Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dette

  • Préparez vos mouchoirs

    commission européenne,covid,dette,endettement,zone,euro,perte acquis sociaux,futur capitaiismeAujourd'hui la commission européenne vient d'annoncer que la dette de la zone était supérieure à 100%.

    En vérité le ratio dette souveraine / PIB moyen de la zone euro devrait atteindre 102%, avec sept pays proches ou supérieurs à 120% (l'Italie est à 160% et la Grèce est au-dessus de 200%). Avec une croissance annuelle nominale d'environ 3% (en supposant que l'inflation revienne bientôt à 2% vœu pieux), ramener ces ratios d'endettement à 60% en 20 ans - comme l'exige le pacte de stabilité et de croissance (suspendu)  obligerait ces pays à générer des excédents primaires (hors paiement de la dette) importants de 2 à 4% du PIB. Mais étant donné la nécessité de continuer à soutenir la reprise, la médecine traditionnelle de la restriction budgétaire pour rembourser la dette souveraine ne serait pas compatible avec la viabilité de la dette. De plus, cela limiterait la capacité des États membres à empêcher que les blessures économiques et sociales infligées par la pandémie ne deviennent des cicatrices permanentes. Et la restructuration de la dette n’est pas non plus une option viable, car elle ferait des ravages dans les économies des pays très endettés, mettant potentiellement en péril la stabilité économique et financière de la zone euro.

    En fin de compte, l'accroissement actuel de l'endettement souverain ne peut donc pas être laissé aux États membres à gérer par eux-mêmes. Étant donné que les problèmes politiques qu'il soulève affectent tous les membres, ils doivent être traités collectivement. Au début de 2021, les avoirs souverains de la BCE dépassaient les 3 billions d’euros (3,6 billions de dollars) - soit environ 30% de l’encours total de la dette souveraine de la zone euro et à peu près la même part du PIB de la zone euro. Les programmes en cours de réponse à une pandémie pourraient bien ajouter 1 500 milliards d'euros supplémentaires avant leur interruption. Si ces dettes ne sont pas renouvelées à l'échéance, les conditions de liquidité pourraient se resserrer du fait que les États membres placent des titres équivalents sur les marchés financiers.. Il est absurde de penser que le refinancement de la dette COVID-19 devrait être soumis à la discipline de marché, car cela pénaliserait simplement les gouvernements pour la protection de leurs citoyens pendant la pandémie La tâche ne saurait être confiée en permanence à la BCE sans brouiller la ligne entre politique monétaire et politique budgétaire, comme l’ont établi la Cour de justice de l’UE dans l’arrêt Gauweiler et autres et Weiss et autres.

    Il ne reste donc qu’une seule solution et cela sera le nouveau pipoti pipota. Celle que l’on ne tardera pas à nous annoncer en nous vantant les mérites de l’Europe puisque nous n’avons plus la souveraineté monétaire : stocker la dette COVID dans une Bad Bank. En espérant qu’un jour des aventuriers de la finance alléchés par les taux viennent en acheter ou que la BCE dans le futur monétise cette dette.

    Bref comme je ne crois pas à l’hypothèse de la croissance qui rembourse la dette, cela veut dire qu’on en prend pour 20 ans de réformes structurelles. Comprenez par-là, perte des acquis sociaux, retraite à 67 ans, privatisations à tout va à commencer par l’éducation et la santé les deux budgets les plus lourds. On va nous expliquer que les facs sont un repaire d’islamo gauchistes et qu’ il faut mieux laisser cela au privé, pareil pour la santé ou l’on nous dira que l’on a bien vu pendant l’épisode covid que cela ne marchait pas.

    Nécronomiquement votre

    JP

  • La dernière analyse du Docteur Doom

     Quand le Docteur Doom parle, les nécronomistes écoutent...

    La reprise en forme de K de l’économie américaine est en cours. Ceux qui ont des emplois à temps plein stables, des avantages sociaux et un coussin financier s'en tirent bien alors que les marchés boursiers atteignent de nouveaux sommets. Ceux qui sont au chômage ou partiellement employés dans des emplois de cols bleus et de services à faible valeur ajoutée - le nouveau «précariat» - sont accablés de dettes, ont peu de richesse financière et font face à des perspectives économiques qui se réduisent.

    Ces tendances indiquent une déconnexion croissante entre Wall Street et Main Street. Les nouveaux sommets boursiers ne signifient rien pour la plupart des gens. Les 50% inférieurs de la répartition de la richesse ne détiennent que 0,7% du total des actifs boursiers, tandis que les 10% les plus riches en détiennent 87,2% et les 1% les plus riches 51,8%. Les 50 personnes les plus riches ont autant de richesse que les 165 millions de personnes en bas. La montée des inégalités a suivi l'ascension de la Big Tech. Jusqu'à trois emplois dans le commerce de détail sont perdus pour chaque emploi créé par Amazon, et une dynamique similaire est vraie dans d'autres secteurs dominés par les géants de la technologie. Mais les tensions sociales et économiques d’aujourd’hui ne sont pas nouvelles Pendant des décennies, les travailleurs en difficulté n'ont pas été en mesure de suivre le rythme des Jones, en raison de la stagnation du revenu médian réel (corrigé de l'inflation) et de la hausse du coût de la vie et des attentes en matière de dépenses. «Démocratiser» la finance afin que les ménages pauvres et en difficulté puissent emprunter davantage pour acheter des maisons qu'ils ne peuvent pas se permettre, puis utiliser ces maisons comme guichets automatiques. Cette expansion du crédit à la consommation - prêts hypothécaires et autres dettes - a entraîné une bulle qui s'est terminée avec la crise financière de 2008, lorsque des millions de personnes ont perdu leur emploi, leur logement et leur épargne.

    Maintenant, les mêmes milléniaux qui ont été battus il y a plus de dix ans sont à nouveau dupés. Les travailleurs qui comptent sur un «emploi» à la demande, à temps partiel ou à la pige se voient offrir une nouvelle corde pour se pendre au nom de la «démocratisation financière». Des millions de personnes ont ouvert des comptes sur Robinhood et d'autres applications d'investissement, où ils peuvent tirer parti de leurs maigres économies et revenus plusieurs fois pour spéculer sur des actions sans valeur. , masque la triste réalité qu'une cohorte d'individus sans espoir, sans emploi, sans compétences et endettés est à nouveau exploitée. Beaucoup sont convaincus que le succès financier ne réside pas dans de bons emplois, un travail acharné, une épargne et un investissement patients, mais dans des stratagèmes pour devenir riche rapidement et des paris sur des actifs intrinsèquement sans valeur comme les crypto-monnaies (ou "shitcoins", comme je préfère appeler).

    Ne vous y trompez pas: le mème populiste dans lequel une armée de Davids du millénaire abat un Wall Street Goliath ne fait que servir un autre stratagème pour contrecarrer les investisseurs amateurs sans aucune idée. Comme en 2008, le résultat inévitable sera une nouvelle bulle d'actifs. La différence est que cette fois, des membres du Congrès imprudemment populistes ont pris l'habitude de s'opposer aux intermédiaires financiers pour ne pas avoir permis aux plus vulnérables de s'endetter encore plus. Pour aggraver les choses, les marchés commencent à s'inquiéter de l'expérience massive de monétisation du déficit budgétaire en cours. par la Réserve fédérale américaine et le Département du Trésor par le biais de l'assouplissement quantitatif (une forme de théorie monétaire moderne ou «argent d'hélicoptère»). Un chœur croissant de critiques prévient que cette approche pourrait surchauffer l'économie, obligeant la Fed à relever les taux d'intérêt plus tôt que prévu. Les rendements obligataires nominaux et réels sont déjà en hausse, ce qui a ébranlé les actifs risqués comme les actions. En raison de ces inquiétudes concernant une crise de colère dirigée par la Fed, une reprise qui était censée être bonne pour les marchés cède désormais la place à une correction du marché. Pendant ce temps, les démocrates du Congrès vont de l'avant avec un plan de sauvetage de 1,9 billion de dollars qui comprendra un soutien direct supplémentaire. aux ménages. Mais avec des millions déjà en souffrance sur les paiements de loyer et des services publics ou dans des moratoires sur leurs prêts hypothécaires, cartes de crédit et autres prêts, une part importante de ces décaissements sera consacrée au remboursement de la dette et à l'épargne, avec seulement un tiers environ de la relance susceptible de être traduite en dépenses réelles.  Cela implique que les effets du paquet sur la croissance, l’inflation et les rendements obligataires seront plus faibles que prévu. . Et comme l'épargne supplémentaire finira par être réorientée vers des achats d'obligations d'État, ce qui était censé être un plan de sauvetage pour les ménages en difficulté deviendra en fait un plan de sauvetage pour les banques et les autres prêteurs. les effets des déficits budgétaires monétisés se combinent avec des chocs d'offre négatifs pour produire une stagflation. Le risque de tels chocs a augmenté en raison de la nouvelle guerre froide sino-américaine, qui menace de déclencher un processus de déglobalisation et de balkanisation économique alors que les pays poursuivent un protectionnisme renouvelé et la réorganisation des investissements et des opérations de fabrication. Mais c'est une histoire pour le moyen terme, pas pour 2021.

    Pour cette année, la croissance risque de ne pas être à la hauteur des attentes. De nouvelles souches du coronavirus continuent d'apparaître, ce qui fait craindre que les vaccins existants ne soient plus suffisants pour mettre fin à la pandémie. Les cycles répétés de stop-go sapent la confiance, et la pression politique pour rouvrir l'économie avant que le virus ne soit contenu continuera à se développer. De nombreuses petites et moyennes entreprises risquent toujours de faire faillite, et beaucoup trop de personnes sont confrontées à des perspectives de chômage de longue durée. La liste des pathologies affectant l'économie est longue et comprend la montée des inégalités, le désendettement des entreprises et des travailleurs endettés, et les risques politiques et géopolitiques.

    Les marchés d'actifs restent mousseux - sinon carrément bouillonnants - car ils sont alimentés par des politiques monétaires ultra-accommodantes. Mais les ratios cours / bénéfices d'aujourd'hui sont aussi élevés qu'ils l'étaient dans les bulles qui ont précédé les bustes de 1929 et 2000. Entre un effet de levier toujours croissant et le potentiel de bulles dans les sociétés d'acquisition spécialisées, les actions technologiques et les crypto-monnaies, la manie du marché d'aujourd'hui offre beaucoup Dans ces conditions, la Fed craint probablement que les marchés s'effondrent instantanément si elle enlève le bol de punch. Et avec l'augmentation de la dette publique et privée empêchant la normalisation monétaire éventuelle, la probabilité d'une stagflation à moyen terme - et d'un atterrissage brutal pour les marchés d'actifs et les économies - continue d'augmenter.

  • Le double dong nécro est de retour !!!

    Vous le savez chers amis, j'ai évoqué à de nombreuses reprises dont dans l'inteview sans filet à la sortie de Crise et Mutation le double dong nécronomique qui peut prendre plusieurs formes tant il est élastique.

    D'après Euler Hermes une hausse record de +35% en moyenne en 2021 des défaillances dans le monde. Il s'agit d'une véritable "bombe à retardement "2020 sera une année en trompe l'oeil". Si l’économie mondiale met plus de temps que prévu à se remettre du choc, la hausse des défaillances pourrait même dépasser les 50%.En France au moins + 25%. Seul façon de tenir pour les entreprises (tout comme les Etats) accroitrent leur endettement mais voilà

    On ne parle plus aujourd hui de la règle des 3 D mais de la règle des 7 D

    Debt-Deflation Double-Down

    Depôt de bilan-Divorce-Dépression

    Les faillites ou les faillites privées vont augmenter à mesure que les entreprises doubleront leur dette.

    Le score Z Altman est une formule élaborée en 1968 par Edward Altman, qui était professeur adjoint de finance à l'Université de New York. Le score Z utilise plusieurs revenus d'entreprise et valeurs de bilan pour mesurer la santé financière d'une entreprise, et il est utilisé pour prédire la probabilité de faillite et de défaut de paiement. Ce même Edward Altman est maintenant professeur émérite à la Stern School of Business de NYU et, selon un rapport de Bloomberg, il avertit que les faillites aux États-Unis vont exploser.

    Altman est préoccupé par le niveau des nouvelles émissions de dette des entreprises depuis mars, qui "ouvre la voie" pour de nombreuses entreprises, espérant simplement que l'économie et leur situation s'amélioreront. Les émissions mondiales de titres de créance de sociétés cette année dépassent les 2 billions de dollars, dont la moitié proviennent d'emprunteurs américains. Tout cela fait partie du tableau de bord pour les liquidités qui surviennent au début de la déflation, sauf dans ce cas, il s'agit d'emprunts utilisés pour rembourser des prêts à court terme qui ont été prélevés en mars et avril. Ces sociétés jouent simplement à la roulette russe avec des dettes maintenant, priant pour que la chambre chargée ne s'arrête pas à leur tête.
     
    Nécronomiquement votre