Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

inflation

  • Inflation ou déflation choisissez votre mort...

     

    Ce que nous vivons actuellement est un gigantesque acte de désespoir, probablement le plus grand qui ait jamais eu lieu dans toute l'histoire économique. Cet acte de désespoir est causé par le fait que le système ne peut plus être maintenu en vie avec les moyens précédents.

    Lors de la la crise financière mondiale de 2007/2008. Si les gouvernements n'avaient pas mobilisé d'énormes sommes d'argent des contribuables à l'époque et n'avaient pas demandé aux banques centrales de créer de grandes quantités d'argent à partir de rien, le système se serait alors effondré. Le sauvetage n'était cependant que temporaire. La somme d'argent a dû être augmentée continuellement sur 12 ans et les taux d'intérêt ont dû être abaissés encore et encore, rendant le système de plus en plus instable. Cela ne pouvait pas bien se passer sur le long terme. Et l'année dernière, le moment était venu.

    Le prochain effondrement se profilait en mars 2020. Et cet effondrement a été reporté une dernière fois par une dernière démonstration de force, à savoir abaisser les taux d'intérêt à zéro et injecter des trillions au lieu des milliards. Mais avec cela, une situation qualitativement nouvelle est apparue. Tout retard supplémentaire nécessiterait une réduction des taux d'intérêt en territoire négatif, détruisant ainsi la base du système bancaire existant. Les banques ne peuvent pas vivre avec des taux d'intérêt négatifs sur le long terme. Dans la situation actuelle, vous ne pouvez injecter que des milliards et des milliards de milliards dans le système - mais avec pour résultat que la hausse déjà forte de l'inflation sera encore alimentée avec un risque d'hyperinflation qui conduirait à une dévaluation de la monnaie. Soit vous pouvez prendre le risque de remonter les taux et donc de faire exploser les bulles d'actifs immobiliers et actions ce qui nous conduirait sur le chemin de la déflation...le châtiment des neufs orifices cher aux nécronomistes.

    La banque d'Angleterre pourrait être la première banque centrale à remonter ses taux pour combattre l inflation.  

    Les marchés misent sur un relèvement rapide des taux par la Banque d'Angleterre (lefigaro.fr)

     

  • Quand le Docteur Doom parle, on l'écoute...

     

    Vous en entendez parler tous les jours et vous le constatez maintenant dans votre portefeuille. La crainte du moment c'est l'inflation et un retour aux années 70.
    Hausse vertigineuse des matières premières, de l'énergie, du fret. Pour les banquiers centraux ce ne sont que des hausses momentanées mais ce n'est pas l'avis de tout le monde. Certains pronostiquent déjà des hausses des salaires. Ce qui signifierait une inflation persistante donc une hausse des taux des banquiers centraux. Hausse qu'ils ne sont plus en mesure d'assumer sauf à provoquer un krack.
    En pareil contexte, voyons donc ce que le Docteur Doom pense :


    La reprise du premier semestre 2021 a fait place récemment à un ralentissement marqué de la croissance et à une flambée de l'inflation bien au-dessus de l'objectif de 2 % des banques centrales, en raison des effets de la variante Delta, des goulets d'étranglement de l'offre sur les marchés des biens et du travail, et pénuries de certains produits, intrants intermédiaires, produits finis et main-d'œuvre. Les rendements obligataires ont chuté au cours des derniers mois et la récente correction des marchés boursiers a été modeste jusqu'à présent, reflétant peut-être l'espoir que la légère stagflation se révélera temporaire.

    Les quatre scénarios dépendent de l'accélération ou du ralentissement de la croissance et du fait que l'inflation reste durablement plus élevée ou ralentit. Les analystes de Wall Street et la plupart des décideurs anticipent un scénario « Boucle d'or » de croissance plus forte et de modération de l'inflation conformément à l'objectif de 2 % des banques centrales. Selon ce point de vue, le récent épisode de stagflation est largement dû à l'impact de la variante Delta. Une fois qu'il s'estompera, les goulots d'étranglement de l'approvisionnement le seront également, à condition que de nouvelles variantes virulentes n'apparaissent pas. La croissance s'accélérerait alors tandis que l'inflation diminuerait. 
    Pour les marchés, cela représenterait une reprise des perspectives de « reflation commerciale » du début de l'année, alors qu'on espérait qu'une croissance plus forte soutiendrait des bénéfices plus élevés et des cours boursiers encore plus élevés. Dans ce scénario optimiste, l'inflation se calmerait, maintenant les anticipations d'inflation ancrées autour de 2%, les rendements obligataires augmenteraient progressivement parallèlement aux taux d'intérêt réels et les banques centrales seraient en mesure de réduire l'assouplissement quantitatif sans ébranler les marchés boursiers ou obligataires. Dans les actions, il y aurait une rotation des États-Unis vers les marchés étrangers (Europe, Japon et marchés émergents) et des valeurs de croissance, technologiques et défensives vers les valeurs cycliques et de valeur.

    Le deuxième scénario implique une « surchauffe ». Ici, la croissance s'accélérerait à mesure que les goulets d'étranglement de l'offre seraient levés, mais l'inflation resterait obstinément plus élevée, car ses causes ne seraient pas temporaires. L'épargne non dépensée et la demande refoulée étant déjà élevées, la poursuite de politiques monétaires et budgétaires ultra accommodantes stimulerait encore plus la demande globale. La croissance qui en résulterait serait associée à une inflation persistante au-dessus de l'objectif, réfutant la croyance des banques centrales selon laquelle les hausses de prix ne sont que temporaires.

    La réponse du marché à une telle surchauffe dépendrait alors de la réaction des banques centrales. Si les décideurs politiques restent en retrait, les marchés boursiers pourraient continuer à augmenter pendant un certain temps, car les rendements obligataires réels restent faibles. Mais l'augmentation des anticipations d'inflation qui s'ensuivrait finirait par doper les rendements obligataires nominaux et même réels, car les primes de risque d'inflation augmenteraient, forçant une correction des actions. Alternativement, si les banques centrales deviennent bellicistes et commencent à lutter contre l'inflation, les taux réels augmenteraient, faisant grimper les rendements obligataires et, encore une fois, forçant une plus grande correction des actions.
    Un troisième scénario est la stagflation continue, avec une inflation élevée et une croissance beaucoup plus lente à moyen terme. Dans ce cas, l'inflation continuerait d'être alimentée par des politiques monétaires, de crédit et budgétaires accommodantes. Les banques centrales, prises au piège de la dette par des ratios d'endettement publics et privés élevés, auraient du mal à normaliser les taux sans déclencher un krach des marchés financiers.

    De plus, une multitude de chocs d'offre négatifs persistants à moyen terme pourraient freiner la croissance au fil du temps et faire grimper les coûts de production, ce qui accroîtrait la pression inflationniste. Comme je l'ai noté précédemment, de tels chocs pourraient provenir de la démondialisation et de la montée du protectionnisme, de la balkanisation des chaînes d'approvisionnement mondiales, du vieillissement démographique dans les économies en développement et émergentes, des restrictions migratoires, du « découplage » sino-américain, des effets du changement climatique sur les prix des matières premières, les pandémies, la cyberguerre et la réaction contre les inégalités de revenus et de richesse.

    Dans ce scénario, les rendements obligataires nominaux augmenteraient beaucoup plus à mesure que les anticipations d'inflation perdraient leur ancrage. Et les rendements réels seraient également plus élevés (même si les banques centrales restaient en retrait), car une croissance rapide et volatile des prix augmenterait les primes de risque sur les obligations à plus long terme. Dans ces conditions, les marchés boursiers seraient prêts à subir une forte correction, potentiellement en territoire baissier (reflétant une baisse d'au moins 20 % par rapport à leur dernier sommet).

    Le dernier scénario serait celui d'un ralentissement de la croissance. L'affaiblissement de la demande globale s'avérerait non seulement une peur transitoire, mais un signe avant-coureur de la nouvelle normalité, en particulier si les mesures de relance monétaire et budgétaire sont retirées trop tôt. Dans ce cas, une demande globale plus faible et une croissance plus lente entraîneraient une baisse de l'inflation, les actions se corrigeraient pour refléter les perspectives de croissance plus faibles et les rendements obligataires continueraient de baisser (car les rendements réels et les anticipations d'inflation seraient plus faibles).
    Lequel de ces quatre scénarios est le plus probable ? Alors que la plupart des analystes de marché et des décideurs politiques ont poussé le scénario Boucle d'or, je crains que le scénario de surchauffe ne soit plus saillant. Compte tenu des politiques monétaires, fiscales et de crédit laxistes d'aujourd'hui, la décoloration de la variante Delta et les goulots d'étranglement de l'offre qui y sont associés entraîneront une surchauffe de la croissance et laisseront les banques centrales coincées entre le marteau et l'enclume. Confrontés à un piège de la dette et à une inflation constamment supérieure à l'objectif, ils vont presque certainement s'affaiblir et prendre du retard, même si les politiques budgétaires restent trop souples.
    Mais à moyen terme, alors que divers chocs d'offre négatifs persistants frappent l'économie mondiale, nous pourrions nous retrouver avec une stagflation ou une surchauffe bien pire qu'une légère stagflation : une stagflation totale avec une croissance beaucoup plus faible et une inflation plus élevée. La tentation de réduire la valeur réelle d'importants ratios d'endettement nominaux à taux fixe conduirait les banques centrales à s'adapter à l'inflation, plutôt que de la combattre et de risquer un krach économique et boursier.
    Mais les ratios d'endettement (tant privés que publics) d'aujourd'hui sont nettement plus élevés qu'ils ne l'étaient dans les années 1970, en période de stagflation. Les agents publics et privés avec trop de dettes et des revenus beaucoup plus faibles seront confrontés à l'insolvabilité une fois que les primes de risque d'inflation auront poussé les taux d'intérêt réels à la hausse, ouvrant la voie aux crises de la dette stagflationniste contre lesquelles j'ai mis en garde.

    Le scénario panglossien qui est actuellement intégré dans les marchés financiers pourrait éventuellement devenir une chimère. Plutôt que de se concentrer sur Boucle d'or, les observateurs économiques devraient se souvenir de Cassandra, dont les avertissements ont été ignorés jusqu'à ce qu'il soit trop tard.

     

  • le mot qui fait peur : tapering

     lagarde,bce,tapering,inflation,deflation,crise,covid,necronomie,crise systemique

     

    Résumé nécro

    Pendant les crises financières de 2008 et de 2020 la Réserve fédérale américaine et d'autres banques centrales ont réduit les taux d'intérêt pour faire entrer davantage d'argent et de crédit dans le système.

    Abaisser les taux d'intérêt à zéro n'était pas suffisant. Elles se sont donc tournées vers l'achat d'actifs financiers (principalement leurs propres obligations souveraines) pour faire baisser les taux d'intérêt à long terme.

    Dame Christine a donc bien précisé que ce n'était pas un tapering ( processus par lequel une banque centrale réduit sa propriété d'actifs financier) mais un rééquilibrage. Pour inventer cela, elle nous a sort l'argument des deux caisses. Une caisse pour le covid où était stockées les dettes Covid et une autre caisse pour les dettes normales.


    Il semble maintenant que la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, veuille s'ériger en nouvelle Dame de fer,  Répondant à une question sur la décision de la BCE de réduire le montant d'obligations qu'elle achète dans le cadre de son programme d'achat d'actifs qui gonfle la monnaie (Pandemic Emergency Purchase Program, PEPP), elle a déclaré que les achats ne diminuait pas mais qu'il s'agissait d'une réequilibrage.

     Les banques centrales sont maintenant si pleinement engagées dans la vie sur leur propre planète omnipotente qu'elles pensent qu'elles peuvent faire une chose mais en même temps disent qu'elles ne le font pas. En clair, la BCE réduit clairement le montant des obligations qu'elle achète. Mais nous ne devons pas le considérer comme une réduction du programme, juste un recalibrage.

    Très bien, je comprends. Madame Lagarde veut que nous y voyions ce qui pourrait être, ou non, une réduction temporaire des achats d'obligations. Elle veut que le marché comprenne que la BCE pourrait facilement revenir à acheter plus d'obligations. C'est une indication aussi claire que possible que la BCE considère que l'impression monétaire est là pour rester. Après tout, c'est vraiment la seule chose qui reste dans son casier de politique monétaire.
    En 1980, l'inflation des prix à la consommation dans une grande partie de l'Europe était endémique et la Dame de fer originale était déterminée à la faire baisser. Quatre décennies plus tard, la nouvelle Dame de fer insiste sur son engagement envers l'inflation monétaire, car la plus grande crainte est désormais la déflation.