Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

uberisation

  • Lettrisme

    Les anciens du blog se souviennent certainement du débat qui avait agité la Nécronomie en 2008

    et que je vous invite à relire avant de prendre connaissance de la suite

    http://necronomie.blogspirit.com/archive/2008/04/23/v-u-w-l-le-debat-de-la-semaine.html

     

    Désormais les zamis, une nouvelle lettre vient dêtre inventée par les économistes : le K

    Aujourd’hui, constate Nouriel Roubini le désormais célèbre Docteur Doom dans un article publié sur le site Project Syndicate, les Bourses flambent, c’est l’euphorie. Et pourtant, prévient-il, à nouveau, cette envolée des marchés d’actifs est totalement déconnectée de l’économie réelle. Elle crée une illusion de prospérité. 

    Il y a, aux Etats-Unis, un parfum de reprise économique, qu’entretien le président nouvellement élu. Mais c’est une "reprise en K", selon Roubini. Ceux qui disposent d’un job stable, de protection sociale et surtout de capitaux investis, triomphent. Pour eux, tout va pour le mieux. Mais ceux qui vivotent, de contrat à durée déterminée en contrat à durée déterminée, ou dans ce que nous l’appelons l’uber-économie et les Américains, la gig-economy, voient leurs revenus s’effondrer. Alors qu’ils croulent sous les dettes. A nouveau, l’écart de fortune entre la poignée des super-riches et l’immense masse des super-pauvres, se creuse. Le revenu médian stagne, alors que le coût de la vie augmente.

    Dans ce contexte, le plan Biden, ajoutant 1 900 milliards de dollars aux 900 déjà injectés dans l’économie pour la redynamiser et éviter le retour du chômage, a été critiqué. Notamment par Lawrence Summers, l’ancien Secrétaire au Trésor de Bill Clinton. Le plan comporte en effet un chèque de 1 400 dollars aux ménages, pour les aider à faire face aux difficultés de fin de mois rencontrés par beaucoup d’entre eux. Mais l’expérience du précédent chèque de cette nature – 1 200 dollars, signés Donald Trump, il y a quelques mois – n’a pas été concluante. Comme le souligne Summers, les Américains ont préféré économiser – et surtout spéculer – plutôt que consommer. Ce qui a contribué à gonfler les bulles, en particulier celle de l’immobilier.

    Roubini est sur la même ligne : le coup de pouce va servir à rembourser une partie des dettes de ceux qui ne parviennent plus à payer leurs loyers et leurs charges. Il va servir à investir, pour beaucoup d’autres, à acheter des Bonds du Trésor et des actions. 

  • Revenu de base ou revenu de ba(i)se ?

    necrotecnlogie,necronomie,mort liberalisme,chomage,production,consommation future,inégalités,gentrifiactionclick on picture

     

    Malgré quatre décennies de conflits sociaux le libéralisme a réussi à contourner toute menace de changement grâce à l’assujettissement de la science et des technologies.  Territoires virtuels, Entreprise-Nation et prochainement entrée du capital dans le corps humain (nécro technologie) sont les étapes qui se profilent dans l’avenir immédiat.

    La subordination de la technologie au capital, puis des services issus de cette subordination ont donné naissance à la production immatérielle et à la consommation immatérielle.

    Dans ce cadre et fort logiquement le néo-libéralisme a décidé de s’affranchir du cadre salarial. C’est la fameuse Uberisation de la société avec le paiement à la tâche. Toutefois, pour accéder à cette Uberisation, faut-il encore être connecté ou signaler sa présence connectée d’où les débats actuels sur le droit à la déconnexion. Alors qu’en fait, on substitue un travail permanent, des arrêts maladies et des congés payés à une nécessité de connexion pavlovienne.

    C’est précisément ce fait, et NKM adepte du revenu d’existence l’a bien compris, qui rend inéluctable l’établissement tôt ou tard d’un revenu d’existence que l’on nous présentera comme une immense avancée sociale. Il n’en est rien le revenu d’existence n’est rien d’autre qu’un plan de relance permanent du libéralisme puisque ce que l’on nous donne repart en consommation.

    Nous payer pour une connexion à attendre du travail est somme toute plus logique que nous payer lorsqu’on est en congé pour les néo-libéraux. C’est d’ailleurs pour cela que certains n’emploie pas le terme de revenu d’existence mais d’impôt négatif. Milton Friedman son théoricien n’était pas un dangereux socialiste…Dans l'économie immatérielle, le revenu d'existence est la facturation du temps de cerveau disponible dans l'attente d'une mission.