Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pétrole

  • RAS POUTINE IS LOVE MACHINE

    Selon les données de l’AIE (Agence internationale de l’énergie), donc pour ne pas être accusé de propagande partisane, au cours des quatre premiers mois de l’année seulement, Moscou a déjà collecté la moitié des 9,5 billions de roubles prévus dans le budget fédéral sous la rubrique des recettes d’exportation d’énergie pour l’ensemble de 2022. Les données record d’avril, qui viennent d’être publiées, parlent d’elles-mêmes: 1,8 billion de roubles de chiffre d’affaires contre 1,2 en mars, un autre record battu.



    On allait tuer la Russie économiquement qu'on nous disait...

  • ECONOMIE DE GUERRE SANS GUERRE ET SOBRIETE HEUREUSE

     Le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno La mer à boire, a expliqué sur Franceinfo, lundi 25 avril, que le gouvernement envisageait une « aide plus significative et plus ciblée » face à la hausse des prix des carburants. Cela remplacerait la ristourne de 18 centimes, qui s’arrêtera le 31 juillet prochain ».

     

    Le prochain gouvernement devrait annoncer un crédit d'impots suivant les revenus. Remboursable, j'imagine pour les non imposables.

    Il est certain que pour ceux qui circulent en voiture de l'ancien monde non compatible bulle verte, l'addition est salée...Il est possible que d'ici peu l'on voit apparaître de nouveaux comportements nécronomiques le modèle brésilien où l’entretien de la voiture peut être réglé en trois fois, et où les stations d’essence ne se font pas concurrence sur les prix du carburant, mais sur l’encaissement des chèques – à 90, 180 jours…

     

  • Partager la pauvreté plutôt que la richesse

    crise sans fin,choc energie,petrole,pauvreté,richesse,inegalites,futur capitaiismeL’UE serait prête à imposer un embargo sur le pétrole russe immédiatement après le second tour de Français dimanche. Mais pourquoi attendre ? Peut-être parce que cela pousserait le baril dans la zone des 185 dollars, comme l’a rapidement prédit JP Morgan dans son dernier rapport

     La combinaison de la guerre et de l’inflation, la même qui a conduit aujourd’hui le FMI à réduire les estimations de croissance mondiale à la machette, assure la déflation contrôlée de la bulle obligataire exorbitante générée par deux années de programmes expansionnistes de pandémie des différentes banques centrales. Rien que la semaine dernière, une valeur de 400 milliards de dollars. Depuis les sommets, nous sommes déjà à un signe moins devant le chiffre remarquable de 6,4 billions de dollars.

    Nous devons redescendre. Et il est nécessaire de le faire de manière à ne pas déclencher un événement systémique qui génère une contagion de la part de la contrepartie et vers d’autres classes d’actifs. Actions et Immobilier.... Du moins pas tout de suite.

    Eviter un krack en faisant payer les ménages dans un contexte de déflation salariale

    Parce qu’il est toujours utile de se rappeler qu’en novembre, les États-Unis voteront pour les élections de mi-mandat et que la Fed devra fonctionner avec le bilan d’ici la réunion de Jackson Hole, malgré les proclamations formelles d’un resserrement quantitatif plus rapide que prévu et huit autres hausses de taux d’ici le 31 décembre. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Et ils crient à la récession.

    choc de l'énergie

    choc des matières premieres

    changement des habitudes de consommation

    unique réponse consommer moins la fameuse sobriété heureuse....

    le consommateur zombie va devoir muter...

    Une dézombification c'est comme une déradicalisation, ça prend énormément de temps,

    les ménages vont payer, les plus pauvres, l'économie se fera sur les dépenses sociales

    Pour le reste il va falloir partager la pauvreté