Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

arnaque

  • Guerre sans guerre

    Vous le constatez la bourse se porte bien. Ni l'inflation ni la menace nucléaire, ne peuvent assombrir le ciel bleu des Marchés actions. Pourtant les banquiers centraux sont confrontés au dilemme de la stagflation en Europe et à l'inflation aux USA.

    D'un côté, il faudrait que les banques centrales augmentent les taux d'intérêts pour éliminer l'inflation, de l'autre, il faudrait qu'elle les diminuent pour stabiliser la conjoncture qui sombre.

    La crise des années 70 s'est terminée sans trop de casse parce que le dollar malgré la fin de la convertibilité or a pu conserver sa fonction de monnaie mondiale. Cela a été possible car le Dollar-Or s'est transformé en Dollar Armement. Ce que le Président Eisenhower appelait le complexe militaro-financier a continué de se développer et même bien après l'effondrement de l'URSS. En développant des nouvelles armes, les USA ont poussé le reste du monde à l'armement. Pourtant dés les années 80 l'endettement astronomique américain de cette militarisation ne parvenait plus à se financer à partir de ses propres capitaux.Mais, la puissance économique des USA en tant que gendarme du monde semblait pouvoir accueillir le refuge de tous les Marchés financiers globaux. Les guerres dans les années 90 et après la fin du siècle, au Proche orient, dans les Balkans, en Afghanistan, ont eu pour objectifs stratégiques de préserver en démontrant la capacité d'intervention le mythe du refuge et donc du Dollar comme monnaie mondiale. Ainsi l'argent s'est dirigé de plus en plus vers les USA et a indirectement financé l'armement et l'appareil militaire.

    C'est donc par le biais de la vente des bons du trésor américain que le boom de l'armement fondé sur l'endettement a pu être financé.

    La situation que nous vivons aujourd'hui avec la guerre sans guerre est une forme de guerre 2.0. Les USA n'ont plus les moyens d'intervenir militairement mais ils ont encore la possibilité de drainer l'épargne du monde.

    La guerre est historiquement le moteur de la croissance, le multiplicateur miraculeux à mettre en place pour contrer non seulement chaque récession mais aussi toute déflation de la bulle en service, au risque d’une tendance incontrôlée.

    Et compte tenu des crédits records de l’Allemagne (100 milliards pour les dépenses militaires) et des mouvements dans cette direction des gouvernements Européens même l’UE au seuil de la récession et la BCE sont invités à prendre le train en marche du fordisme à partir de la guerre 2.0. Unique moyen d'éviter la récession mondiale.

     

    Pour résumer, nous prenons note qu’après le QE des subprimes, les dettes souveraines, les récessions du terrorisme mondial et des guerres commerciales et enfin le Covid, le dopage financier sera maintenant sous forme de guerre sans guerre et de dépenses d'armement.

    Donner des comportements alimentaires et énergétiques de guerre aux populations, continuer la planche à billet et l'endettement, tout cela au seul profit des américains, voilà le programme...Poutine a bon dos...



  • Pustula von der Korrupt

    A Gabelle créateur de la marque Pustula

    ps si il y a une créatrice ou un créateur parmi nous, on devrait lancer une gamme de tee-shirt nécronomique.

    entre Christine Hagarde et Pustula von der Korrupt....y a de quoi faire....Coté hommes, on a Draghila, Joe walking dead Biden et la Trumpette

    Ursula Von der Leyen aka Pustula von der korrupt n'a pas la côte chez elle. Patronat et syndicats sont désormais unis contre elle.

    Pas même 24 heures après sa déclaration concernant la volonté de l’UE d’inclure le secteur énergétique russe dans le nouveau paquet de sanctions qui sera lancé après le second tour Français, que son Allemagne natale a gelé ses intentions belliqueuses.

    La BDA, l’association des industriels allemands et le DGB, l’acronyme générique des syndicats, ont en effet signé une note commune dans laquelle ils exprimaient leur ferme opposition à l’hypothèse d’un embargo sur le gaz russe, craignant une désindustrialisation de l’Allemagne. Dans une déclaration à l’agence DPA, les présidents des deux associations, Rainer Dulger et Rainer Hoffmann, ont souligné que les sanctions devraient être ciblées, faire pression sur le bénéficiaire et prévenir autant de dommages que possible à leur économie. Selon le couple étrange, un gel des importations de gaz russe aurait des conséquences beaucoup plus graves pour l’économie et le marché du travail allemand que pour la Russie: un embargo immédiat sur le gaz entraînerait des pertes de production, des arrêts de production, une désindustrialisation accrue et des pertes d’emplois continues. Dans les mois à venir, nous aurons encore de nombreux problèmes à résoudre. Nous ne pouvons pas agir en position de faiblesse.

    Séquence vugarité (ça faisait longtemps que cela ne m'était pas arrivé...)

    Pustula expliquant à Zelensky le calibre qu'il lui faut (pour combattre Poutine...)

    wolodymyr-zelenski-i-ursula-von-der-leyen-w-kijowie-9-kwietnia.jpg

  • VLAD MAD ???

    Les sanctions draconiennes imposées par les dirigeants occidentaux qui parlent dur – principalement le gel des avoirs et l’exclusion des banques russes du système de paiement mondial SWIFT – sont censées nuire à Poutine et à ses « oligarques » soudainement répréhensibles. Cependant, il est loin d’être certain que cet objectif soit réalisable ou même souhaitable. Les États-Unis et l’UE, dont les grandes banques d’investissement sont exposées à la dette russe, peuvent-ils vraiment se permettre le jeu financier du poulet avec la Russie ? Et pourquoi JP Morgan contredirait-elle le récit officiel sur l’implosion économique de l’ennemi en conseillant à  ses clients d’augmenter leurs positions dans une partie de la dette des entreprises russes ? De facto, la mégabanque américaine parie sur la reprise rapide de la Russie.

    De plus, la Russie est le plus grand producteur mondial de presque toutes les matières premières, et avec les niveaux actuels d’inflation croissante à travers le monde, il semble presque impossible, ou suicidaire, de se passer de ses approvisionnements. Est-ce la raison pour laquelle l’abandon progressif du gaz russe par l’Europe a conduit à l’importation de charbon... de Russie? Les médias prédisent que les sanctions provoqueront l’effondrement du rouble, et donc la fin du règne de Poutine. Cependant, Poutine a fait des provisions en réserves de change (devises étrangères) et en particulier en or. Si l’économie russe s’effondre, il pourrait émettre des obligations et couvrir leur valeur avec des stocks de pétrole, d’or et de gaz. Bref, il semble avoir plus d’influence que nos médias voudraient nous le faire croire. Sortir la Russie du système SWIFT libellé en USD donnerait également à Poutine plus d’incitations à chercher d’autres marchés et devises pour commercer (en particulier la Chine), ce qui à son tour saperait davantage l’USD et donc à peu près tout le reste. La dédollarisation tant redoutée de l’économie pourrait rapidement devenir réalité. Par conséquent, que se passe-t-il si les sanctions sont un leurre?

    Tout en intensifiant les mesures restrictives vendues au public comme des actes héroïques, les dirigeants de l’UE et des États-Unis ont dès le début pris soin d’éviter de couper certains poids lourds financiers russes, tels que Sberbank (dont l’Allemagne s’oppose maintenant à la sanction) et surtout Gazprombank – pourquoi ? Sberbank est le plus grand prêteur et détenteur d’actifs de Russie, de sorte qu’un embargo complet impliquerait des dommages collatéraux substantiels pour les banques occidentales. Le véritable éléphant dans la pièce, cependant, est Gazprombank, car elle gère les paiements pour le pétrole et le gaz russes dont les pays de l’UE dépendent et achètent toujours. Seulement environ un quart du secteur bancaire russe est actuellement sous le coup de sanctions – est-ce vraiment destiné à arrêter Poutine ?

    Wolfgang Munchau (ancienne autorité du Financial Times) a résumé l’hypocrisie de l’UE (et des États-Unis) avec une simplicité désarmante : « L’UE encourage le côté ukrainien à une distance de sécurité, regardant depuis des salons chauds, chauffés par le gaz russe. » Dans la mesure où la Russie est un partenaire commercial clé pour l’Europe (près de la moitié du gaz européen provient de Russie), mais aussi pour les États-Unis (importateur de pétrole russe), il est peu probable que les sanctions se matérialisent dans la réalité comme elles le font dans les nouvelles. Auquel cas le « bazooka des sanctions » s’avèrera être un pistolet à eau, ou un boomerang,