Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

italie

  • Le scoop Nécro du dimanche

    La France éteint la lumière : « Dans les deux prochaines années, pas d’électricité pour l’Italie » [par Andrea Greco]

    La Francia ci spegne la luce: "Nei prossimi due anni niente elettricità all'Italia" - la Repubblica

    Exclusivité en ce qui concerne l’arrêt d’EdF à l’approvisionnement de l’Italie pendant deux ans (un 5% de l’électricité nationale totale qui, dans des moments comme ceux-ci, vaut de l’or) et est particulièrement douloureux pour le gouvernement. Le futur gouvernement Post (Néo) fasciste de Meloni appréciera.

    il se dit qu'on a préféré filer de l'électricité au Teutons qu'aux ritals alors qu'on s'y était engagé. Je peux vous dire que mes amis italiens sont très enervés...On est vraiment les larbins de Pustula von der Leyen 

  • Draghila

    DRAGHI.jpg

     

    Le fait de la semaine est incontestablement la démission refusée de Draghila. Et pour cause, Draghi ex Goldman sachs, ex Patron de la BCE est le seul homme capable d'éviter le naufrage italien et de faire que la BCE achète des obligations italiennes dont personne ne veut. Ceci étant financé par la vente d'obligations allemandes. Pour l'instant l'Allemagne se contente de maugréer, on verra quand ils vont rentrer en récession, ce qui ne saurait pas tarder. N'importe qui à part Draghi se verrait demander des réformes structurelles épuisantes pour le peuple par la commission européenne  qui est malgré tout reconnaissante à Draghi d'avoir sauver l’euro avec son whatever it takes le koikilenkoute européen et la planche à billets. Comme le dit un ami analyste italien, le discours qui consiste à rembourser par la croissance sans austérité à la Grecque est comme si on disait à Dracula de produire de l'ail ou de vendre des miroirs et des crucifix pour sauver les mortels et d'éviter un marché scorpionesque je consomme, je meurs...

    Draghi c'est l'assurance que le hamster continuera de courir (sans avancer) dans la roue....Jusqu'à quand les obligations italiennes seront-elles garanties à vie ?

    Les retraités allemands (entre autres) ont la réponse. N'est ce pas eux qui ont baptisé Draghi "Draghila" le suceur d'épargne....

     

  • Dans l'automne froid de 1629, la peste est arrivée en Italie.


    La vie ordinaire a été suspendue pendant l'épidémie. Les confréries, associations qui réunissaient des laïcs pour le travail caritatif et la socialisation, ne pouvaient plus tenir de réunions. Les sermons publics étaient interdits. Les écoles de la ville ont été fermées. Les tavernes et les auberges étaient fermées. Les salles de jeux et les salons de coiffure ont été fermés, les jeux de balle interdits. Francesco Rondinelli, un historien contemporain de la peste, se souvient que, sans célébration de carnaval, `` le football n'a jamais été joué, personne n'a fait le tour des masques, et aucune comédie d'aucune sorte n'a été jouée, ni représentation, ni événement joyeux ... ainsi pendant l'été, il n'y avait pas de palio, ce qui impliquait nécessairement une grande foule. »Les lieux de travail étaient également fermés. Les églises ont également été fermées et les messes interdites. Les prêtres de la paroisse se tenaient dans la rue pour entendre les confessions des paroissiens à travers les portes et les fenêtres, se couvrant la bouche avec un tissu ciré pour résister aux «graines de maladie». Des autels portables ont été construits aux coins des rues, de sorte que la messe pouvait être entendue dans plusieurs rues à la fois. Le dimanche matin, le prêtre a sonné une petite cloche pour alerter les personnes confinées chez elles que la messe allait commencer. La peste signifiait que la vie était interrompue par des barrières: les murs de la maison, la feuille cirée entre le laïc et le prêtre, le bec surnaturel porté par le médecin de la peste lorsqu'il posait des médicaments aux patients.

    Lire la suite