Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

économie

  • Où grincent les chimères

    Les économies des pays pauvres sont divisées entre un secteur « moderne » étroit qui utilise des technologies de pointe et un secteur «traditionnel » beaucoup plus vaste caractérisé par une productivité extrêmement faible. On appelle cela le dualisme productif.

    Aujourd'hui le dualisme productif est également devenu une caractéristique critique et visible des économies avancées, nécessitant des remèdes qui sortent directement de la boîte à outils de la politique de développement.

    Il n'y a pas hélas que l'excellent Christophe Guilluy a avoir analysé la France périphérique et la fin des classes moyennes.

    Dans son livre de 2017 The Vanishing Middle Class, la disparition de la classe moyenne L'historien de l’économie du MIT Peter Temin a souligné que le modèle Lewis d’une économie duale était devenu de plus en plus pertinent pour les conditions aux États-Unis. Une combinaison de forces – la désindustrialisation, la mondialisation, les nouvelles technologies qui ont favorisé les professionnels et les capitalistes, et le déclin des protections pour le travail – ont en effet produit un fossé grandissant entre les gagnants et ceux qui sont laissés pour compte. La convergence entre les secteurs pauvres et riches de l’économie a été arrêtée, le niveau d’éducation a polarisé de plus en plus les marchés du travail et les disparités régionales se sont creusées.

    En Europe, l’augmentation des inégalités n’a pas été aussi marquée, en raison d’un État-providence plus fort, mais les mêmes forces y opéraient aussi. Les écarts entre les dirigeants et les retardataires entre les entreprises et les régions se sont creusés, et la classe moyenne s’est réduite

    En conséquence, les décideurs des économies avancées sont maintenant aux prises avec les mêmes questions qui préoccupent depuis longtemps les économies en développement: comment attirer les investissements, créer des emplois, accroître les compétences, stimuler l’esprit d’entreprise et améliorer l’accès au crédit et à la technologie – en bref, comment combler l’écart avec les parties les plus avancées et les plus productives de l’économie nationale.

    L’industrialisation a été le véhicule traditionnel pour surmonter le dualisme; à mesure que les travailleurs sont absorbés dans des activités manufacturières plus productives, les salaires augmentent et la productivité globale de l’économie augmente. Mais, dans les économies en développement et avancées, l’industrie manufacturière a perdu sa capacité à créer de nombreux emplois, en raison de l’automatisation et d’autres innovations permettant d’économiser de la main-d’œuvre. L’emploi manufacturier a diminué (en proportion de l’emploi total) même dans les pays qui ont maintenu des secteurs industriels forts, comme la Corée du Sud ou l’Allemagne.

    Ce n'est pas avec le pipoti pipota de Lemaire sur la réindustrialisation qui sera surtout de l'automatisation et de la robotisation que l'on y parviendra. Il faut se souvenir que depuis les années 80 le capitalisme dans l' hyper concurrence de la mondialisation n'arrivait plus à extraire la plus-value du travail de l'homme raison pour laquelle les délocalisations vers les pays pourvoyeurs de main d’œuvre bon marché ont eu lieues et que le capitalisme financier a vu le jour comme planche de salut du capitalisme à l'ancienne. Posez-vous la question / quelles sont les conditions économiques formidables pour que les entreprises qui avaient délocalisées dans les années 80 pour exister encore dans la mondialisation puissent en ce moment revenir en France et être rentable ?

    Que le consommateur citoyen accepte de payer trois à cinq fois le prix au minimum pour avoir un bel autocollant Made in France ? Cela ne serait pas suffisant car il faut vendre à l'export aussi...

    Quant au consommateur citoyen que l'on exalte aujourd'hui, depuis toutes ces années, on lui a vendu un pacte faustien : ce qu'il allait gagner en tant que consommateur, il allait le perdre en tant que travailleur localisé dans une société de consommation de produits venus d'ailleurs.

    Depuis les années 80, la capitalisme avait compris qu'il y avait beaucoup plus d'argent à gagner de la propension des gens à acheter n'importe quoi qu'à les faire travailler plus. Et les gens seraient heureux car travailler moins le ferait consommer plus et que le futur c'étaient les sociétés de loisir...

    Quarante après, il faut lui expliquer l'inverse...que ce qu'il va perdre en tant que consommateur il va le récupérer...en travaillant plus....Quel foutage de gueule...

     

    Les pays développés ressemblent de plus en plus à ceux des pays pauvres.



  • Roublez moi ce soir

    Tous les jours des images de guerre atroces ou des infos sur Poutine parano,malade d'un cancer de la thyroïde, de névrose impériale

    On a même maintenant le boucher de Boutcha...Azatbek Ormubekox le roi du massacre à la tronçonneuse...Pour le reste Leclerc qui nous annonce que le PQ allait augmenter de 30 % Ah bon, c'était fait en ukraine le PQ ? Ah non ça doit être fait en Chine et avec les goulots d'étanglement, la hausse du pétrole .....en vérité, les  couts de production qui augmentent avec l'energie le prix de la pâte à papier qui a pris 40 %;...

    Bref nous arrivons dans la phase où hors les matières premieres et l'énergie? l'inflation va se diffuser via les Marques, les ensEignes et les entreprises. Et avec tout ça surtout ne pas augmenter les salaires pour ne pas tomber dans la fameuse boucle prix salaires qui rendrait l'inflation incontrôlable

    Bref, il est temps d'ensigner aux masses la frugalité heureuse, la Lidlisation...

    Il n'y a plus de doute, on nous conditionne à l'economie de guerre et à l'effort de guerre soutenu par les plus pauvres d'entre nous. Occasion unique de faire financer par les masses la transition écologique que les élites ne veulent pas payer.

    Sinon

    La tendance de la croix rouble/dollar s’est rapprochée du taux de change cible fixé par la Banque centrale russe pour ses achats d’or physique sur le marché, qui a commencé fin mars et devrait se poursuivre jusqu’au 30 juin. C’est-à-dire 5 000 roubles par gramme. Si la monnaie russe avait vraiment été poussée par le feu vert pour acheter des lingots et pas seulement par l’ultimatum du Kremlin, l’Occident des banques centrales omnipotentes et du QE pérenne aurait un problème. Sérieux. Parce que le marché aurait récompensé - et de manière résolument enthousiaste - les prodromes d’une monnaie adossée à des matières premières. En outre, une monnaie de guerre sous sanctions, avec le système bancaire partiellement exclu de SWIFT et avec les réserves de la banque centrale gelées. Bref, si cala avait été le cas, les sanctions occidentales auraient connu leur défaite officielle.

    L’hystérie américaine sur la Russie « isolée » est risible. Tous les acteurs qui comptent à travers l’Eurasie – sans parler des 4 autres BRICS et de pratiquement tout le Sud – n’ont pas diabolisé et / ou sanctionné la Russie.

    John Walking Dead Biden

  • Pour la souveraineté du peuple

    Apres Dany Lang, c'est maintenant Frédéric Farrah un autre économiste qui épouse ma these de la japanification et du châtiment des neufs orifices.

    Jeudi je fais le point avec André Bellon qui a été administrateur de l'INSEE pendant quarante ans et avec qui j'ai écrit mon dernier livre.

    Je vous invite à regarder son intervention sur le livre dans e cadre des universités populaires. J'interviens dans les cinq dernieres minutes car je n'arrivais pas à me connecter...mais je vous invite à regarder l'intégralité

    quant à mon intervention, vous allez vous marrer comme dab...

    Débat autour du livre d'André Bellon et Jean-Pierre Crépin - ASSOCIATION POUR UNE CONSTITUANTE