Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chômage

  • Comme dirait Greta

     

    Ainsi JPC avait cryptographié son nom et décidé pour un temps de s'isoler hors la compagnie choisie de ceux qui étaient revenus de toute morale obscurantiste ou moderniste, de toute mortification ou mollesse, de tout simulacre de repentir ou succédané d'espoir.

    Ce qui laissait peu de monde à l'arrivée. Le monde devenait métanoïaque, raison pour laquelle Facebook changeait de nom.

    Comme l'avait prophétisé l'ami Vincent Directeur du protocole en exil de ce blog « le virtuel sera supérieur au réel »

    Comment en aurait il pu être autrement ?

    Alors que dans le passé, la création de capital fictif servait principalement à accompagner et à soutenir le processus de valorisation capitaliste – comme par exemple le financement préliminaire à de grands investissements –, aujourd’hui, avec l’effondrement des fondements de ce processus, son rôle a changé. L’accumulation du capital a commencé à se fonder principalement non pas sur l’exploitation de la main d’œuvre dans la production de biens, mais sur l’émission massive de titres financiers tels que des actions, des obligations ou des dérivés. Ainsi, le capital fictif s’est transformé en moteur de l’accumulation du capital tandis que la production de biens pour les marchés concrets s’est dégradée en variable dépendante.

    Sa base n’est pas l’exploitation réelle du travail dans la production de biens, mais l’attente de bénéfices futurs dans l’économie réelle, qui devraient en fin de compte découler de l’exploitation de la main d’œuvre supplémentaire. Mais dans la mesure où cette attente, face au développement des forces productives, ne peut être satisfaite, les droits doivent être constamment renouvelés, et le recours anticipé à la valeur future doit être de plus en plus repoussé dans l’avenir. La conséquence en est que la masse des titres financiers est soumise à une contrainte de croissance exponentiellement accrue. C’est pour cette raison que, depuis des décennies, le capital sous forme de titres financiers dépasse largement la valeur des biens immobiliers produits et vendus. L’opinion publique identifie les marchés financiers comme cause de la crise, mais la réalité est qu’une fois les bases d’évaluation dissoutes, l’accumulation de capital ne peut que se poursuivre de cette manière.

    Comme je le dis souvent le modèle des États est devenu celui des entreprises cotées au Nasdaq : Une valorisation basée sur du travail non consommé et des ventes futures.

    Le virtuel est devenu supérieur au réel tout comme le capital fictif est devenu supérieur au capital.

    Dans ce contexte, il n'y a juste qu'a étudier les positions des banquiers centraux et des agences de notation. Le reste c'est du blabla comme dirait Greta !

    X13X

  • Le programme de Marcel

    marcel la feignasse,inaction française,covid,chomage,assistanat,election,programme présidentiel

     

    Inutile de vous présenter mon ami Marcel la feignasse ami très proche puisqu’il vit chez moi.

    Ces derniers temps, il s’est attelé à son programme présidentiel dont je vous livre le contenu.

    Beaucoup de travailleurs sont conditionnés par la Gauche et par la Droite à la fameuse  valeur travail. Ni l’argent ni l’ambition ne les motivent particulièrement. On atteint là le fond de la misère humaine. La volonté d’être intégré au  troupeau, l’abattoir étant le terme du voyage, les conduit à tout accepter afin d’être normalisés.

    Cette lobotomie sociale est irréversible. Une colonne vertébrale cassée et soumise ne se redresse pas. Au contraire, année après année, elle s’affaisse davantage jusqu’à ce que la langue lèche le sol. Les fins de semaine, les congés payés sont vécus avec panique. Hors l’entreprise, ils ne savent plus quoi faire de leurs heures en orphelins de l’obéissance. Et, quand vient le temps de la retraite, ils vont dans des cimetières faire des repérages. Peut-on affirmer qu’ils meurent alors qu’ils n’ont pas vécu ? On ne peut rien pour des cervelles en jachères. Des emballages humains sous vide. Nombre de ces ectoplasmes se signalent par la moisissure de leurs propos. Ils exècrent les assistés et les chômeurs. C’est pourquoi lorsqu’ils seront licenciés à leur tour, il faudra les intégrer dans une société protectrice des collabos, tout aussi légitime que la SPA. Les licenciés sans repères devront être adoptés par des PME PMI en manque de nervis. Inutile de les rémunérer, une gamelle le midi et le soir suffira à satisfaire ceux dont l’unique ambition est de servir.

    Concernant les évadés fiscaux, une confiscation de leurs patrimoines serait de salubrité publique. Une loterie attribuant ensuite par lots leurs patrimoines serait une sympathique initiative. Ne pourraient en être les bénéficiaires que les fainéants dont l’attitude aura été exemplaire. Exempte de tout laisser-aller avec le travail salarié.

    Marcel

    Président de l’Inaction Française

     

  • La dernière analyse du Docteur Doom

     Quand le Docteur Doom parle, les nécronomistes écoutent...

    La reprise en forme de K de l’économie américaine est en cours. Ceux qui ont des emplois à temps plein stables, des avantages sociaux et un coussin financier s'en tirent bien alors que les marchés boursiers atteignent de nouveaux sommets. Ceux qui sont au chômage ou partiellement employés dans des emplois de cols bleus et de services à faible valeur ajoutée - le nouveau «précariat» - sont accablés de dettes, ont peu de richesse financière et font face à des perspectives économiques qui se réduisent.

    Ces tendances indiquent une déconnexion croissante entre Wall Street et Main Street. Les nouveaux sommets boursiers ne signifient rien pour la plupart des gens. Les 50% inférieurs de la répartition de la richesse ne détiennent que 0,7% du total des actifs boursiers, tandis que les 10% les plus riches en détiennent 87,2% et les 1% les plus riches 51,8%. Les 50 personnes les plus riches ont autant de richesse que les 165 millions de personnes en bas. La montée des inégalités a suivi l'ascension de la Big Tech. Jusqu'à trois emplois dans le commerce de détail sont perdus pour chaque emploi créé par Amazon, et une dynamique similaire est vraie dans d'autres secteurs dominés par les géants de la technologie. Mais les tensions sociales et économiques d’aujourd’hui ne sont pas nouvelles Pendant des décennies, les travailleurs en difficulté n'ont pas été en mesure de suivre le rythme des Jones, en raison de la stagnation du revenu médian réel (corrigé de l'inflation) et de la hausse du coût de la vie et des attentes en matière de dépenses. «Démocratiser» la finance afin que les ménages pauvres et en difficulté puissent emprunter davantage pour acheter des maisons qu'ils ne peuvent pas se permettre, puis utiliser ces maisons comme guichets automatiques. Cette expansion du crédit à la consommation - prêts hypothécaires et autres dettes - a entraîné une bulle qui s'est terminée avec la crise financière de 2008, lorsque des millions de personnes ont perdu leur emploi, leur logement et leur épargne.

    Maintenant, les mêmes milléniaux qui ont été battus il y a plus de dix ans sont à nouveau dupés. Les travailleurs qui comptent sur un «emploi» à la demande, à temps partiel ou à la pige se voient offrir une nouvelle corde pour se pendre au nom de la «démocratisation financière». Des millions de personnes ont ouvert des comptes sur Robinhood et d'autres applications d'investissement, où ils peuvent tirer parti de leurs maigres économies et revenus plusieurs fois pour spéculer sur des actions sans valeur. , masque la triste réalité qu'une cohorte d'individus sans espoir, sans emploi, sans compétences et endettés est à nouveau exploitée. Beaucoup sont convaincus que le succès financier ne réside pas dans de bons emplois, un travail acharné, une épargne et un investissement patients, mais dans des stratagèmes pour devenir riche rapidement et des paris sur des actifs intrinsèquement sans valeur comme les crypto-monnaies (ou "shitcoins", comme je préfère appeler).

    Ne vous y trompez pas: le mème populiste dans lequel une armée de Davids du millénaire abat un Wall Street Goliath ne fait que servir un autre stratagème pour contrecarrer les investisseurs amateurs sans aucune idée. Comme en 2008, le résultat inévitable sera une nouvelle bulle d'actifs. La différence est que cette fois, des membres du Congrès imprudemment populistes ont pris l'habitude de s'opposer aux intermédiaires financiers pour ne pas avoir permis aux plus vulnérables de s'endetter encore plus. Pour aggraver les choses, les marchés commencent à s'inquiéter de l'expérience massive de monétisation du déficit budgétaire en cours. par la Réserve fédérale américaine et le Département du Trésor par le biais de l'assouplissement quantitatif (une forme de théorie monétaire moderne ou «argent d'hélicoptère»). Un chœur croissant de critiques prévient que cette approche pourrait surchauffer l'économie, obligeant la Fed à relever les taux d'intérêt plus tôt que prévu. Les rendements obligataires nominaux et réels sont déjà en hausse, ce qui a ébranlé les actifs risqués comme les actions. En raison de ces inquiétudes concernant une crise de colère dirigée par la Fed, une reprise qui était censée être bonne pour les marchés cède désormais la place à une correction du marché. Pendant ce temps, les démocrates du Congrès vont de l'avant avec un plan de sauvetage de 1,9 billion de dollars qui comprendra un soutien direct supplémentaire. aux ménages. Mais avec des millions déjà en souffrance sur les paiements de loyer et des services publics ou dans des moratoires sur leurs prêts hypothécaires, cartes de crédit et autres prêts, une part importante de ces décaissements sera consacrée au remboursement de la dette et à l'épargne, avec seulement un tiers environ de la relance susceptible de être traduite en dépenses réelles.  Cela implique que les effets du paquet sur la croissance, l’inflation et les rendements obligataires seront plus faibles que prévu. . Et comme l'épargne supplémentaire finira par être réorientée vers des achats d'obligations d'État, ce qui était censé être un plan de sauvetage pour les ménages en difficulté deviendra en fait un plan de sauvetage pour les banques et les autres prêteurs. les effets des déficits budgétaires monétisés se combinent avec des chocs d'offre négatifs pour produire une stagflation. Le risque de tels chocs a augmenté en raison de la nouvelle guerre froide sino-américaine, qui menace de déclencher un processus de déglobalisation et de balkanisation économique alors que les pays poursuivent un protectionnisme renouvelé et la réorganisation des investissements et des opérations de fabrication. Mais c'est une histoire pour le moyen terme, pas pour 2021.

    Pour cette année, la croissance risque de ne pas être à la hauteur des attentes. De nouvelles souches du coronavirus continuent d'apparaître, ce qui fait craindre que les vaccins existants ne soient plus suffisants pour mettre fin à la pandémie. Les cycles répétés de stop-go sapent la confiance, et la pression politique pour rouvrir l'économie avant que le virus ne soit contenu continuera à se développer. De nombreuses petites et moyennes entreprises risquent toujours de faire faillite, et beaucoup trop de personnes sont confrontées à des perspectives de chômage de longue durée. La liste des pathologies affectant l'économie est longue et comprend la montée des inégalités, le désendettement des entreprises et des travailleurs endettés, et les risques politiques et géopolitiques.

    Les marchés d'actifs restent mousseux - sinon carrément bouillonnants - car ils sont alimentés par des politiques monétaires ultra-accommodantes. Mais les ratios cours / bénéfices d'aujourd'hui sont aussi élevés qu'ils l'étaient dans les bulles qui ont précédé les bustes de 1929 et 2000. Entre un effet de levier toujours croissant et le potentiel de bulles dans les sociétés d'acquisition spécialisées, les actions technologiques et les crypto-monnaies, la manie du marché d'aujourd'hui offre beaucoup Dans ces conditions, la Fed craint probablement que les marchés s'effondrent instantanément si elle enlève le bol de punch. Et avec l'augmentation de la dette publique et privée empêchant la normalisation monétaire éventuelle, la probabilité d'une stagflation à moyen terme - et d'un atterrissage brutal pour les marchés d'actifs et les économies - continue d'augmenter.