Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

revolte - Page 3

  • Homard Shérif

    de rubis,lady gala,scandale,homard,omar,macronie,elite,peuple,revolte,colère

    Comme Voltaire face à Rousseau, Macron apparaît comme ce représentant de l’élite arrogante, déconnectée des aspirations du peuple et qui prétend moderniser la société par en haut. Il partage avec Voltaire la croyance que des autocrates éclairés peuvent décider de la forme que doit prendre la société, une croyance qui témoigne d’un mépris pour les gens ordinaires
    Pankal Mishra


    Le ruissellement ?

    Le premier de cordée ?

    Les profits d’aujourd’hui font les emplois de demain ?


    Non, les profits d’aujourd’hui font les super-profits de demain et sans passer par la case emploi.


    Un léger coup d’accélérateur en 2020 (février ?) nous propulsera bientôt : La glorieuse stagnation est la dernière frontière et la récession le minimum vital pour les nécronomistes qui savent survivre en style au moins aussi bien que Keith Richard, y compris dans les trous noirs où l’on se meut non dans l’espace mais dans le temps.


    Ce qui n’est visiblement pas le cas de François de Rubis et de sa femme Lady Gala cheveux platine et sèche-cheveux plaqué or qui venaient d’apprendre la loi du score que connaissent tous les déshérités et autres sans-dents : décrocher revient à aller embrasser le dur caniveau de la terre. Il s’agite désormais tel un bobo insomniaque, un vain grain de vanité, une ombre dont le seul silence de ses pairs aurait pitié.


    Car le homard perd seul lorsqu’il est englouti par le tsunami de la colère populaire. La transition intestinale qui fait suite à un bon repas n’est pas une transition écologique mais nécrologique. Enfin, j’espère…(qu'ils ont aussi refait les WC)


    Adieu l’ennemi

  • Historique de la zombification du consommateur citoyen en territoire nécronomique

     

     

    NECRONOMIE-POUR-MECHANTS-P.jpgEn toute immodestie, je crois avoir été le premier à théoriser le consommateur zombie et la zombification. Théorie que beaucoup ont repris par la suite. J'annonçais même ce qui peut paraître incroyable aujourd'hui les taux négatifs en 2008 qui allaient servir d'outil pour zombifier la population avec des taux d'intérêts plus qu'attractifs.

    La preuve note de 2008

    http://necronomie.blogspirit.com/tag/zombies

    Pour ceux qui n'ont pas suivi le feuilleton nécronomique, petit rappel :

    À l’époque de la domination française à Haïti puis à Saint-Domingue au XVII et XVIII siècle la vie était brutale pour les esclaves. Une vie qui mariait travail éreintant et discipline cruelle ainsi que la faim. La seule échappatoire de la plantation était la mort qui était crainte et désirée à la fois. Il n’est donc pas étonnant que les esclaves qui étaient habiles avec les poisons aient eu recours au suicide ce qui représentait la forme ultime de vol pour les propriétaires de plantations. Non seulement parce le suicide les privait du service d’un esclave mais aussi parce qu’il les privait de sa personne qui était leur propriété. Pour l’esclave seule la mort lui permettait de reprendre le contrôle de son corps mais beaucoup pouvaient se perdre en devenant des zombies. C’était l’épouvantail qui les éloignait du suicide car un zombie est esclave pour toujours. Malgré cela plus d’un millier d’entre eux prirent le risque de se suicider. C’est dire le niveau de désespoir.
    Selon l'anthropologue et l'ethnobotaniste Wade Davis, une personne vivante peut être transformée en zombie par l'inoculation dans son flux sanguin de deux types de poudres, toutes deux disponibles en Haïti : la tetrodotoxine, une puissante neurotoxine qui se trouve dans la chair du poisson armé, et la datura, une drogue dissociative. Davis a écrit deux livres sur le sujet : Vaudou ! et Passage of Darkness : The Ethnobiology of the Haitian Zombie.
    Si l’on transpose tout cela en termes nécronomiques, on dira qu’une personne vivante dans le monde où nous vivons peut être transformée en zombie avec deux types de poisons disponibles dans les démocraties de Marché. Le premier est le crédit car même à 1% sur vingt ou trente ans, le crédit ligote et astreint le consommateur zombie à une vie de sujet loyal et non rebelle. Vous constaterez qu’en ce moment la fabrique des hommes endettés tourne à plein régime. Le deuxième de ces poisons est évidemment l’antidépresseur qui va permettre au salarié zombie de supporter sa condition et les brimades dont il va faire l’objet. Pour info, le Seroplex est un des dix médicaments le plus remboursé en France. Ajoutons les anxiolytiques, les benzodiazépines et tout le bataclan. On peut conclure sans trop de risque qu’une personne sur trois dans la population dite active est sous influence chimique ou divine si l’on croit encore à la main invisible du capitalisme.

    N'oubliez pas demain 21 heures en live sur AKASHA l'émission annuelle géopolitique du GRAND FOUTOIR

    N'hésitez pas à intervenir

    https://akasharadiotv.fr/

     

  • La pensée blackblocsée du jour

    necronomie

     

     

     

     

     

     Ce n'est pas la manifestation qui déborde, c'est le débordement qui manifeste...