Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

déflation

  • Résumé avant détonation

    Aux USA

    Les prix de l’IPC (Indice des Prix à la Consommation) global ont bondi de 1,0 % (0,97 % non arrondi) en mai, dépassant les attentes du consensus d’une hausse de 0,7 %.

    • Les prix de l’énergie ont grimpé de 3,9 %, alors que les prix de l’essence ont atteint des niveaux records et que les prix des aliments augmentent de 1,2 %.

    • En glissement annuel, l’inflation mesurée par l’IPC global a atteint un nouveau sommet de 8,6 % en 40 ans.

     

    Pendant ce temps, le carburant est en hausse de plus de 75% en glissement annuel.

    L’inflation globale a été largement tirée par l’énergie et l’alimentation. Au milieu de la flambée des coûts de la nourriture, le poulet, les œufs, le lait et les cupcakes ont tous crié plus haut.

    Par conséquent, l’inflation s’est également incrustée dans les secteurs de services plus cycliques (p. ex., le logement). En fait, alors que l’inflation des biens est tombée à « seulement » 1,7 % en glissement annuel, la plus faible depuis septembre dernier, l’inflation des services est la plus élevée en plus de trois décennies, contribuant à 3,0 % des 8,6 % .



  • Flash back Nécro...la Nécro c trop....

    "

    Comme dit l'ami Huzun du blog, un Grand Reset ça se fait sur dix ans, là ils y sont allés un peu vite. Huzun sait de quoi il parle, il le vit quotidiennement en nettoyant le milieu bancaire.
    Là même les économistes comme Artus commencent à flipper.Mes les experts de BFM disent que la mutation est trop rapide. Ils auraient dû lire mon premier livre sort il y a douze ans où j'expliquai tout ça et la suite.....

    Et je préfère prévenir ces experts que l'accueil va être musclé. Tout le monde le sait le plus dur dans la chute c'est l'atterrissage.

    Faire financer la transition écologiques par les plus pauvres en réduisant leur pouvoir d'achat et les prestations sociales, il fallait y penser....le tout dans un contexte de conflits d'argent entre les salariés et les entreprises...

    Pour ceux qui ne l'avaient pas vu et qui veulent se marrer revoir l'interview. J'y annonçais le châtiment des neufs orifices....

    ITV CH. ANTONI & J-P. CREPIN - CRISE ET MUTATION.m4v - YouTube

  • On a rien à Karcher

    Voici donc venue l'économie de guerre sans guerre. Après l'épisode COVID, La guerre en Ukraine a été la planche de salut du capitalisme qui ne veut ou ne peut pas renoncer à la morphine financière

    Comme je le dis souvent

    regle nécronomique

    Taux négatifs pour l'apéritif

    Déclaration de guerre pour le déssert

    Sauf que cette fois, c'est encore plus fort puisque c'est la guerre sans guerre et que cette économie de guerre ne peut plus être financée que par des flux de monnaie sans substance issus de la planche à billets car dans ce cas, il n'est pas aisé de vendre l'anticipation d'une survaleur future aux Marchés Internationaux. En période de crise même les billets font la planche.

    En fin de compte, l'économie de guerre sans guerre va servir à diriger la transition écologique financée par les pauvres qui n'ont qu'a changer leurs habitudes de consommation en stoppant d'accumuler des gadgets chinois et de bouffer de la junk food qui les rend obèse. Frugal attitude, sobriété heureuse, ramasser dans les poubelles est un modèle de comportement éco-responsable et éco-citoyen. Et un parfait exemple de soldat économique de la guerre sans guerre nouvelle forme de partouze sans sexe.

    Je vous l'ai toujours dit et je l'écrivais dans Crise et Mutation : une mutation ne se fait que contraint et forcé.



    Aux USA, ils semblent décidés à combattre l'inflation quitte a entrer en récession et à augmenter le chômage ce qui fera baisser l'inflation (et les salaires). Dans la mentalité, il vaut mieux sacrifier des emplois que laisser les classes moyennes et les classes populaires encore en piste se faire siphonner par l inflation.

    En Europe

    L'inflation va être stoppée par la récession mais les prix resteront haut car la hausse de l'énergie est tendancielle.

    Dépense massive dans l'armement, cela sera considérée comme un investissement dans une future guerre sans guerre et puis on va s 'acheminer vers les 125 % de dette sur PIB dans uns contexte stagflationiste et puis paaaf le Grand Splaash car à ce stade nous nous rapprocherons de la japanisation : le fameux châtiment des neuf orifices et comme vous savez on en sort pas....