Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

capitalisme

  • Le Grande Foutaise

    MACRON.jpg

     

     

     

     

     

    Si l’on en croit les chiffres officiels de contamination 0 % de contamination dans les transports et 0,1 % de contamination dans les entreprises.

    En clair, le travail c’est la santé…

    Suggestion nécronomique : que ceux qui travaillent donnent leur place à des malades …

     

    Chers Amis Nécronomistes,

     

    Savez-vous ce qu’est une poule ? Une poule est le moyen trouvé par l’œuf de faire un autre œuf…La Money Power c’est l’œuf et nous nous sommes la poule (mouillée par le Covid).

    Le nouvel œuf que la Money Power essaye de nous faire pondre s’appelle le Grand Reset. La fameuse bulle verte…Ceux qui lisent ce blog depuis longtemps ou qui ont lu Crise et Mutation sorti maintenant, il y a dix ans, savent de quoi je parle. Après la crise de 2008, la Money power a programmé une bulle. Un nouveau moteur d’accumulation du capital. Une nouvelle place où doivent où doivent s’agglutiner les consommateurs. Seulement voilà, une mutation ne peut se faire que si les gens sont contraints et forcés…En cela le COVID est une opportunité pour Le Grand Reset. La vente du monde meilleur…Pensez à vos enfants et aidez les reconstruire tout ce que vous avez détruit !

    Quelle belle promesse….

    En attendant, je vous invite à regarder l'excellente intervention de mon ami le philosophe André Bellon et à lire les commentaires dans lesquels j'ai rappelé notre position et notre refus de la charia du Marché et de la Mollahrisation du capital.

    https://www.pouruneconstituante.fr/spip.php?article1820

  • Charia du Marché et capitalisme mollahrisé

     

    "Ça m'a toujours choqué de rentrer dans un hypermarché et de voir qu'il y avait un rayon de telle cuisine communautaire et de telle autre à côté [...] C'est comme ça, que ça commence le communautarisme.

    Je n’ai pas un mot à retirer à mes propos. Pas un. Oui le capitalisme a aussi une responsabilité dans la société, tout ne peut pas faire objet d’argent. Merci d’écouter mes propos en entier. Ils sont éminemment républicains.

    Que veut prouver Darmanin ? Que le capitalisme moralisé est supérieur au capitalisme mollahrisé ? Que la charia du Marché (soldes toutes l’année, flexibilité des emplois) est supérieure à la charia ?

    Boirons nous la lie jusqu’à l’hallal ?

    Visiblement Darmanin n’a pas compris comment fonctionnait le capitalisme !

    Qu’ on le veuille ou non le communautarisme est le modèle américain dans lequel nous jouons (we play together we pay together). Qu’est-ce que la communauté ? La communauté est un groupe d’intérêt qui filtre les besoins. Macron d’ailleurs ne parle plus de communautarisme mais de séparatisme car il sait que le communautarisme est indissociable du capitalisme qu’il chérit tant.

    Dans le ghetto où je vis et où la république laïque a perdu, tout est communautaire. Les gens s’en sortent par la circulation au sein de la communauté. Le capitalisme moralisé que souhaite Darmanin n’existe pas et n’existera jamais. À moins qu’il souhaite mettre en place un conseil du culte de la consommation.cpitalisme mollahrisé,charia du Marché,darmanin,macron,communautarisme,liberalisme,capitalisme

  • Grand Reset (bulle verte) contre décroissance

    A Reprise des chaussettes qui a tout compris

     

    L’objectif d’une « croissance économique durable qui s’exprime à travers Le Grand Reset et la bulle verte le prochain moteur d’accumulation du capital (le recyclage du capitalisme-le greenwashing se révèle être, quelle que soit l’extension que l’on donne à la notion de durabilité, une contradiction dans les termes, dès lors, du moins, que l’on entend la croissance économique au sens actuel. Et comment pourrait-on l’entendre, sinon au sens actuel ? Ceux qui parlent de croissance économique durable ne font qu’obscurcir la problématique environnementale-climatique et tenter de se persuader qu’il est possible de concilier l’inconciliable.

    Dans le même temps, les adeptes de la décroissance estimant qu’on ne parviendra pas à découpler croissance économique et destruction accélérée de l’environnement, les partisans d’une « société de post-croissance » en tirent finalement la conclusion logique que nous devons faire table rase du concept de croissance. Voici donc venir pour eux une « économie de marché sociale et écologique » – comme si une économie de marché non capitaliste pouvait exister. L’espoir est placé sur des entrepreneurs qui, au lieu de courir après le profit, se préoccuperaient d’assurer la durabilité de leur production.

    Ha Ha Ha…

    Avec l’augmentation de la productivité au cours de l’histoire du mode de production capitaliste, l’ évolution conduit à ce que le travail vivant soit de plus en plus expulsé du processus de production et remplacé par des machines. Des frais de main-d’œuvre toujours moindres permettent de produire toujours plus de richesse matérielle. Mais comme cette abondance de biens n’est pas le véritable but de la production, le temps de travail ne s’en voit nullement réduit, quand bien même ce serait matériellement possible et judicieux. On fait plutôt le calcul inverse : la production de la même richesse abstraite (mesurée en temps de travail) réclame un produit concret toujours plus important, et par conséquent – puisque les machines remplacent peu à peu la force de travail – une utilisation des ressources qui croît encore plus rapidement. Il y a des tendances contraires, comme avec l’efficacité énergétique notamment, qui a pour effet de réduire la dépense en énergie par produit fini. Mais le rapport quantitatif entre dépense en matériel et temps de travail est cependant sans équivoque : il croît sans discontinuer dans les secteurs producteurs de survaleur, ainsi que chacun peut s’en convaincre en observant par exemple l’évolution de l’investissement matériel et monétaire par emploi industriel.

       Dans cette contradiction qui consiste en ce que le capital expulse de plus en plus du procès de production le travail vivant, sur l’exploitation duquel repose pourtant la forme de richesse après laquelle il lui faut nécessairement courir – se trouve l’origine commune des crises économique et écologique. Le substrat matériel de cette richesse abstraite obligée de croître au-delà de toute mesure est bel et bien fini, de sorte que l’expansion doit nécessairement se heurter ici à des bornes infranchissables : d’une part la demande solvable limitée (crise économique), et d’autre part les limites naturelles (crise écologique).

       À cet égard, même le traitement des symptômes de crise, qui à la rigueur est encore possible d’un point de vue intracapitaliste, débouche sur une contradiction : la moindre tentative pour ne serait-ce qu’atténuer la crise économique par des programmes de relance entraîne une destruction accrue de l’environnement. À l’inverse, pour réfréner celle-ci, il faudrait prescrire à l’économie mondiale une longue période de profonde dépression, avec toutes les conséquences sociales et matérielles que cela comporterait pour les hommes et femmes prisonniers du mode de production capitaliste. Rappelons-le, l’unique petit coude dans la courbe de croissance des émissions mondiales de CO2 se situe au niveau de l’année 2009, année de récession. Il en sera de même en 2020 grâce serait-on tenté de dire au COVID qui a décidément bon dos. Quant à la pantalonnade des « relocalisations » on s’apercevra  qu’elles ne seront que peu créatrices d’emplois humains mais très créatrices de robotisation et d’automatisation.

    Rien d’éco-logique la dedans !