Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

france

  • Le Maire sous extasy ?

    Visiblement nos amis déflationnistes américains ne partagent pas l'optimisme qui règne en France.

    En juin 2019, un titre de France 24 disait: L'augmentation de la dette française est `` inquiétante '', avertissent les auditeurs publics C'est à ce moment-là que le ratio dette / PIB de la France devait «atteindre 98,9%» en 2019. Maintenant, ici en avril 2021, on s'attend à ce que le ratio dette / PIB de la France atteigne 118% (peut-être plus) cette année. Voici un extrait d'un article de Reuters du 4 avril: Le déficit public de la France devrait atteindre 9% du produit intérieur brut (PIB) en 2021, a déclaré dimanche le ministre français des Finances Bruno Le Maire, contre une prévision précédente de 8,5% alors que le pays entame son troisième verrouillage national contre les coronavirus. Ce changement fait suite à une révision à la baisse des prévisions de croissance de la France de 6% à 5% pour cette année, en tenant compte de l'effet des nouvelles restrictions tout au long du mois d'avril pour lutter contre la pandémie COVID-19. Les écoles sont sur le point de fermer et les magasins non essentiels ont fermé. Le Maire, s'exprimant sur LCI TV, a déclaré que la dette publique de la France devrait atteindre 118% du PIB cette année, contre sa dernière prévision de 115%. Dans une autre estimation encore antérieure, Le Maire avait déclaré en décembre que la dette publique pourrait atteindre 122% du PIB. Comme de nombreux pays d'Europe, la France a investi des milliards d'euros pour soutenir les entreprises en difficulté avec des prêts garantis par l'État et les aider avec des loyers et des régimes de chômage partiel. La perspective du marché mondial d'Elliott Wave International en février 2021 offrait cet angle sur la dette publique français : la dette française vient d'exploser à près de 120% du PIB, tandis que le ratio dette / PIB de l'Allemagne a en fait baissé au cours de la dernière décennie. Comme nous l’avons déjà dit, des divergences comme celles-ci sont une recette pour des frictions qui finiront par mettre un terme à l’Union européenne telle que nous la connaissons. Nous n'arrêtons pas de tomber sur quelques récits mal avisés qui disent que les entreprises étaient bien préparées à la pandémie, que les économies ont franchi un cap et que ce n'est qu'une question de temps avant que les économies nationales ne reviennent aux taux de croissance d'avant la pandémie. Ce point de vue a été mis en valeur le mois dernier par un partenaire de services financiers d'un grand cabinet d'avocats britannique, qui a déclaré à Bloomberg: «Le fait que nous n'ayons pas vu d'échecs à grande échelle après 10 mois de perturbations témoigne, espérons-le, de la manière dont les règles en matière de capital et de liquidités ont fonctionné comme prévu. "

     À notre avis, c'est précisément parce que les entreprises avaient si peu de coussin que les gouvernements ont été contraints d'intervenir et de les soutenir en premier lieu.

     

     

  • Manifeste pour une récession

    Et Puisque nous sommes depuis hier en récession depuis hier, republication de mon manifeste pour une récession de 2008


    Rien ne change, mais l’économie, de doucereuse et banale devient belliqueuse et brutale. La récession approche.
    Elle est apprivoisée par satellite et sur les écrans plasma des salles de rédaction, masquée d’un loup blême pour ne pas affoler le consommateur, muselée par la machinerie méthodique des médias et des pouvoirs politiques qui refusent de la rencontrer.

    Le lecteur de 60 millions de consommateurs se souvient il qu’il est mortel ?

    La récession pourtant, est la mesure universelle. Elle tombe derrière la lumière d’un projecteur noir sur l’orchestre de l’économie mondiale: c’est la récession, qui bien inspirée défie, déchire, divise ou déflore le no man’s land de la fade éternité de la consommation.
    Car privée de son projecteur noir, l’économie n’est plus que ce les medias en font : une nausée sans fin, balisée ça et là de quelques accidents.
    Quelques millions d’américains, jetés à la rue pour avoir voulu aller au ciel de la consommation, des flux migratoires qu’il nous faut, à la fois, stopper et attirer sans contradictions.
    De richissimes fonds souverains aux dollars nimbés d’essence secourant les grandes banques américaines,
    est cela la récession ?

    La récession est l’ultime rempart d’un monde vidé de sens où dans les grandes métropoles, on peut croiser des femmes voilées et des fillettes qui portent des wonderbras, moments uniques où la religion croise la consommation sans même reconnaître qu'elles réprésentent les facettes d'un même monde en dégénération..

    C'est la récession qui redonnera du sens à la vie, en cela, elle n'a pas de prix et il faut refuser sa dévaluation.

    Nécronomiquement votre

     

  • LE CONSEIL NECRONOMIQUE DU JOUR AU PRESIDENT HORS SOL

     

    BDNposter_web_05-ogqe3wotrctzz849z7u9lvyl86r986yk94jf294528.jpg

    Ne perds pas le contact avec le sol car seul le sol peut te permettre de mesurer ta grandeur