Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Crise et Mutation - Page 4

  • Isidore Isou vs Stanislas Guerini

    https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/carriere/entreprendre/aides/vie-active-stanislas-guerini-propose-un-pret-de-10-000-euros-pour-les-jeunes-de-18-a-25-ans_4272533.html

    1951 - La rupture lettriste: Isidore Isou | sonore visuel

     

     

     

    Isidore Isou père du lettrisme et économiste est le premier à parler du capital lancement. À ceci près qu’il ne lie pas à un endettement quelconque comme Stanislas Guerini.J’adhère à cette idée pas à celle de Guerini pilleur d’idée aménagée à la sauce REM idole du moment.

    Le premier volume du Soulèvement de la Jeunesse présente la formulation mathématique de la notion d’EXTERNITÉ – somme hors circuit.Ces millions d’externes (détachés) sont obligés, pour entrer dans le circuit des agents, malgré l’opposition des homini economici, de bouleverser incessamment les moyens de production et les formes de gouvernement établi, créant la DYNAMIQUE ÉCONOMIQUE dont l’explication n’a jamais pu être donnée par les théoriciens du circuit.

     

    LE SOULÈVEMENT DE LA JEUNESSE PREMIER MANIFESTE (1950)par Isidore Isou

     

    DE L’EXTRÊME DROITE À L’EXTRÊME GAUCHE, tous les partis se targuent de représenter les jeunes, ou de lutter pour leur avenir ! En fait, chacun défend les intérêts d’une « masse » définie, « prolétaire », « classe moyenne » ou « éléments sains de la Nation », en lui asservissant cette force jaillissante qu’est NOTRE JEUNESSE.Ceux qui emploient cette « masse » nient l’existence d’une souffrance des jeunes en tant que tels. Leur argument principal est celui-ci : « Si le prolétaire ou le bourgeois (l’agent économique) reste définitivement dans sa condition, et s’avère obli-gé de défendre ses intérêts, la jeunesse n’est qu’un état passager, fluctuable. On n’est jeune qu’un nombre X d’années. »Cette affirmation est fausse. Ni le prolétaire, ni le bour-geois ne restent définitivement dans leur condition. Ils meurent. Ils quittent leur place pour une autre, différente : la Mort.

    Ils ne seront « prolétaires », « bourgeois », qu’un nombre X d’années. Mais pour qu’un mouvement existe, il faut qu’il y ait à tout moment une masse d’individus se découvrant intégrée obligatoirement dans la structure des intérêts du mouvement, et luttant en ses cadres pour sa libération.

    Les « établis » sont passifs, parce qu’ils ne veulent pas se compromettre à sortir dans la rue. Ils ont des biens ou des enfants à défendre ! Les jeunes, qui n’ont rien à perdre, représentent l’Attaque, l’Aventure même. Ce sont les jeunes qui ont fait la Résistance, et non les dirigeants qui distribuaient les ordres et commandaient de leurs fauteuils confortables. Les révolutions ont été faites par les jeunes, hors de toute classe, qui se sont alliés à ces classes pour être trahis par elles et rejetés. Que les jeunes cessent de servir de marchandise pour devenir consommateurs de leur propre élan.

    SI VOUS NE SAUVEZ LA JEUNESSE,LA JEUNESSE VOUS PERDRA.

    Isou propose donc :

     

    Le Capital de lancement Pour éviter la surexploitation hiérarchique, il faut avancer à des groupes de jeunes, dirigés selon un plan d’équilibre des fonctions, les sommes nécessaires à la création de nouvelles entreprises. (Laisser circuler une somme de monnaie au-dessus du montant de la couverture pour prévenir les masses de richesses immédiates des ex-ternes. On rejoint Keynes, on le justifie)

    Voilà chers amis nécronomistes, il faut rendre à César ce qui appartient à César plutôt que de s'approprier les idées des autres sans même les comprendre.

  • La valeur du don

     

    https://legouv.fr/participez/

     

     

     

    legouv,culture,recession,depression,macron,convid,evolution,revolution,anarchie

    legouv,culture,recession,depression,macron,convid,evolution,revolution,anarchie

    Lire la suite

  • La valeur de RIEN

    valeur.jpgDécidément Macron est obsédé par le RIEN. « Dans les gares on croise des gens qui réussissent et d'autres qui ne sont RIEN" hier c’était il n’y a que ceux qui ne font RIEN qui ne font pas d’erreurs

    Petit rappel philosophique avec mon ami Marcel la feignasse qui a accepté de répondre à mes questions. Une interview confinée puisque Marcel Squatte chez moi. Pour ceux qui prenne le train en marche, Marcel est le Président de l’inaction française, mouvement, je sais pas si on peut appeler ça un mouvement puisqu’il s’agit de ne rien faire. Refus d'être un agent économique, refus d'être marketyrisé.

    JP : Marcel, peux-tu te définir en quelques mots ?

    Marcel : Je ne suis RIEN, je ne possède RIEN, je suis un bon à RIEN et je suis fier de ne RIEN faire.

    JP : Peux-tu expliquer à notre Président les vertus du RIEN ?

    Marcel : Le RIEN, c’est l’absence d’empêchement avec le fait de se soustraire à l’absence d’empêchement. Le RIEN est parfait. . C’est aussi ne pas subir d’oppression. Le RIEN est tout à fait positif et renvoie pour moi à une expansion, un épanouissement et à la liberté à la fois politique, biologique et physique.

    JP : Le RIEN est parfait ?

    Le RIEN est une pure négation que le sujet doit arracher à ce qui le bloque ou le contraint s’il veut vraiment être un sujet, un sujet de sa liberté, d’une liberté qu'il s’approprie et qui se constitue donc comme une propriété subjective. Le RIEN est ainsi entendu comme ce qui rend le sujet propriétaire de lui-même 

    JP : oh la Marcel, c’est du haut niveau de la philosophie ce que tu nous sors là !

    Marcel : Un RIEN au carré : le RIEN multiplié et en même temps englouti par le RIEN. Cela signifie qu’il y a au moins deux signifiés, ou deux niveaux, du RIEN, qui doivent être distingués, malgré — et dans — leur apparente coïncidence. Alors que le premier, comme on l’a vu, est celui de la relation — la lacune, ou l’espacement, qui fait de l’être commun non un être mais un rapport —, le second est au contraire celui de sa dissolution : la dissolution de la relation dans l’absoluité du sans-rapport.

    JP : Euh…Marcel, tu pourrais donner un exemple plus concret pour nos lecteurs ?

    Marcel : Prenons l’exemple d’une cruche dans laquelle on met du liquide. Le Liquide tombe alors dans la cruche vide. Le vide est dans le récipient ce qui contient le vide, ce qui dans la cruche n’est RIEN  voilà ce qu’est la cruche en tant qu’elle est un vase, un « contenant.» L'essence de la chose est donc son néant. Le RIEN magique sans lequel aucune opération n’est pas possible

     

    JP : Honnêtement Marcel je n’ai RIEN compris à ce que tu racontes….

    Marcel : ça veut dire que tu vas mieux, tu es encore quelque chose à cause du conditionnement dont tu as été victime dès ta naissance mais bientôt tu seras mon égal : RIEN.