Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Krack

  • Draghila

    DRAGHI.jpg

     

    Le fait de la semaine est incontestablement la démission refusée de Draghila. Et pour cause, Draghi ex Goldman sachs, ex Patron de la BCE est le seul homme capable d'éviter le naufrage italien et de faire que la BCE achète des obligations italiennes dont personne ne veut. Ceci étant financé par la vente d'obligations allemandes. Pour l'instant l'Allemagne se contente de maugréer, on verra quand ils vont rentrer en récession, ce qui ne saurait pas tarder. N'importe qui à part Draghi se verrait demander des réformes structurelles épuisantes pour le peuple par la commission européenne  qui est malgré tout reconnaissante à Draghi d'avoir sauver l’euro avec son whatever it takes le koikilenkoute européen et la planche à billets. Comme le dit un ami analyste italien, le discours qui consiste à rembourser par la croissance sans austérité à la Grecque est comme si on disait à Dracula de produire de l'ail ou de vendre des miroirs et des crucifix pour sauver les mortels et d'éviter un marché scorpionesque je consomme, je meurs...

    Draghi c'est l'assurance que le hamster continuera de courir (sans avancer) dans la roue....Jusqu'à quand les obligations italiennes seront-elles garanties à vie ?

    Les retraités allemands (entre autres) ont la réponse. N'est ce pas eux qui ont baptisé Draghi "Draghila" le suceur d'épargne....

     

  • Lemaire du village pas global

    849644764.jpgOn ne présente plus Larry Summers dont j'ai parlé à plusieurs reprises sur ce blog

    Économiste, fils d'économistes et neveu de deux prix Nobel d'économie, vous l'aurez compris c'est pas Lemaire qui voit de la croissance partout sous l'influence divine de Macron.

    Bon bah les zamis, le père Larry qui visiblement n'a pas accès aux drogues macroniennes, lui est beaucoup plus pessimiste en tous cas pour son pays.et a réitéré sa préoccupation selon laquelle une inflation élevée est un signe majeur d’une récession. « La récession est la chose la plus probable », en raison des actions de la Réserve fédérale dans la lutte agressive contre l’inflation. Il estime les chances d’une récession à plus de 50% et « très probablement aux deux tiers ou plus ».

    Question simple Alors que les USA sans être exposés directement à la guerre vont vraisemblablement rentrer en récession, quels sont les éléments qui ferait que l'Europe qui est confronté aux pénuries d'énergie et de matières premières payables en dollar y échappe ?

    Comme disent les ricains

    We play together We pay together

    Récession mondiale....





  • Le Grand Toboggan



    J'ai coutume de dire : Tout ce que nous vivons, la crise, le virus, le burn out sociétal, est le fruit des sciences économiques les plus modernes, du libéralisme et de la mondialisation. Keynes disait que nos vies n'était que le fruit de scénarios d'économistes défunts, aujourd'hui nous vies ne sont plus que le fruit de scénarios de banquiers centraux non élus...

    C'est la raison pour laquelle j'ai écrit ce livre dont je suis fier (des autres aussi). Je relisais le premier chapitre sur le virus agent invisible révélateur, je suis content de moi et ne change pas une ligne à l'analyse.

    Couverture Livre 3-1.jpg

    A mettre au coffre

    L'histoire s'accélère....Je ne parle pas de la BCE et du réveil de Hagarde qui opère une frileuse hausse de taux mais de la FED et de la réunion prévue du 14 au 15 juin et de la formalisation du processus de hausse des taux et d’accélération du resserrement quantitatif du bilan.

    Les élections approchent et aux USA comme en France, l'histoire de l'économie guerre sans guerre passe bien après le pouvoir d'H.A qui seul permet de payer l'essence et les courses...L'austérité ne paye pas les loyers et la sobriété heureuse est un truc de bobos qui font le choix de la vivre cette sobriété...

    Le 17 juin, deux jours après se profile nous une expiration monstrueuse des options à Wall Street, quelque chose comme 3,2 billions de valeur assortie parmi les actifs.

    On verra alors si ça craque où si il ne se passe rien. S il ne se passe rien, cela veut dire que la Money Power n'a pas peur et spécule sur un retour de la planche après le coup de canon.

    Le plus grand hedge fund au monde parie sur un scénario noir pour l'économie (msn.com)