emploi sans précipiter des faillites d'entreprises successives.

    https://www.editions-harmattan.fr/livre-pour_la_souverainete_du_peuple_nous_sommes_tous_des_constituants_andre_bellon_jean_pierre_crepin-9782343231815-69869.html