Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

effondrement - Page 3

  • MONEY POWER Les fauves sont lâchés

    Goldman Sachs fait partie d’un groupe d’investisseurs qui cherchent à acheter des actifs privés à prix réduit auprès de fonds de pension britanniques, qui se précipitent pour lever des liquidités après la crise de la semaine dernière sur le marché des obligations d’État. Goldman Sachs achète à l’équilibre ce que les fonds de pension britanniques vendent comme désespérés de lever les liquidités nécessaires pour ne pas être anéanties par des appels de marge

    GOLD.jpg

  • Quand le Docteur Doom parle, on l'écoute

     Morceaux choisis de la derniere ITW du Docteur

     

     

    Depuis un an, je soutiens que l’augmentation de l’inflation serait persistante, que ses causes incluent non seulement de mauvaises politiques, mais aussi des chocs d’offre négatifs, et que la tentative des banques centrales de la combattre provoquerait un atterrissage économique brutal. Lorsque la récession arrivera, ai-je averti, elle sera grave et prolongée, avec des difficultés financières généralisées et des crises de la dette. Malgré leur discours belliciste, les banquiers centraux, pris dans un piège de la dette, peuvent encore s’effacer et se contenter d’une inflation supérieure à la cible. Tout portefeuille d’actions risquées et d’obligations à revenu fixe moins risquées perdra de l’argent sur les obligations, en raison de l’inflation et des attentes d’inflation plus élevées.

    Tout le monde reconnaît maintenant que ces chocs d’offre négatifs persistants ont contribué à l’inflation, et la Banque centrale européenne, la Banque d’Angleterre et la Réserve fédérale américaine ont commencé à reconnaître qu’un atterrissage en douceur sera extrêmement difficile à réaliser. Pendant ce temps, un scénario d’atterrissage brutal devient le consensus parmi les analystes de marché, les économistes et les investisseurs



     Et si un atterrissage brutal est la base de référence pour les États-Unis, il est encore plus probable en Europe, en raison du choc énergétique russe, du ralentissement de la Chine et de la BCE qui tombe encore plus en retard par rapport à la Fed.

    J’ai également longtemps soutenu que les banques centrales, indépendamment de leurs discours durs, ressentiront une pression immense pour inverser leur resserrement une fois que le scénario d’un atterrissage économique brutal et d’un krach financier se matérialisera. Les premiers signes d’évanouissement sont déjà perceptibles au Royaume-Uni. Face à la réaction du marché à la relance budgétaire imprudente du nouveau gouvernement, la Banque d’Angleterre a lancé un programme d’assouplissement quantitatif (QE) d’urgence pour acheter des obligations d’État (dont les rendements ont grimpé en flèche).

    Mais les actions américaines et mondiales n’ont pas encore pleinement intégré même un atterrissage brutal et court. Les actions chuteront d’environ 30 % en période de légère récession et de 40 % ou plus en cas de grave crise de la dette stagflationniste que j’ai prédite pour l’économie mondiale. Les signes de tension sur les marchés de la dette s’accumulent : les spreads souverains et les taux obligataires à long terme augmentent, et les spreads à haut rendement augmentent fortement ; les marchés des prêts à effet de levier et des prêts garantis sont en train de fermer; les entreprises très endettées, les banques parallèles, les ménages, les gouvernements et les pays entrent dans le surendettement. La crise est là.

     

    La crise de la dette stagflationniste est là par Nouriel Roubini - Project Syndicate (project-syndicate.org)

  • Les seigneurs de l'argent facile

    easy.jpg

    Dans un livre de 2022 sur The Lords of Easy Money, Christopher Leonard, explique comment l'actuel président de la Fed, Jerome Powell, a fait sa fortune personnelle avec une prise de contrôle à effet de levier chez Carlyle

    Dans un chapitre intitulé "The Fixer", Leonard décrit l'ascension de Powell - de Dillon Read et du département du Trésor américain à Carlyle - où il a dirigé le rachat par emprunt d'un conglomérat industriel appelé Rexnord basé à Milwaukee. Chez Carlyle, Powell a dirigé l'achat de Rexnord en utilisant 359,5 millions de dollars de son fonds de rachat et deux prêts totalisant 585 millions de dollars. L'affaire a été conclue en septembre 2002. Rexnord a immédiatement contracté plus de dettes; Leonard souligne que "pour chaque année complète pendant laquelle Carlyle était propriétaire de l'entreprise, Rexnord a payé plus d'argent en frais d'intérêts qu'il n'en a réalisé en bénéfices".Pour financer cela, Rexnord a réduit les salaires des employés, délocalisé des emplois dans des États non syndiqués, supprimé des emplois et pris d'autres mesures pour faire baisser la valeur de l'entreprise et transformer Rexnord en ce que j'appelle une "sardine commerciale".En 2006, Powell a dirigé la vente de 900 millions de dollars de Rexnord à Apollo Management LP. Pour financer l'achat, Apollo a emprunté 1,825 milliard de dollars en nouveaux prêts à effet de levier. L'accord a cimenté le statut de multimillionnaire de Powell et il a quitté Carlyle après la conclusion de la vente. En 2018, sa valeur nette se situerait entre 20 et 55 millions de dollars. Il est juste de dire que le leadership de Powell n'a pas amélioré la contribution de Rexnord à l'économie réelle. Léonard explique :« Rexnord lui-même n'allait pas très bien. L'entreprise laissée par Powell était criblée de dettes. Sa dette totale est passée de 753 millions de dollars à 2 milliards de dollars en un an. Les paiements d'intérêts annuels sont passés de 44 millions de dollars en 2005 à 105 millions de dollars en 2007.Pendant plus d'une décennie, l'entreprise a payé plus d'intérêts qu'elle n'a réalisé de bénéfices chaque année. Rexnord était devenu une firme emblématique du monde du capital investissement. Ce n'était plus une entreprise utilisant la dette pour atteindre ses objectifs. C'était désormais une entreprise dont l'objectif était d'assurer le service de ses dettes.

     

    Pensez à ces moments comme un jeu de Monopoly. Chaque fois que nous passons par la case départ nous récoltons 200 $. A chaque fois qu'ils disent allez y, les amis du banquier central récoltent 200 millions de dollars. Ou une poignée spéciale qui rapporte 200 milliards de dollars.
    MONOPOLY.png