Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

effondrement

  • Apocalypse Now

     

     

    En 1969, alors que la guerre du Vietnam faisait rage, l’économiste monétaire Milton Friedman a inventé pour la première fois le terme « monnaie hélicoptère », en référence à ce qui pourrait être fait pour stimuler la demande dans une économie. Cette parabole du simple fait de jeter de l’argent hors des hélicoptères a été relancée par Ben Bernanke en 2002. La plupart des gens pensaient que c’était une blague, même si l’assouplissement quantitatif a commencé en 2008. Mais personne ne rit maintenant.

    Le gouvernement américain ou la Réserve fédérale ne l’ont pas appelé monnaie hélicoptère, mais les chèques de relance, le koikilencoute, les prets garantis par l'Etat, chaque pays y est allé de sa sauce...En période de crise même les billets font la planche...

    La théorie quantitative de la monnaie émet l’hypothèse que plus il y a d’argent dans une économie, plus il y a de chances que les prix à la consommation s’accélèrent. En effet, le point que la plupart des gens oublient est que le terme inflation fait essentiellement référence à la croissance de la monnaie et du crédit dans une économie. Ce que font les prix est secondaire mais, comme le dit la théorie, ils ont de bonnes chances de suivre l’inflation monétaire.

    Faut-il donc s’étonner que nous en soyons là où nous en sommes aujourd’hui? Il y a, pour être juste, un certain nombre de « raisons » pour lesquelles les prix à la consommation se sont nettement accélérés au cours de la dernière année. Les problèmes de chaîne d’approvisionnement sont souvent cités, mais cela nous ramène à l’inflation monétaire. Si la masse monétaire n’avait pas explosé plus haut en 2020, peut-être que la demande aurait été freinée et que la pression sur l’offre n’aurait pas été aussi grande.’inflation des prix à la consommation était endémique bien avant le début de la guerre en Ukraine. Cela n’a à peu près rien à voir avec la guerre. C’est la masse monétaire. Et après la plus grande inflation monétaire de l’histoire, qu’est-ce qui nous attend ?

     

    La Déflation...le chatîment des neufs orifices....



  • Anders for Ever

     

     

    une note de Marcel la feignasse Président de l'inaction française

     

    En mourant, l'homme n'accède pas à l'Olympe des produits calibrés, mais à l'Hadès des matières premières brutes, indignes — Par l'image, l'homme cherche à construire la dénégation de sa finitude : la vedette cinématographique entre dans l'éternité pour avoir consenti à devenir une pure image — La vedette fait facilement de la publicité pour une marchandise, car l'âne se frotte à l'âne : les immortels en famille !

    À notre époque, le but de l'existence consiste à produire des moyens — Le but assigné à un but est d'être un moyen pour les moyens : dès lors, on n'autorise plus qu'une critique qui s'attaque à l'adéquation opératoire du moyen, et en aucun cas une critique qui commence à raisonner en termes de buts — Les moyens justifient les fins

     La croyance dans le progrès était une croyance dans le caractère infini du processus, pétrie d'optimisme et ignorante de l'existence du négatif — La croyance dans le progrès rendait inutile d'imaginer l'avenir, qui se faisait tout seul : il faut à présent comprendre que rien ne se fait tout seul, mais que nous le faisons) — Dans le travail conçu comme valeur morale en soi, le travail lui-même justifie le produit (le résultat), au sujet duquel toute interrogation devient superflue : la production du pire est encore de la production, donc sacro-sainte — Comme il n'existe positivement aucun point de vue extérieur au travail, il n'en existe aucun où l'on sait ce qu'on fait, et ce qui se fait.

     

    Marcel fils putatif de Günther Anders



  • On a rien à Karcher

    Voici donc venue l'économie de guerre sans guerre. Après l'épisode COVID, La guerre en Ukraine a été la planche de salut du capitalisme qui ne veut ou ne peut pas renoncer à la morphine financière

    Comme je le dis souvent

    regle nécronomique

    Taux négatifs pour l'apéritif

    Déclaration de guerre pour le déssert

    Sauf que cette fois, c'est encore plus fort puisque c'est la guerre sans guerre et que cette économie de guerre ne peut plus être financée que par des flux de monnaie sans substance issus de la planche à billets car dans ce cas, il n'est pas aisé de vendre l'anticipation d'une survaleur future aux Marchés Internationaux. En période de crise même les billets font la planche.

    En fin de compte, l'économie de guerre sans guerre va servir à diriger la transition écologique financée par les pauvres qui n'ont qu'a changer leurs habitudes de consommation en stoppant d'accumuler des gadgets chinois et de bouffer de la junk food qui les rend obèse. Frugal attitude, sobriété heureuse, ramasser dans les poubelles est un modèle de comportement éco-responsable et éco-citoyen. Et un parfait exemple de soldat économique de la guerre sans guerre nouvelle forme de partouze sans sexe.

    Je vous l'ai toujours dit et je l'écrivais dans Crise et Mutation : une mutation ne se fait que contraint et forcé.



    Aux USA, ils semblent décidés à combattre l'inflation quitte a entrer en récession et à augmenter le chômage ce qui fera baisser l'inflation (et les salaires). Dans la mentalité, il vaut mieux sacrifier des emplois que laisser les classes moyennes et les classes populaires encore en piste se faire siphonner par l inflation.

    En Europe

    L'inflation va être stoppée par la récession mais les prix resteront haut car la hausse de l'énergie est tendancielle.

    Dépense massive dans l'armement, cela sera considérée comme un investissement dans une future guerre sans guerre et puis on va s 'acheminer vers les 125 % de dette sur PIB dans uns contexte stagflationiste et puis paaaf le Grand Splaash car à ce stade nous nous rapprocherons de la japanisation : le fameux châtiment des neuf orifices et comme vous savez on en sort pas....