Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

crise - Page 5

  • Moins que zéro


    taux sero,crise,cronavirus,covide 19,recesstion,dépression,très grande dépression,isolation,confinement,libertéSoyons clair les zamis nécro, au stade où nous en sommes, ce n’est ni le plan de relance européen ni la plan Marshall français qui permettront de sortir du bourbier déflationniste qui nous tend les bras. Même le trente ans américain n’y survivra pas. Nous évoluerons bientôt en territoire moins que zéro partout dans le monde avec pour unique moyen de s’en sortir ce que j’annonce depuis fort longtemps ; l’helicopter money, la distribution de cash gratuit à tous les citoyens comme cela s’est déjà produit à Hong Kong et se produira un peu partout. L’austérité ou le gommage des avantages sociaux du passé, le blocage des salaires pour cause de compétitivité, les réformes des retraites, la diminution drastique des allocs de toute nature ne sont pas des solutions pour faire repartir l’économie. L’évidence tombe sous le sens.
    Bien sûr certains ahuris continueront de prétendre que la distribution de cash auprès des citoyens serait susceptible de créer une inflation rapide qui ne pourrait plus être maitrisée et que si nous nous lançons dans ce process issu de la théorie monétaire moderne (MMT), nous risquons que les politiciens se servent de la planche à billet sans retenus. Mais qu’on fait jusqu’ alors les banquiers centraux avec le quantitative easing censé avoir sauver l’économie flageolante.
    Rien si ce n’est gonfler les bulles d’actifs immobiliers et actions. Rien n’est allé dans l’économie réelle ou les gens travaillent réellement mais cela a des conséquences graves sur leur niveau de vie et leur endettement : augmentation des loyers ou achat immobiliers sur des durées considérables dans un monde de précariat. On s’en fout si ils ne peuvent pas rembourser, on saisira leur bien, cela aura toujours un minimum de valeur qu’on vendra aux enchères. Qui peut encore être sûr d’avoir un boulot en 2021 ? Et chez les entrepreneurs qui échappera à la règle des 3D Dépôt de bilan Divorce Dépression ???

    Il faudra attendre le quatrième trimestre avant de pouvoir évaluer les dommages causés à l'économie . À l'heure actuelle, nous nous attendons à ce que l'économie continue de vaciller bien après la levée du confinement. Si un vaccin contre le coronavirus arrive au début de 2021, la croissance économique pourrait reprendre et nous pourrions nous retrouver avec une croissance du PIB en 2021. Cependant, une série de scénarios plus négatifs est également possible. Les retards dans la maîtrise du coronavirus pourraient être une des raisons. Mais l'impact économique indirect du confinement et des mesures de distanciation sociale qui en découlent ne doit pas non plus être sous-estimé. De nombreuses entreprises ne survivront pas ou n’accumuleront pas d’énormes charges d’endettement et de nombreux ménages subiront des pertes de revenus et d’emplois. Bien que les effets sur l'offre prévalent actuellement, les effets sur la demande peuvent durer des années.
    C’est la raison pour laquelle, les inégalités sociales déjà si criantes auant été éclairées d' un coup de projecteur monstrueux avec le covid 19, je pense que seul l’hélicoptère money pourra maintenir un semblant de cohésion sociale.
    Sinon ce qui restera des classes moyennes et les upperclass ont intérêt à se barricader dans des citadelles forteresses.

    Néconomiquement votre

  • Changement d'herbage réjouit les veaux

    Changement de culotte réjouit les crottes

    HYPE.png

     


    Gros pavé dans la mare des institutions financières
    Et ouverture possible d'une porte qui jusqu'alors restait fermement close contre vents et marées
    Là où l'ensemble des États financent leur dépenses en s'endettant sur les marchés, la Banque d'Angleterre va financer directement l'État par création monétaire pour l'aider à supporter les dépenses liées à la crise du coronavirus.


    Monétiser la dette « nuirait à la crédibilité [de la banque centrale – ndlr] sur le contrôle de l’inflation en érodant son indépendance opérationnelle. Cela conduirait également à terme à un bilan de banque centrale insoutenable et est incompatible avec la poursuite d’un objectif d’inflation par une banque centrale indépendante », écrivait encore Andrew Bailey dimanche. À l’appui de sa démonstration, il citait les inévitables exemples de la république de Weimar dans les années 1920 ou du Zimbabwe qui a fait fonctionner tant et plus la planche à billets pour se financer, ce qui a conduit à une hyperinflation de plusieurs milliers de pourcents, et une destruction de l’économie. Trois jours plus tard, changement de culotte La banque d’Angleterre a annoncé en début de matinée qu’elle allait financer directement « sur une base temporaire et à court terme » les dépenses supplémentaires du gouvernement britannique liées aux conséquences de la pandémie du Covid-19.

    Quant à Laurence Boone de l’OCDE, là encore c’est un changement de culotte complet.
    Les gouvernements doivent continuer à soutenir le secteur privé, y compris en prenant des participations, et l’emploi. Cela va demander une forte augmentation des dépenses publiques et d’investissement alors que les recettes diminueront. Une politique monétaire ultra accommodante continuera à aider à l’augmentation des dettes […]. Les lourdes exigences imposées aux finances publiques ne doivent pas conduire à un endettement insoutenable qui effrayerait les marchés : cela demande une réflexion nouvelle et créative sur les questions de politique macroéconomique », plaidait ces derniers jours Laurence Boone, chef économiste à l’OCDE. Institution qui depuis plus de vingt ans n’a cessé de dénoncer l’endettement public.

  • Vie et mort de l'homo economicus

     

    coro.jpg

     

     

    Le débat qui agite aujourd’hui la société à savoir faut-il soigner les plus jeunes plutôt que les plus vieux ne date pas d’aujourd’hui. Le premier Nobel d’économie français Gérald Debreu posait en son temps la même question avec ses travaux sur l’équilibre général. Notre société repose sur un équilibre, celui de la durée de vie des très vieux. Fallait-il les débrancher plus tôt pour faire des économies de sécurité sociale ou les maintenir sous perfusion pour créer des emplois de jeteurs de couches usagées ?
    Depuis, la course en avant à pousser les gouvernements à légitimer des programmes d’austérité, l’idéologie d’austérité a arraché au nom de la rationalisation les derniers budgets des hôpitaux publics. Faire mieux avec moins, nous en payons le prix fort aujourd’hui. Combien de fois avons-nous entendu cet argument stupide « Nous vivons au-dessus de nos moyens. »
    La vérité du moment qui explose est en fait l’inverse :
    Nous mourrons en dessous de nos moyens.
    Ce n’est pas pour rembourser les dettes de l’État qu’on a diminué drastiquement les budgets de la santé, mais pour garder un peu plus longtemps un semblant de crédibilité face aux marchés financiers, dans le but de pouvoir continuer à emprunter. C’est le caractère cynique des programmes d’austérité mis en place dans les pays du sud de la zone Euro. C’est uniquement pour que la zone Euro puisse maintenir encore un temps le simulacre de la capacité de rembourser ses dettes que des malades sont poussés vers la mort.
    Savoir si les hôpitaux sont entretenus et les médicaments produits en France ne peut pas dépendre du fait de savoir s’il y a assez d’argent ou d’un quelconque critère de rentabilité. On ne peut pas transformer chaque individu en centre de perte ou de profit.
    Le seul et unique critère doit être la satisfaction des besoins concrets. S’il a été décidé, par « manque d’argent », d’abandonner des ressources, il faut se les réapproprier. Espérons qu’au-delà du discours de notre Président des actes concrets surgiront. J’en doute fort.