Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dette

  • Bonne Année 2024 les nécros

    3741748212.jpgLa bande son de 2024 est l'inverse d'une bande son basée sur l'harmonie ou plutôt une musique qui est ce qui demeure quand l'harmonie est usée, passée à la meule réindustrielle.

    La Money Power travaille vraiment, confondant leurs gestes, les enchevêtrant, les complétant l'un par l'autre aux fins d'une œuvre dont sera visible le seul nœud serré de la corde du pendu.

    Vous le savez, chers zamis nécros, il n'y a pas d'autres pouvoir que le pouvoir créancier et il n'existe qu'un seul ordre : celui de la dette car la dette on peut s'y pendre pas s'y suspendre.

    Petit scarabée aka David Carradine en est mort comme d'autres hommes en essayant de se provoquer une érection par pendaison (les hommes sont cons ).. Nous sommes dans cette phase.

    Les Marchés prennent les escaliers pour monter et l’ascenseur pour descendre. Du moins, c’est ce qu’ils ont fait lorsqu’ils n’étaient pas dépendants des manipulations des banques centrales. Nous sommes à notre plus haut niveau depuis avril. C’est-à-dire depuis que le programme de financement à terme de la banque a été activé en réponse à la défaillance de la Silicon Valley Bank. Aujourd’hui, alors que les indices battent un record par jour, les deux principaux véhicules de financement sont pressés comme des citrons. Ne pensez-vous pas qu’il y a un très vague soupçon de manipulation structurelle des actions ? Tout cela, d’ailleurs, à la lumière des sommets continus des contre-valeurs des rachats d’actions par les entreprises, un autre contrefort qui est maintenant devenu systémique pour réduire le flottant, maintenir les prix élevés et accorder des dividendes et des bonus.

    Et c’est sans parler de l’enfoncement des données macroéconomiques, d’un côté à l’autre de l’Atlantique. Et le Pacifique.

    Et c’est vrai partout, car le Dax en Allemagne qui s’envole vers des sommets historiques alors que l’économie allemande flirte avec les performances post-pandémiques et une désindustrialisation désormais établie,

    image1.JPGIl n'y a plus d'autres possibilités pour les banquiers centraux de réduire leur bilan premier trimestre 2024....Austérité

    Avoir une date ça aide...pour la dernière érection...comprenne qui pourave

  • Le réel et l'imaginaire

     

    En Italie au cours des cinq dernières années, sont entrés au gouvernement : une force anti-politique, anti-establishment, à l’origine contre l’euro (Movimento 5 Stelle), une force politique nationale-populiste, contre l’euro (Lega), et une force politique de droite, eurosceptique (Fratelli d’Italia d'où est issue Meloni). Pourtant, l’Italie, malgré des majorités incluant ces forces, n’a jamais dévié de ses contraintes européennes et internationales. Deux des trois forces (Lega et Movimento 5 Stelle), en raison de leurs propres limites plutôt que de leur propre volonté, ont finalement contribué à la réélection du président de la République et soutenu le gouvernement Draghi dans une majorité d’unité nationale, tandis que Fratelli d’Italia a joué le rôle d’une opposition responsable et collaborative. Tout comme le rassemblement national en France.

     

    Tout se passe comme si la politique italienne avait, sous le couvert de la propagande, intériorisé la contrainte extérieure et s’était préparée à réviser, complètement ou presque, ses positions politiques à moyen terme.

    Voilà pour ceux qui pensent encore qu'un parti nationaliste conservateur pourrait changer les choses en 2027.

    Il n'y a qu'un pouvoir, c'est le pouvoir créancier et qu'un seul ordre celui de la dette.

     

  • Les seigneurs de l'argent facile

    easy.jpg

    Dans un livre de 2022 sur The Lords of Easy Money, Christopher Leonard, explique comment l'actuel président de la Fed, Jerome Powell, a fait sa fortune personnelle avec une prise de contrôle à effet de levier chez Carlyle

    Dans un chapitre intitulé "The Fixer", Leonard décrit l'ascension de Powell - de Dillon Read et du département du Trésor américain à Carlyle - où il a dirigé le rachat par emprunt d'un conglomérat industriel appelé Rexnord basé à Milwaukee. Chez Carlyle, Powell a dirigé l'achat de Rexnord en utilisant 359,5 millions de dollars de son fonds de rachat et deux prêts totalisant 585 millions de dollars. L'affaire a été conclue en septembre 2002. Rexnord a immédiatement contracté plus de dettes; Leonard souligne que "pour chaque année complète pendant laquelle Carlyle était propriétaire de l'entreprise, Rexnord a payé plus d'argent en frais d'intérêts qu'il n'en a réalisé en bénéfices".Pour financer cela, Rexnord a réduit les salaires des employés, délocalisé des emplois dans des États non syndiqués, supprimé des emplois et pris d'autres mesures pour faire baisser la valeur de l'entreprise et transformer Rexnord en ce que j'appelle une "sardine commerciale".En 2006, Powell a dirigé la vente de 900 millions de dollars de Rexnord à Apollo Management LP. Pour financer l'achat, Apollo a emprunté 1,825 milliard de dollars en nouveaux prêts à effet de levier. L'accord a cimenté le statut de multimillionnaire de Powell et il a quitté Carlyle après la conclusion de la vente. En 2018, sa valeur nette se situerait entre 20 et 55 millions de dollars. Il est juste de dire que le leadership de Powell n'a pas amélioré la contribution de Rexnord à l'économie réelle. Léonard explique :« Rexnord lui-même n'allait pas très bien. L'entreprise laissée par Powell était criblée de dettes. Sa dette totale est passée de 753 millions de dollars à 2 milliards de dollars en un an. Les paiements d'intérêts annuels sont passés de 44 millions de dollars en 2005 à 105 millions de dollars en 2007.Pendant plus d'une décennie, l'entreprise a payé plus d'intérêts qu'elle n'a réalisé de bénéfices chaque année. Rexnord était devenu une firme emblématique du monde du capital investissement. Ce n'était plus une entreprise utilisant la dette pour atteindre ses objectifs. C'était désormais une entreprise dont l'objectif était d'assurer le service de ses dettes.

     

    Pensez à ces moments comme un jeu de Monopoly. Chaque fois que nous passons par la case départ nous récoltons 200 $. A chaque fois qu'ils disent allez y, les amis du banquier central récoltent 200 millions de dollars. Ou une poignée spéciale qui rapporte 200 milliards de dollars.
    MONOPOLY.png