Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

goldman sachs

  • AVIS DE TEMPETE

    Le directeur de Goldman Sachs, David Solomon, a mis en garde contre l’euphorie actuelle des marchés. L’inflation pourrait entraîner une hausse des taux d’intérêt.

    La reprise économique amorcée suite à la pandémie de Covid-19 pourrait finir par s’essouffler selon certains observateurs. Après la Banque centrale européenne (BCE), c’est désormais au tour du patron de Goldman Sachs de mettre en garde les investisseurs.

    David Solomon a en effet déclaré, lors du 4e New Economy Forum de Bloomberg à Singapour, que des turbulences étaient à prévoir sur les marchés, malgré l’optimisme qui y règne aujourd’hui. Le responsable s’attend notamment à une hausse des taux d’intérêt, en réponse à l’inflation.

    "Durant mes 40 ans de carrière, j’ai vu des périodes où la cupidité l’emportait largement sur la peur. Nous sommes dans l'une de ces périodes. Mais quelque chose viendra rééquilibrer le marché. Au vu de l'inflation, il y a de fortes chances que les taux d'intérêt augmentent et que cela calme l'exubérance de certains marchés", a indiqué le banquier.



    Goldman Sachs avait déjà mis en garde ses clients contre une hausse de l’inflation ce 10 novembre. Dans une note, la banque conseillait notamment de privilégier les devises de pays ayant une approche agressive sur le sujet, pour investir en 2022.

    D’autres institutionnels inquiets

    Le constat du patron de Goldman Sachs rejoint les inquiétudes exprimées par d’autres acteurs financiers. La BCE s’est ainsi montrée prudente sur la reprise économique, estimant que "les risques liés à la pandémie n’ont pas totalement disparu", dans son rapport semestriel sur la stabilité financière. La banque centrale craint que les "poches d'exubérance" qui se sont formées sur certains marchés ne finissent par éclater, en particulier dans l’immobilier. La hausse des prix de l’énergie et la pression sur les chaînes d’approvisionnement sont aussi susceptibles de peser sur l’inflation, selon la BCE.

  • L'Europe sous les bombes

    mario-draghi-gift.jpg

     

     

     

    Comme l'explique les professeurs d'équations, il faut toujours tenir compte des changement de variables. C'est peut être le brexit finalement qui va sauver les banques italiennes et éviter à Renzi de passer pour un nom de shampoing comme dirait Vince. On a vu ce que a donné à Rome avec le mouvement cinq étoiles qui a pris la mairie sans parler  de l'ascencion de la Ligue du nord.

    Coté Maaame Merkel, c la débandade surtout depuis que la police a annoncé les vrais chiffres des agressions sexuelles du nouvel an 1200 femmes par 2000 hommes... L' élection de l'an prochain pourrait à l'image de ce qui se passe partout en Europe, la montée en puissance du parti eurosceptique Alternative pour l'Allemagne emmené par la charismatique Frauke Petry, une dure de chez dure, native de la RDA qui tout en étant entrepreneuse a trouvé le moyen de faire quatre enfants (mieux que ségo qui elle n'a jamais rien entrepris à part François Hollande) et qui est évidemment anti islam ,anti immigration.

    L'Espagne et le Portugal, le massacre continue, les dérapages budgétaires seront ils sanctionnés dans ce contexte explosif ...C'est probable sinon cela vaudrait dire que maaame Merkel n'est pas si dure que cela et que Frauke Petry qui est pour une Europe reduite (très réduite) est plus dure qu'elle...et la durété, les allemands, ils aiment bien...

    Et le sommet évidemment avec nos amis grecs plongés dans une telle misere qui n'arrivent même plus à collecter cinquante pour cent de la tva, tout se faisant au black car fort logiquement lorsque les gens n 'ont plus les moyens, l'économie s'organise autrement.

    Pour couronner le tout, le Brexit ayant eu lieu, l'ancien Président de la commission européenne Barosso va intégrer les rangs de la Money Power qu'il n'en a en fait jamais cesser de servir. Pour s'occuper du brexit et s'assurer qu'il se passe bien et que l'Angleterre puisse continuer à avoir accès au marché unique.

    Dans le même tems, tous les accords que nous avons signés du tant au l'UK était dans l'Union Européenne restent valables alors que pour la plupart ils ont été rédigés de manière très libérale comme avec le Canada pour faire plaisir au UK.

    En clair, le cash s'en va, les contraintes restent...

    Double dong fluorescent disponible en vert ou en rose

    Merci la Money Power, jamais dans l'histoire récente, les peuples n'auront été autant méprisé.

    Hollande aka le capitaine Fracasse va partir prochainement combattre le capitalisme financier après la bataille.

    Les conséquences sont quand même lourdes, puisqu'elles nous amèneront sans coup férir le retour de Sarkozy en 2017 élu Président par dépit malgré la détestation de 70 % des citoyens

    Les salariés ont le droit de voter...C bo la démocrature...