Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

effondrement - Page 4

  • Fin de l'abondance Macron officialise la nécronomie

     Courtoisie de Vince

    clickonpictureIMG_5948.PNG

     

    L’Euro est tombé en dessous de la parité avec le dollar. Un autre problème pour un continent qui doit déjà faire face à un énorme problème énergétique : la facture de fournitures, en fait, est payée en dollars. Et les matières premières à acheter sur les marchés étrangers sont plus chères avec une monnaie aussi faible

    Nous devons mettre de l’ordre dans les budgets, avant de recommencer à imprimer et de maintenir en vie l’énorme casino mondial connu sous le nom de marché libre. Un oxymore. En fait. Car ce qui est libre dans un marché dont le seul moteur est l’activité de création monétaire des banques centrales semble décidément mystérieux. Fin de l'abondance, fin de l’insouciance déclare Macron...Encore une fois, il est conseillé au citoyen moyen de se serrer la ceinture sans se demander s’il existe encore un trou approprié dans la ceinture pour de telles personnes émaciées. Si les coûts mensuels d’électricité d’une personne au smic triplent, cela peut entraîner de graves problèmes; pour un ministre, un triplement ne signifie pas la moindre restriction notable, même s’il a des coûts nettement plus élevés en chiffres absolus en raison de l’espace de vie beaucoup plus grand à éclairer.

    Ce sentiment agréable d’être personnellement « du bon côté » peut également expliquer pourquoi les politiciens répandent leurs mauvaises nouvelles avec tant de pénétration et de calme devant la caméra.
    « Là-bas », dans les basses terres de la société qui ne sont plus visibles par les privilégiés, les gens sont alors autorisés à se battre pour un logement abordable, pour une place au chauffage ou l’un des sièges avant dans la file d’attente à la table. Ils sont surtout autorisés lorsque les gouvernants ont échoués à ce point sur tout comme le montre le désastre des fonctions régaliennes de l’État à être solidaire de la misère des autres avec la guerre sans guerre qui ne sert qu'à financer la transition écologique que les Élites ne veulent pas financer. Le sempiternel discours « on s'en sort mieux que les autres » ou alors moins poli « allez voir ailleurs si c'est mieux ».
  • vieux fossile ou vampire faites votre choix ou shortez votre mère...

    Aujourd’hui, nous sommes au milieu d’une transition vers l’abandon du néolibéralisme, mais ce qui le remplacera est très incertain. Comme moi, vous entendez parler de démondialisation. D'ici peu devant l'absence de réponse, on célébrera la confiance en l'éternel capacité du Marché à ce renouveler en imaginant une croissance qui se soutient elle-même. En attendant ce moment souhaité et béni, nous irons de plans de sauvetages en plans de relance avec un peu plus de régulation. On nous fera miroiter que nous sortirons renforcé de cette mutation vers un monde meilleur qui nous permettra de retrouver le chemin de la croissance. Tout ceci sera bien sûr sans fondement et sans aucune crédibilité. Ce retour à la croissance se heurtera à l'objectivité valeur rendue inaccessible faute de capacité à payer. Alors viendra le temps, de la japanification, le fameux châtiment des neufs orifices ; la stagdéflation. Le Japon parlons-en : le Japon aurait tenté (et obtenu) le coup d’État fossile lors du G7 Dans le projet que Reuters dit avoir vu, en fait, il y avait une demande de Tokyo d’éliminer toute référence à l’objectif de 50% de véhicules zéro émission à poursuivre d’ici 2030

    Alors que le sommet des Big Seven était en cours, la Banque du Japon a officiellement franchi le Rubicon de 50% de dette publique: pour être exact, 50,4%. Une nationalisation économique de facto. Les investisseurs étrangers ont vendu quelque chose comme 4 800 milliards de yens d’obligations japonaises au cours de la seule semaine terminée le 17 juin, le plus haut niveau depuis 2001, les fonds spéculatifs reviennent parier sur le Big Japan Short, amassant des positions baissières contre les mouvements désespérés de la Banque du Japon. Comprenez-vous pourquoi cela vaut la peine d’être considéré comme un pollueur du monde, afin de sauvegarder chaque parcelle de productivité du secteur moteur de l’économie ? Cela signifie rester en vie... Tokyo avec ses cascades d'argent devient un précurseur d’un nouveau QE mondial. La planche à billet éternel, le rêve de tout vampires...

  • Apocalypse Now

     

     

    En 1969, alors que la guerre du Vietnam faisait rage, l’économiste monétaire Milton Friedman a inventé pour la première fois le terme « monnaie hélicoptère », en référence à ce qui pourrait être fait pour stimuler la demande dans une économie. Cette parabole du simple fait de jeter de l’argent hors des hélicoptères a été relancée par Ben Bernanke en 2002. La plupart des gens pensaient que c’était une blague, même si l’assouplissement quantitatif a commencé en 2008. Mais personne ne rit maintenant.

    Le gouvernement américain ou la Réserve fédérale ne l’ont pas appelé monnaie hélicoptère, mais les chèques de relance, le koikilencoute, les prets garantis par l'Etat, chaque pays y est allé de sa sauce...En période de crise même les billets font la planche...

    La théorie quantitative de la monnaie émet l’hypothèse que plus il y a d’argent dans une économie, plus il y a de chances que les prix à la consommation s’accélèrent. En effet, le point que la plupart des gens oublient est que le terme inflation fait essentiellement référence à la croissance de la monnaie et du crédit dans une économie. Ce que font les prix est secondaire mais, comme le dit la théorie, ils ont de bonnes chances de suivre l’inflation monétaire.

    Faut-il donc s’étonner que nous en soyons là où nous en sommes aujourd’hui? Il y a, pour être juste, un certain nombre de « raisons » pour lesquelles les prix à la consommation se sont nettement accélérés au cours de la dernière année. Les problèmes de chaîne d’approvisionnement sont souvent cités, mais cela nous ramène à l’inflation monétaire. Si la masse monétaire n’avait pas explosé plus haut en 2020, peut-être que la demande aurait été freinée et que la pression sur l’offre n’aurait pas été aussi grande.’inflation des prix à la consommation était endémique bien avant le début de la guerre en Ukraine. Cela n’a à peu près rien à voir avec la guerre. C’est la masse monétaire. Et après la plus grande inflation monétaire de l’histoire, qu’est-ce qui nous attend ?

     

    La Déflation...le chatîment des neufs orifices....