Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

euro - Page 2

  • Préparez vos mouchoirs

    commission européenne,covid,dette,endettement,zone,euro,perte acquis sociaux,futur capitaiismeAujourd'hui la commission européenne vient d'annoncer que la dette de la zone était supérieure à 100%.

    En vérité le ratio dette souveraine / PIB moyen de la zone euro devrait atteindre 102%, avec sept pays proches ou supérieurs à 120% (l'Italie est à 160% et la Grèce est au-dessus de 200%). Avec une croissance annuelle nominale d'environ 3% (en supposant que l'inflation revienne bientôt à 2% vœu pieux), ramener ces ratios d'endettement à 60% en 20 ans - comme l'exige le pacte de stabilité et de croissance (suspendu)  obligerait ces pays à générer des excédents primaires (hors paiement de la dette) importants de 2 à 4% du PIB. Mais étant donné la nécessité de continuer à soutenir la reprise, la médecine traditionnelle de la restriction budgétaire pour rembourser la dette souveraine ne serait pas compatible avec la viabilité de la dette. De plus, cela limiterait la capacité des États membres à empêcher que les blessures économiques et sociales infligées par la pandémie ne deviennent des cicatrices permanentes. Et la restructuration de la dette n’est pas non plus une option viable, car elle ferait des ravages dans les économies des pays très endettés, mettant potentiellement en péril la stabilité économique et financière de la zone euro.

    En fin de compte, l'accroissement actuel de l'endettement souverain ne peut donc pas être laissé aux États membres à gérer par eux-mêmes. Étant donné que les problèmes politiques qu'il soulève affectent tous les membres, ils doivent être traités collectivement. Au début de 2021, les avoirs souverains de la BCE dépassaient les 3 billions d’euros (3,6 billions de dollars) - soit environ 30% de l’encours total de la dette souveraine de la zone euro et à peu près la même part du PIB de la zone euro. Les programmes en cours de réponse à une pandémie pourraient bien ajouter 1 500 milliards d'euros supplémentaires avant leur interruption. Si ces dettes ne sont pas renouvelées à l'échéance, les conditions de liquidité pourraient se resserrer du fait que les États membres placent des titres équivalents sur les marchés financiers.. Il est absurde de penser que le refinancement de la dette COVID-19 devrait être soumis à la discipline de marché, car cela pénaliserait simplement les gouvernements pour la protection de leurs citoyens pendant la pandémie La tâche ne saurait être confiée en permanence à la BCE sans brouiller la ligne entre politique monétaire et politique budgétaire, comme l’ont établi la Cour de justice de l’UE dans l’arrêt Gauweiler et autres et Weiss et autres.

    Il ne reste donc qu’une seule solution et cela sera le nouveau pipoti pipota. Celle que l’on ne tardera pas à nous annoncer en nous vantant les mérites de l’Europe puisque nous n’avons plus la souveraineté monétaire : stocker la dette COVID dans une Bad Bank. En espérant qu’un jour des aventuriers de la finance alléchés par les taux viennent en acheter ou que la BCE dans le futur monétise cette dette.

    Bref comme je ne crois pas à l’hypothèse de la croissance qui rembourse la dette, cela veut dire qu’on en prend pour 20 ans de réformes structurelles. Comprenez par-là, perte des acquis sociaux, retraite à 67 ans, privatisations à tout va à commencer par l’éducation et la santé les deux budgets les plus lourds. On va nous expliquer que les facs sont un repaire d’islamo gauchistes et qu’ il faut mieux laisser cela au privé, pareil pour la santé ou l’on nous dira que l’on a bien vu pendant l’épisode covid que cela ne marchait pas.

    Nécronomiquement votre

    JP

  • Le Dégréçage continue

    ACTUELLEMENT EN GRÈCE : LE MOUVEMENT SOCIAL FAIT FACE À UNE FORTE RÉPRESSION POLICIÈRE ET REND HOMMAGE À LA RÉSISTANCE CONTRE LA LOI SÉCURITÉ GLOBALE EN FRANCE;

    Au soir du 6 décembre, le quartier d’Exarcheia est sous un déluge d’armes et d’uniformes. Pour empêcher toute révolte, l’état grec a déployé un véritable régiment de flics appuyé par deux hélicoptères et plusieurs drones. Des cris éclatent ici et là, ainsi que des explosions. Un immeuble inhabité est en feu. Depuis l'arrivée au pouvoir de la droite il y a un an, la police grecque multiplie les tentatives d’affaiblir le quartier en évacuant beaucoup de squats. Mais certains résistent encore, en particulier le Notara 26 et le K*Vox. Cependant, ces dernières heures, la nouvelle irruption policière a atteint un niveau sans précédent. Non seulement par le nombre, mais aussi par des actes particulièrement choquants.
     

    Lire la suite

  • Japanification


    Malgré les efforts inflationnistes massifs du Japon au cours des dernières années, la déflation semble prendre le dessus.
    En outre, un ancien économiste en chef de la Banque du Japon affirme que la banque centrale est « impuissante » à l’arrêter.
    Lisez cet extrait d’un article de Bloomberg du 3 avril :
    La pandémie de coronavirus et la chute des prix du pétrole pourraient ramener le Japon vers le bas dans la déflation et la Banque du Japon est impuissante à le combattre, dit son ancien économiste en chef.
    "La BOJ doit sérieusement considérer le risque d’un retour à la déflation", a déclaré Hideo Hayakawa, qui a dirigé les recherches économiques de la banque de 2001 à 2007, lors d’une interview vendredi. «L’inflation peut facilement tomber en dessous de zéro avec l’impact du pétrole» et d’autres choses.

    Les analystes prévoient maintenant une profonde récession pour le Japon, mais un retour à la déflation pourrait signifier quelque chose de plus dommageable et durable. Le Premier ministre Shinzo Abe et le gouverneur de la BOJ Haruhiko Kuroda se battent depuis des années pour mettre fin à un cycle négatif de faiblesse des prix, des salaires et de la croissance.
    Hayakawa n'est pas le seul à voir des perspectives désastreuses pour les prix du Japon. La semaine dernière, des analystes de BNP Paribas SA ont déclaré qu'ils s'attendaient à ce que le principal indicateur d'inflation de la BOJ, les prix des produits autres que les produits frais, devienne négatif en avril pour la première fois depuis 2016. Ils prévoient que l'indice tombera à environ -1% d'ici la fin de l'année. .
    Même si le coronavirus est partiellement blâmé pour les difficultés économiques du Japon, gardez à l'esprit que des signes gênants apparaissaient avant la pandémie.
    Voici les prévisions financières de la vague Elliott de mars:
    Les rapports ont attribué la faiblesse économique récente aux perturbations des coronavirus de la "demande, du commerce et des chaînes d'approvisionnement", mais il est important de se rendre compte que l'économie mondiale se classait mal avant l'apparition du virus. Au deuxième semestre 2019, l'EWFF a documenté une série de mesures économiques affaiblies et une détérioration des conditions de crédit. Le récent rapport du Japon sur une variation du PIB d'une année à l'autre au quatrième trimestre indique que la troisième économie mondiale en importance a diminué à un taux annualisé de 6,3%.