Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jpmorgan

  • VLAD MAD ???

    Les sanctions draconiennes imposées par les dirigeants occidentaux qui parlent dur – principalement le gel des avoirs et l’exclusion des banques russes du système de paiement mondial SWIFT – sont censées nuire à Poutine et à ses « oligarques » soudainement répréhensibles. Cependant, il est loin d’être certain que cet objectif soit réalisable ou même souhaitable. Les États-Unis et l’UE, dont les grandes banques d’investissement sont exposées à la dette russe, peuvent-ils vraiment se permettre le jeu financier du poulet avec la Russie ? Et pourquoi JP Morgan contredirait-elle le récit officiel sur l’implosion économique de l’ennemi en conseillant à  ses clients d’augmenter leurs positions dans une partie de la dette des entreprises russes ? De facto, la mégabanque américaine parie sur la reprise rapide de la Russie.

    De plus, la Russie est le plus grand producteur mondial de presque toutes les matières premières, et avec les niveaux actuels d’inflation croissante à travers le monde, il semble presque impossible, ou suicidaire, de se passer de ses approvisionnements. Est-ce la raison pour laquelle l’abandon progressif du gaz russe par l’Europe a conduit à l’importation de charbon... de Russie? Les médias prédisent que les sanctions provoqueront l’effondrement du rouble, et donc la fin du règne de Poutine. Cependant, Poutine a fait des provisions en réserves de change (devises étrangères) et en particulier en or. Si l’économie russe s’effondre, il pourrait émettre des obligations et couvrir leur valeur avec des stocks de pétrole, d’or et de gaz. Bref, il semble avoir plus d’influence que nos médias voudraient nous le faire croire. Sortir la Russie du système SWIFT libellé en USD donnerait également à Poutine plus d’incitations à chercher d’autres marchés et devises pour commercer (en particulier la Chine), ce qui à son tour saperait davantage l’USD et donc à peu près tout le reste. La dédollarisation tant redoutée de l’économie pourrait rapidement devenir réalité. Par conséquent, que se passe-t-il si les sanctions sont un leurre?

    Tout en intensifiant les mesures restrictives vendues au public comme des actes héroïques, les dirigeants de l’UE et des États-Unis ont dès le début pris soin d’éviter de couper certains poids lourds financiers russes, tels que Sberbank (dont l’Allemagne s’oppose maintenant à la sanction) et surtout Gazprombank – pourquoi ? Sberbank est le plus grand prêteur et détenteur d’actifs de Russie, de sorte qu’un embargo complet impliquerait des dommages collatéraux substantiels pour les banques occidentales. Le véritable éléphant dans la pièce, cependant, est Gazprombank, car elle gère les paiements pour le pétrole et le gaz russes dont les pays de l’UE dépendent et achètent toujours. Seulement environ un quart du secteur bancaire russe est actuellement sous le coup de sanctions – est-ce vraiment destiné à arrêter Poutine ?

    Wolfgang Munchau (ancienne autorité du Financial Times) a résumé l’hypocrisie de l’UE (et des États-Unis) avec une simplicité désarmante : « L’UE encourage le côté ukrainien à une distance de sécurité, regardant depuis des salons chauds, chauffés par le gaz russe. » Dans la mesure où la Russie est un partenaire commercial clé pour l’Europe (près de la moitié du gaz européen provient de Russie), mais aussi pour les États-Unis (importateur de pétrole russe), il est peu probable que les sanctions se matérialisent dans la réalité comme elles le font dans les nouvelles. Auquel cas le « bazooka des sanctions » s’avèrera être un pistolet à eau, ou un boomerang, 

  • Les mensonges de la Money Power (Demon ou Dimon)v

     

     

    HYPE.pngReçu ce matin cette remarque pertinente de mon vieil ami nécronomiste exilé, le brillant JJR :